• Envoyé spécial Calanques en eaux troubles

     

    Au sommaire
    Calanques en eaux troubles

    C’est l’un des plus beaux sites de la Méditerranée : 8 500 hectares de collines et de garrigues, des criques aux eaux cristallines. Les calanques, qui s’étendent de Martigues à La Ciotat, ont gagné il y a quatre ans l’appellation de parc national. Un cadre exceptionnel qui accueille chaque année plus de 2 millions de visiteurs.

    Mais les eaux limpides des calanques dissimulent depuis plus d’un siècle les assauts réguliers de la pollution humaine et industrielle. Des zones de pêche ont disparu et certaines plages, où les touristes posent leurs serviettes, sont contaminées au plomb et à l’arsenic. Enquête sur l’un des endroits les plus sauvages de la Méditerranée, mais peut-être aussi le plus pollué.

    Un reportage de Chloé Vienne.
    Pères malgré eux
    "A sa naissance, je ne suis pas allé voir ma fille. Je ne voulais pas être père. Mais un jour, une femme et son désir d’enfant, plus fort que tout, m’ont désigné père malgré moi." Ainsi parle Matthieu, devenu père contre sa volonté à 45 ans, qui vit sa paternité comme une trahison. Marco, 38 ans, marié et père d’une petite fille de 16 mois, est, lui, poursuivi en justice pour reconnaître un enfant âgé de 8 ans − qu’il n’a jamais rencontré. Un enfant issu d’une aventure d’un soir qui menace aujourd’hui son équilibre familial…

    Pour les juges, la naissance d’un enfant ne peut être considérée comme un préjudice. Si l’homme est bien le père biologique, la justice considère qu’il doit assumer et subvenir aux besoins matériels de l’enfant. Marc, 50 ans, en fait l’amère expérience dans le bureau de son avocate. Il s’apprête à payer très cher les conséquences d’une relation éphémère sur internet…

    Qui sont ces hommes qui dénoncent les paternités imposées ? Les femmes seraient-elles toutes-puissantes quand il s’agit de donner la vie ? Comment se construisent les enfants issus de ces relations éphémères ? Des témoignages rares d’hommes, de femmes et d’enfants devenus adultes. Des enfants en souffrance, en quête de leurs origines.

     

     

    Un reportage d'Elise Le Bivic.

    Buffets à volonté : une recette en or !

     

    Quel est le point commun entre un club de vacances, un bar branché, un restaurant routier et une table de luxe ? Le buffet à volonté. Inventé dans les années 1960 avec la naissance des premiers clubs de vacances, ce type de restauration s’est aujourd’hui imposé partout. Le concept est simple : des dizaines de plats proposés pour un prix fixe et la possibilité de se resservir à l’infini.

     

    Une avalanche de plats dont les clients raffolent, et qui fait aussi le bonheur des restaurateurs car avec sa nourriture basique et l’absence de serveurs, le buffet est une formule très rentable. Mais la qualité est-elle toujours au rendez-vous ? Est-il bien raisonnable pour la santé de consommer sans modération ? Côté hygiène, les clients prennent-ils des risques ? "Envoyé spécial" a enquêté sur ce nouveau mode de restauration, et rencontré ceux pour qui buffet rime avec succès.

     

    Special Investigation

     

    Voir aussi

    VIDEO. Envoyé spécial. Calanques en eaux troubles

     

    Des criques perdues dans la garrigue et pourtant menacées. Marseille a du plomb dans les calanques... Avec "Envoyé spécial", visite d'un site classé parc national et enquête sur la pollution humaine et industrielle qui le ronge.

     

    http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/video-envoye-special-calanques-en-eaux-troubles_1563900.html

    « IRLANDE les lacs du Connemara ... (pps) - et plus (Michel Sardou - les lacs du Connemara) A travers champs »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    2
    Jeudi 4 Août 2016 à 16:04

    POLLUTION, POLLUTION, ENCORE ET ENCORE, PAS QUE DANS NOS EAUX MAIS AUSSI DANS LES BOIS, QUAND L'HOMME PRENDRA T'IL CONSCIENCE ????

    DSLÉ POUR EN MAJUSCULE MAIS LA TOUCHE EST COINCÉE !!!!!

      • Jeudi 4 Août 2016 à 16:26

        Bonjour,

        La touche est coincée, ça arrive !, mais de toute façon quand on voit ça, on aurait bien envie de "crier "

        Cette pollution là existe depuis longtemps, il y a plus de 20 ans, alors qu'on faisait une balade, une personne m'avait montrée la sortie des égouts !

        Quand tout sera détruit, c'est nous qui le seront, mais ça fait mal au coeur.

        Merci pour le commentaire Josiane.

        Bonne fin de journée

        Cordialement

        Roselyne

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :