•  

    Comment allez-vous?

    Beaucoup de progrès ont été accomplis chez Greenpeace depuis un mois. Ce courriel regorge d’informations encourageantes!

    Mais avant d’entrer dans les détails, je tiens à souligner deux nouvelles d’actualité : grâce à votre appui, la campagne On mérite mieux (dont fait partie Greenpeace) a attiré l’attention des médias en prévision des audiences publiques du désastreux mégaprojet GNL Québec. (Je vous recommande vivement de regarder notre premier webinaire à ce sujet !)

    Et la semaine prochaine, le premier ministre Trudeau livrera son discours du Trône – un ordre du jour législatif longuement attendu, qui jettera les bases de la relance économique suite à la pandémie. Ce discours sera un moment décisif pour l’avenir de notre pays. À cet effet, je tiens à vous dire à quel point j’ai apprécié votre mobilisation en faveur d’une relance juste et verte. Notre message s’est rendu jusqu’aux oreilles de nos plus haut·es responsables politiques.

    Pour vous remercier, nous avons préparé un résumé de quatre victoires environnementales auxquelles vous avez contribué. J’espère que cette lecture vous plaira!

    Dévoilement des photos gagnantes de notre concours annuel

    Prix du public 2020 : Notre adhérente Olalla Florez (Rigaud, Québec) a pris cette magnifique photo d’une ourse polaire avec son ourson sur la rive de la baie d’Hudson, dans le nord du Manitoba.

    Nous avons reçu pas moins de 692 contributions exceptionnelles dans le cadre de notre Concours photo annuel. Le thème de cette année était « Mère nature et ses bébés », alors vous pouvez imaginer que ces photos étaient tout aussi adorables, amusantes et réconfortantes les unes que les autres! Nous remercions chaleureusement toutes celles et ceux qui ont participé et fait honneur à cette belle planète. Cliquez ici pour voir les photos gagnantes de notre concours photo 2020, y compris le Prix du public pour lequel vous avez voté!​

    Les États-Unis interdisent l’importation de poisson associé à l’esclavage

    Au mois d’août, l’Association indonésienne des travailleurs migrants (SBMI) a manifesté pacifiquement avec Greenpeace en face du palais présidentiel de Jakarta. L’Association exige que le président adopte immédiatement des mesures de protection des pêcheurs migrants indonésiens. Selon un rapport conjoint SBMI-Greenpeace, des membres d’équipage indonésiens ont été victimes de travaux forcés et d’abus de toutes sortes à bord de navires étrangers, et certains sont même décédés en mer [1].

    En août dernier, le Service des douanes des États-Unis a interdit l’entrée des produits de la mer provenant du chalutier Da Wang, immatriculé à Vanuatu, mais appartenant à des intérêts taïwanais. Il s’agit de la troisième directive de ce type jamais émise. Le Service des douanes a pris cette décision après avoir pris connaissance du rapport de Greenpeace intitulé Seabound: The Journey to Modern Slavery on the High Seas, publié en décembre 2019 [2][3]. Notre enquête a révélé des soupçons de meurtre et prouvé que des pêcheurs migrants philippins et indonésiens ont été victimes de travaux forcés il y a quelques mois à peine. Les consommateurs et consommatrices ne veulent pas acheter des produits de la mer issus de cette nouvelle forme d’esclavage, et nous espérons que ces révélations entraîneront une plus grande responsabilisation des compagnies transformant ou commercialisant des produits de la mer tout au long de leur chaîne d’approvisionnement.

    Cette victoire établit un précédent qui bénéficiera à toutes les victimes d’abus en haute mer – l’un des milieux les plus difficiles à réglementer au monde.

    La campagne pour sauver la forêt d’Ebo remporte une première victoire!

    Regardez ce magnifique panorama de la forêt d’Ebo, au Cameroun. Qui ne voudrait pas la protéger?

    Après une levée de boucliers de Greenpeace, de la communauté scientifique, des médias internationaux et de l’acteur Leonardo DiCaprio, le gouvernement du Cameroun a suspendu l’application d’un plan autorisant la coupe de bois dans la forêt tropicale d’Ebo le 11 août dernier [4].

    Il faut préciser que Greenpeace Afrique et les communautés locales menaient une campagne intensive sur le terrain depuis plusieurs mois. Le gouvernement du Cameroun prévoyait autoriser l’exploitation de 133 392 hectares de forêt vierge, ce qui représente un superficie plus de deux fois supérieure à celle de la ville de Toronto! Avec l’appui de Greenpeace, les communautés Banen revendiquent la forêt d’Ebo comme l’une de leurs terres ancestrales. Elles réclament un processus d’utilisation de la forêt participatif et respectueux de leurs droits. La forêt d’Ebo abrite plusieurs espèces emblématiques comme le gorille, le chimpanzé, l’éléphant de forêt d’Afrique, et le colobe roux du Cameroun en danger critique d’extinction. Elle stocke environ 35 millions de tonnes de carbone qu’il faut à tout prix éviter de libérer dans l’atmosphère.

    Cette victoire préliminaire démontre que nous pouvons accomplir de grandes choses en unissant nos forces. Et ce n’est pas fini : Greenpeace et ses partenaires continueront de faire campagne jusqu’à ce que les projets d’exploitation forestière soient définitivement abandonnés, et que la forêt d’Ebo soit protégée en permanence.

    Des activistes dénoncent l’industrie fossile en mer du Nord

    Quatre courageux et courageuses activistes de Greenpeace ont nagé vers la plateforme de forage Dan Bravo afin de l’occuper pacifiquement. Cette plateforme occupe le tout premier site exploré par le Danemark en 1972, et son débit fait de ce pays le principal producteur de pétrole dans l’Union européenne. Greenpeace a exigé la suspension immédiate de l’exploration pétrolière et gazière au Danemark, suivie d’une diminution progressive de la production de carburants fossiles et d’une expansion soutenue de la production d’énergie éolienne en haute mer.

    Un matin du mois d’août, quatre activistes de Greenpeace ont plongé dans les eaux froides de la mer du Nord et nagé plus de 500 mètres pour rejoindre une plateforme de forage de la compagnie Total. Ce geste a marqué le début d’une occupation pacifique de 37 heures, soutenue par des icônes de la culture populaire telles que Jason Momoa, Lucy Lawless, Jane Fonda et Emma Thompson [5].

    Ce geste de protestation pacifique s’inscrivait dans la tournée régionale de deux navires de Greenpeace. Le Rainbow Warrior et l’Esperanza ont en effet observé d’importantes fuites de méthane provenant de puits de pétrole abandonnés. Le méthane est l’un des gaz à effet de serre les plus puissants, et nous avons découvert que deux trous de forage en laissent s’échapper depuis une trentaine d’années, sur environ 15 000 possiblement endommagés [6]! Cette mission touche donc à l’un des aspects les plus fondamentaux de notre mission : aller là où peu d’organisations ont les moyens d’aller, et exiger des comptes de la part des compagnies pétrolières et gazières aux pratiques dévastatrices.

    Par la suite, les membres d’équipage de l’Arctic Sunrise ont mis le cap vers l’avant-poste des changements climatiques, c’est-à-dire l’océan Arctique. En compagnie de scientifiques et de leaders d’opinion, Greenpeace observera le recul de la banquise et le moment où celle-ci atteindra  son étendue minimale annuelle. Nous sonnerons l’alarme pour l’action climatique et soulignerons également l’importance de protéger les océans lors du prochain Sommet de l’ONU sur la biodiversité les 22 et 23 septembre prochain.

    Vous pouvez suivre les plus récentes aventures de l’Arctic Sunrise, du Rainbow Warrior et de l’Esperanza sur leurs pages Facebook respectives. Vous pouvez même suivre les déplacements de ces navires en temps réel, avec webcam en direct, sur cette page web.

    Voilà, Roselyne! Nous espérons que ces bonnes nouvelles environnementales vous ont remonté le moral. Elles sont un témoignage de gratitude pour tout ce que vous faites.

    Prenez bien soin de vous,

    Christy

    Directrice générale, Greenpeace Canada

    SOURCES

    [1] https://www.greenpeace.org/international/story/45068/indonesian-fishing-crews-dying/ (source anglophone) 

    [2] https://www.greenpeace.org/usa/news/u-s-government-imposes-forced-labor-penalty-on-vessel-linked-to-bumble-bees-corporate-owner/ (source anglophone) 

    [3] https://www.greenpeace.org/southeastasia/publication/3428/seabound-the-journey-to-modern-slavery-on-the-high-seas/ (source anglophone) 

    [4] https://www.greenpeace.org/africa/en/press/11908/greenpeace-africa-and-rainforest-rescue-joint-statement-following-the-suspension-of-logging-plans-for-ebo-forest/ (source anglophone) 

    [5] https://www.greenpeace.org/international/press-release/44705/celebrity-support-as-activists-reveal-huge-art-installation-on-oil-rig-after-30-hours-occupation/ (source anglophone) 

    [6] https://www.greenpeace.org/international/press-release/44638/greenpeace-documents-north-sea-methane-leak-caused-by-oil-industry-blow-o


    2 commentaires
  • Les Enfantastiques chantent les « Quatre éléments », essentiels et indispensables.
    Cette chanson est extraite de l'album 10 « Tu fais de moi...» de la chorale Les Enfantastiques : 16 chansons sur les thèmes de l'écocitoyenneté, du développement durable, de la biodiversité.
     

    Les chansons ont été écrites par Monsieur Nô dans le cadre de « Chansons en création » avec des classes d'écoles élémentaires. Elles sont interprétées par des Enfantastiques du Finistère.

    ► Pour découvrir et commander les albums : http://lesenfantastiques.fr/

    ► Abonnez-vous aux nouvelles vidéos ! https://www.youtube.com/user/ENFANTAS...

    ► Retrouvez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/lesenfantast...
     

    et sur Twitter : https://twitter.com/enfantastiques

     

    LES ENFANTASTIQUESLES ENFANTASTIQUES


    5 commentaires
  • Valérie Expert a reçu le journaliste Hugo Clément qui présente l’émission

    « Sur le front des océans » sur France 2.

    Sud Radio

     
     

    Hugo Clément et France Télévision s’associent pour une série de reportages consacrée aux défis écologiques qui nous attendent. Dans ce premier numéro de Sur le front, le journaliste s’intéresse aux océans.

    Telestar.fr

     


    votre commentaire
  • Transition écologique : à la recherche du bon régime 10/09/2018

    Résultat de recherche d'images pour "protéger l'environnement"

     

    La démission de Nicolas Hulot a placé la question de l’écologie au cœur du débat public, laissant apparaître une impuissance collective et révélant les difficultés des démocraties à relever l’enjeu climatique. Quel est le meilleur régime pour assurer une transition environnementale durable?

    Emmanuel Macron pendant l’événement 'Tech for Planet' avant le One Planet Summit à Paris le 11 décembre 2017Emmanuel Macron pendant l’événement 'Tech for Planet' avant le One Planet Summit à Paris le 11 décembre 2017 Crédits : PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP - AFP

    Sonnant comme un véritable coup de tonnerre, la démission du ministre de l’écologie a révélé l’impuissance de nos démocraties à relever l’enjeu du réchauffement climatique. « C’est un problème de démocratie ! Qui a le pouvoir ? Qui gouverne ? » lançait Nicolas Hulot sur France Inter.

    « Je ne connais pas un ministre qui soit heureux dans le monde »

    Quelques jours plus tard, c’était au tour de Daniel Cohn Bendit, pressenti pour le poste, de balayer d’un revers de main l’hypothèse d’une candidature : une « fausse bonne idée » a-t-il expliqué, soulignant la difficulté – voire l’impossibilité – à exercer ce poste extrêmement difficile.

    « Je ne connais pas un ministre qui soit heureux dans le monde » avait lancé l’ancien eurodéputé vert, signifiant l’impasse structurelle dans laquelle se trouvait la grande majorité des ministères de l’écologie de nos démocraties.

    L’écologie politique est-elle incompatible avec la démocratie?

    Alors d’où vient le problème ? Pourquoi cette incapacité à engager la révolution verte? L’écologie politique serait-elle incompatible avec la démocratie? Et les régimes plus autoritaires parviennent-ils, mieux que les autres, à imposer leurs politiques environnementales? Que nous apprend la Chine à cet égard?

    Surtout, faudra-t-il transformer nos régimes pour sauver la planète? Et à quoi pourraient-ils ressembler?

    Une émission préparée par Samuel Bernard.

    À LIRE AUSSI
    Nicolas Hulot, dans son bureau de ministre de la Transition énergétique, le 18 janvier 2018.
    Le Billet politiqueRequiem pour le ministère de l'Ecologie
    À LIRE AUSSI
    L’ex-Ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot quitte l’Elysée, à Paris, le 27/08.
    Du Grain à moudreUn ministre de l'écologie, ça ferme sa gueule ou ça démissionne ?
    À LIRE AUSSI
    Vue de la mine de cuivre "El Teniente" dans les Andes à Rancagua, Chili, à environ 140 kilomètres au sud-est de Santiago, le 21 mars 2018.
    Du Grain à moudreComment rendre crédible la catastrophe écologique ?

    Extraits sonores: 

    - Extrait du film « Pour le réconfort » de Vincent Macaigne (2016)

    - Nicolas Hulot au 7/9 de France Inter le 28 août 2018 par Léa Salamé et Nicolas Demorand

    - Daniel Cohn-Bendit au 7/9 de France Inter le 3 septembre 2018 par Léa Salamé et Nicolas Demorand

    - Le président Xi Jinping avait fait part de sa volonté de "construire une civilisation écologique, ce qui est vital pour le développement de la nation chinoise." le 18 octobre 2017 (France 2)

    - Extrait du discours de Severn Suzuki, le 14 juin 1992

    Extraits musicaux :

    - « Danse macabre » de M. A. Beat ! (label : Black milk music)

    - « Oh no » d’Andrew Bird (label : Bella Union)

     

    Protéger l'environnement : une impuissance collective? (2/4) :
    Charbon : on n'est pas sorti de la mine !
    Cultures Monde
    LE 11/09/2018
     
    Protéger l'environnement : une impuissance collective? (3/4) : « Penser global, agir local » 58 min
    Protéger l'environnement : une impuissance collective? (3/4) : « Penser global, agir local »
    Cultures Monde
    LE 12/09/2018
     
    Protéger l'environnement : une impuissance collective? (4/4) : Le Droit à la rescousse
    58 min
    Protéger l'environnement : une impuissance collective? (4/4) :
    Le Droit à la rescousse
    Cultures Monde
    LE 13/09/2018

    votre commentaire
  • Démission de Nicolas Hulot : plus que jamais nous devons infléchir le futur

    Patrick FRÊNE
    Vanves, France
     

     

    10 sept. 2018 — 

    La planète ne prend décidément pas la mesure de l'incendie climatique et écologique. La France et son gouvernement ne font pas exception à la règle et Nicolas Hulot en a fait l'amer constat : il appelle désormais à la mobilisation des citoyens, seule à même de faire bouger les positions.

     

    Mise à jour

    https://www.change.org/p/13252309/u/23254102


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique