• "Culture du viol" : derrière l'expression, une arme militante plutôt qu'un concept

    L'expression "culture du viol" n'est pas seulement le symptôme d'une société médiatique amatrice de gros titres qui tachent. Née en 1970 dans le giron féministe, elle raconte une tolérance coupable envers les prédateurs sexuels et n'a jamais autant irrigué qu'en 2017 depuis l'affaire Weinstein.

    illustration de Hélène Ducrocq.illustration de Hélène Ducrocq.

    L'expression "culture du viol" est aujourd'hui largement médiatisée. La lame de fond déclenchée par les révélations sur le comportement prédateur d'Harvey Weinstein a achevé de disséminer ces termes dans la société, gros titres de presse en tête. Cependant ce terme n'a rien d'une bannière racoleuse si l'on replonge dans son origine. C'est dans les années 70, sous la houlette des féministes américaines qu'il émerge. En anglais, on parle de "rape culture" et "culture du viol" est la traduction exacte de cette expression.

    La première recension de "rape culture" remonte à un ouvrage collectif publié aux Etats-Unis en 1974, Rape : The First Sourcebook for Women. Le groupe des New York Radical Feminists en est l'auteur. Dès l'année suivante, le terme fera boule de neige, avec, en 1975, le documentaire américain Rape Culture qui achève de populariser le terme outre-Atlantique. Le féminisme à l'époque où émerge l'expression n'en est pas encore au stade de l'institutionnalisation universitaire.

    Les New York Radical Feminists appartiennent à la deuxième génération de féministes aux Etats-Unis, issue d'une scission au sein du mouvement féministe américain. C'est Anne Koedt, une Danoise installée sur la Côte Est, qui en est l'une des fondatrices les plus charismatiques. Elle est l'auteure d'un livre qui fera office de livre de chevet à bien des féministes dans les années 70 et 80 : Le Mythe de l'orgasme vaginal, écrit en 1968 et publié deux ans plus tard, en 1970. Mais aussi d'un discours resté célèbre, qu'elle prononce en 1968 et qui, dans une veine marxiste, appelle les féministes à une lutte plus radicale et plus politique. Vous pouvez retrouver ce discours fondateur par ici (en anglais).

    Une arme avant d'être un concept

    Pour le sociologue Eric Fassin, l'expression "culture du viol" en anglais est "une arme avant d'être un concept": 

    Il s'agit de penser la violence sexuelle en termes culturels et non individuels, non pas comme une exception pathologique, mais comme une pratique inscrite dans la norme qui la rend possible en la tolérant voire en l'encourageant. Le viol apparaît ainsi comme un comportement extrême dans un continuum qui commence avec les comportements ordinaires, jugés normaux. C'est dans ce contexte qu'émergera, au tournant des années 1980, la notion de "date rape" que j'avais étudiée en 1997: le viol par un proche (y compris lors d'un "date" ou rendez-vous), et non par un inconnu. Le violeur, ce n'est pas l'autre ; il fait partie des nôtres. C'est pourquoi l'expression a retrouvé une actualité après Cologne : les féministes allemandes résistaient aux clichés racistes qui veulent renvoyer la violence sexuelle à des cultures exotiques. Au fond, ce sont deux logiques qui s'affrontent : la culture du viol (y compris la nôtre), ou bien une culture particulière (la leur)?

    Mais il est vrai que cette arme militante est moins utilisée comme un outil scientifique. Il est vrai qu'au fond, lorsqu'on parle de domination masculine par exemple, on parle de la même chose - mais sans mettre l'accent particulièrement sur la violence physique. La valence différentielle des sexes dont parlait Françoise Héritier, c'est ce qui rend possible des formes subtiles ou brutales de domination. Avant cette anthropologue, le féminisme matérialiste s'est également employé à montrer la domination là où on ne la voyait pas forcément (par exemple, en étudiant l'économie du travail domestique avec Christine Delphy ou l'échange économico-sexuel avec Paola Tabet). Quant à Pierre Bourdieu, il a pris pour objet la violence symbolique, autrement dit, la manière dont la domination fonctionne même sans passer, la plupart du temps, par la violence physique.

     

    Article  complet et audio

    https://www.franceculture.fr/societe/culture-du-viol-lhistoire-dune-expression-militante-mais-peu-academique#xtor=EPR-2-[LaLettre07122017]

    « Retour sur 10 jours pour signer 2017 Michel Pépé - Lueur de l'Aube »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :