• Nous voulons vivre, être nous même,

    car les visages triste du bonheur ici,

    nous font peur.
     

    Nous voulons être les constructeurs de nos existence pas les suiveurs,

    laisse parler ton cœur peut t'éviter de vivre dans la douleur ...

     

    Nous voulons voir des sourires, plus des empires ... :)

     


    1 commentaire
  •  

    01. Enya / Only Time 00:01
    02. Enya / Orinoco Flow 03:38
    03. Enya / May It Be 08:07
    04. Enya / It's In The Rain 11:36
    05. Enya / Storms In Africa 15:48
    06. Enya / Caribbean Blue 19:55
    07. Enya / Book Of Days 23:53
    08. Enya / The River Sings 26:50
    09. Enya / White Is In The Winter Night 29:38
    10. Enya / Anywhere Is 32:35
    11. Enya / Only If 36:25
    12. Enya / The Celts 39:45
    13. Enya / Amarantine 42:45
    14. Enya / China Roses 45:58
    15. Enya / One By One 50:32
    16. Enya / Shepherd Moons 54:28
    17. Enya / Watermark 58:10
    18. Enya / Paint The Sky With Stars 01:00:36
    19. Enya / On My Way Home 01:04:50
    20. Enya / A Day Without Rain 01:08:26
    21. Enya / The Memory Of Trees 01:11:05
    22. Enya / The Sun in the Stream 01:15:21
    23. Enya / Song Of The Sandman (Lullaby) 01:18:20
    24. Enya / Exile 01:22:04
    25. Enya / Triad St. Patrick, Cu Chulainn, Oisin 01:26:23
    26. Enya / Wild Child 01:30:48
    27. Enya / Water Shows The Hidden Heart 01:34:36
    28. Enya / O Come, O Come, Emmanuel 01:39:25
    29. Enya / How Can I Keep From Singing 01:42:55
    30. Enya / Lazy Days 01:47:14
    31. Enya / My! My! Time Flies! 01:50:56
    32. Enya / Long Long Journey 01:54:00
    33. Enya / Ebudae 01:57:20
    34. Enya / Lothlorien 01:59:12
    35. Enya / Isobella 02:01:21
    36. Enya / Flora's Secret 02:05:46
    37. Enya / Sumiregusa 02:09:53
    38. Enya / Marble Halls 02:14:35
    39. Enya / Fallen Embers 02:18:30
    40. Enya / Afer Ventus 02:21:01
    41. Enya / Angeles 02:25:05
    42. Enya / Tempus Vernum 02:29:09
    43. Enya / Boadicea 02:31:35
    44. Enya / Trains And Winter Rains 02:35:00

     

     


    2 commentaires
  •   

      

    Que ce soit le fait de la folie meurtrière des hommes, du déclin économique, de désastres naturels ou nucléaires ou encore de la folie, cette fois, des grandeurs...

    Les villes meurent aussi

     

    lundi: Homs, Kobané, Sarajevo: villes martyres

    mardi: RIP Detroit: villes en déclin

    mercredi:De la catastrophe au silence: les villes fantômes

    jeudi: Quand la vieille ville s'efface

     

    Le fameux violoncelliste de la bibliothèque de Sarajevo, dans Sarajevo assiégée Mikhail Evstafiev ©

    Wikimedia / Creative Commons

     

    Qu’est-ce qu’une ville martyre ?

     

    En France, on pense à Oradour sur Glane…. Ailleurs, on peut penser à Hiroshima, à Nagasaki, à Groznyï en Tchétchénie, à Gaza, bien sûr et puis aussi à Beyrouth, à Sarajevo, villes dont on parlera notamment avec notre invitée Bénédicte Tratjnek

     

    On pense aussi évidemment, en ce moment, à l’acharnement contre les villes syriennes du régime de Bachar Al Assad à Homs, « cœur battant de la rébellion », pour paraphraser notre autre invité, Jean-Pierre Perrin, mais aussi Alep dont on parle peu... et bien sûr Kobané, « la » ville-martyre, sur lesquels tous les regards étaient braqués début Octobre, la ville emblème de la résistance kurde sur laquelle flottent désormais les drapeaux noirs de la défaite, de l’impuissance des combattants kurdes et de la communauté internationale, ceux bien sûr des djihadistes de Daesh… nous retrouverons Delphine Minoui, depuis Le Caire, qui s’est rendue à la frontière turco-syrienne le mois dernier…

     

    La suite

      et écouter

    http://www.franceculture.fr/emission-culturesmonde-les-villes-meurent-aussi-14-homs-kobane-sarajevo-villes-martyres-2014-11-17#xtor=EPR-32280591

     


    votre commentaire
  • Musique: 'Feuilles d'Automne' de Pascal Ser Jacobs (Jamendo)

    Bon Dimanche à tous ♥

     


    votre commentaire
  •  

    J'ai choisi la chanson Je viens du Sud de Chimène Badi pour accompagner ces images ....

     

      

     


    1 commentaire
  •   

    Louise Latraverse

    Collaboration spéciale

    Lorsque je commence à regarder le temps qui passe, à m’y attarder, je sais que j’en ai pour un bon moment. C’est sournois. Ça vient me visiter quand je suis un peu fatiguée. Pas trop. Juste assez pour en profiter. Je décide d’arrêter et d’observer ce qui va se passer.

    C’est-à-dire rien.

    Ô rien, tu m’inspires !

    Depuis que je suis enfant, j’ai ce rapport particulier avec le temps. Peut-être que ce n’est pas si particulier et que chacun vit des moments semblables. C’est même prétentieux de penser autrement. Je regarde autour de moi les humains s’affairer et déplacer beaucoup d’air. À mes heures, je participe moi-même à ce va-et-vient avec beaucoup d’application.

      

    D’un coup, l’élastique pète et stop, je débarque. Littéralement. Un refus total et global de participer à toute forme d’agitation. Une grève des obligations, des « il faut ». Il faut quoi ? Suis obligée à quoi ? Pour quelques jours – un temps indéfini – sans date de péremption inscrite sur mon front. J’arrête.

      

    Je ne suis obligée à rien. Je pourrais même devenir « périmée », comme les œufs, le yaourt et le lait. Il est étonnant qu’on ne sache pas encore, d’une manière scientifique, à quel moment on sera « périmé ». Cela simplifierait grandement nos vies. J’aurais le temps de faire mon ménage, la semaine d’avant, question de faire bonne impression avant de partir. À 89 ans, vers 16 heures, vous serez « périmée ». Pas de niaisage, ni étonnement, ni grands sparages.

     

    — Goodbye, Loulou, was nice meeting you !

    — Vous le saviez depuis longtemps. Vous avez donc eu le temps, tout le monde, de vous y faire.

    Ça prend quelques minutes et neuf mois pour faire un enfant. C’est clair et précis. On suit le déroulement avec toute la gamme d’émotions liées à ce grand évènement. Tout est mis en place pour que ce soit une réussite. Une des plus grandes de la vie.

    Donc, si on connaît précisément le temps nécessaire à faire un enfant, il serait juste de savoir aussi combien de temps il faut pour atteindre la date de péremption, non ? Incroyable, le nombre de détails laissés en suspens au moment de la création !

    Sept jours ! C’était trop court. Ce fut bâclé. Et nous voilà pris avec les conséquences. Ce qui fait qu’on ne cesse de s’agiter parce que si on s’arrête un tant soit peu, on se met à y penser. À la date de péremption !

    ***

    Ce détour pour arriver à mon sujet, le Rien.

      

      

    Ce n’est pas simple de vivre avec Rien. Quand le signal est clair, je m’enferme avec lui chez moi. Je me glisse doucement sur le divan parmi les coussins. La couverture de laine pas trop loin. Plus de radio ni de télé. Je triche un peu avec le web. Essayez pendant quelques jours, en vous appliquant. Presque impossible ! Même les moines n’y arrivent pas. Je travaille à maîtriser ce Rien depuis des années.

    Mon éducation judéo-chrétienne a laissé des traces. Dans l’art du Rien, la culpabilité est l’ennemi numéro un. J’ai tout essayé pour m’en défaire. Une vieille gomme collée, incrustée dans les parois de ma mémoire. Je sais, au plus profond de moi, que je dois m’abandonner à cet appel du Rien. Et la culpabilité, vilaine sorcière, commence son numéro.

    — Un avant-midi, ce n’est pas grave, ça fait même du bien.

    Arrive la fin de l’après-midi et le malaise est déjà installé. Les « il faut » s’accumulent en rangs d’oignons.

    — Tu devrais te préparer pour aller au théâtre, la pièce finit ce soir.

    — Non.

    — Tu devrais lire Modiano, Prix Nobel, il est dans la troisième rangée dans la bibliothèque.

    — Non. Trop de poussière. Et je l’ai déjà lu. Même si je ne m’en souviens plus.

    — Tu devrais écrire ton billet. Tu es partie depuis deux semaines. Grouille !

    — Non. J’ai rien à dire.

    — Prends un mot, n’importe lequel et commence. Ça va venir.

    Non !

    Les jours passent. Je ne bouge presque plus. J’ignore même Facebook. J’y arrive. Je suis une roche. Enfin ! Je n’entends presque plus la voix de la méchante sorcière. Le monde extérieur n’a plus tant d’importance. Je prends quand même les appels de ma famille. Les seuls ! Je suis aussi intéressante qu’un bottin téléphonique. Ce Vide est d’un grand confort. Le Rien tant espéré fait son œuvre. Les interdits ont pris le bord. J’avais un début de grippe, j’avais mal aux muscles, je me trouvais plate. Pfffft…

      

    Ne connaissant toujours pas ma date de péremption, je passerai encore du temps avec mon petit Rien. Il fait des miracles ! Quand il vient me visiter, il suffit que je le laisse entrer et que je lui donne la place qu’il réclame. Il n’a pas d’autres exigences. Quand il part, je ressens un regain d’énergie, comme une nouvelle jeunesse ! Je n’ai pas perdu mon temps. Au contraire, j’en ai gagné ! Et c’est gratuit !

      

    Mes batteries rechargées, je repars m’exciter dans le trafic, jusqu’à ce qu’il revienne.

    — Toc, toc, toc.

    — Qui est là ?

    — Rien.

    — Mais entre, voyons ! Entre ! 

     

    http://plus.lapresse.ca/index.html


    votre commentaire
  • ***** ҉ZU҉C ҉K ҉E ҉R ҉B ҉E ҉ ҉R ҉G‿ ҉Mγ҉. ℒℴνℯ :* ☀ ☾ ★ :*

     


    ************˙·٠•●✿ HELLO ✿●•٠·˙*************
    ╔═╗╔═╗╔╦╗╔═╗╔═╗╔╦╗
    ║═╣║║║║║║║═╣║║║║║║
    ╚═╝╚═╝╚═╝╚═╝╚═╝╚═╝
    ╔╗╔╦═╗───╔═╗
    ║╚╬╣═╬═╦╦╣═╣
    ║╬║╠═║╬║║╠═║
    ╚═╩╩═╩═╩═╩═╝
    ╔══╦╦╦═╦╗╔╦╗╔╦╗╔╗
    ║║║║║║║║╚╝║╚╝║╚╝║
    ║║║║║║╦║╔╗║╔╗║╔╗║
    ╚╩╩╩═╩╩╩╝╚╩╝╚╩╝╚╝
    ¸.☆*´☽
    (  ☆* ♥¸.☆*´☽  ˑ
    `★.¸¸¸.☆°´ ☼ ♪♫ -:¦:- ☯¸.•*¸.☆*´☽☆ ☆*´☆*
    ╭━━━╮---------╭╮---╭╮
    ┃╭━━╯---------┃╰╮╭╯┃
    ┃╰━━╮╭━━╮╭━╮╰╮╰╯╭╯╭━━╮╭╮╭╮
    ┃╭━━╯┃╭╮┃┃╭╯-╰╮╭╯--┃╭╮┃┃┃┃┃
    ┃┃----┃╰╯┃┃┃----┃┃---┃╰╯┃┃╰╯┃
    ╰╯----╰━━╯╰╯----╰╯---╰━━╯╰━━╯


    votre commentaire