• par Denis Couvreur

     

    Les amis des animaux


    votre commentaire
  • Les dauphins méritent les mêmes droits que les humains selon les scientifiques

    Selon des scientifiques, les dauphins méritent les mêmes droits que les humains

    Reconnaître les droits des dauphins mettrait fin à leur chasse et à leur captivité.

    Les dauphins devraient être traités comme des « personnes » non humaines, avec un respect de leur droit à la vie et à la liberté : c’est ce que des scientifiques ont entendu lors d’une conférence au Canada.

    Des experts en philosophie, en protection des espèces et en comportement animal réclament une Déclaration de Droits des Cétacés.

    «La science a prouvé que l’individualité et la conscience de soi ne sont plus des caractéristiques uniquement humaines. Pour nous, ça représente de nouveaux défis.»
    Tom White, Professeur d’Éthique à l’Université Loyola Marymount de Los Angeles

     

    Ils estiment que les dauphins et les baleines sont suffisamment intelligents pour justifier les mêmes considérations éthiques que les humains.

    Reconnaître ces droits mettrait fin à la pêche et à leur captivité, ou encore à leur utilisation dans l’industrie du spectacle.

    Le premier pas a été fait au rassemblement annuel de l’Association Américaine pour l’Avancement de la Science (AAAS) à Vancouver, Canada, la plus conférence scientifique du monde.

    C’est le fruit d’années de recherches qui ont montré que les dauphins et les baleines ont de gros cerveaux complexes et un niveau de conscience de soi similaire à celui des humains.

    Ceci a conduit les experts à conclure que bien que non humains, les dauphins et les baleines sont des « personnes » au sens philosophique, et les conséquences vont loin.

    « Conscience de soi »

    Le professeur d’éthique Tom White, de l’université de Loyola Marymount à Los Angeles, auteur de In Defence of Dolphins : The New Moral Frontier (Pour la Défense des Dauphins : La Nouvelle Frontière Morale), décrit les dauphins comme des « personnes non humaines ».

    « Une personne est un individu. Si les individus ont de la valeur, alors le fait de tuer délibérément un individu de cette sorte est éthiquement équivalent à tuer un être humain.

    Comportement intelligent des cétacés

    Des scientifiques réclament une déclaration de droits pour les dauphins

    « Ils peuvent se regarder dans un miroir et dire ‘Eh ! C’est moi !’ »
    Docteur Lori Marino, Psychologue 
    • Un des membres d’un groupe d’orques en Patagonie avait une dent abimée et ne pouvait plus s’alimenter. Cette orque vieillissante était nourrie et gardée en vie par ses compagnons.
    • Des dauphins participant à une expérience devaient choisir entre deux leviers pour distinguer des sons, certains étant très similaires. En actionnant un troisième levier, ils pouvaient signaler aux chercheurs la volonté de passer une question dont ils ne connaissaient pas la bonne réponse. « Lorsque vous placez les dauphins dans une telle situation, ils répondent exactement comme un humain » selon le Docteur Lori Marino. « Ils sont capables de chercher dans leur propre tête et d’avoir une pensée qui leur est propre. »
    • Un certain nombre de dauphins captifs étaient récompensés avec des poissons lorsqu’ils nettoyaient leur bassin. L’un d’eux déchira un grand sac en papier, cacha les morceaux, et les présenta un par un afin de multiplier les récompenses. (Lire toute l’histoire ici.)
    • En Islande, il est bien connu que les orques et les pêcheurs travaillent ensemble. Les orques montrent aux pêcheurs où déployer leurs filets, et en échange il leur est permis de se nourrir d’une partie de la capture. Ils emmènent ensuite la flotte à la prochaine zone de pêche.

    « Ce que nous voulons dire, c’est que la science a prouvé que l’individualité et la conscience de soi ne sont plus des caractéristiques uniquement humaines. Pour nous, ça représente de nouveaux défis. »

    La déclaration, convenue en Mai 2010, contient les affirmations « chaque cétacé a le droit à la vie », « aucun cétacé ne doit être retenu en captivité ou en servitude, être victime de traitements cruels, ou être capturé et extrait de son environnement naturel » et « un cétacé ne peut pas être la propriété d’un quelconque état, d’une entreprise, d’un humain ou d’un groupe d’humains ».

    Elle ajoute : « Les droits, libertés et normes convenues dans cette déclaration doivent être protégés par les lois internationales et domestiques. »

    La psychologue Lori Marino, de l’université Emory à Atlanta, décrit comment les avancées scientifiques ont changé la donne sur le cerveau des cétacés.

    Selon elle : « Nous sommes passés d’une vision du cerveau des dauphins/baleines comme un énorme bulbe amorphe qui ne permet pas beaucoup d’intelligence et de complexité, à un cerveau non seulement énorme mais également extrêmement complexe, au point de rivaliser avec nous. »

    Les dauphins ont un sens de l’identité qui peut être mis à l’épreuve en les mettant devant un miroir et en les laissant se reconnaître, ajoute-t-elle.

    « Lorsque vous vous levez le matin et que vous vous regardez dans un miroir, vous savez que c’est vous, vous avez un sens du ‘moi’ » dit le Docteur Marino.

    « Ils ont un sens similaire. Ils peuvent se regarder dans la glace et dire ‘Eh ! C’est moi’. »

    Lien vers l’article original

    Autres ressources en anglais sur le même sujet :

    National Post : Dolphins Deserve Rights, Scientists Told

    The Guardian : Whales and dolphins ‘should have legal rights’

    The Telegraph : Dolphins ‘should be recognised as non-human persons’

    DailyMail : A bill of rights for dolphins: They’re so smart we must treat them as ‘non human persons’ say scientists et After research reveals dolphins have extraordinary intellects and emotional IQs greater than ours, expert ask: Should they be treated as humans?

    Source :

    http://www.blog-les-dauphins.com/

     

    L’article qui suit est une traduction de l’article paru sur le site de BBC News intitulé Dolphins deserve same rights as humans, say scientists.


    votre commentaire
  • Blog de roselyne : Humanité, Nature,  Amour et lumière, Immunologie des animaux sauvages et domestiques

    Il est fréquent d'entendre dans nos campagnes que ce sont les animaux sauvages qui contaminent les animaux domestiques, et qui apportent des maladies, qu'ils soient des volatiles migrateurs ou des mammifères dits nuisibles... mais qu'en est-il exactement naturel, a son propre système immunitaire, dépendant de sa façon de vivre, de ses déplacements, de sa nourriture, et prend soin de choisir précisément chaque élément nécessaire à ses besoins et son métabolisme. Il hérite donc d'un système immunitaire basé en partie sur son alimentation en baies, racines... etc, prélevée dans la nature. Il est donc dans un système complètement à part.

     

    Si on regarde le mode de vie des animaux domestiqués par l'homme, appelés aussi animaux de rente, on s’aperçoit que l'homme les a cantonnés et installés dans un fonctionnement arrangé par et pour l'homme, souvent très loin de leur comportement naturel (cf porcs, poules, lapins...). Ils sont reclus dans des lieux fermés, souvent confinés, adaptés à un élevage et des contraintes édictées par le sens "capitalistique" de l'homme.

     

    A cause de ces contraintes et de l'éloignement de cette pharmacie naturelle, les animaux de rente héritent ainsi directement des mêmes névroses que celles du fonctionnement humain, comme par exemple le stress ou l'énervement, et de ses maladies, comme les diarrhées, les inflammations internes, et les tuberculoses...

    L'animal domestique va donc être soigné avec des médicaments utilisés et développés par et pour les hommes, avec les mêmes méthodes et principes, ce qui va lui transformer sa génétique petit à petit. L'homme en ingérant cette même chair marquée par ces "anti-biotiques" et toxines contribue à favoriser ce processus.....

    Alors, finalement qui déclenche, transmet, fait proliférer ces maladies et autres épidémies ?

    L'homme ne serait-il tout simplement pas le dénominateur commun, le catalyseur de cette chaîne complexe de la transmission et prolifération des maladies, de par de sa volonté de vouloir tout contrôler et tout (in) gérer ??

    Source

     

    http://www.animal-cross.org/


    votre commentaire
  • Images mis en musique sur les thème des loups.

     ForumsAFDP


    2 commentaires
  • Après la mort de son maître, un Akita inu est allé chaque jour durant 10 ans l'attendre à la sortie de son travail, comme il en avait pris l’habitude de nombreuses années auparavant. Un film produit par Richard Gere relate cette incroyable leçon de fidélité. Sortie le 9 juin 2010.

    Hatchi : un animal n'abandonne jamais !

     Après la mort de son maître, un Akita inu est allé chaque jour durant 10 ans l'attendre à la sortie de son travail, comme il en avait pris l’habitude de nombreuses années auparavant. Un film produit par Richard Gere relate cette incroyable leçon de fidélité. Sortie le 9 juin 2010.

    Ce n’est pas la première fois qu’Hollywood filme la magnifique relation entre un homme et un animal. Plus rare, lorsque le scénario s’inspire de faits réels. L’extraordinaire histoire d’Hatchi s’est déroulée... en 1924, au Japon.

    A gauche, le véritable Hachiko. A droite, Hatchi sa doublure US
    <rmiphone>A gauche, le véritable Hachikō. A droite, Hatchi, sa doublure US.</rmiphone>

    Au début des années 1920, un professeur de l'Université impériale de Tokyo adopte Hachikō, un jeune Akita inu. Chaque jour, Hidesaburō Ueno se rend à la gare de Shibuya pour prendre le train afin de se rendre au travail. Et chaque soir, son fidèle compagnon vient le chercher. Pourtant, en mai 1925, le professeur meurt d'une attaque d'apoplexie...

    Un chien devenu star

    Tous les jours à la même heure, pendant 10 ans, Hachikō va néanmoins venir attendre son maître à la gare. Un phénomène qui finit par attirer l’attention des passants, puis de la presse locale. Le Tōkyō Asahi Shimbun lui consacre un article qui le rend célèbre dans tout le pays. En 1934, une statue est érigée, [fondue pour cause de pénurie de métaux pendant la Seconde Guerre mondiale, un nouveau monument est inauguré en 1948, NDLR]. Aujourd’hui, le site en l’honneur de ce « Chūken » (chien fidèle), est régulièrement envahi par les touristes venant rendre hommage à la fidélité d’Hatchi que seule sa propre mort interrompra.

    « Un animal n’abandonne jamais »

    Hatchi disparaît en 1935, à l’âge de 12 ans. Un premier film japonais lui rendra hommage en 1987, intitulé « Hachiko monogatari » (La légende d’Hatchi). Lasse Hallström, réalisateur suédois plusieurs fois nommé aux Oscars, propose cette semaine en salle (9/06/10) un remake dans lequel Richard Gere, acteur et producteur, incarne cet universitaire lié au destin de son compagnon à quatre pattes.

    Pour les fidèle de 30 Millions d’Amis, l’aventure d’Hatchi évoque une histoire similaire qui avait fait l’objet de l’un des tout premiers reportages de l’émission 30 Millions d’Amis, lors de son lancement en 1976, intitulé « Kim l’inconsolable ». « Kim se rendait lui chaque jour sur la tombe de son maître disparu, se souvient Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis. Nous avons reçu après la diffusion de ce reportage de très nombreux témoignages de personnes ayant connu une situation identique. Tous ces récits montrent que, contrairement aux hommes, les chiens sont d’une loyauté exceptionnelle ». C’est ce témoignage poignant de la fidélité d’un chien pour son maître par-delà la mort – analogue à l’attitude d’Hatchi – qui inspirera plusieurs années plus tard l’une des campagnes contre les abandons les plus marquantes lancée par la Fondation 30 Millions d’Amis.

     

    http://www.30millionsdamis.fr/

     

     

     

    Hatchi est le nom d'un chien fidèle a son maître même après sa mort...

    un superbe film très émouvant histoire d'un chien et son maître

     

     
    Hatchi (VF) Humour · 2009 · T
     
    Pour Parker, professeur de musique, l'arrivée du chien Hatchi dans la famille est un heureux événement. Chaque matin, le chien accompagne son maître à la gare, et chaque soir, vient l'y attendre. Cet attendrissant rituel rythme la vie de tous ceux qui en sont témoins jusqu'au jour où Parker ne revient pas... ©

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique