•   

     

     

    thunder0 

     thunder0 

     

    Film Complet

    https://www.youtube.com/watch?v=mccs8Ql8m8o&list=PLve7Wmx_E2Bhqditngn03iRMkEodO6tPJ


     

    Paul Edgecomb, pensionnaire centenaire d'une maison de retraite, est hanté par ses souvenirs.

    Gardien-chef du pénitencier de Cold Mountain en 1935, il était chargé de veiller au bon déroulement des exécutions capitales en s’efforçant d'adoucir les derniers moments des condamnés.

    Parmi eux se trouvait un colosse du nom de John Coffey, accusé du viol et du meurtre de deux fillettes.

    Intrigué par cet homme candide et timide aux dons magiques, Edgecomb va tisser avec lui des liens très forts  


    1 commentaire
  •  

    Si vous ne le faites pas pour vous, faites le pour les autres, il y a tellement de soignants, caissieres, livreurs de produits indispensables etc;  qui préfèreraient pouvoir rester chez eux, pour ne plus aller travailler la peur au ventre, et si les Hôpitaux sont engorgés qu'est ce qu'on va faire ...

    Soyez raisonnables !

     


    votre commentaire
  •  Albert Uderzo n’en faisait pas mystère : il préférait Obélix à Astérix. D’abord parce qu’il créa de lui-même le livreur de menhirs, sans René Goscinny, en 1959, quand fut lancée la série dans les pages du magazine Pilote. Ensuite parce que, sans jamais oser se l’avouer à lui-même, Obélix, c’était un peu lui.

     

    Un souvenir revient. La Baule (Loire-Atlantique), décembre 2013 : Albert Uderzo et son épouse Ada ont accepté, après de nombreuses hésitations, de recevoir deux journalistes du Monde pour parler du litige qui les oppose depuis plusieurs années à leur fille Sylvie, sur fond d’héritage et de soupçons de manipulation. Le rendez-vous a lieu à midi dans le salon d’un hôtel de luxe ; un buffet froid est commandé.

     

    Lire aussi Une planche originale d'Astérix vendue 150 000 euros pour les victimes de « Charlie »

     

    Deux heures plus tard, le moment est venu de se dire au revoir et de payer l’addition. « C’est pour nous, évidemment », affirme-t-on. « Pas question », intervient le dessinateur. On insiste. Lui aussi. Les politesses se termineront devant la caisse enregistreuse du comptoir où un avant-bras d’une fermeté d’airain, comme trempé dans une marmite de potion magique, fera physiquement barrage à toute tentative d’atteinte à son savoir-vivre.

    Albert Uderzo, coauteur de la série de bandes dessinées “Astérix et Obélix” au travail dans l’atelier de l’éditeur Dargaud, dans les années 1960.Albert Uderzo, coauteur de la série de bandes dessinées “Astérix et Obélix” au travail dans l’atelier de l’éditeur Dargaud, dans les années 1960. AKG-IMAGES / PAUL ALMASY

     

    Article complet : 

    https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2020/03/24/albert-uderzo-l-un-des-peres-d-asterix-est-mort_6034210_3382.html

     

     

    Le dessinateur Albert Uderzo, créateur avec René Goscinny des personnages d'Astérix et Obélix, est décédé le 24 mars, a annoncé sa famille, dans son sommeil à son domicile à Neuilly d'une crise cardiaque sans lien avec le coronavirus. À LIRE AUSSI : Le dessinateur d'Astérix,

    Albert Uderzo, est mort à l'âge de 92 ans https://www.lefigaro.fr/culture/deces... 

    Mort à 92 ans d’Albert Uderzo, toute la Gaule en deuil https://www.lefigaro.fr/culture/alber...

     

     
    Il était Charlie ...

    Charlie Hebdo / Uderzo : " courage aux jeunes dessinateurs"

     

     

    9 janv. 2015

     

    ABONNEZ-VOUS pour plus de vidéos : http://bit.ly/radioE1 


    2 commentaires
  •  

    CRISE, DANGER ET CHANCE

     

    Soudain la machine tourne à vide,
    La terre respire enfin ;
    Une clef minuscule a pris possession de nos secrets les mieux gardés,
    Nous a mis à genoux :
    Et nous voici calfeutrés,
    Craignant partout l'intrusion d'un ennemi invisible.

    Le monde a peur,
    Certains souffrent plus que d'autres,
    Mais, paradoxalement, notre planète vit une sorte de cure de repos.
    Nous craignons pour nos proches vulnérables
    Et aussi pour nous-mêmes,
    Tout ce qui allait de soi est soudain devenu si difficile,
    Mais pourtant le ciel déjà s'éclaircit :
    Nous aussi, au fond, ne respirons-nous pas mieux ?

    Notre activité est au repos ;
    Pourra-t-elle reprendre et surmonter cette lente léthargie ?
    Tant d'efforts accumulés soudain mis à mal,
    Nos monnaies et nos empires défaits...
    Mais les arbres, les oiseaux, les insectes ont à nouveau une chance inouïe :
    L'air pur leur est gracieusement redonné !

    Tout redeviendra-t-il comme avant
    Et n'aurons-nous, alors, tiré aucune leçon de cette embellie au goût amer ?
    Ou bien emprunterons-nous désormais des sentiers neufs,
    Des chemins inédits,
    Abandonnant l'inutile,
     

    Ayant, une fois pour toutes, goûté à l'essentiel,
     

    Entrevoyant même une issue à cette apocalypse que nos insomnies préparaient à bas bruit ?

    Nous en tenir à l'indispensable,
     

    Prendre soin de ceux qui nous sont proches,
    Adopter la sobriété de l'herbe qui pousse,
    Imiter son courage,
     

    Regarder la nature enfin comme notre bien le plus précieux,
    Ce trésor qui appartient à tous,
     

    Si désirable depuis que nous nous sommes remis à cultiver nos jardins,
    A soigner les fleurs sur nos balcons, à y semer des graines d'espérance,
    A donner de la nourriture aux oiseaux,
    A nous saluer les uns les autres avec gratitude...

    Quand reprendra le flux de nos activités incessantes,
    Saurons-nous oublier la démesure qui auparavant nous tenait ?
     

    Nous souviendrons-nous qu'être vivant ne nous donne pas plus de droits qu'au moindre passereau,
    Mais seulement celui de remercier et de rendre grâce pour le simple fait d'être là,
    Ouverts à la profusion du monde ?

    Aucun de nous n'a plus de mérite que le plus humble paysan d'Afrique, des Andes ou d'Asie
    Dont la joie de vivre n'a jamais eu besoin
    De tous ces dominos de possessions que nous n'avons cessé d'accumuler
     

    Et qui s'écroulent tout à coup :
    Nos futiles jouets d'enfants qu'enfin, pour donner sa chance à la vie,
    Nous serons peut-être prêts à remiser au grenier de nos passions tristes,
    De nos allégresses oubliées...

    Jean Lavoué, 21 mars 2020
     

    www.enfancedesarbres.com

    Jean Lavoué.


    2 commentaires
  • 13h15 le samedi. George Martin : le Mozart des Beatles ...

    [QUIZ] Connaissez-vous bien les Beatles ?

    https://www.lesacdechips.com/2019/10/10/quiz-connaissez-vous-bien-les-beatles

     

    "En 1965, on a enregistré Yesterday. Cela a été la toute première fois que j'ai écrit une partition pour les Beatles et la première fois qu'un des Beatles a chanté seul", raconte le producteur George Martin qui est mort le 8 mars dernier à l'âge de 90 ans.

     

    "Cette partition était pour un quatuor à cordes. Paul a gribouillé sur elle quand on l'a jouée. Il m'a dit 'Tu as mon nom là-dessus' et il a écrit en haut : 'par Paul McCartney, John Lennon, sur des accords de George Martin et Mozart.' Cela a été sa référence au classique", explique le cerveau musical des quatre garçons de Liverpool sur cette archive vidéo.

     

    La chanson "Yesterday" a été reprise plus de 3 000 fois

    Ce vétéran de la Seconde Guerre mondiale reconverti dans la production musicale apporte ainsi sa touche classique au groupe de rock britannique composé de John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr, les artistes qui ont vendu le plus grand nombre de disques au monde…

    […] Suddenly, I'm not half the man I used to be / There's a shadow hanging over me / Oh, yesterday came suddenly […]. La chanson Yesterday, parue en 1965 au Royaume-Uni sur l'album Help !, a été reprise plus de 3 000 fois, ce qui constitue un record.

    Présenté par Marie Drucker

     

    Comment imaginer le monde sans les Beatles ? Impossible. Et pourtant… Sans un certain George Martin, les quatre garçons dans le vent de Liverpool seraient probablement restés un petit groupe tournant dans les clubs et les pubs. George Martin, c’est l’inconnu le plus essentiel de la musique du siècle dernier...

     

    Emission complète 

    (34 mn)

     https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/13h15/13h15-du-samedi-19-mars-2016_1356615.html


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires