• LPR 2016

     Un constat alarmant...

    Les populations de vertébrés- poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles - ont chuté de 58% entre 1970 et 2012.
    Or, si nous ne faisons rien pour inverser la tendance, ce déclin pourrait continuer à s’aggraver jusqu’à atteindre 67% d’ici 2020.

     

    C’est sur ce nouveau constat alarmant que s’ouvre l’édition 2016 du Rapport Planète Vivante - analyse scientifique réalisée tous les deux ans par le WWF concernant la santé de notre planète et l'impact de l'activité humaine sur cette dernière.
      
     
      Télécharger le Rapport  
     
      

    Pour mesurer cette évolution, le WWF s’appuie sur 2 indicateurs :
    l’Indice Planète Vivante
    et l’Empreinte écologique.
      

    Découvrez l'action et les objectifs du WWF autour de ses 6 priorités.

     

    Et pour en savoir plus : http://www.wwf.fr

     

    EXPLORER LES CAUSES

    PROFONDES

    VERS UNE RÉFLEXION SYSTÉMIQUE

     

    L’impératif auquel nous devons répondre est clair : il faut nous orienter

    vers un développement socio-économique n’entrant en conflit ni avec

    le bien-être des individus ni avec la biosphère. Or l’aggravation des

    risques liés au franchissement des Limites planétaires, la croissance

    des empreintes de consommation, de même que le déclin continu des

    indices Planète Vivante, montrent que les efforts consentis jusqu’ici en

    faveur d’un développement plus soutenable sont loin d’être suffisants.

    Dès lors, comment infléchir le développement de manière à obtenir

    les changements si indispensables ?

    Avant d’envisager la moindre transformation des systèmes humains,

    encore faut-il comprendre la nature du processus décisionnel

    conduisant à la dégradation environnementale, sociale et écologique

    que nous connaissons. Les industries, les organisations et les

    individus utilisant directement les ressources naturelles, d’un côté,

    les consommateurs finaux des biens et des services produits,

    de l’autre, sans oublier les multiples intermédiaires situés entre les

    deux, effectuent des choix fondés sur une série complexe de signaux.

    Ils réagissent aux prix du marché et à d’autres informations en fonction

    des contraintes que leur impose leur environnement physique, socio-

    économique et juridique, lui-même façonné par des phénomènes

    moins apparents : tendances de consommation non responsables,

    pratiques de production destructrices, structures de gouvernance

    défaillantes, systèmes financiers axés sur le rendement à court terme

    (Macfadyen et

    coll.

    , 2015 ; Konefal et

    coll.

    , 2005 ; Dallas, 2012 ;

    Schor, 2005). Chacun de ces éléments conditionne le comportement

    des individus, et

    vice versa

    . Tous les jours, ce sont ainsi des milliards

    de décisions et d’actions qui sont prises dans ce cadre systémique

    et génèrent des impacts, visibles ou non, sur la société et le système

    Terre.


    votre commentaire
  • Hubert REEVES est un astrophysicien, communicateur scientifique et écologiste franco-canadien. Ayant commencé sa carrière en tant que chercheur en astrophysique, il pratique aussi la vulgarisation scientifique depuis les années 1970 et milite pour l'écologie depuis les années 2000. Hubert REEVES préside l'association nationale reconnue d'utilité publique Humanité & Biodiversité.

     

     http://www.atmospheresfestival.com

     

    You Tube 


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    L'écologie est spirituelle, par essence, car elle est basée sur une prise de conscience holistique et une application de l'éthique. A défaut, elle participe déjà d'une vision humaniste.


    L'écologie est fondée sur l'amour et le respect de soi qui s'étendent progressivement à l'environnement. Pour comprendre sa valeur intrinsèque, il faut unir la connaissance à la spiritualité.


    La protection de l'environnement naturel dérive principalement d'une approche spirituelle. Ainsi, si l'homme n'est pas en mesure de garantir l'intégrité de son corps physique, en l'affaiblissant avec une mauvaise hygiène de vie et des pensées négatives, il ne pourra pas rétablir l'harmonie dans l'écosystème.


    La planète a besoin d'une écologie conscientisée !


    La bienveillance par rapport à la nature consiste à tout mettre en œuvre pour la préserver et faire de la planète un sanctuaire pour les générations futures. Cela nécessite de faire preuve de responsabilité par rapport à tout ce qui est.


    "Rien n’est plus contagieux que l’exemple", disait La Roche Foucauld.

     

    Jean-Philippe Deterville

     


    votre commentaire
  •  

    En Suisse, des jeunes lancent Pokédéchets Go proposant à tout le monde de partir à la chasse aux ordures plutôt que de jouer à Pokémon Go

     

    Un groupe de jeunes Suisses a eu la brillante idée de détourner le concept du jeu Pokémon Go pour nettoyer les villes et la nature des ordures qui traînent. Voici Pokédéchets Go !

     

    La semaine dernière, on vous parlait de ce maire picard qui a adopté le principe du retour à l’envoyeur pour nettoyer sa ville des ordures qui traînent. Décidément, la chasse aux ordures semble revenir à la mode, à l’heure où beaucoup de jeunes se sont lancés à la recherche de Pokémons !

     

    Et si l’on pouvait allier les deux concepts ? Voilà l’initiative brillante qu’a eue un groupe de jeunes Suisses qui viennent de créer

     

    une page  : Facebook Pokédéchets Go !

    Facebook / Pokédéchets Go


    Le principe reste simple, il suffit de repérer, ramasser et trier les déchets qui ont été jetés dans les rues, les parcs et dans la nature plus globalement. Pour participer au jeu, il suffit de prendre en photo ou en vidéo votre bonne action avec les hashtags « #PokédéchetsGo » et « #1dechetparjour ».


    Ce jeu prévoit de récompenser les meilleurs chasseurs de déchets, mais plus qu’un lot à remporter, c’est bien la satisfaction d’avoir contribué à une initiative primordiale pour l’environnement.

    Facebook / Pokédéchets Go


    De plus, c’est aussi une nouvelle façon de rencontrer du monde, entre deux ramassages d’ordure, et de, pourquoi pas, se défier pour chasser les plus gros déchets existants. Et puis, vous pouvez faire participer les enfants, leur apprenant l’importance de préserver la nature, du tri sélectif, tout en les faisant jouer en prenant l’air.


    Vous pouvez retrouver toutes les bonnes captures et les explications sur leur page Facebook. À vos Pokésacs poubelle !

    Facebook / Pokédéchets Go

     

    Plutôt sympa cette initiative, n’est-ce pas ?

     

    Source de l'article

    Demotivateur

     


    votre commentaire
  • Participez au crowdfunding destiné à rallier les Gardiens de la Terre :
     

    https://www.helloasso.com/association...

    Le Cacique (chef) Raoni Metuktire a initié l'Alliance des Gardiens de Mère Nature avec quelques autres grands chefs d'Amazonie. Ils appellent tous à une unité mondiale avec des indigènes de tous les continents ainsi que des grands militants pour la planète.

    POUR FINANCER CE PROJET → http://goo.gl/QkQEHZ

    ►Participez à la naissance d'un grand mouvement pour l'avenir.

     

     

    planeteamazone

    planeteamazone



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique