• Dans les années 1860 et 70, le photographe Timothy O’Sullivan a créé quelques-unes des images les plus connues de l’histoire américaine.


    Après avoir couvert la guerre civile américaine, O’Sullivan a rejoint un certain nombre d’expéditions organisées par le gouvernement fédéral pour aider à documenter les nouvelles frontières de l’Ouest américain.
     

    Les équipes étaient composées de soldats, de scientifiques, d’artistes et photographes, avec pour objectif de découvrir les meilleurs moyens de tirer parti des ressources naturelles inexploitées de la région.
     

    O’Sullivan apporta un oeil incroyable et une éthique de travail lors de la réalisation de photos qui reflètent l’immensité de l’Ouest. Il a également photographié la population amérindienne ainsi que les pionniers qui étaient déjà en train de modifier le paysage.
     

    Surtout, O’Sullivan a capturé – pour la première fois sur une pellicule – la beauté naturelle de l’Ouest américain d’une manière qui allait plus tard influencer les milliers d’autres photographes à venir.

     

    DIAMANTCOSMOS


    votre commentaire
  • Music video by Benjamin Biolay performing

    Les Cerfs Volants.

     

    emimusic

     

    Mix

    https://youtu.be/xtmVTfGJUzA?list=RDz4BsxSZS1kY

     

     

    Journée mondiale du cerf-volant

    En espérant tout de même que vous n'êtes pas devant votre ordinateur mais sur la plage avec votre cerf-volant, nous vous souhaitons à tous une excellente Journée Mondiale du Cerf-Volant...

    Cette journée a pour but, selon ses promoteurs, de faire découvrir le cerf-volant (bien entendu, avant on ne connaissait pas le cerf-volant, mais ça, c'était avant !) et partager l'art de la fabrication et de la manipulation du cerf-volant avec le plus grand nombre.

    L'important, c'est de participer

    Des manifestations ont lieu un peu partout dans le monde et le site dédié à cette journée propose une carte interactive où vous pourrez en retrouver près de votre lieu de résidence (ou de vacances).

    Un peu d'histoire

    Le mot cerf-volant tout d'abord, qui n'aura pas manqué d'intriguer les plus observateurs qui savent bien que les cerfs ne volent pas... en réalité le mot provient de "serp-volante" dans lequel on retrouve une forme ancienne du serpent. Ceci dit, les serpents ne volent pas non plus, mais ce n'est pas grave, l'imagination se charge du reste.

    L'objet ensuite. Il nous est arrivé de Chine, probablement aux alentours du 4ème siècle avant Jésus-Christ. Les sources qui le mentionnent sont cependant assez peu précises pour avoir des certitudes fortes en la matière. Aujourd'hui, les cerfs-volants arrivent toujours de Chine et s'ils réjouissent les enfants de nos contrées, ce n'est pas forcément le cas pour ceux qui les fabriquent.


     

    Un site à visiter : www.journeemondialeducerfvolant.com


    votre commentaire
  • Le soleil, la mer et la douceur de vivre à 3 heures de TGV de Paris... Voilà pourquoi Marseille a attiré plus de 70 000 nouveaux venus en 10 ans. Comment vit-on aujourd'hui dans cette ville métissée ? Ici, la pauvreté côtoie la richesse, les cités font partie des quartiers, les plages sont en centre ville. Marseille se modernise chaque jour un peu plus et pourtant, on va toujours pêcher les oursins au Frioul, se promener sur la Canebière et faire des grillades à la Pomme. Vieilles familles marseillaises, immigrés de la première heure, parisiens fraichement débarqués de la capitale... comment font-ils pour cohabiter ? Entre clichés, traditions et modernité, enquête sur les transformations de la cité phocéenne.

    Réalisé par Dorothée Marro et Nicolas Bourguoin
    Montage de Géraldine Dupuis
    Zone Interdite, M6

    RETROUVEZ :
    - Tous nos documentaires Investigations et enquêtes https://www.youtube.com/channel/UC50u...
    - Tous nos Reportages de guerre https://www.youtube.com/channel/UCTXE...
    - Tous nos Documentaires société https://www.youtube.com/channel/UCYFI...

    Investigations et Enquêtes


    votre commentaire
  •  

    You Tube


    votre commentaire
  •  Désirée Frappier et Alain Frappier : "Les migrations ne sont pas un problème mais la vie ! Depuis que le monde est monde, les gens bougent"

     

    Désirée et Alain Frappier ont travaillé 3 ans à l'écriture du premier tome d'un roman graphique qui retrace l'histoire de Pedro, un exilé chilien, et raconte les mondes perdus du XXème siècle, décrypte l'Histoire du Chili, les espérances, la violence d'une répression, l'unité populaire à Aliende...

    Case du roman graphique "Là où se termine la terre" aux éditions Steinkis 

    Case du roman graphique "Là où se termine la terre" aux éditions Steinkis Crédits : Désirée Frappier et Alain Frappier / éditions Steinkis

    Aujourd'hui, dans Paso Doble :

    Désirée Frappier, journaliste et écrivaine, et Alain Frappier, peintre, graphiste et illustrateur pour leur roman graphique Là où se termine la Terre aux éditions Steinkis.

    Le passé des exilés chiliens se portent comme une valise, Pedro, notre ami et héros du roman, avait envie de déposer cette valise et il a trouvé que c’était bien de le faire chez nous.

    Résumé de l'éditeur

    Là où se termine la terre, c’est l’histoire de Pedro.
    Là où se termine la terre, c’est l’histoire du Chili.
    À travers l’enfance et l’adolescence de Pedro, on revit le bouillonnement d’un quart de siècle d’histoire chilienne, rythmé par la Guerre froide, la révolution cubaine et les espoirs qui accompagnent l’élection de Salvador Allende.
    Avec tendresse et nostalgie, Désirée et Alain Frappier dressent le portrait d’un héros fragile et de sa terre du bout du monde.

     

     

    Planche de l'album "Là où se termine la terre" aux éditions Steinkis 

    Planche de l'album "Là où se termine la terre" aux éditions Steinkis Crédits : Désirée Frappier et Alain Frappier / éditions Steinkis

     

    Planche de l'album "Là où se termine la terre" aux éditions Steinkis 

    Planche de l'album "Là où se termine la terre" aux éditions Steinkis Crédits : Désirée Frappier et Alain Frappier / éditions Steinkis

     

    Je suis convaincue, depuis que j’écris, que là où se ressemblent le plus tous les humains, c’est dans l’intime, ce qu’on a de plus différent c’est l’extérieur.

    Planche de l'album "Là où se termine la terre" aux éditions Steinkis 

    Planche de l'album "Là où se termine la terre" aux éditions Steinkis Crédits : Désirée Frappier et Alain Frappier / éditions Steinkis

     

    Planche de l'album "Là où se termine la terre" aux éditions Steinkis 

    Planche de l'album "Là où se termine la terre" aux éditions Steinkis Crédits : Désirée Frappier et Alain Frappier / éditions Steinkis

     

    Pour aller plus loin :

    Le site de Désirée et Alain Frappier pour suivre leurs actualités et attendre la parution du 2ème volume de Là où se termine la terre.

    Vous pouvez également réécouter les 4 épisodes d'une série documentaire datant de 2013 qui raconte la grande Histoire du Chili à travers des témoignages de personnes ayant vécu durant quatre décennies l'espoir puis le désarroi, la prison, parfois la torture et l’exil intérieur ou extérieur.

    1/4 : Sur les docks : Chili, l'autre 11 septembre (1/4) : « La révolution Allende », de Alain Devalpo et Jean-Philippe Navarre
    2/4 : Sur les docks : Chili, l'autre 11 septembre (2/4) : « Les braises de l'espoir », de Alain Devalpo et Jean-Philippe Navarre
    3/4 : Sur les docks : Chili, l'autre 11 septembre (3/4) : « Le flambeau de l’utopie », de Alain Devalpo et Jean-Philippe Navarre
    4/4 : Sur les docks : Chili, l’autre 11 septembre (4/4) : « Canto Libre », de Luis Briceno et Jean-Philippe Navarre

     

    Intervenants

    Bibliographie

    Là où se termine la terre Steinkis,

    2017 Désirée Frappier et Alain Frappier

     

    Accueil France Culture :

    https://www.franceculture.fr/

     


    votre commentaire