•  

    Asher Quinn (Asha) chante «juste Scarborough» de son album "Sun, Chagrin, Fleurs, de la Lune." Achetez le CD / téléchargement piste ici ~  

    http://asherquinn.co.uk/samples21.html

    Paul Simon ajouté son «Cantique» à la chanson populaire comme un contrepoint, décrivant comment la guerre détruit l'amour, et cela est devenu la ballade douce-amère rendu célèbre par Simon & Garfunkel dans les années 1960.

    Paul Simon est d'origine hongroise, et son père juif fui la persécution russe à Budapest dans le soulèvement de 1956. Les «bataillons Scarlet 'que vous entendez dans les paroles peuvent être une référence aux forces d'occupation de l'armée rouge.

    Nous avons filmé pour cela, mon ami Gloria et moi, dans l'abbaye de Conga, Comté de Mayo, en Irlande, parce que cette abbaye en ruine avec ses arches, des ponts, des portails, la forêt vierge, rivière, lac et ornements en fer forgé prête un air chevaleresque magique pour le une procédure qui me semblent convient vraiment la nature archétypale de la chanson.

    Juste Scarborough 'est une ballade traditionnelle anglaise environ deux jeunes amoureux partageant un amour interdit dans les moments difficiles. Ils ont mis l'autre une série de tâches impossibles sorte que leur amour pouvait supporter, comme coudre une chemise sans coutures, et de trouver un arpent de terre entre la mer et la plage!

     

    Nous venons de prendre deux caméscopes minuscules, une brosse à cheveux, un changement de vêtements et ma guitare quand on va filmer ... il n'y a pas de lumières, matériel coûteux ou de film équipages. Nous filmons comme il est, avec à peine des effets ou des trucs dans le montage. Mon ami Maggie en Ecosse fait le montage. Donc, nous avons confiance dans les puissances supérieures que tous iront ... avec le temps, l'emplacement, la logistique et tout. Et il le fait!

     

    La piste a été enregistrée au Kerani Musique aux Pays-Bas, avec Arno Op den Camp production et Kerani se chanter le cantique,

    et il ouvre mon album "Sun, Chagrin, Fleurs, de la Lune."


    votre commentaire
  • La Cimade

     Dans une société française fragmentée par les injustices et les inégalités, certains désignent aujourd’hui l’étranger comme un bouc émissaire. Et demain qui ?

      

    Par ce manifeste, nous affirmons et revendiquons notre soutien et notre solidarité à cet autre nous-même : l’étranger. Nous ne voulons pas être complices de sa dénonciation comme un problème et une menace.

        

    Parce que cet étranger,
    c’est l’un de nous. 
     
      

    Un homme ou une femme, avec ou sans papiers, avec ou sans emploi, avec ou sans logement, mais toujours avec un nom et une histoire propre, comme chacun d'entre nous.

     

    valeur-manifeste

      

    Parce que cet étranger aspire à vivre dans la dignité et la sécurité. Il n’est pas acceptable que sa vie en France soit synonyme d’humiliations, de soupçons, de précarité et d’exploitation, de destin brisé par l’enfermement et l’expulsion.
     

    Parce que cet étranger est là, depuis toujours, et appartient à notre histoire. Passeur de connaissances, contributeur à notre richesse culturelle, il est aussi le bâtisseur et le défenseur d’une France nourrie du mélange des idées et de la diversité de ses habitants.
     

    La crise économique et sociale se moque des nationalités. Citoyens du monde, nous sommes tous concernés par les désordres mondiaux qui peuvent conduire, un jour, un homme, une femme ou une famille à quitter son pays : déséquilibres macro-économiques, dérèglement climatique, conflits nationaux et internationaux.
     

    Ensemble et unis, nous pouvons construire un avenir commun où chacun aura sa place. Divisés et séparés, nous renions notre mémoire et notre humanité.
    Les enjeux vont au-delà de la solidarité avec les étrangers. Il en va, plus profondément, de l’avenir de notre société qui ne sera véritablement en paix avec elle-même que lorsqu’elle saura assumer et valoriser sa pluralité.

    Aussi, nous appelons à un changement profond de perspective pour sortir de cette mise en accusation permanente de l’étranger, convaincus que l’obsession sécuritaire dominante a fini par occulter toute alternative, toute possibilité différente de penser la mobilité des êtres humains.
     

    Sans angélisme ni naïveté, nous croyons qu’il est possible et urgent de promouvoir d’autres relations et d’autres politiques. Par ce manifeste, nous voulons déjouer les peurs collectives qui nous paralysent, et inviter à une large mobilisation celles et ceux, français et étrangers, qui refusent de se résigner.

     

    Source  

    http://www.lacimade.org/ 


    votre commentaire
  •  

    music: Michel Pépé - Au Coeur des Highlands
    album: Album Divine Oasis

     

    http://www.michelpepe.com

     

    Video edited by Andreea Petcu

    http://www.andreeapetcu.com

     

    http://www.youtube.com/Newoceanflower...

    Musique


    votre commentaire
  • Musique:Serge Jorjet

    Effets sonore ( Universal-Soundbank)

    Montage-Vidéo
     

    Serge Jorje

      

    Serge Jorjet


    votre commentaire
  • Nous voulons vivre, être nous même,

    car les visages triste du bonheur ici,

    nous font peur.
     

    Nous voulons être les constructeurs de nos existence pas les suiveurs,

    laisse parler ton cœur peut t'éviter de vivre dans la douleur ...

     

    Nous voulons voir des sourires, plus des empires ... :)

     


    1 commentaire
  •  

    01. Enya / Only Time 00:01
    02. Enya / Orinoco Flow 03:38
    03. Enya / May It Be 08:07
    04. Enya / It's In The Rain 11:36
    05. Enya / Storms In Africa 15:48
    06. Enya / Caribbean Blue 19:55
    07. Enya / Book Of Days 23:53
    08. Enya / The River Sings 26:50
    09. Enya / White Is In The Winter Night 29:38
    10. Enya / Anywhere Is 32:35
    11. Enya / Only If 36:25
    12. Enya / The Celts 39:45
    13. Enya / Amarantine 42:45
    14. Enya / China Roses 45:58
    15. Enya / One By One 50:32
    16. Enya / Shepherd Moons 54:28
    17. Enya / Watermark 58:10
    18. Enya / Paint The Sky With Stars 01:00:36
    19. Enya / On My Way Home 01:04:50
    20. Enya / A Day Without Rain 01:08:26
    21. Enya / The Memory Of Trees 01:11:05
    22. Enya / The Sun in the Stream 01:15:21
    23. Enya / Song Of The Sandman (Lullaby) 01:18:20
    24. Enya / Exile 01:22:04
    25. Enya / Triad St. Patrick, Cu Chulainn, Oisin 01:26:23
    26. Enya / Wild Child 01:30:48
    27. Enya / Water Shows The Hidden Heart 01:34:36
    28. Enya / O Come, O Come, Emmanuel 01:39:25
    29. Enya / How Can I Keep From Singing 01:42:55
    30. Enya / Lazy Days 01:47:14
    31. Enya / My! My! Time Flies! 01:50:56
    32. Enya / Long Long Journey 01:54:00
    33. Enya / Ebudae 01:57:20
    34. Enya / Lothlorien 01:59:12
    35. Enya / Isobella 02:01:21
    36. Enya / Flora's Secret 02:05:46
    37. Enya / Sumiregusa 02:09:53
    38. Enya / Marble Halls 02:14:35
    39. Enya / Fallen Embers 02:18:30
    40. Enya / Afer Ventus 02:21:01
    41. Enya / Angeles 02:25:05
    42. Enya / Tempus Vernum 02:29:09
    43. Enya / Boadicea 02:31:35
    44. Enya / Trains And Winter Rains 02:35:00

     

     


    2 commentaires
  •   

      

    Que ce soit le fait de la folie meurtrière des hommes, du déclin économique, de désastres naturels ou nucléaires ou encore de la folie, cette fois, des grandeurs...

    Les villes meurent aussi

     

    lundi: Homs, Kobané, Sarajevo: villes martyres

    mardi: RIP Detroit: villes en déclin

    mercredi:De la catastrophe au silence: les villes fantômes

    jeudi: Quand la vieille ville s'efface

     

    Le fameux violoncelliste de la bibliothèque de Sarajevo, dans Sarajevo assiégée Mikhail Evstafiev ©

    Wikimedia / Creative Commons

     

    Qu’est-ce qu’une ville martyre ?

     

    En France, on pense à Oradour sur Glane…. Ailleurs, on peut penser à Hiroshima, à Nagasaki, à Groznyï en Tchétchénie, à Gaza, bien sûr et puis aussi à Beyrouth, à Sarajevo, villes dont on parlera notamment avec notre invitée Bénédicte Tratjnek

     

    On pense aussi évidemment, en ce moment, à l’acharnement contre les villes syriennes du régime de Bachar Al Assad à Homs, « cœur battant de la rébellion », pour paraphraser notre autre invité, Jean-Pierre Perrin, mais aussi Alep dont on parle peu... et bien sûr Kobané, « la » ville-martyre, sur lesquels tous les regards étaient braqués début Octobre, la ville emblème de la résistance kurde sur laquelle flottent désormais les drapeaux noirs de la défaite, de l’impuissance des combattants kurdes et de la communauté internationale, ceux bien sûr des djihadistes de Daesh… nous retrouverons Delphine Minoui, depuis Le Caire, qui s’est rendue à la frontière turco-syrienne le mois dernier…

     

    La suite

      et écouter

    http://www.franceculture.fr/emission-culturesmonde-les-villes-meurent-aussi-14-homs-kobane-sarajevo-villes-martyres-2014-11-17#xtor=EPR-32280591

     


    votre commentaire