• Afficher l'image d'origine

     

    Lien de l'image

     

    http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org/portal

     

     

    On parle beaucoup des systèmes d'échanges locaux (ou SEL), mais en quoi

    consistent-ils exactement ?

    Un système non-monétaire pour partager des savoir-faire et produits

    Un système d'échange local est un système existant dans diverses régions françaises et qui consiste en l'échange de services ou de produits au sein d'un groupe. Cela permet aux membres de partager leurs savoir-faire ou encore leurs compétences.

    Afin de comptabiliser les divers échanges au sein de la communauté, le système a inventé sa propre monnaie qui se base le plus souvent sur le temps de service. Ainsi une heure vaut par exemple 60 unités, chaque SEL donne un nom particulier à sa monnaie d’échange d’unités. Les SEL sont des structures associatives libres ou déclarées.

    Système d'échange local : exemples concrets et avantages

    Les systèmes d’échange locaux (SEL) sont apparus en Europe dans les années 1930. Il existe aujourd’hui plus de 450 en France. © échangez-vos-compétences, Wikimedia, cc by sa 3.0

    Les membres de ces systèmes peuvent échanger des services et produits aussi divers que variés. Ils peuvent par exemple donner des cours à un jeune membre en difficulté et qui n'a pas les moyens de rémunérer un professeur particulier, ou faire du ménage. L'idée est que ces échanges se fassent sans argent, au sens de celui qui est officiellement en circulation dans la société. Le principe est que les personnes rendant service reçoivent un certain nombre de crédits, qu'elles pourront ensuite dépenser dans un service rendu par un autre membre et ainsi de suite. Confiance, autogestion et convivialité sont les maîtres mots du système d'échange local.

     

    http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/

     

    L'ESPRIT DU SEL CONSISTE A

     

    S'ENTRAIDER en toute FRATERNITE HALTE à la solitude et à l'isolement

    PARTAGER en OFFRANT et en DEMANDANT

    HALTE à l'égocentrisme

    SE RESPONSABILISER par la PRISE EN CHARGE de SOI

    HALTE à l'assistanat

    AGIR en toute LIBERTE et INDEPENDANCE

    HALTE au conditionnement

    SE SENTIR en toute CONFIANCE

    HALTE aux peurs et aux angoisses

    S'UNIR - SE REUNIR - SE SOUTENIR

    HALTE à l'exclusion et à la discrimination

     

    Sur Toulon (Var)


    BLOG d'Arc-En-Sel Toulon  (cliquer sur ce lien)

     

    Sur ce blog : Route des Sels : http://roda.eklablog.com/route-des-sel-hebergements-solidaires-a117672518

     

    D'autres liens

    Système d'échange local — Wikipédia

     

    Créer ou participer à un SEL, guide pratique | Le Club de ...


    votre commentaire
  • Pétition : Retrait des installations des @CompteurLinky

    Je vous transmets ce message pour vous demander d'envoyer vos lettres de refus à ERDF (vous trouverez des modèles de lettres sur internet ainsi que les précautions à prendre pour les envoyer).
    Il faut les envoyer en lettre recommandée avec accusé de réception. Cette lettre doit également être envoyée aux maires de vos communes.

     

    Il est important de prendre contact avec eux pour les prévenir de votre démarche.
     

    Plusieurs maires ont déjà réagi. Déjà plus de 20 communes ont refusé ces compteurs, des collectifs se créent dans beaucoup de régions !
     

     

    N'attendez pas que les installations soient annoncées, EDF prend de l'avance ! Nous devons créer partout des collectifs.
    Si vous êtes sur Facebook, plusieurs pages sont dédiées à ces refus, vous y trouverez une mine d'infos et de conseils !

     

    Je vous remercie pour votre responsabilité, pour nos santés celles de nos enfants, nos libertés et nos droits !
    Ne lâchons rien !
     

    Bien sincèrement,
    Gisèle Bonnot

     

    Pétition : Retrait des installations des @CompteurLinky
     

     

    Peut-être l'avez-vous déjà signée !

     

    Sur FB

    Compteur Linky : Connectons des personnes qui ne s'en laissent pas compter

    Les flyers du collectif "Stop ! Linky, non merci !" sont disponibles.
    Vous pouvez imprimer et distribuer ces flyers librement si vous le souhaitez.

    https://www.facebook.com/groups/StopLinky/?ref=ts&fref=ts

     

    Linky nouveau compteur dit " intelligent "  : Danger ?

     

    https://www.facebook.com/antilinky/?ref=ts&fref=ts

     

    NON aux compteurs LINKY

     

    STOP Compteur LINKY, Eau, Gaz, Électricité

     

     

    STOP - COMPTEURS LINKY83400


    votre commentaire
  • Joyeuses fêtes de Pâques à tout le monde.

     

    31Sylou

    31Sylou

     

     

    Des numéros imprimés dessus à la couleur de la coquille, le petit marchand du marché nous dit tout ce qu'il faut savoir sur l'oeuf. Oeuf de cane, de caille ou d'oie, on fait le tour de l'oeuf.

    Femme actuelle


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Lien de l'image

    http://www.franceinfo.fr/emission/nouveau-monde/2014-2015/internet-menace-de-saturation-en-2023-06-05-2015-06-44

     

    Internet est un merveilleux espace de détente, de lecture,
    d'échange et de convivialité, mais il peut aussi être dangereux.

    Sur Internet comme dans la vie, il y a des pièges à éviter. Je vous
    avais déjà transmis le numéro hors série de Lucky Luke contre les
    arnaques en ligne que vous pouvez retrouvez à l'adresse

     

    http://gratuibook.fr/go-fg57y78ert

     

    Aujourd'hui j'ai décidé de vous transmettre la brochure de la
    gendarmerie nationale française sur les bonnes pratiques à tenir
    pour que vos enfants puissent surfer en toute tranquillité.

    Même si je ne suis pas d'accord à 100% avec ce qu'ils indiquent,
    qu'il y a des choses qu'on pourrait ajouter,  je ne peux que vous
    en recommander la lecture. Inspirez-vous en au quotidien lorsque
    vos enfants désirent surfer en ligne ou traîner sur leurs réseaux
    sociaux favoris.

    Cette brochure est disponible sur

     

    http://gratuibook.fr/guide-internet-gendarmerie-france.pdf

     

    A bientôt

    Patrick

     

    http://www.gratuibook.fr/


    votre commentaire
  • Les caisses régionales du Crédit agricole, de la Caisse d’épargne, de la Banque populaire et du Crédit Mutuel incitent toujours leurs clients à devenir sociétaires. Pour elles, c’est l’occasion de renforcer leurs fonds propres à moindres frais. Mais pour l’épargnant ce placement de « bon père de famille » a perdu de sa superbe. Les caisses régionales du Crédit agricole, de la Caisse d’épargne, de la Banque populaire et du Crédit Mutuel incitent toujours leurs clients à devenir sociétaires. Pour elles, c’est l’occasion de renforcer leurs fonds propres à moindres frais. Mais pour l’épargnant ce placement de « bon père de famille » a perdu de sa superbe. © Thomas Hodel / Reuters / REUTERS

    À la belle époque, c’est-à-dire avant 2009, les parts sociales faisaient le bonheur de leurs détenteurs. Considérées comme un placement sans risque, elles offraient plus de 4 % de rendement brut par an et ne supportaient aucun frais. Alors quand les banques mutualistes (ce sont les seules pouvant proposer des parts sociales) conseillaient à leurs clients de souscrire des parts, souvent lors de la signature d’un prêt immobilier, histoire de les fidéliser, ils avaient l’impression de faire un bon placement.

    Aujourd’hui les caisses régionales du Crédit agricole, de la Caisse d’épargne, de la Banque populaire et du Crédit Mutuel incitent toujours leurs clients à devenir sociétaires. Pour elles, c’est l’occasion de renforcer leurs fonds propres à moindres frais. Mais pour l’épargnant ce placement de « bon père de famille » a perdu de sa superbe.

    Une rémunération en berne

    Être sociétaire donne droit de se rendre à l’assemblée générale, permet parfois de bénéficier d’événements privés (vernissages, visites…) et surtout de percevoir des intérêts. Seulement, contrairement à ce que l’on peut penser, ces derniers ne dépendent pas de la santé de la banque mais de la loi du 10 septembre 1947 sur le statut de la coopération. En vertu de ce texte, le rendement offert des parts sociales ne peut dépasser le taux moyen des obligations des sociétés privées.

     

    Or celui-ci ne cesse de baisser. Alors qu’il était de 2,46 % en 2013, il est tombé à 1,89 % en 2014 et ce sera pire au titre de 2015 puisque le taux moyen est ressorti à 0,96 % au premier semestre selon le ministère des finances et des comptes publics. Et tant que la Banque centrale européenne injectera 60 milliards d’euros de liquidités sur les marchés tous les mois, les taux resteront faibles et la rentabilité des parts sociales limitée.

     

    Si le rendement baisse, la fiscalité n’a pas suivi la même trajectoire. Les intérêts de parts sociales sont considérés comme des dividendes. Ils sont donc soumis aux prélèvements sociaux de 15,5 % et à l’impôt sur le revenu (sur 60 % de la somme). Si l’on se base sur un rendement brut moyen estimé de 1,10 % en 2015, la performance nette variera entre 0,92 % et 0,63 % selon la tranche de l’impôt sur le revenu de l’épargnant.

    Une revente parfois compliquée

     

    Autre limite des parts sociales : leur liquidité. La revente peut, en effet, se révéler compliquée. D’ailleurs nombreuses sont les banques à prévenir que le délai de cession peut atteindre… cinq ans.

     

    Pour vendre, il faut prévenir son conseiller au plus tard un mois avant la tenue de l’assemblée générale annuelle (elles ont souvent lieu en mai). Dans certains cas, toutefois, des caisses régionales peuvent racheter les parts rapidement si elles ont d’autres clients intéressés pour les acquérir.

     

    Quant au prix de cession, il est garanti uniquement à hauteur de la valeur nominale, qui peut être différente du prix d’achat. Une banque peut faire augmenter cette valeur nominale. C’est ce qu’à fait par exemple Banque populaire Rives de Paris en relevant la valeur de ses parts sociales de 15 à 16 euros en 2006. La réciproque est tout aussi vraie. Un établissement pourrait très bien, en cas d’exercices déficitaires, voter une réduction du capital par diminution de la valeur nominale. Mais cette mesure n’a jamais été mise en application.

     
    Johan Deschamps
     
    • Journaliste au Monde

    http://www.lemonde.fr/

     

     

    Deux Alertes Oranges en France : Parts Sociales dans une banque + Taux d’Intérêts négatifs 

    Eclaircissements

     

    Pourquoi la couleur orange ?
    Parce que la situation sociale, économique, et financière n’est pas encore tout-à-fait dans le rouge ce qui signifie que chacun chacune dispose d’un peu de temps nécessaire à la réorganisation de sa vie avant l’entrée dans le rouge suivi juste ensuite d’un probable effondrement de l’ensemble.


    ● Attention, le premier des deux textes qui va suivre est très important.
    Les mots

    P A R T S O C I A L E
    ont toute leur importance il ne s’agit pas ni d’action, ni d’obligation, ni de quoi que ce soit d’autre, ce n’est pas un synonyme, l’expression « part sociale » désigne juridiquement quelque chose de bien particulier.
    Il est important que vous vous rappeliez si votre conseiller financier ou le guichetier, vous a un jour proposé de souscrire à des parts sociales de la banque dans laquelle vous êtes, tout comme il est important de se remémorer si votre conseiller financier vous aurait offert admettons 50 euros en guise de bienvenue dans son établissement en échange de parts sociales de l’établissement, ou en d’autres termes « un cadeau empoisonné » !

     

    Lire et écouter :

    http://www.choix-realite.org/8259/deux-alertes-oranges-en-france-parts-sociales-dans-une-banque-taux-dinterets-negatifs


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique