• La Terre est-elle un aimant géant ? Jamy vous explique !

     

    Au sommaire : séismes dévastateurs, éruptions volcaniques, tempêtes qui font reculer nos côtes… Comment ces phénomènes surpuissants façonnent-ils nos paysages depuis des millions d’années ? Peut-on les prévoir et nous en protéger ? Ces catastrophes vont-elles se multiplier avec le dérèglement climatique ? Ce numéro du “Monde de Jamy” nous aidera à prendre de la hauteur pour mieux comprendre et nous prémunir des dangers de notre planète.

    Un nouveau numéro du « Monde de Jamy », riche en images fascinantes ! Au sommaire : séismes dévastateurs, éruptions volcaniques, tempêtes qui font reculer nos côtes… Comment ces phénomènes surpuissants façonnent-ils nos paysages depuis des millions d’années ? Peut-on les prévoir et nous en protéger ? Ces catastrophes vont-elles se multiplier avec le dérèglement climatique ? Ce numéro du “Monde de Jamy” nous aidera à prendre de la hauteur pour mieux comprendre et nous prémunir des dangers de notre planète.

     

    Et retrouvez chaque semaine le meilleur du monde de Jamy et des séquences inédites en vous abonnant à la chaîne ici : https://www.youtube.com/c/LeMondeDeJa...

     

     Le Monde De Jamy


    2 commentaires

  • Journée Internationale des droits de l'enfant

    12 contributions

     

    "Rien n’est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité."
    Kofi A. Annan, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

     

    C'est en 1996 que le Parlement français a décidé de faire du 20 novembre la "Journée Mondiale de défense et de promotion des droits de l'enfant" (loi 96/296 du 9 avril 1996). Cette journée internationale est un moment privilégié pour se rendre compte des nombreuses injustices perpétrées contre les enfants dans le monde. Elle tente aussi de faire valoir la convention internationale des droits de l'enfant de 1989.

    Une convention et des droits

    La Convention Internationale des Droits de l'Enfant est un texte de 54 articles, adoptée par les Nations Unies le 20 novembre 1989. Elle affirme qu'un enfant n'est pas seulement un être fragile qu'il faut protéger mais que c'est une personne qui a le droit d'être éduqué, soigné, protégé, quel que soit l'endroit du monde où il est né. Et aussi qu'il a le droit de s'amuser, d'apprendre et de s'exprimer. Elle a été ratifiée par 191 pays sur 193. Seuls la Somalie et les États Unis ont refusé de s'engager.

    Ce texte est très important, mais pas suffisant : il reste beaucoup à faire pour faire des droits des enfants une réalité. Les droits ne sont réels que dans la mesure où ils sont mis en pratique, pour les enfants comme pour tous. Promouvoir les droits des enfants, c'est tout d'abord créer les conditions sociales, économiques et culturelles afin que tous puissent y accéder. C'est à ce prix que les droits de l'enfant seront véritablement respectés.

    L'UNESCO a toujours accordé une place significative à l'enfant au sein de ses programmes et de ses activités, qui visent notamment au développement optimal de la personnalité dès la petite enfance, au progrès social, moral, culturel et économique de la communauté, à l'appréciation des identités et valeurs culturelles, et à la sensibilisation au respect des droits et des libertés fondamentales.

    La situation en France et dans le monde

    La promotion et le respect des Droits de l'Enfant ne doit pas rester un simple idéal, mais doit devenir une réalité au quotidien, que soient enfin reconnus les droits essentiels de l'enfant : droit à la protection, droit à la santé, droit au développement harmonieux, droit à la culture, droit à l'éducation.

    Enfant en France

    • Un million d'enfants pauvres
    • 19.000 enfants maltraités
    • 76.000 sont en danger dans un contexte familial dégradé et qui menace leur développement éducatif et/ou matériel
    • quelque 240.000 enfants placés ou pris en charge
    • 85 000 sont touchés par le saturnisme
    • record des suicides des 15-24 ans.
    • 150 000 filles et garçons quittent chaque année le système scolaire sans aucune perspective
    • 15 000 ne suivent pas leurs cours alors qu'ils sont inscrits au collège ou au lycée et qu'ils n'ont pas encore 16 ans.
    • 15 % des enfants qui arrivent au collège ne comprennent pas ce qu'ils lisent

    Même si la France traite globalement bien ses 15 millions de moins de 18 ans, elle "peut mieux faire", comme l'indique le Conseil français des associations pour les droits de l'enfant (Cofrade).

    L'Unicef, dans son rapport annuel intitulé "Enfants exclus, enfants invisibles" relève qu'il existe de nombreux enfants qui ne sont même pas enregistrés à l'Etat civil. Ce même rapport indique que plus d'un milliard d'enfants sur Terre "souffrent de privations extrêmes liées à la pauvreté, à la guerre et au sida".

    En 2015, un enfant meurt encore toutes les 3 secondes. Sans parler des millions d’enfants privés d’éducation, de soins, de nourriture, d’eau potable…

    Parmi les nombreuses oeuvres qui agissent pour que soit reconnue la dignité des pauvres et des enfants du monde entier, l'UNICEF est surement l'une des plus connues, c'est pourquoi nous vous conseillons de découvrir ses actions dans son site internet dédié.

    Un site à visiter : www.unicef.fr

     

    "Rien n’est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité."
    Kofi A. Annan, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

    C'est en 1996 que le Parlement français a décidé de faire du 20 novembre la "Journée Mondiale de défense et de promotion des droits de l'enfant" (loi 96/296 du 9 avril 1996). Cette journée internationale est un moment privilégié pour se rendre compte des nombreuses injustices perpétrées contre les enfants dans le monde. Elle tente aussi de faire valoir la convention internationale des droits de l'enfant de 1989.

    Une convention et des droits

    La Convention Internationale des Droits de l'Enfant est un texte de 54 articles, adoptée par les Nations Unies le 20 novembre 1989. Elle affirme qu'un enfant n'est pas seulement un être fragile qu'il faut protéger mais que c'est une personne qui a le droit d'être éduqué, soigné, protégé, quel que soit l'endroit du monde où il est né. Et aussi qu'il a le droit de s'amuser, d'apprendre et de s'exprimer. Elle a été ratifiée par 191 pays sur 193. Seuls la Somalie et les États Unis ont refusé de s'engager.

    Ce texte est très important, mais pas suffisant : il reste beaucoup à faire pour faire des droits des enfants une réalité. Les droits ne sont réels que dans la mesure où ils sont mis en pratique, pour les enfants comme pour tous. Promouvoir les droits des enfants, c'est tout d'abord créer les conditions sociales, économiques et culturelles afin que tous puissent y accéder. C'est à ce prix que les droits de l'enfant seront véritablement respectés.

    L'UNESCO a toujours accordé une place significative à l'enfant au sein de ses programmes et de ses activités, qui visent notamment au développement optimal de la personnalité dès la petite enfance, au progrès social, moral, culturel et économique de la communauté, à l'appréciation des identités et valeurs culturelles, et à la sensibilisation au respect des droits et des libertés fondamentales.

    La situation en France et dans le monde

    La promotion et le respect des Droits de l'Enfant ne doit pas rester un simple idéal, mais doit devenir une réalité au quotidien, que soient enfin reconnus les droits essentiels de l'enfant : droit à la protection, droit à la santé, droit au développement harmonieux, droit à la culture, droit à l'éducation.

    Enfant en France

    • Un million d'enfants pauvres
    • 19.000 enfants maltraités
    • 76.000 sont en danger dans un contexte familial dégradé et qui menace leur développement éducatif et/ou matériel
    • quelque 240.000 enfants placés ou pris en charge
    • 85 000 sont touchés par le saturnisme
    • record des suicides des 15-24 ans.
    • 150 000 filles et garçons quittent chaque année le système scolaire sans aucune perspective
    • 15 000 ne suivent pas leurs cours alors qu'ils sont inscrits au collège ou au lycée et qu'ils n'ont pas encore 16 ans.
    • 15 % des enfants qui arrivent au collège ne comprennent pas ce qu'ils lisent

    Même si la France traite globalement bien ses 15 millions de moins de 18 ans, elle "peut mieux faire", comme l'indique le Conseil français des associations pour les droits de l'enfant (Cofrade).

    L'Unicef, dans son rapport annuel intitulé "Enfants exclus, enfants invisibles" relève qu'il existe de nombreux enfants qui ne sont même pas enregistrés à l'Etat civil. Ce même rapport indique que plus d'un milliard d'enfants sur Terre "souffrent de privations extrêmes liées à la pauvreté, à la guerre et au sida".

    En 2015, un enfant meurt encore toutes les 3 secondes. Sans parler des millions d’enfants privés d’éducation, de soins, de nourriture, d’eau potable…

    Parmi les nombreuses oeuvres qui agissent pour que soit reconnue la dignité des pauvres et des enfants du monde entier, l'UNICEF est surement l'une des plus connues, c'est pourquoi nous vous conseillons de découvrir ses actions dans son site internet dédié.

    Un site à visiter : www.unicef.fr

     

    Entraîner un champion du monde de natation ? Facile pour Maya et Naëlle ! Le 20 novembre c’est la Journée mondiale des enfants et ce jour là, ils ont décidé de prendre le pouvoir ! Un dispositif ludique pour attirer l'attention sur un sujet grave : quelle place accorde t'on aux enfants ? Pour plus d’infos sur la Journée mondiale des enfants : https://www.unicef.fr

     

    UNICEF France

     

     

    Mise à jour sur la pétition

     

    Journée internationale des droits de l'Enfant

    Quelle meilleure date pouvais-je choisir pour le tournage du reportage sur la pétition que la date symbolique du 20 novembre journée internationale des droits de l'enfant.

     
    Lire la mise à jour complète

     


    votre commentaire
  • Le blob, cet étrange génie visqueux, ni plante, ni animal, ni champignon

    Fait d’une unique cellule géante capable de se déplacer, sans cerveau mais doté de mémoire, « Physarum polycephalum » défie tous les canons de la biologie. Portrait.


    « Physarum polycephalum », aussi appelé « blob », en pleine exploration de son environnement.

    Imaginons un quiz élémentaire sur la biologie : quelques affirmations simples – disons cinq – auxquelles il conviendrait de dire si elles sont vraies ou fausses. La cellule, unité fondamentale du vivant, est de petite taille. Pour se ­déplacer, un organisme vivant est doté d’organes ­locomoteurs spécifiques. Chaque espèce dispose d’un nombre déterminé de chromosomes. Les êtres ­vivants à reproduction sexuée sont divisés entre ­mâles et femelles. Le siège de la mémoire et de l’apprentissage se situe dans le cerveau.

    La suite

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/06/19/le-blob-cet-etrange-genie-visqueux_5147465_1650684.html

     

    Blob — Wikipédia

    Dans l'esprit d'idées qui méritent d'être diffusées, TEDx est un programme d'événements locaux auto-organisés qui rassemblent les gens pour partager une expérience similaire à celle de TED. Lors d'un événement TEDx, la vidéo TEDTalks et les conférenciers en direct se combinent pour susciter une discussion et une connexion approfondies au sein d'un petit groupe. Ces événements locaux auto-organisés sont marqués TEDx, où x = événement TED organisé indépendamment. La conférence TED fournit des orientations générales pour le programme TEDx, mais les événements TEDx individuels sont auto-organisés. * (* Sous réserve de certaines règles et réglementations)

     

     

    le BLOB expliqué ,

    ni champignon ni animal Physarum Polycephalum Audrey Dussutour

    le BLOB expliqué , ni champignon ni animal Physarum Polycephalum Audrey Dussutour

     

    Marc Chabot YT

     

    2 commentaires
  •  

    SIGN HERE


    Voici le fils de Donald Trump, brandissant la queue d'un éléphant qu'il vient de tuer. Son père vient de lui faire un cadeau macabre: il a changé la loi pour que les impitoyables chasseurs américains puissent massacrer des éléphants et ramener les têtes comme trophées. Lançons une gigantesque campagne internationale pour faire honte aux États-Unis et les forcer à abandonner cette idée révoltante -- Avaaz collaborera avec des pays africains pour remettre notre appel lors d'une grande conférence sur la protection de l'environnement, dans quelques jours. Signez en un clic:

    SIGNEZ ICI

     

    Trump vient de faire un cadeau macabre à son fils: il a changé la loi pour autoriser les impitoyables chasseurs américains à massacrer des éléphants en Afrique et rapporter les têtes chez eux comme trophées.

    Trump Jr. a tué et mutilé un éléphant -- et aujourd'hui, son père le récompense, en permettant à tout le monde de participer au massacre et de ramener des organes à la maison en souvenir, alors même que le braconnage des éléphants menace la survie de ces incroyables créatures.

    Faisons entendre un gigantesque tollé mondial pour faire honte aux États-Unis et les forcer à abandonner ce plan révoltant. Lorsque notre appel sera immense, Avaaz collaborera avec d'importants pays africains pour remettre les signatures lors de la grande conférence sur la protection de la faune sauvage qui a lieu dans quelques jours. Signez en un clic:

    Sauvez les éléphants: abandonnez ce plan révoltant

    Au Président Trump, aux services américains de la pêche et de la faune sauvage, et aux organes de protection de l'environnement partout dans le monde:
    Les éléphants sont menacés d'extinction et ce n'est pas le moment d'affaiblir leur protection. La chasse aux trophées encourage le massacre des éléphants, augmente la demande pour leurs organes et introduit un double language qui complique la lutte contre le braconnage pour l'ivoire. Nous vous demandons de revenir sur votre décision d'autoriser l'importation de trophées d'éléphants, avant qu'il ne soit trop tard.

    Sauvez les éléphants: abandonnez ce plan révoltant

    L'administration Trump avance que seuls la Zambie et le Zimbabwe seront concernés par la levée de l'interdiction de l'importation de trophées, et ces pays prétendent que leurs populations d'éléphants sont durables et bien gérées. Mais il y a seulement 21 000 éléphants en Zambie, quand ils dépassaient les 200 000 il y a à peine 45 ans. Et au Zimbabwe, des membres du gouvernement piègent les éléphanteaux pour les vendre aux zoos! 

    Selon les experts, il sera presque impossible de mettre fin au braconnage si de riches Américains chassent les éléphants pour se distraire. La seule manière de sauver les éléphants de l'extinction est d'arrêter de les tuer, et de réduire la demande pour leurs organes. 

    Lorsque Cecil le lion a été abattu, un tollé international a forcé les États-Unis à mieux protéger ces animaux. Aujourd'hui, faisons de même - avant qu'il ne soit trop tard pour les éléphants! 

    Quand les responsables gouvernementaux en charge de la protection de la faune sauvage se réuniront dans quelques jours, accueillons-les avec un immense appel pour que les États-Unis abandonnent leurs noirs desseins. Signez maintenant en un clic et partagez tout autour de vous!  

    Sauvez les éléphants: abandonnez ce plan révoltant

    À de nombreuses reprises, notre mouvement s'est rassemblé pour les éléphants. Nous nous sommes battus pour que l'ivoire soit interdit, nous avons financé des opérations sous couverture contre les braconniers et plaidé sans relâche pour une plus grande protection. Rassemblons-nous de nouveau aujourd'hui pour ces créatures exceptionnelles.

    Avec espoir et détermination,

    Bert, Spyro, Sarah, Danny et le reste de l'équipe d'Avaaz

    POUR PLUS D'INFORMATIONS

    L'administration Trump réautorise l'importation de trophées d'éléphants (Le Figaro)
    http://www.lefigaro.fr/international/2017/11/16/01003-20171116ARTFIG00355-l-administration-trump-reautorise-l-importation-de-trophees-d-elephants.php

    En réautorisant le commerce de l’ivoire, Trump encourage le braconnage des éléphants (Paris Match)
    http://www.parismatch.com/Actu/Environnement/En-reautorisant-le-commerce-de-l-ivoire-Trump-encourage-le-braconnage-des-elephants-1396379

    Zimbabwe : la vente d'éléphanteaux à la Chine « écœure » les ONG (Le Monde)
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/07/07/le-zimbabwe-a-vendu-24-jeunes-elephants-a-la-chine_4674074_3212.html

    UE, États-Unis: sauvez les lions africains (Avaaz)
    https://secure.avaaz.org/fr/save_africas_lions_loc

     


    votre commentaire
  • Ils ont été abattus ou chéris, parce qu’ils gênaient la vue ou qu’ils embellissaient la vie : trois histoires d’arbres et de voisinage.

    Le noyer de JutignyLe noyer de Jutigny Crédits : Marine Guillier

    Chanson de fin : "12:59 Lullaby" par Bedouin Soundclash - Album : "Street gospels" (2006) - Label : Sideonedummy records.

    • Reportage : Elise Andrieu

     

     

    Le premier ne veut pas se laisser prendre en photo, le deuxième menace de tomber, le troisième est millénaire et se trouve soudain arrosé de "round up"… Trois récits autour de la vie des arbres, racontés par ceux qui les regardent.

    Ecorce Arbutus AndrachneEcorce Arbutus Andrachne Crédits : Cédric Pollet

    "Je respire écorce, je mange écorce, et sans arrêt je pense aux arbres." (Cédric Pollet)

    Site de Cédric Pollet, photographe d'écorces 

    Site de l'Association "Les amis des ifs" à la Haye de Routot 

    Site de la Haye de Routot 

    Site de l'association A.R.B.R.E.S.

     

    Chanson de fin : "Toxic" par Yael Naïm - Album : "Yael Naïm" (2007) - Label : Tôt ou tard. 

    • Reportage : Elise Andrieu 
    • Réalisation : Philippe Baudouin

     

    Bibliographie


    votre commentaire