•  

    Il est désormais possible d’obtenir sa carte grise en ligne grâce à la simplification des procédures d’attribution de documents officiels mises en place par le gouvernement. Suivez le guide pour plus de détails !

    Quelles sont les démarches à effectuer pour obtenir une carte grise en ligne ? © BFMTV.com Quelles sont les démarches à effectuer pour obtenir une carte grise en ligne ?

    Suite au système d’immatriculation des véhicules (SIV) établi en 2009, il est possible de faire les démarches pour obtenir sa carte grise en ligne (lien vers tarificateur). En effet, cette dernière réforme ne donne plus l’exclusivité aux préfectures pour délivrer les certificats liés à l’immatriculation d’une voiture. Ce système permet ainsi aux conducteurs d’obtenir leur carte grise auprès de professionnels agréés et habilités. Ces services en ligne proposent des solutions pratiques, sécurisées et rapides pour effectuer toutes les démarches liées à la carte grise. De plus, vous pourrez accéder à des services supplémentaires tel que :

    • le paiement de votre carte grise en 3 fois
    • l'accompagnement par un gestionnaire pour la constitution du dossier complet
    • la commande de plaques d'immatriculation

    Pour rappel, si vous achetez un véhicule neuf ou d'occasion, vous disposez d’un mois pour le faire immatriculer et obtenir ainsi une carte grise (désormais appelée certificat d'immatriculation). Au-delà de ce délai, si vous ne pouvez pas présenter ce document à votre nom lors d'un contrôle routier, vous risquez une amende forfaitaire de 135 € (pouvant aller jusqu’à 750€).

    Vous pouvez obtenir une carte grise suite à :

    • L’achat d’une voiture neuve ou d’occasion
    • Une succession faisant de vous l’héritier de la voiture
    • La perte, au vol ou à la détérioration du document original
    • Une modification de votre situation (changement d’adresse ou de nom)
    • L’ajout ou le retrait d’un co-titulaire du véhicule (mariage, divorce, copropriétaire du bien, enfant, etc.) sur la carte grise
    • Une remise en circulation d’un véhicule après une période de retrait ou un accident (Dans ce dernier cas, la voiture doit subir une expertise avant de pouvoir effectuer une nouvelle demande de carte grise)
    • Des modifications majeures sur le véhicule requérant une mise à jour des caractéristiques techniques mentionnées sur la carte grise

    La pratique du leasing est aussi concernée. Vous pouvez obtenir une carte grise, si vous devenez le nouveau locataire d’un véhicule en leasing ou en leasing avec option d’achat (LOA)

    En plus de l’Agence Nationale des Titres Sécurisés vous pouvez désormais vous adresser à des professionnels agréés par l’État pour faire votre demande de carte grise en ligne. Les avantages sont les suivants :

    • Bénéficier d’une facilité de paiement (en 3 fois)
    • Commander de nouvelles plaques d'immatriculation
    • Réaliser un suivi de votre dossier et relancer par email, courrier ou téléphone
    • Activer des options comme le suivi du dossier par SMS
    • Obtenir une réponse par email en 48h maximum
    • Vérification des documents avec traitement du dossier afin d’éviter les aller-retours interminables avec l’ANTS

    Il est à noter que pour les voitures d’occasion, l’ANTS impose que l’acheteur garde en sa possession le certificat d’immatriculation original enregistré au nom de l’ancien propriétaire et le conserve pendant 5 ans. En effectuant votre démarche de carte grise en ligne chez un professionnel agréé, ce dernier devient responsable de la conservation de vos documents pendant cette période de 5 ans.

    Depuis le lancement de la plateforme de l’ANTS, des problèmes techniques ont parfois été détectés, ce qui peut provoquer le mécontentement des utilisateurs. Par conséquent, si vous voulez éviter les longues attentes liées aux problèmes techniques de l’ANTS, choisissez un professionnel agrée par l’Etat tel que obtenirmacartegrise.fr.

    De plus de nombreux professionnels de l’automobile utilisent des sites agrées pour immatriculer leurs flottes de véhicules afin de simplifier leurs démarches administratives.

    Pour effectuer vos démarches, vous même, sans accompagnement, voici comment procéder :

    • Rendez-vous sur le site officiel de l’Agence Nationale des Titres Sécurisés (https://ants.gouv.fr) qui vous redirigera vers les services en ligne pour réaliser les formalités concernant l’immatriculation.
    • Vous devrez alors soit vous connecter avec des identifiants ANTS (ou créer un compte), soit vous connecter avec FranceConnect (système de connexion centralisé aux services en ligne de l’État).

