•            
    ​Voici 4 années que la fête pour la TERRE et l'HUMANISME se perpétue. Elle s'illuminera le 28 juin et nous vous y invitons nombreux !

    Elle est notre symbole d'une agroécologie joyeuse et engagée. Un point de convergence, une célébration de nos efforts communs, de nos réussites et peines !


    Elle nous rappelle l’énergie portée par Pierre RABHI et l'importance de CULTIVER avec soin notre ancrage à l'agroécologie et au mouvement de la TRANSITION.

    CULTIVER notre humus, notre identité, notre soin au monde, notre cohérence, notre autonomie... notre envie !


    Elle est un moment pour célébrer nos projets : les Amanins, Terre et Humanisme, Colibris, Le Hameau des Buis et les Oasis en Tous lieux.

    Bienvenue à vous !

     

    FÊTE DES AMANINS POUR LA TERRE ET L'HUMANISME

    SAMEDI 28 juin 2014 aux Amanins
    26400 LA ROCHE SUR GRÂNE


    Cette année, nous vous attendons nombreux pour venir écouter, échanger, fêter la Terre et l'Humanisme.

    Nous avons la chance et l'honneur d'acceuillir avec Pierre RABHI des passeurs de sens :

    • Corinne LEPAGE (avocate)
    • Isabelle PELOUX (Pédagogue)
    • Frédéric LOPEZ (journaliste et animateur)
    • Marc DUFUMIER(Agronome)
    • Les CO-ELUS de Saillans(Citoyens engagés)
    Vous pourrez écouter le témoignage de Terre & Humanisme, du Mouvement Colibris, du Hameau des Buis et des Amanins sur les enjeux agroécologiques qui les traversent.

    Concerts et bal :
    • LO'JO
    • Bal Oh YeaH
    • et quelques belles surprises.
    Ouverture des portes à 9h00 et clôture dans la nuit. Restauration du jardin à l'assiette toute la journée.
    Pas de réservation - PAF Adultes 13€.
    Billetterie sur place.

    Télécharger l'affiche
    Accès
     
     
     
     

    votre commentaire
  • Fukushima

    Lien de l'image  

     

    http://www.buzzecolo.com/24815/top-10-catastrophes-ecologiques/ 

      

    A Chaque nouvelle catastrophe écologique, nombreuses sont les personnes remettant publiquement en cause le système industriel dans lequel nous vivons, et qui nous mène droit dans le mur.

      

    Mais pendant combien de temps ces remises en question subsistent dans notre esprit ?

    Il y a de cela trois ans, un séisme suivit d’un tsunami ravageaient les côtes japonaises, créant l’accident nucléaire de Fukushima.

      

    De nombreuses ONG comme Greenpeace continuent encore de se battre pour l’arrêt du nucléaire, mais combien d’Etats continuent encore à ce jour le débat ?

      

    Surtout, combien d’Etats ont gardés en tête les leçons des catastrophes précédentes ? Et combien d’industriels ont été punis pour ces crimes environnementaux ?

      

    Afin de se remettre à l’esprit les conséquences des catastrophes précédentes, voici les exemples des 10 plus grosses catastrophes écologiques.


    ( Pour que ces crimes soient enfin punis, signez la pétition pour la création d'un tribunal environnemental )

     

    L'article

    http://www.newmanity.com/newsflow/777/les-10-catastrophes-ecologiques-les-plus-marquantes?feeds

     

    Accueil 

    http://www.newmanity.com/


    votre commentaire

  •  

    Pierre Rabhi : "Il faut abandonner le dogme de... par FranceInfo

     

    Plus de vidéos

     

    http://www.dailymotion.com/playlist/x2k2k1_--Near-_pierre-rabhi/1#video=x15wkt1

     

     

     

    Agroécologie l'autonomie alimentaire

      

    Eric Thabke Eric Thabke  


    votre commentaire
  •  

    Adresse de la vidéo de 74' lisible sur le net jusqu'au mardi 29 avril 2014 avant 20h50 depuis la France uniquement en recopiant dans votre moteur de recherche l'adresse suivante :

     

    www.arte.tv/guide/fr/046598-000/le-sable?vid=046598-000_PLUS7-F

      

    ou en cliquant sur le lien suivant sous réserve qu'il fonctionne :

    arte.tv

    .

    Depuis l'étranger, Maroc - Canada - Suisse - Belgique, vous pourrez voir la rediffusion directement sur la chaîne de télévision franco-allemande ARTE, si vous la captez, le samedi 26 avril 2014.

    .

    Descriptif

    De Bombay à la Bretagne en passant par Dubaï, Tanger ou les Maldives, cette passionnante enquête en forme de thriller dévoile une urgence planétaire : la menace qui pèse sur le sable, ressource vitale dont le pillage s'accélère.

    On le trouve dans le béton, qui alimente, au rythme de deux tonnes par an et par être humain, un boom immobilier ininterrompu. Mais aussi dans les puces électroniques, le papier, le plastique, les peintures, les détergents, les cosmétiques…

      

    Ce sable que nous aimons fouler du pied ou laisser filer entre nos doigts s’est glissé à notre insu dans tous les interstices de notre quotidien. L’industrie le consomme en quantités croissantes, plus encore que le pétrole. Peut-être parce que, contrairement à l’or noir, cette matière première perçue comme inépuisable est restée à ce jour pratiquement gratuite. Alors que le sable des déserts est impropre à la construction, les groupes du bâtiment ont longtemps exploité les rivières et les carrières.

      

    Puis ils se sont tournés vers la mer, provoquant ce qui est en train de devenir une véritable bombe écologique.

      

    Car le sable joue un rôle essentiel dans la protection des côtes et l’équilibre des écosystèmes marins.

      

    Les conséquences de cette surexploitation apparaissent peu à peu au grand jour. Petit à petit, les appétits économiques ont grignoté au moins 75 % des plages du monde, et englouti des îles entières, en Indonésie et aux Maldives, tandis que Singapour ou Dubaï ne cessaient d’étendre leur territoire en important, parfois frauduleusement, du sable.

      

    Disparition des poissons, impact aggravé de l’érosion et des tempêtes, bords de mer devenus lunaires … :

    face aux timides régulations adoptées pour tenter de limiter le pillage, la « ruée vers le sable » s’est en réalité accélérée, sous l’égide de grandes entreprises multinationales et de mafias locales.

      

    Marchands de sable

    Par le biais d’une investigation méticuleuse, Denis Delestrac parvient à montrer une réalité connue jusqu’ici des seuls spécialistes scientifiques et défenseurs de l’environnement, mais aussi des professionnels des travaux publics – dont les explications accompagnent de saisissantes séquences tournées dans le monde entier.

      

    Ici, ce sont les "petites mains" des trafiquants de sable, qui prélèvent leur butin, au vu et au su de tous, sur les plages de Tanger ou en plongeant dans l’eau transparente des Maldives, tandis que des marchands de sable réunis en congrès spéculent sur les juteux profits qu’ils vont engranger, grâce à une ressource qui appartient à tous.

      

    Là, c’est l’État de Floride, qui, à grand renfort de dragueuses offshore et de bulldozers, renfloue ses plages en voie de disparition, contribuant ainsi à déséquilibrer davantage l’écosystème maritime qui a fait sa renommée touristique. De leur côté, les élus et la population des Côtes d’Armor, en Bretagne, se mobilisent contre un nouveau projet de dragage.

      

    Une exception. S’il n’est pas trop tard pour agir, plaident les chercheurs et les militants écologistes, l’opinion publique, dont le soutien est indispensable pour infléchir la tendance, reste largement inconsciente du phénomène.

      

     

    Auteur

    • Arte Tv

      

      

      

     Ecouter, sur Choix et Réalité   

    http://www.choix-realite.org/7184/le-sable-enquete-sur-une-disparition-edifiant-visionnable-jusquau-290414-en-france 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique