• Transition écologique : à la recherche du bon régime 10/09/2018

    Résultat de recherche d'images pour "protéger l'environnement"

     

    La démission de Nicolas Hulot a placé la question de l’écologie au cœur du débat public, laissant apparaître une impuissance collective et révélant les difficultés des démocraties à relever l’enjeu climatique. Quel est le meilleur régime pour assurer une transition environnementale durable?

    Emmanuel Macron pendant l’événement 'Tech for Planet' avant le One Planet Summit à Paris le 11 décembre 2017Emmanuel Macron pendant l’événement 'Tech for Planet' avant le One Planet Summit à Paris le 11 décembre 2017 Crédits : PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP - AFP

    Sonnant comme un véritable coup de tonnerre, la démission du ministre de l’écologie a révélé l’impuissance de nos démocraties à relever l’enjeu du réchauffement climatique. « C’est un problème de démocratie ! Qui a le pouvoir ? Qui gouverne ? » lançait Nicolas Hulot sur France Inter.

    « Je ne connais pas un ministre qui soit heureux dans le monde »

    Quelques jours plus tard, c’était au tour de Daniel Cohn Bendit, pressenti pour le poste, de balayer d’un revers de main l’hypothèse d’une candidature : une « fausse bonne idée » a-t-il expliqué, soulignant la difficulté – voire l’impossibilité – à exercer ce poste extrêmement difficile.

    « Je ne connais pas un ministre qui soit heureux dans le monde » avait lancé l’ancien eurodéputé vert, signifiant l’impasse structurelle dans laquelle se trouvait la grande majorité des ministères de l’écologie de nos démocraties.

    L’écologie politique est-elle incompatible avec la démocratie?

    Alors d’où vient le problème ? Pourquoi cette incapacité à engager la révolution verte? L’écologie politique serait-elle incompatible avec la démocratie? Et les régimes plus autoritaires parviennent-ils, mieux que les autres, à imposer leurs politiques environnementales? Que nous apprend la Chine à cet égard?

    Surtout, faudra-t-il transformer nos régimes pour sauver la planète? Et à quoi pourraient-ils ressembler?

    Une émission préparée par Samuel Bernard.

    À LIRE AUSSI
    Nicolas Hulot, dans son bureau de ministre de la Transition énergétique, le 18 janvier 2018.
    Le Billet politiqueRequiem pour le ministère de l'Ecologie
    À LIRE AUSSI
    L’ex-Ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot quitte l’Elysée, à Paris, le 27/08.
    Du Grain à moudreUn ministre de l'écologie, ça ferme sa gueule ou ça démissionne ?
    À LIRE AUSSI
    Vue de la mine de cuivre "El Teniente" dans les Andes à Rancagua, Chili, à environ 140 kilomètres au sud-est de Santiago, le 21 mars 2018.
    Du Grain à moudreComment rendre crédible la catastrophe écologique ?

    Extraits sonores: 

    - Extrait du film « Pour le réconfort » de Vincent Macaigne (2016)

    - Nicolas Hulot au 7/9 de France Inter le 28 août 2018 par Léa Salamé et Nicolas Demorand

    - Daniel Cohn-Bendit au 7/9 de France Inter le 3 septembre 2018 par Léa Salamé et Nicolas Demorand

    - Le président Xi Jinping avait fait part de sa volonté de "construire une civilisation écologique, ce qui est vital pour le développement de la nation chinoise." le 18 octobre 2017 (France 2)

    - Extrait du discours de Severn Suzuki, le 14 juin 1992

    Extraits musicaux :

    - « Danse macabre » de M. A. Beat ! (label : Black milk music)

    - « Oh no » d’Andrew Bird (label : Bella Union)

     

    Protéger l'environnement : une impuissance collective? (2/4) :
    Charbon : on n'est pas sorti de la mine !
    Cultures Monde
    LE 11/09/2018
     
    Protéger l'environnement : une impuissance collective? (3/4) : « Penser global, agir local » 58 min
    Protéger l'environnement : une impuissance collective? (3/4) : « Penser global, agir local »
    Cultures Monde
    LE 12/09/2018
     
    Protéger l'environnement : une impuissance collective? (4/4) : Le Droit à la rescousse
    58 min
    Protéger l'environnement : une impuissance collective? (4/4) :
    Le Droit à la rescousse
    Cultures Monde
    LE 13/09/2018

    votre commentaire
  • Démission de Nicolas Hulot : plus que jamais nous devons infléchir le futur

    Patrick FRÊNE
    Vanves, France
     

     

    10 sept. 2018 — 

    La planète ne prend décidément pas la mesure de l'incendie climatique et écologique. La France et son gouvernement ne font pas exception à la règle et Nicolas Hulot en a fait l'amer constat : il appelle désormais à la mobilisation des citoyens, seule à même de faire bouger les positions.

     

    Mise à jour

    https://www.change.org/p/13252309/u/23254102


    votre commentaire
  •  

    Rencontre avec Pierre Rabhi le 24 septembre 2013 au cinéma Utopia autour du film "Au nom de la terre" réalisé par Marie-Dominique Dhelsing. Partie 2 : http://www.youtube.com/watch?v=6iaiWN... Partie 3 : http://www.youtube.com/watch

    ?v=rGU7sI...

    Partie 4 : http://www.youtube.com/watch?v=bB4_iI...

    Partie 5 : http://www.youtube.com/watch?v=k5obiT...

    Partie 6 : http://www.youtube.com/watch?v=BA0Ket...

    http://www.mollat.com/recherche/auteu...

    Notes de Musique : "L'chaim" by Rosza (http://szelrosza.org)

    ------------------

    Pierre Rabhi est paysan, écrivain et penseur.

    Il est l’un des pionniers de l’agro-écologie en France.

    Amoureux de la Terre nourricière, engagé depuis quarante ans au service de l’Homme et de la Nature, il appelle aujourd’hui à l’éveil des consciences pour construire un nouveau modèle de société où « une sobriété heureuse » se substituerait à la surconsommation et au mal-être des civilisations contemporaines.

    Pierre Rabhi au nom de la terre (DVD)

      Playlist

    https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat/search?query=Rabhi+

     

     

     

    Date de sortie 27 mars 2013 (1h38min) 
    Réalisé par Marie-Dominique Dhelsing
    Avec Pierre Rabhi
    Genre Documentaire 
    Nationalité Français 

    votre commentaire
  • Au 1er septembre 2018, trois néonicotinoides seront interdits en Europe, mais des dérogations restent possibles jusqu'en juillet 2020. Est-ce l'arbre qui cache la forêt ?

    Quelles sont les réelles solutions pour sauver les abeilles, et en finir avec la politique des petits pas ?

    Des abeilles ouvrières entourent une reineDes abeilles ouvrières entourent une reine Crédits : Sean Gallup - Getty

    Émission en partenariat avec le service Planète-Sciences du Monde

     
    Le Monde 

    Le Monde Crédits : Le Monde

     

    L’été 2018 touche à sa fin, force est de constater qu’il restera celui des mauvaises nouvelles en matière d’environnement, et la démission du ministre Nicolas Hulot ne semble pas augurer d’un avenir meilleur, à moins d’un sursaut politique … Été caniculaire, été meurtrier aussi, notamment pour les espèces animales comme les colonies d’abeilles, sentinelles de l’environnement, dont l’hécatombe continue et suscite un appel à l’aide de la part des apiculteurs. En 30 ans, ce sont 75 à 80% des insectes volants qui ont disparu en Europe. Et ailleurs, comme aux États-Unis ou au Canada, le déclin est tout aussi massif…

     

    Une situation qui a de quoi nous alarmer. Un enjeu qui dépasse les apiculteurs puisqu’il concerne la dégradation générale de l’environnement, la sécurité alimentaire et la santé de tous.

     

    Depuis hier, 1er septembre, trois néonicotinoides sont désormais interdits en Europe, mais des dérogations restent possibles jusqu’en 2020. 

     

    « L’Homme et les Abeilles : à quand la lune de miel ? », état des lieux avec Henri Clément, apiculteur, secrétaire général et porte-parole de l’UNAF, l’Union nationale de l’apiculture française, auteur notamment du « Traité Rustica de l'apiculture ».  Et Gérard Arnold, apidologue, directeur de recherche émérite au CNRS au laboratoire Evolution, Génomes, Comportement, Ecologie (EGCE) à Gif-sur-Yvette, et expert sur l'abeille à l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) et à l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail)

     

     Article complet

     

    https://www.franceculture.fr/emissions/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement/lhomme-et-les-abeilles-a-quand-la-lune-de-miel


    votre commentaire
  • En avril dernier, la française Claire Nouvian a reçu le prix Goldman, la plus haute distinction dans le domaine de l'environnement. Avec son association Bloom, elle milite depuis 2005 pour la préservation des océans et la défense de la pêche artisanale.

     

     

    Poissons au Costa RicaPoissons au Costa Rica Crédits : RODRIGO FRISCIONE / CULTURA CREATIVE - AFP

     

    Tandis que des études très récentes indiquent que les zones marines sauvages ont quasiment disparu et que les bateaux de pêche en haute mer vont de plus en plus loin pour capturer de moins en moins de poissons, la préservation des océans devient chaque jour plus urgente. 

    Le 1er août denier, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire Brune Poirson officialisait le lancement d'une "mission océan" destinée notamment à mieux protéger les récifs coraliens. En septembre, des discussions s'ouvriront à New-York sous l’égide de l’ONU, pour tenter d’établir un cadre juridique à la conservation et  l’utilisation durable de la biodiversité marine. 

    Claire Nouvian, fondatrice et présidente de l'association Bloom, est l'invitée de Julie Gacon dans les Matins d'été. 

    Claire Nouvian. A @Bloom_FR on est l’ennemi d'aucun pêcheur : on estime qu’une ressource vivante tout à fait comestible, et parfois même délicieuse, doit être récoltée. Il y a un enjeu de sécurité alimentaire. Mais on doit inventer un modèle de pêche durable pour les océans et l’homme. Aujourd’hui on est dans une tragédie des communs. Le poisson est une ressource gratuite, or la ressource est en train de décliner. On n’a pas réussi à l’éviter en Europe, on est en train d’essayer de ramer mais à contre courant. La question est : qui va avoir accès aux dernières ressources, aux derniers poissons ? Dans cette course-là ce sont les industriels qui gagnent.

    On est plus du côté des pêcheurs artisans, il y a une urgence sociale réelle. Les meilleures pratiques de pêche sont en train de disparaître. S’il y a 1000 ressources, est-ce qu'on a envie qu’un seul pêcheur industriel pêche tout ou que 500 pêcheurs à la ligne les pêchent ? 

    Même dans les grandes profondeurs des océans, la pollution plastique parvient. Même les calamars des abysses ont des particules plastiques dans leur organisme.

    Est-ce qu’on a vraiment besoin d’aller vers l’exploitation des minerais sous-marins ? Si après avoir dépendu des hydrocarbures on dépend des métaux rares et des minerais, c'est recommencer un nouvel épisode de dévastation de ressources non renouvelables. 

    Retrouvez ici la deuxième partie de cet entretien

    À LIRE AUSSI
     
     
    La pêche illégale dans le monde représente selon Bruxelles entre 11 et 26 millions de tonnes de poissons chaque année, soit 15 % des volumes mondiaux
    Cultures MondeLes nouveaux délinquants environnementaux (2/4) : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale

    Extrait de l'émission en vidéo

    Bibliographie

    Abysses

    AbyssesClaire NouvianFayard, 2006

    Intervenants
    • fondatrice de l'association Bloom (protection des océans et de la pêche artisanale)
     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique