• Sleeping Music For Insomnia, Sleeping Music For Deep Sleeping Sleeping Music For Kids. Musica Instrumental Relajante, cristiana, romantica, alegre, de piano, para orar, andina. musica instrumental, musica instrumental relajante, musica instrumental cristiana, musica instrumental romantica, musica instrumental alegre, musica instrumental de piano, musica instrumental para orar, musica instrumental andina. musica para relajarse instrumental, musica para instrumental, musica para instrumental romantica, musica para instrumental alegre, musica instrumental para orar, musica instrumental para orar cristiana, musica instrumental para orar y meditar, musica para relajarse instrumenta

    l. https://www.youtube.com/watch?v=94glZ...

     

    https://www.facebook.com/EdjeNewage https://twitter.com/EddyNewage

     


    votre commentaire
  • "LE BON COTE DES CHOSES » est le 10° clip extrait du nouvel album, volume 9, de la collection "Les Enfantastiques": 16 chansons sur les thèmes de la citoyenneté, la laïcité, l’éducation, la liberté d’expression, ... interprétées par 500 élèves d'école élémentaire

     

    Chanson écrite dans le cadre de « Chansons en création » par Monsieur Nô avec les élèves des classes de CM1 CM2 de Mme Claveyrolas, de CE2 CM1 de Mme Leloup, de CE2 de Mme Gochgagarian et de CE2 de Madame Pellissier (directrice)- Ecole élémentaire de Bourg d’Oisan (38)

     

    Chanson interprétée par les élèves des classes de CM2 de Mme Séverine Gaborit et de Mme Anne-Françoise Georges de l’école élémentaire Irène joliot-Curie de Achères (78)

     

     "MOI JE SUIS COMME ÇA, ET ALORS ? » est le 7° clip extrait du nouvel album, volume 9, de la collection "Les Enfantastiques": 16 chansons sur les thèmes de la citoyenneté, la laïcité, l’éducation, la liberté d’expression, ... interprétées par 500 élèves d'école élémentaire

    Chanson écrite dans le cadre de « Chansons en création » par Monsieur Nô avec les élèves des classes de CM1 CM2 de Mme Claveyrolas, de CE2 CM1 de Mme Leloup, de CE2 de Mme Gochgagarian et de CE2 de Madame Pellissier (directrice)- Ecole élémentaire de Bourg d’Oisan (38)

    Chanson interprétée par les élèves des classes de CM2 de Mme Séverine Gaborit et de Mme Anne-Françoise Georges de l’école élémentaire Irène joliot-Curie de Achères (78)

     

    LES ENFANTASTIQUES

     

    Pour ceux que ce genre d'idées intéressent ...

     

    http://pensees.positives.over-blog.com/

     


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Je vous emmène dans les grandes

    forêts du Québec. Elles abritent une

    multitude de lacs tous plus magnifiques

    les uns que les autres.

     

    Au bord de l’un d’eux vivait autrefois une tribu amérindienne. Leur chef Onas habitait la plus grande loge avec sa femme Niska et leur fils Machigan.

     

    - o0o -

     

    En ce temps-là...

    La forêt donnait du gibier en abondance, le lac fournissait des poissons en quantité et les champs cultivés produisaient assez de maïs pour nourrir tout le monde.

     

    La vie se déroulait paisiblement au rythme des saisons et chacun accomplissait les tâches selon la tradition. Mais une croyance semait la crainte dans les cœurs.

     

    Tous les membres de la tribu, grands et petits, ne circulaient dehors que le jour, car la nuit leur inspirait une grande frayeur : ils savaient que le "Grand Huart", l’oiseau noir suprême, régnait en maître sur la nuit et que personne n’avait le droit de s’y aventurer.

     

    Aussi, dès la tombée du jour, lorsque le chant du huart * parvenait aux oreilles des hommes, c’était le signe que personne ne devait sortir de sa loge ou de son abri de trappe. On redoutait la punition que le manitou infligerait à celui qui braverait sa loi.

     

    Le sorcier de la tribu entretenait cette peur en parlant de châtiments terribles :

    - "Si l’un de vous ose sortir, il sera

    emporté dans le royaume de la nuit et

    jamais plus il ne reverra les siens !"

     

    Ainsi quand à la tombée de la nuit on sentait descendre l’obscurité, chacun se dépêchait d’achever ses tâches en attendant le chant-signal du huard. Lorsqu’il emplissait l’air de sa mélodie, on s’empressait de ranger les canoës au sec et tous se réfugiaient à l’intérieur des loges.

     

    Personne, depuis des lunes, n’avait osé sortir regarder la nuit en face.

     

    Onas enseignait à son fils tout ce qu’il fallait savoir pour devenir un grand chef sage et courageux. Sa femme Niska passait ses journées à regarder grandir Machigan, à apprêter des peaux pour lui coudre des tuniques et lui broder des mocassins.

     

    Machigan avait quinze ans et, déjà, il avait fait ses preuves comme chasseur et comme guerrier. Tous vantaient sa valeur et son endurance.

     

    Mais depuis quelque temps, il s’était mis à réfléchir. Il s'agaçait de voir les siens accorder une foi aveugle à ce qu'on disait du Grand Huart et de la nuit. Au fond de son cœur, il n’arrivait pas à y croire.

     

    Il interrogeait les anciens, il essayait de discuter, de comprendre ; mais tout le monde prenait peur quand il abordait le sujet. Un jour en chassant loin de son village, il avait entendu parler des étoiles et toute sorte d’autres choses qu’il ne connaissait pas : de lueurs dans le ciel, de feux lointains, d’éclairs magnifiques qu’on ne voyait que la nuit.

     

    Machigan voulait savoir et sa curiosité le rongeait.

     

    Alors, un jour, n’y tenant plus, il dit tout haut ce qu’il pensait :

     

    - "Je ne crois pas ce que le sorcier enseigne à propos du Grand Huart !"

     

    À ces mots Onas, son père, s'écria :

     

    - "Comment ? Tu oses contredire notre sorcier ? Malheur à toi, mon fils !

    Espérons que le Grand Huart ne t’ait pas entendu !"

     

    Machigan baissa la tête sans répondre. Mais pour lui tout seul il pensa :

     

    - "Cette nuit, je sortirai voir les

    étoiles et toutes les choses qui m’ont

    été cachées. Tant pis si le Grand Huart

    m’attrape."

     

    Lorsque tout le village fut endormi, Machigan se leva doucement et sortit de la loge. Le cœur battant, il entra dans la nuit et regarda la lune qui traçait un chemin brillant sur l’eau du lac.

    Il admira les étoiles qui décoraient le ciel de milliers de points brillants.

    Le parfum des feuilles et des mousses lui semblait vingt fois plus odorant que le jour. Jamais il n’avait rien vu d’aussi beau.

    C’était donc cette beauté sans limites que le Grand Huart refusait de partager ?

     

    Avide de découvrir d’autres merveilles, Machigan détacha un canoë et s'enfuit sur l’eau sans faire le moindre bruit.

     

    Au petit matin suivant, un chasseur courut avertir le chef qu’il manquait

    un canoë. Onas alla voir sur la grève.


    Aussitôt, il demanda à tous :

     "Quelqu’un a-t-il quitté le village ce matin ?"

     

    Alertée par les bruits de voix, Niska se retourna pour aller vers le lit où dormait son fils. Il était vide !

    Onas, constatant l’absence de son fils, déclara :

     

    - "Machigan a enfreint la loi. À cette heure-ci, il doit être déjà mort."

     

    Sans manifester d’émotion, il ajouta :

     

    - "Que le sorcier prépare la cérémonie."

     

    Le sorcier parla en ces termes :

     

    - "L’offense est grave ! Il faudra faire des offrandes au Grand Huart pour

    réparer la faute de Machigan. Sinon les malheurs s’abattront sur notre

    village."

     

    Puis il se retira dans sa tente pour faire ses préparatifs et invoquer les

    esprits.

     

    Mais Niska refusait d’accepter si vite la mort de son fils. Elle vint trouver

    son époux.

     

    - "Le Grand Huart l’a peut-être épargné. Pourquoi ne pas faire des recherches ?"

     

    Surpris, Onas, irrité de cette audace, lui répondit :

     

    - "Où veux-tu que je cherche : au fond du lac ?"

     

    - "Non ! pas au fond, mais sur le lac."

     

    Bientôt Niska comprit que ni les anciens, ni les chasseurs, ni le

    sorcier, ni son mari ne conservaient espoir de retrouver Machigan. Leur

    crainte du Grand Huart était telle qu’ils ne pensaient qu’à s’incliner.

     

    Afin de calmer sa femme, Onas finit par céder :

     

    - "Quand le soleil sera droit au-dessus de nos têtes, si Machigan n’est pas de

    retour, j’enverrai deux hommes avec le grand canoë à sa recherche."

     

    Inquiète, Niska s’en alla au bord du lac. Elle marcha longtemps sur la

    grève, scrutant l’eau, là où, chaque soir, le Huart lançait son signal.

     

    Elle se demanda :

     

    - "Est-il pensable que le grand Manitou puisse ravir un jeune homme si beau, si

    plein de promesses ?"

     

    À cette question pour elle, une seule réponse : Non, ce n’est pas possible !

    Le Grand Huart ne peut être cruel à ce point.

     

    Tout en marchant, Niska ramassa à ses pieds un caillou blanc. Elle se mit à

    le tourner et à le retourner dans sa main comme pour conjurer le sort et son

    inquiétude.

     

    Lorsque le soleil fut au zénith, Onas envoya le canoë avec deux de ses

    meilleurs chasseurs à la recherche de Machigan.

     

    Niska continua de serrer entre ses doigts le caillou blanc qui devint lisse et brillant. Elle y perça un trou et l’enfila sur une lanière de cuir qu’elle glissa à son cou.

     

    Le soir arriva. Les chasseurs revinrent au village sans Machigan.

     

    Niska et les autres se dépêchèrent de rentrer avant la tombée de la nuit. Onas tenta de raisonner sa femme, mais elle refusait d’accepter que son fils soit mort et le supplia :

     

    - "Demain, tu enverras encore un canoë à sa recherche ?"

     

    Onas accepta, car lui aussi éprouvait beaucoup de chagrin pour son fils.

     

    Pendant cinq journées, le canoë partait à midi et revenait le soir, sans jamais

    rien apporter de nouveau.

     

    Le jour succédait à la nuit et chaque matin Niska ramassait un caillou blanc.

    Le soir, elle perçait son caillou et l’enfilait sur sa lanière.

     

    À la fin du sixième jour, Niska entendit des voix venant du lac et le

    bruit des pagaies dans l’eau. Son cœur bondit dans sa poitrine.

     

    Du canoë, l’un des chasseurs criait :

     

    - "Machigan est vivant ! Machigan est de retour !"

     

    Sans plus tarder, Machigan sauta dans l’eau et s’avança vers les gens qui

    l’attendaient. Sa mère courut vers lui et ils allèrent s'asseoir près d’un

    bouleau. On l’entoura et il se mit à raconter :

     

    - "Le ciel était noir, mais des

    milliers d’étoiles brillaient. Quand la

    lune paraissait, on voyait clair comme

    en plein jour. J’ai respiré des odeurs

    extraordinaires. Je ne me lassais pas

    de regarder le ciel et d’admirer les

    reflets de surprenantes lumières.

     

    J’entendais le souffle du vent et le

    chant des oiseaux de la nuit. On aurait

    dit qu’ils riaient."

     

    Il fit une pause et poursuivit :

     

    - "Après avoir longuement glissé sur

    l'eau du lac, mon canoé s'est arrêté

    quelque part sur un bord. Fatigué, je

    me suis endormi. Quand j’ai ouvert les

    yeux, le Grand Huart se tenait près de

    moi. Il ne semblait pas offensé de ma

    bravade. Il m’a demandé ce que j’avais

    vu dans son royaume."

     

    L'assistance était médusée et surprise que le Grand Huart n'ait pas pris la

    vie de Machigan.

     

    - "Il m’a alors raconté les secrets de

    la nuit, les mystères qu’elle abrite,

    les feux qu’elle allume. Il a compris

    qu’il ne devait pas craindre les hommes

    et que désormais il partagerait la nuit

    avec nous.

     

    - "Je ne savais pas où je me trouvais,

    mon canoë s'était détaché et je me

    demandais comment rentrer quand tout à

    coup je vis avancer ceux qui me

    cherchaient. J’ai appelé et me voilà."

     

    Niska se leva et embrassa son fils.

     

    - "Viens avec moi !"

     

    Sous les yeux de tous, elle détacha un canoë et seule se laissa glisser vers le milieu du lac. Personne n’osait rien dire, ni Onas, ni le sorcier. Sur le visage de Machigan se dessinait un

    sourire.

     

    Niska fila sur l’eau et le chant modulé du huart retentit. Peu rassurés, les gens massés sur la grève frissonnèrent. Le Grand Huart lançait son signal et pourtant, la nuit était encore loin !

     

    Niska continuait d’avancer quand un magnifique huart noir surgit devant le canoë. Elle s'arrêta, elle retira de son cou le collier de cailloux blancs qu’elle avait si bien polis tout au long de sa douloureuse attente.

     

    Elle se pencha vers le Huart qui se tenait immobile devant elle. Puis lui glissa au cou le collier. Elle murmura un seul mot avant de repartir vers le rivage :

     

    - "Merci."

     La légende dit que depuis ce jour les huarts portent sur leur cou noir et brillant un magnifique collier de plumettes blanches.

     

    *Découvrez le huart à collier du Canada

     

     Dépassez vos limites, allez au-delà  de vos croyances, changez vos habitudes

    Source :

    Université du Succès :   Agissez maintenant >>> Cliquez ici

     


    votre commentaire
  • Bonjour ! Nous sommes le peuple des Chats !

    Nous sommes le miroir de la divinité dans vos vies…

    Nous sommes les chats, les ponts entre les énergies célestes et terrestres, à l’aise dans nos corps et capables de voyager dans les autres dimensions sans difficultés !  

    Jadis, nous étions craints car, sans le savoir consciemment, les humains captaient cette facilité, ce pouvoir inhérent aux félins.

    Les humains ont peur de l’inconnu, de ce qui n’est pas tangible; ils sont effrayés par leurs propres capacités psychiques !

    Nous sommes des êtres psychiques, des maîtres en feng shui et en énergies de toutes sortes!

    Nous sommes le reflet de votre divinité et cela vous rend parfois mal à l’aise.

     

    Les humains n’aiment pas penser qu’ils sont divins, qu’ils sont pure énergie d’Amour et de créativité incarnée dans des corps car, "si c’était vrai" se disent-ils souvent, cela les obligerait à prendre leur responsabilité au lieu de la rejeter sur un « Dieu extérieur » !

    Le problème se situe au niveau de la prise de responsabilité. Les humains pensent que responsabilité = blâme… Ce n’est pas le cas.

    La responsabilité est la capacité d’accepter ce que l’on crée, sans notion de bien ou de mal.

    Pour ce faire, vous avez besoin de détachement, vous devez êtres capables d’observer avec une certaine « froideur » ce qui vous entoure.

    Ce qui vous entoure n’est rien d’autre qu’un miroir de ce que vous créez dans votre esprit.

    Et c’est ici que nous pouvons vous êtres utiles car nous sommes le peuple des Chats, maître du détachement !

    C’est étrange, les humains nous reprochent souvent notre froideur, notre indépendance…

    Vous auriez tout à gagner en devenant vous-mêmes plus auto suffisant, plus détachés !

    Nous du peuple des chats aimons sans émotivité et sans jugement.

    Nous observons le monde des émotions humaines et percevons que les humains sont très accrochés à leurs émotions…

    Cela ne vous sert pas toujours bien.

    Bien souvent vous n’avez jamais goûté à l’espace de paix qui existe dans votre cœur; cet espace existe vraiment et il vous permet d’expérimenter une forme d’harmonie au delà des constantes contradictions inhérentes à la dualité.

    La voie du cœur, la voie de l’harmonie est une voie que nous, les chats, empruntons quotidiennement pour vivre nos vies.

    Pour toucher à l’observateur intérieur qui vous habite, vous devez accepter de faire le voyage au-delà de l’apparente dualité qui donne au monde sa forme.

     

    Nous, du peuple des Chats, vivons dans l’espace au-delà de la dualité, nous sommes des observateurs.

    La grâce caractéristique à notre espèce est la résultante de cet état.

     

    Nous du peuple des Chats sommes fièrs d’être qui nous sommes et cela n’a rien à voir avec l’arrogance ou l’ego…

    C’est notre cadeau à nous, les chats.

    Nous sommes ici pour vous dire : L’énergie divine que vous recherchez est là, à l’intérieur de vous et elle se cache derrière l’apparente dualité de votre existence.

    Chaud/froid, nuit/jour, tristesse/joie, plein/vide…

    Tout ceci n’est qu’un jeu que vous devez apprendre à jouer car l’un ne peut exister sans l’autre en 3e dimension.

    Jouez au jeu de la dualité mais ne vous faites pas prendre par l’une des deux polarités.

    Restez au centre, soyez au-dessus de ce que vous appelez la réalité, car la réalité n’est qu’une illusion.

    La preuve est que la réalité change en fonction de l’être à qui vous vous adressez.

    Nous, les chats, avons maîtrisé cette illusion.

    Observez-nous et vous verrez ce qui se cache derrière notre apparente froideur…

    Nous sommes fondamentalement bien, ancrés dans nos corps gracieux et connectés à notre nourriture divine.

    Cela nous permet d’être ce que vous appelez – parfois avec mépris – indépendants et cette indépendance constitue un état d’esprit qui nous libère de l’émotivité et des 3 pièges qui l’accompagnent.

     

    Nous vous souhaitons cette libération !

    C’est d’ailleurs pour cela que nous vous accompagnons dans votre quotidien.

    Le détachement émotif est l’une de nos contributions à votre équilibre et cette contribution a pour but de vous aider dans votre retour à la Source…

     

    Nous, du peuple des Chats, vivons ce que vous appelez la vie et la mort de façon très différente.

    Nous marchons sur terre en ayant connaissance de ce qui se passe après la mort; nous ne sommes jamais coupés de l’après vie, ce que l’on pourrait appeler les autres réalités, celles que vous ne voyez pas avec vos yeux physiques.

     

    Pour nous, ce sont simplement d’autres lieux, d’autres espaces/temps que nous côtoyons parallèlement.

    Souvent la nuit, nous aimons accompagner vos corps de lumière afin de jouer avec vous dans vos rêves car c’est à ce moment que vous entrez en contact avec les autres réalités.

    Nous sommes aussi les gardiens de votre âme lorsque vous voyagez dans votre sommeil ou lorsque vous méditez!

    Les Égyptiens savaient ceci et c’est pour cette raison qu’ils traitaient les chats avec tant de respect.

    Comme vous l’avez sûrement remarqué, les chats sont des êtres qui ne vivent pas leurs émotions comme les humains.

    Oh oui, nous ressentons des émotions mais notre processus émotionnel est différent, plus rapide pourrions-nous dire…

     

    Nous aimons par contre observer comment les humains vivent leur processus émotionnel car cela nous fascine et nous apprenons beaucoup à votre contact.

    Une chose sur laquelle tous les félins s’entendent c’est que le potentiel énergétique émotionnel des humains est de loin supérieur à toutes les autres espèces.

    L’énergie pure, la puissance contenue dans vos émotions est tout simplement phénoménale.

    Et cette énergie est PURE CRÉATION.

    À ce titre, chers humains, vous êtes uniques dans tout l’univers !

    C’est pourquoi, à l’origine, votre tâche a toujours été d’être les gardiens de la terre.

    Le problème pour vous est que vous utilisez votre énergie émotionnelle de façon inconsciente.

    Vos résultats concrets sont donc, tantôt porteur de vie, tantôt destructeurs.

     

    En plus, vous vous croyez naïvement victimes du hasard et de la cruauté de la vie…

    Nous croyons que, dans la majorité des cas, les humains ne réalisent pas toute l’énergie "émotive" qu’ils perdent parce qu’ils ne sont pas conscients de ce potentiel et parce qu’ils n’en ont pas la maîtrise.

    Chaque émotion contient beaucoup d’énergie et chaque émotion est un univers de possibilités.

     

    Notre suggestion aux humains est la suivante : observez l’énergie qui habite vos émotions et choisissez de redistribuer cette énergie autrement, autant à l’intérieur de vous qu’à l’extérieur.

    Vous pouvez choisir de la diriger vers votre corps physique ou dans un domaine de vie où vous désirez effectuer des changements.

     

    Il serait sage pour vous d’apprendre à contenir cette énergie et à l’utiliser autrement, pour votre bénéfice et le bénéfice de tous les êtres qui peuplent cette terre!

    Il serait sage pour vous d’utiliser votre pensée afin de rediriger cette puissante énergie émotionnelle de façon plus consciente et satisfaisante.

    Ceci est un conseil que nous vous donnons pour "sortir" de vos patterns émotionnels et habitudes de vie destructrices.

    Nous, du peuple des chats, sommes naturellement plus « contenus » et nous réutilisons régulièrement notre énergie émotionnelle pour notre plus grand bien.

    C’est ce qui fait de nous des êtres équilibrés, souples et puissants.

    Notre maîtrise émotionnelle se cache derrière ce que vous appelez notre détachement.

    Pour utiliser votre énergie émotionnelle autrement, nous vous suggérons de respirer, de vous centrer régulièrement ou de méditer dans votre journée afin d’adopter la position de « celui/celle qui observe ».

    De ce point de vue, vous serez en mesure de voir quelles sont les croyances qui gouvernent vos émotions et vous pourrez ainsi faire de nouveaux choix..

    Vos croyances sont directement responsables de votre réactivité et de votre hyperémotivité.

    En les transformant, il vous sera plus facile d’économiser et de rediriger votre énergie émotionnelle.

    Ne trouvez-vous pas intéressant que votre monde soit constamment au prise avec des « crises d’énergie » qui se traduisent bien souvent en manque…

    Nous savons bien que cela peut vous paraître trop simple à dire mais c’est pourtant une grande vérité que nous partageons avec vous.

     

    Nous, du peuple des chats, désirons vous aider puisque nos destinés sont parallèles aux vôtres et que nous avons accepté depuis longtemps d’êtres vos guides sur le chemin du retour vers la Source.

    Comme le peuple des chiens et le peuple des chevaux, nous avons choisi d’êtres plus proches de vous et cela n’est pas un hasard.

     

    La connexion à votre divinité, l’Amour de vous, passe à travers cette rééducation émotionnelle.

    La prochaine fois que vous vous retrouverez emportés par une grande émotion de colère, de tristesse ou même d’enthousiasme, observez l’énergie qui est emprisonnée par la croyance que vous transportez.

     

    Nous ne vous disons pas : cessez de vivre ou d’exprimer vos émotions, bien au contraire.

     

    Les chats expriment leur ressenti sans retenue et sans jugement!

    Nous vous disons, ne soyez pas victimes de vos émotions et réappropriez-vous l’énergie qui est bien souvent mal dirigée.

    Vous cesserez ainsi de recréer les mêmes situations dans vos vies et l’énergie nouvellement libérée se transformera naturellement en Amour, la matière première de toute chose.

    L’Univers demande que vous deveniez des participants conscients dans la danse des énergies qui vous habite.

    Nous du peuple des chats désirons vous servir de guides et de modèles.

    Nous savons que certains d’entre vous sont d’avis que nous sommes des êtres paresseux…

    Nous aimerions profiter de cette communication afin de clarifier ce malentendu : « durant le jour, nous ne dormons pas, nous méditons et nous faisons du travail d’énergie ! »

    En effet, une des responsabilités des chats est de nettoyer l’énergie négative des lieux physiques intérieurs, extérieurs ou sur une personne.

    Parfois, lorsque nous sommes très proches « physiquement » d’un être humain, c’est que nous le nettoyons, nous transmutons l’énergie négative qui est collée sur lui.

     

    Une des méthodes que nous utilisons est le ronronnement.

    En effet, ce son détruit la négativité !

     

    Vous voyez, nous « travaillons » bien plus qu’il n’y paraît mais cela est ok, ça fait partie de notre service, de ce que nous sommes venus faire sur terre et auprès de vous…

    Nous aimerions aussi que vous sachiez que, de notre point de vue, nous vous trouvons beaucoup trop occupés à « faire » et à courir dans toutes sortes de directions !

    Vous ne profitez pas souvent de ce que vous êtes; vous ne goûtez pas à la douceur fluide qui vous habite.

    Cette douceur, c’est ce qui compose l’essence de votre être, c’est l’Amour à l’état pur.

    Si nous devions la décrire, nous dirions qu’elle ressemble étrangement à ce que vous appelez de l’eau.

    Et oui, c’est pour cette raison que les chats sont attirés par l’eau et, en même temps, repoussés !

    L’eau ressemble à cette douceur fluide qui coule dans chaque être (et que nous voyons/percevons très bien dans et autour de toute chose).

    L’eau ressemble à l’Amour tel qu’expérimenté dans les autres réalités.

    Mais, lorsque nous y touchons, nous sommes toujours déçus et même apeurés par l’étrange sensation de lourdeur qui s’empare de nos corps.

    Ce n’est pas ce que nous expérimentons habituellement lorsque nous percevons la douceur fluide, l’Amour à l’état pur qui se retrouve autour et en toutes choses.

    Les humains ont une bien étrange perception de ce qu’est l’Amour.

    De notre point de vue à nous, l’amour entre humains ressemble trop souvent à une glu collante qui se nourrit à même les besoins émotifs de chacun !

     

    L’amour semble être un état émotif fluctuant et lourd au lieu d’être un état d’être de félicité et de grâce constante.

     

    Pour le chat, l’amour N’A RIEN À VOIR AVEC LE BESOIN OU LE MÉRITE !

    En fait, il nous apparaît que les humains confondent très souvent amour et besoins…

    Pour nous du peuple des chats, l’Amour EST, un point c’est tout.

    Enfin… Notre étrange relation avec l’eau est un facteur d’amusement pour vous n’est ce pas?

    Vous trouvez peut-être que nous perdons tout-à-coup notre légendaire détachement…

    Le seul félin qui est vraiment à l’aise dans l’eau est notre grand frère le Tigre qui incarne la royauté, la noblesse qui accompagne votre DROIT à la divinité.

    Son aisance dans l’eau (symbole d’émotion) est un signe d’une grande maîtrise.

    Savez-vous seulement que de marcher sur terre pleinement conscient de votre divinité est effectivement votre droit le plus fondamental ?

    Tant que vous ne revendiquerez pas ce droit, cet héritage, nous les chats seront ici pour vous le rappelez, félinement…

     

    http://communication-animal.net/


    votre commentaire
  • Vivez-vous votre vie ou êtes-vous sur un chemin qui ne vous appartient pas? Avez-vous pleinement choisi votre voie? Vous sentez-vous responsable de vos choix? Ou en accusez-vous les autres? Christian Pagès est interrogé par Ottavia. Il nous parle de "vivre sa vie", d'être à l'écoute et de faire des choix en toute bienveillance conformes à ce qui est important et à ce qui nous relie aux rêves et à l'enfance. Christian Pagès vous propose un chemin de construction, de reconstruction ou d'évolution de votre être, de votre chemin d'existence. Quelle est la part du thérapeute? Quelle est votre responsabilité lorsqu'il s'agit de vous et de votre histoire de vie?

     

    Vous pouvez aussi lire "la parole énergie ou le pouvoir de la vibration juste." Il vous appartient de décider ou pas de vous mettre au travail et de découvrir qui vous êtes au-delà de ce que vous pensez ou vous croyez être. Ainsi peu à peu vous devenez vraiment vous-même.

     

     

    Vie par procuration

    VIVRE SA VIE ET NON CELLE QUI NOUS EST PROPOSÉE OU IMPOSÉE OU ENCORE OFFERTE.

     

    Aujourd'hui, l'information, la désinformation, la communication, les attaches culturelles de tout bord, sont extrêmement imposantes et présentes dans le quotidien très partagé. chacun appartient, dépend de, se reconnaît à travers, défend ceci ou cela, s'attache à une image, une identité de partage, un mode de pensée, de parler, d'agir. Et la violence de l'échange, l'intolérance de tout bord et la victimisation comme la dictature s'ensuivent presque naturellement.

     

    Vivre sa vraie vie et pas par procuration pour faire plaisir à l'entourage ou pour correspondre à la bonne image à donner de soi ou pour toute autre raison déviée qui nous fait perdre le sens de ce qui est juste, ce qui est vrai pour nous et non pour les autres. Vivre pour de bonnes raisons à découvrir chaque jour en étant soi et relié à ce qui nous apparaît vraiment juste selon nos sens et une vision qui s'éclaire peu à peu.

     

    Posez-vous la question de savoir si ce que vous pensez, ce que vous ressentez, ce que vous décidez et mettez en place vous appartient vraiment depuis toujours ou si cela vous a été confié, dicté, proposé voir imposé et si vous en avez plus ou moins consciemment fait "votre vie actuelle". Christian Pagès vous propose un chemin de construction, de reconstruction ou d'évolution de votre être, de votre chemin d'existence. Quelle est la part du thérapeute? Quelle est votre responsabilité lorsqu'il s'agit de vous et de votre histoire de vie?

     

    Vous pouvez aussi lire "la parole énergie ou le pouvoir de la vibration juste." Il vous appartient de décider ou pas de vous mettre au travail et de découvrir qui vous êtes au-delà de ce que vous pensez ou vous croyez être. Ainsi peu à peu vous devenez vraiment vous-même. Et ainsi vous vivez votre vraie vie, celle que vous choisissez à chaque respiration basse et profonde, en toute sérénité, avec la sensation et la conviction d'être vraiment la personne que vous êtes et non celle que vous paraissez. chaque vie est un trésor à ne pas manquer, faite d'instants rares et uniques à ne pas gâcher. Chaque vie est un cadeau à s'offrir et à offrir aux autres, faite de présents à distribuer et de moments à partager dans la diversité et la richesse de l'offrande.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique