• Pourquoi "Respect" ??

    Tout simplement respectons et protégeons toutes les formes de vies qui nous entourent.

     

    Vidéo Youtubes par Mari in Paci, Production

     

     


    votre commentaire
  • Nous croyons savoir tant de choses...

    Nous croyons savoir tant de choses...

    Nous savons aller vers les étoiles, mais nous ne savons pas respecter le ciel et encore moins l'immensité du cosmos.
     
     
    Nous savons parler d'amour, mais nous avons tant de difficultés à aimer dans le respect de l'autre et de soi.
     
     
    Nous savons fabriquer du pain mais nous avons du mal à le partager.
     
     
    Nous savons faire des enfants mais nous peinons à les élever.
     
     
    Nous savons créer des œuvres d'art mais nous avons tendance à saccager la beauté.
     
     
    Nous savons prévoir le temps mais nous violentons la nature.
     
     
    Nous savons nous émouvoir de la misère du monde
    mais nous gaspillons le meilleur de nos ressources en
    productions inutiles et en objets dérisoires.
     
     
    Nous savons soigner avec une redoutable efficacité
    mais dans beaucoup de cas nous ne savons pas encore
    guérir.
     
     
    Nous savons déclencher des guerres et les entretenir longtemps, mais nous avons tant de mal à oser vivre en paix !
     
     
    Nous savons greffer des cœurs et des mains, mais nous manquons de confiance dans la relation avec notre propre corps.
     
     
    Nous savons modifier des plantes, cloner des animaux mais nous détruisons des milliers d'espèces chaque année.
     
     
    Nous savons nous déplacer de plus en plus vite, de plus en plus loin, mais nous mettons tellement d'obstacles qui nous empêchent de communiquer avec ceux qui nous sont proche!
     
     
    Nous savons que nous savons beaucoup, beaucoup de choses, mais nous ne savons pas encore que nous ne savons pas l'essentiel, à savoir le respect de la vie sous toutes ses formes.

     
    Jacques Salomé
     
    (extrait de « A qui ferais-je de la peine si j’étais moi-même ?)
     
    Par
     
     
    Christophe Roccy.

     

    Dans le Groupe FB

    (secret)

     

    https://www.facebook.com/groups/194807740597322/

     

    Contactez moi si vous avez envie d'y participer

     

    https://www.facebook.com/roselyned2


    votre commentaire
  •  

     

    MrBangthamai


    4 commentaires
  • J'ai l'audace de croire que partout les peuples peuvent avoir trois repas par jour pour nourrir leur corps, une éducation et une culture pour nourrir leur pensée, la dignité, l'égalité et la liberté pour nourrir leur esprit.

     

    Je crois que des hommes inspirés par l'amour du prochain pourront reconstruire ce qu'ont détruit des hommes inspirés par l'amour de soi.

    Martin Luther King

     

    Partagé par

    Christophe Roccy

     

    Dans le Groupe FB

    Evolution, Spiritualité, Développement personnel etc


    2 commentaires
  • For the suffering people in Tibet and over the world.
    Lyrics:

    Nous vivons sous le même soleil
    Que des être en tous points pareils
    Qui partagent leur existence
    Entre l'espoir et la souffrance

    La Tibétaine au coeur si pur
    Qui chantait à  l'ombre des murs
    Attendra jusqu'à ses tente ans
    Pour revoir le soleil levant

    Les oubliés du Toit du Monde
    Nous appellent à chaque seconde
    Et leur chant se heurte en silence
    Au vacarme de l'inconscience

    C'est la voix d'un peuple brisé
    De ces moines martyrisés
    Qui nous offrent en un seul regard
    Des milliers de vies de mémoire

    C'était hier
    C'était ailleurs
    On disait " plus jamais l'horreur"
    C'est là tout près
    C'est maintenant
    Et je pleure pour tous ces gens

    Nous gardons la blessure au coeur
    Du chagrin des peuples qui demeurent
    Par la force ou par la violence
    En perdant jusqu'à l'espérance

    Cette lignée si elle s'éteint
    Avec le dernier Tibétain
    Laisserait pour l'éternité
    Tant de portes à jamais fermées

    Les oubliés de Toit du Monde
    Nous appellent à chaque seconde
    Mais leurs chants se perdent en silence
    Au désert de l'indifférence

    C'est la voix d'un peuple épuisé
    De ces femmes paralysées
    Qui revivent en un seul regard
    Tout ce que leur coeur a pu voir

    C'était hier
    C'était ailleurs
    On disait, ah " c'était une erreur»
    C'est là  tout près
    C'est maintenant
    Et je rêve pour tous ces enfants

    D'un pays libre sur la Terre
    A des milliers d'années-lumière
    De ces uniformes barbares
    De la peur et du désespoir

    Pour revivre sous le soleil
    Une histoire en tous points pareille
    Et pour pouvoir enfin raconter
    Les chapitres inachevés

    Il est dit que jamais la flamme
    De la vérité dans nos âmes
    Ne peut s'éteindre tout à fait
    Et qu'elle nous éclaire en secret

    Comme du miel sur les blessures
    J'entends toujours la voix si pure
    De la Tibétaine chanter
    Avec ses soeurs emprisonnées

    Quelque part au-delà des murs,
    J'entends toujours la voix si pure
    De la Tibétaine chanter
    Leur espoir en la liberté.

     

    Playlist

    Yves Duteil


    votre commentaire
  •  

    ♪♫ Musique : Song for Bob - Nick Cave , Warren Ellis -
    ❀ Séquences vidéos issues de diverses créations partagées sur YouTube par notamment evosiastudios et R Ôm Pompoko
    ( 2 chaînes sur YouTube )

    ღ Gratitude à tous les éléments en ces séquences, visuelles et musicales, ainsi qu'à ceux ( celles ) qui les ont filmées, créées, et ceux ( celles ) qui les ont partagées , ce qui a permis ce montage, Merci ღ _|_ ღ


    votre commentaire
    • IL  demande un audit concernant l'abattage des arbres en bord de route, pour raisons de sécurité routière.

       

       Protégeons la nature

       

      Drôle d'idée d'abattre les arbres à cause des hommes qui n'en ont cure  ...

       

      Nous ne pouvons pas vivre sans la nature.

       

      L’image contient peut-être : arbre, ciel, plein air et nature

       

      A faire tourner massivement!
       

       

      Le Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, demande un audit concernant l'abattage des arbres en bord de route, pour raisons de sécurité routière.

       

       

      Plutôt que d'attendre des automobiliste plus de civisme et de bon sens dans leur comportement, il est question de modifier durablement le paysage, et d'abattre des dizaines de milliers d'arbres parfois très anciens.

       

       

      Voici la lettre que, sur le même thème, Georges Pompidou adressa à son premier ministre Jacques Chaban-Delmas en 1970. Merci de la faire circuler autant que faire se peut afin de lui permettre de porter à nouveau ses fruits.

       

       

      Lettre de Georges Pompidou, Président de la République Française
      A Jacques Chaban-Delmas, Premier Ministre, en date du 17 juillet 1970

      Mon cher Premier Ministre,
       

       

      J’ai eu, par le plus grand des hasards, communication d’une circulaire du Ministre de l’Equipement -Direction des routes et de la circulation routière- dont je vous fais parvenir photocopie. Cette circulaire, présentée comme un projet, a en fait déjà été communiquée à de nombreux fonctionnaires chargés de son application, puisque c’est par l’un d’eux que j’en ai appris l’existence.

       

       

      Elle appelle de ma part deux réflexions : La première, c’est qu’alors que le Conseil des Ministres est parfois saisi de questions mineures telles que l’augmentation d’une indemnité versée à quelques fonctionnaires, des décisions importantes sont prises par les services centraux d’un ministère en dehors de tout contrôle gouvernemental ; la seconde, c’est que, bien que j’ai plusieurs fois exprimé en Conseil des Ministres ma volonté de sauvegarder « partout » les arbres, cette circulaire témoigne de la plus profonde indifférence à l’égard des souhaits du Président de la République.

       

       

      Il en ressort, en effet, que l’abattage des arbres le long des routes deviendra systématique sous prétexte de sécurité. Il est à noter par contre que l’on n’envisage qu’avec beaucoup de prudence et à titre de simple étude, le déplacement des poteaux électriques ou télégraphiques.

       

       

      C’est que là, il y a des administrations pour se défendre. Les arbres, eux, n’ont, semble-t-il, d’autres défenseurs que moi-même et il apparaît que cela ne compte pas. La France n’est pas faite uniquement pour permettre aux Français de circuler en voiture, et, quelle que soit l’importance des problèmes de sécurité routière, cela ne doit pas aboutir à défigurer son paysage.

       

       

      D’ailleurs, une diminution durable des accidents de la circulation ne pourra résulter que de l’éducation des conducteurs, de l’instauration des règles simples et adaptées à la configuration de la route, alors que complication est recherchée comme à plaisir dans la signalisation sous toutes ses formes. Elle résultera également des règles moins lâches en matière d’alcoolémie, et je regrette à cet égard que le gouvernement se soit écarté de la position initialement retenue.

       

       

      La sauvegarde des arbres plantés au bord des routes -et je pense en particulier aux magnifiques routes du Midi bordées de platanes- est essentielle pour la beauté de notre pays, pour la protection de la nature, pour la sauvegarde d’un milieu humain.

       

       

      Je vous demande donc de faire rapporter la circulaire des Ponts et Chaussées et de donner des instructions précises au Ministre de l’Equipement pour que, sous divers prétextes (vieillissement des arbres, demandes de municipalités circonvenues et fermées à tout souci d’esthétique, problèmes financiers que posent l’entretien des arbres et l’abattage des branches mortes), on ne poursuive pas dans la pratique ce qui n’aurait été abandonné que dans le principe et pour me donner satisfaction d’apparence.

       

       

      La vie moderne dans son cadre de béton, de bitume et de néon créera de plus en plus chez tous un besoin d’évasion, de nature et de beauté. L’autoroute sera utilisée pour les transports qui n’ont d’autre objet que la rapidité. La route, elle, doit redevenir pour l’automobiliste de la fin du vingtième siècle ce qu’était le chemin pour le piéton ou le cavalier : un itinéraire que l’on emprunte sans se hâter, en en profitant pour voir la France. Que l’on se garde donc de détruire systématiquement ce qui en fait la beauté !

      Georges Pompidou


    votre commentaire