• Cliquez ici pour télécharger le PPS/DIAPORAMA

    Pour sauvegarder le fichier sur votre pc, cliquez sur le liens avec le bouton de droite de votre souris.

    Vous pouvez aussi, seulement le regarder ...

    Défilement automatique

    Ajouté par : DROUDROU

     

    Sur Ma Planète

     

    Afficher l'image d'origine


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

     

    En cliquant sur le lien ci-dessous, vous accèderez à une vidéo très importante pour votre droit de savoir ce que contient réellement votre alimentation et ses effets sur votre santé et celle de votre famille.

     

    Lien vidéo : http://info.pollinis.org/directive-secrets-des-affaires/

    Cette vidéo ne dure que quelques minutes.

     

    Vous y découvrirez comment l'industrie agrochimique et l'Europe sont en train de verrouiller le système, pour empêcher les citoyens de s'informer sur les pesticides dangereux.

     

    J'ai tenu à enregistrer cette vidéo parce que tous les Français ont le droit de savoir.

     

    Alors, après avoir regardé cette vidéo, s'il vous plaît, transférez cet email à vos contacts.

     

    Merci.

    Nicolas Laarman

    Délégué général de POLLINIS

     

     

    JE signe la charte 2017

     

    Pour regarder la vidéo, cliquez ici.

     

    Je signe la Charte

     

    ATTENDU QUE les populations d'abeilles et de pollinisateurs sauvages déclinent un peu plus chaque année, mettant en péril la reproduction naturelle des plantes à fleurs, et avec elle toute l'agriculture et l'alimentation de la population ;

     

    INQUIETS DU DÉCLIN MASSIF DES ABEILLES ET DES POLLINISATEURS SAUVAGES, ET SOUCIEUX DE L'AGRICULTURE ET DE LA NATURE QUE NOUS LAISSERONS À NOS ENFANTS, DEMANDONS SOLENNELLEMENT AUX CANDIDATS À L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE :

    1

    Un coup d'arrêt d'urgence au déclin dramatique des pollinisateurs, en interdisant sans délai les pesticides néonicotinoïdes, responsables de la mort de milliards d'abeilles en France et dans le monde, mais aussi les tueurs d'abeilles nouvelle génération qui arrivent sur le marché.

    2

    La garantie que de nouvelles substances toxiques pour les abeilles et les pollinisateurs sauvages ne seront plus mises sur le marché, en exigeant des autorités sanitaires une contre-expertise systématique aux études remises par les entreprises agrochimiques pour l'homologation de leurs produits.

    3

    La protection des droits des citoyens contre les abus de l'industrie agrochimique, notamment en ne transposant pas en droit français la directive "Secrets d'affaires" promulguée par l'Union européenne, qui exonère les multinationales de rendre des comptes sur les substances utilisées dans les champs ou les médicaments.

    4

    L'accélération de la transition vers une agriculture respectueuse des pollinisateurs dont elle dépend, en réaffectant les fonds dédiés actuellement à l'agriculture intensive au financement des agriculteurs qui souhaitent évoluer vers une agriculture alternative, propre et pérenne. 


    votre commentaire
  • Par Jean Lavoué, écrivain. Auteur d'une vingtaine d'ouvrages, il tient depuis 2007 le blog poétique L'enfance des arbres.

    Par Jean Lavoué, écrivain (1)

     

    Plus que d'autres pays, la France est, depuis deux ans, touchée dans sa chair. La campagne présidentielle à venir en est d'ores et déjà marquée. Des préoccupations, qui en d'autres temps auraient orienté les vagues électorales de fond, semblent aujourd'hui relativisées : environnement, avenir de la planète, évolution du modèle social, choix économiques vers plus d'État ou de libéralisme...

    Tout se passe comme si ces sujets, bien que présents dans les débats, semblaient ne pas devoir peser de manière décisive dans la confrontation électorale. Comme s'ils restaient au second plan, dans les coulisses d'une histoire qui s'est emballée sous nos yeux, y reléguant tout ce qui n'est pas de première urgence.

     

    En deux ans, la question de la différence culturelle, que le psychosociologue René Kaës situe comme l'un des grands marqueurs de l'identité au côté des différences générationnelle et de sexe, s'est trouvée brutalement brouillée par les graves événements qu'a connus la France. Depuis, tout le monde se sent, intimement, sans arrêt sur le qui-vive.

     

    En dépit des discours apaisants, depuis les appels à la sagesse aux refus des amalgames ou à l'invocation de « l'identité heureuse », on constate que ce n'est plus la raison qui parle, mais le corps. Et lorsque le corps est atteint, meurtri par des centaines de morts ignominieuses, ce ne sont pas des visions apaisées qui sauraient l'emporter.

     

    Ce ne sont pas non plus les questions, aussi cruciales soient-elles, d'égalité sociale ou de protection de l'environnement qui pourraient s'imposer. Mais bien plutôt les discours prenant d'abord au sérieux cette indéniable insécurité qui s'est gravée dans notre rapport viscéral et inconscient à l'autre, à l'étranger. À la menace sourde qu'elle représente.

    Les gens ont peur, tout simplement

     

    Non pas que les Français soient soudain devenus plus racistes. Mais ils ont peur, tout simplement. Ils sont insécurisés et demandent justice et protection pour des faits avérés, touchant à ce point sensible en tout être de la différence culturelle. Passage obligé avant de reprendre la voie d'une rencontre apaisée avec l'autre. Il ne servirait à rien de chercher à humilier ou à nier cette zone en eux de si grande fragilité.

    Ceux qui s'évertueraient à affirmer que le pire n'est pas sûr et qu'il suffit de faire confiance en l'avenir pour franchir l'obstacle ne sauraient être entendus. Car la différence culturelle suppose d'abord un terreau de non-agression pour être transformée en rencontres fécondes.

     

    La question même de la laïcité ne saurait être sereinement abordée au moment où toutes les lois peuvent se trouver transgressées par une sauvagerie sans nom. Seuls ceux qui prendront d'abord en compte le sérieux de la menace, qui la nommeront clairement et proposeront des mesures crédibles pour tenter de la vaincre, rouvriront dans l'inconscient profond du peuple des voies, non seulement pour envisager la composition espérée d'une identité heureuse, mais encore pour la recherche de solutions équitables et de mesures justes en faveur des plus précaires.

     

    Aujourd'hui, bon nombre d'électeurs semblent se préparer à dire que la justice et l'équité ne sauraient passer avant la sécurisation de notre être profond dans ce qu'il a de plus vulnérable : la relation à l'autre. Espérons que nul homme politique n'ose utiliser, de manière démagogique, cette vulnérabilité de tous pour tenter de faire passer en force des mesures accroissant par ailleurs l'inégalité, l'injustice ou la destruction de notre environnement.

     

    (1) Auteur d'une vingtaine d'ouvrages, il tient depuis 2007 le blog poétique L'enfance des arbres.

     

    Jean Lavoué

    Sur

    http://www.ouest-france.fr/

     


    votre commentaire
  •  

    YouTube

     

    Afficher l'image d'origine


    votre commentaire
  •  

     

     

    Extrait Pérou

     

    Article entier

    http://www.annedevandiere.com/?page_id=61

     

    Jusqu'au 02 janvier 2017

    Les Tribus du Monde s'exposent au Musée de l'Homme - Le Monde ...

     

    Tribus du monde - Anne de Vandière

     

    http://www.eileen-caddy.net/

     


    votre commentaire