• Film écrit et réalisé par les jeunes des associations Espace Méditerranée, Femmes d’Aujourd’hui et le Centre Social Toulon Est dans le cadre des "Courts-métrages en Liberté"

    Saison 2016/2017 : "Dignités", ateliers de sensibilisation et de création vidéo dans le cadre de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme

    Projet réalisé en partenariat avec la Direction des services départementaux de l'Éducation Nationale du Var, la Protection Judiciaire de la Jeunesse et la Politique de la Ville de Toulon.

    Avec le soutien financier de la DILCRAH, de la DRAC PACA, de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, de l’ACSé et de la Région PACA dans le cadre de la Politique de la Ville, de la Banque Populaire Méditerranée et du Site-Mémorial du Camp des Milles.

    Le Liberté, scène nationale de Toulon

     

    Sensibilisation au respect des différences

    Les jeunes des associations Espace Méditerranée, Femmes d’aujourd’hui et le Centre Social Toulon Est, ont participé au projet de court-métrage "Dignités" qui a pour objet de sensibiliser à la notion de respect de la dignité de chacun, via la pratique artistique et culturelle. Des projections du film ont eu lieu au Théâtre Liberté, à Toulon, ainsi que des débats animés par Michel Boujenah, parrain du projet, en présence de Cyprien Fontvielle, directeur du Site Mémorial du Camp des Milles et des artistes-intervenants du projet.

    Voir le making off

     

    Résultat de recherche d'images pour "bravo"


    votre commentaire
  • Précurseur du surréalisme,

    Apollinaire est toujours à l'affût de la modernité.

    Son œuvre dit l’érotisme, l’amour, la nostalgie, et ouvre des voies nouvelles à la poésie de son époque.

    Un monde en équilibre instable. Le monde d'Apollinaire.

    "J'ai tout donné au soleil, tout, sauf mon ombre.”

    Guillaume Appolinaire 

    Guillaume Appolinaire Crédits : Wikimedia Commons

     

    Je suis soumis au Chef du Signe de l’Automne. Partant j’aime les fruits je déteste les fleurs. Je regrette chacun des baisers que je donne. Tel un noyer gaulé dit au vent ses douleurs. Mon Automne éternelle ô ma saison mentale. Les mains des amantes d’antan jonchent ton sol. Une épouse me suit c’est mon ombre fatale. Les colombes ce soir prennent leur dernier vol. Guillaume Apollinaire, "Alcools"

     

    Écouter

    Lecture commentée de l’œuvre d’Appolinaire
     

    votre commentaire