    Par ailleurs, il est toujours possible de se rendre directement chez un prestataire de service agréé, tel que Obtenir Ma Carte Grise, au 15 Quai Jean Moulin à Lyon qui accomplira lui-même les démarches grâce à un accès au SIV (Système d’immatriculation des véhicule). Sachez toutefois que cette prestation est payante.

    Voici comment procéder pour recevoir sa carte grise :

    • Calculez le montant de votre carte grise ou certificat d’immatriculation(lien vers le tarificateur) en renseignant différents champs concernant votre voiture (votre département, type de véhicule, puissance fiscale, carburant, émission CO2…) ;
    • Commandez votre carte grise en ligne (lien vers le tarificateur) et éventuellement vos plaques d’immatriculation ;
    • Envoyez vos documents* listés ci-dessous au Centre de Traitement Agréé (les documents sont vérifiés dès réception et sont traités en 24 heures). La carte grise est alors envoyée à votre domicile par courrier directement de l’Imprimerie Nationale.

    (*) 6 documents sont indispensables : le formulaire Cerfa de demande de certificat d’immatriculation, la déclaration de cession, le contrôle technique,   la copie d'une pièce d'identité, un justificatif de domicile, une procuration ou un mandat à un professionnel, la copie du permis de conduire et de l’assurance. D‘autres documents vous seront demandés selon votre situation.

     

    BFM Pratique Auto
     
    https://www.bfmtv.com/

     

     

     


    votre commentaire
  • Et si la maladie d’Alzheimer n’existait pas ? La maladie d’Alzheimer touche aujourd’hui en France 900 000 personnes. Mais pour le Professeur Olivier Saint-Jean, bien plus qu’une réalité médicale, la maladie d’Alzheimer serait une “construction sociale pour décrire la vieillesse”.

     

    Une femme souffrant d'Alzheimer, regarde une photographie ancienne, dans une maison de retraire à Angervilliers.

     Une femme souffrant d'Alzheimer, regarde une photographie ancienne, dans une maison de retraire à Angervilliers. Crédits : SEBASTIEN BOZON - AFP
     

    votre commentaire
  • Jeunesse à vendre de Nils Tavernier 994 Jeunesse à vendre Documentaire de 37’ (prostitution et mafia à Moscou), tourné en Bêta numérique Diffusion France 2 - Envoyé Spécial Production Coyote À Moscou, l'industrie du sexe est le moyen de plus rapide de gagner de l'argent. http://www.nilstavernier.com/jeunesse...

     

    Nils Tavernier Officiel$*

     

     

    https://www.francetelevisions.fr/LMEF-Jeunesse-a-vendre

     

     

    Le Monde en face

    Mercredi 18 avril à 20.55

    France 5

     

     

    Issus de tous milieux sociaux, de plus en plus de mineurs, surtout des filles, se prostituent en France. Combien ? Et pour quelles raisons ? Ce film raconte l’histoire douloureuse de plusieurs de ces adolescentes et le combat de leurs parents, démunis face à l’incompréhensible.

     

    L’adolescence. L’âge des métamorphoses, des questionnements et des prises de risques. L’âge aussi où certaines jeunes filles, par inconscience, goût de l’interdit ou de l’argent, choisissent de se mettre en danger. En faisant de leur corps une marchandise. Assistante sociale en milieu scolaire, Nathalie témoigne : « Elles peuvent accepter des relations, pas à la recherche du plaisir ou de l’amour mais bien d’un intérêt, parce qu’elles se sentent intégrées dans un groupe ou qu’elles ont accès par là à des services ou des biens : une pipe contre un McDo ! Et si on leur pose la question, elles n’ont aucune conscience de se prostituer. » 

     

    Comme Léa, Inès ou Océane, combien sont-elles, et qu’est-ce qui les pousse réellement à sauter le pas ? Difficile de donner des chiffres exacts, mais les spécialistes et les acteurs de terrain mettent en cause la banalisation du porno et Internet avec ses réseaux sociaux. Autre problème : l’extrême mobilité des nouveaux réseaux de prostitution. Ces ados, qui ne se considèrent pas comme des victimes, « restent des gamines et sont donc fondamentalement instables », selon le commandant Frédéric Duval, de la Brigade des mineurs de Paris. « Il suffit d’une dispute entre elles pour qu’une ou deux partent, au bout de deux jours, et se retrouvent dans une autre équipe. C’est ce qui rend les enquêtes particulièrement difficiles. »

     

    Replay  

    https://www.france.tv/france-5/le-monde-en-face/468715-jeunesse-a-vendre-le-debat.html

     


    votre commentaire
  • Peut-on échapper aux ondes ?

    Invisibles, inodores, silencieuses, les ondes artificielles sont bien réelles, elles existent depuis l’invention de la fée électricité.

    De plus en plus omniprésentes, elles prolifèrent, dans nos maisons, sur notre lieu de travail, dans notre environnement, et même dans
    les endroits isolés.
    Les activités humaines, notamment la transmission d’informations (par téléphone, Internet, radio), émettent massivement des rayonnements non naturels.
    Ce brouillard électromagnétique, ou « electrosmog », s’épaissit de plus en plus chaque jour mettant mal à l’aise de plus en plus de
    personnes, c’est une forme lente d’électrocution, avec son lot de personnes électro-hypersensibles grandissant.
    Par le port de prothèses actives ou passives, d’implants, de bijoux, de lunettes ayant une part de métal, ce sont autant de réémetteurs passifs qui à notre insu augmentent notre exposition et nous fragilisent un peu plus chaque jour.
    Sans chercher à les boycotter totalement, il est donc important de s’en prémunir chaque jour.

    Nous ne sommes pas tous égaux face aux rayonnements

    Les femmes sont plus sensibles que les hommes. Il faut aussi avoir conscience que les jeunes générations ayant accès à la téléphonie mobile
    bien plus tôt que leurs aînés, seront exposées beaucoup plus longtemps aux ondes de la télécommunication. Dans le doute, chacun peut facilement aménager son intérieur pour limiter son niveau d’exposition aux champs électriques et magnétiques.
    Les conseils qui suivent sont le fruit d’années d’expertises en entreprise et chez des particuliers, mon métier de géobiologue – thérapeute énergéticienne, me confronte quotidiennement aux problématiques des ondes et des perturbations de l’environnement.
    Je vous livre ici quelques pistes les plus simples à mettre en place facilement.

    Quelles sont les sources principales d’émission d’ondes autour de moi ?

    Les ondes hautes fréquences sont générées principalement par la téléphonie mobile, le Wifi, le téléphone sans fil DECT, la radio FM, le Bluetooth, le four micro ondes, etc.
    Les ondes basses fréquences sont générées principalement par les lignes hautes tensions d’ERDF, via notre réseau électrique domestique, et les appareils qui y sont reliés ; l’éclairage, le chauffage, etc.
    De fait, nos appareils électriques rayonnent en permanence, engendrant une pollution électromagnétique dans nos maisons.

    Le champion reste le four à micro-ondes, mais tous les appareils électriques avec transformateurs, comme les radios-réveils ou les chaînes hi-fi, créent un champ électrique important.
    Les antennes de téléphonie mobile (jusqu’à au moins 600 mètres en campagne), le téléphone mobile (10 mètres), les tablettes, smartphones, consoles de jeux, téléphone fixe sans fil (DECT) les babyphones, les appareils électro ménagers, ampoules fluo compactes (économiques), les
    alarmes sans fils, les lignes à haute tension et transformateurs de quartier, les lignes de voies ferrées, les ordinateurs, les Wi-fi, Wlan, Bluetooth, les terminaux de paiement sans fils (carte bancaire), portiques de supermarché, & aéroport, en automobile (électronique
    embarquée, bobine d’alimentation de l’allumage du moteur, Bluetooth), trains, Métros, Bus, Avions…

    Alors comment se protéger efficacement chez soi ?

    Un geste simple permet de supprimer la plupart des nuisances : débrancher !
    Mettre hors tension les appareils dès qu’on ne les utilise plus, la nuit surtout, permet de réduire les émissions, en utilisant une multiprise blindée avec interrupteur bipolaire (uniquement si vos prises ont une terre fonctionnelle, à vérifier vous même avec un testeur de terre).

    Quelques solutions simples dans les zones de repos

    – Éloigner les équipements émetteurs des pièces de repos et de vie : tableau électrique, onduleur d’installation photovoltaïque, four et table de cuisson éloignée d’une cloison de chambre.
    – Utiliser le moins possible d’électronique dans la chambre (éviter les ordinateurs, TV, consoles de jeux, Hi Fi, chargeur de téléphone portable et tablette, liseuse, etc.) et au minimum les éloigner d’un mètre du lit.
    Eviter de brancher en permanence les lits, fauteuils et couvertures électriques pour limiter les champs électriques et magnétiques.
    Surtout ne pas dormir avec ces appareils en fonctionnement.
    – Privilégier les radiateurs à inertie, éloigner les radiateurs de la tête de lit, zones de repos, couper l’alimentation des radiateurs
    hors période de chauffage au tableau électrique
    – Le lit avec moteur électrique, les câbles derrière la tête de lit, ou dans le mur pour alimenter les prises, perturbent le sommeil :
    avec un surmatelas anti ondes spécial ou un drap spécial relié à la terre, vous vous déchargerez des tensions induites par les champs électromagnétiques ambiants.
    (Dans l’idéal en vérifiant que la terre soit de bonne qualité inférieure à 5 Ohms).
    Eviter également les lits à armatures métalliques ainsi que les matelas à ressorts car la présence de métal sous le lit déforme le champ magnétique terrestre et capte la pollution électrique ambiante
    – Utiliser des multiprises blindées ou des rallonges blindées là où c’est possible.
    – Pour les compteurs communicants, privilégier une installation électrique biocompatible, en utilisant des fils, câbles ou gaines électriques blindés, boite de dérivation et boîtiers de prises blindés… dans ce dernier cas vous diminuerez fortement le champ électromagnétique basse fréquence ambiant, si l’installation est existante, vous pourrez poser un filtre sur le tableau électrique, vous ne
    subirez pas les nuisances des compteurs communicants.
    – Eteindre le Wifi de la box, et ne pas utiliser de CPL, ne pas utiliser votre smartphone pour vous réveiller, utilisez le mode avion
    ou éteignez le la nuit… certains modèles ont la fonction réveil même éteint, éviter les téléphones sans fil domestiques DECT, ou le téléphone portable en charge à côté du lit ou derrière la cloison.
    – Eviter les babyphones qui utilisent les hyperfréquences pour fonctionner, et privilégier l’usage d’appareils basses radiations à fréquence radio autour de 40 MHz en mode analogique, avec piles pour un usage près des bébés.

    NAMASTÉ

    6 Chemin des Noyers 82240 Septfonds
    Service client au 06 11 58 29 23
    du lundi au samedi de 9h à 19h non stop
    www.geobioenergies.com

    votre commentaire
  • L’Email a été inventé en 1978 par Shiva Ayyadurai un garçon indien de 14 ans. | Saviez Vous Que?

     

    La première vidéo YouTube a été postée il y a 10 ans le 23 avril 2005, Par Jawed Karim le co-fondateur de Youtube elle s’appelait “Me at the zoo.” | Saviez Vous Que?

     

    Saviez Vous Que? | Découvrez de nouvelles infos pour briller en société !

     

    La première page web du monde a été publiée le 6 Août 1991 en Suisse !

    La première page web du monde a été publiée le 6 Août 1991 en Suisse !

    Aux quatre coins du monde, des choses sont inventées tous les jours, mais toutes les inventions ne rentrent pas dans l’histoire. Cependant, s’il en est une qui a profondément marqué notre manière de vivre, c’est bien celle du World Wide Web (abrégé www), ce système permettant de naviguer de page en page sur des sites internet divers.

     

    Et ce n’est nulle part ailleurs qu’à Genève, en Suisse, que le premier serveur fut mis en ligne il y a maintenant 27 ans, le 20 décembre 1990. Ce serveur était utilisable grâce au tout premier navigateur web du monde : WorldWideWeb (qui sera plus tard rebaptisé Nexus afin d’éviter toute confusion avec le World Wide Web). Ce pas décisif dans l’histoire de l’informatique fut réalisé par un chercheur britannique du nom de Tim Berners-Lee avec l’aide du belge Robert Cailliau au sein du CERN (Organisation Européenne pour la Recherche Nucléaire).

     

    Le but initial de ce projet était alors d’aider les employés de ce centre de recherche genevois dans leurs travaux. Cependant, moins d’un an plus tard, le 6 août 1991, le système World Wide Web fut ouvert au public, ce qui marqua le début d’une croissance exponentielle du nombre de sites web existants de par le monde : 23 sites en 1992, 600 en 1993, 10 000 en 1994, un million en 1997, 100 millions en 2007… Il existe aujourd’hui plus d’un milliard de pages web d’après l’hébergeur 1&1.

     

    C’est ainsi que le World Wide Web, projet initialement prévu pour des travaux scientifiques, est aujourd’hui utilisé à des fins aussi variées que le partage de statuts, de vidéos, les achats en ligne, ou encore l’information. Et même si des progrès restent encore à faire dans certaines zones du globe, l’accessibilité du web n’a cessé de croitre depuis ses débuts.

     

    Lorsqu’une cyberattaque mondiale a lieu en 2017, les conséquences financières et politiques sont importantes. De nombreuses entreprises sont momentanément handicapées, des milliards de dollars perdus, et l’Angleterre ainsi que les Etats-Unis se mettent à porter des accusations très sérieuses à l’encontre de la Corée du Nord. Cela prouve que le web a donc très largement dépassé le stade de simple outil informatique, il est devenu au fil des années absolument essentiel au bon fonctionnement de la société moderne.

     

    Ainsi, le Web a beau être une invention très récente à l’échelle de l’humanité, il s’est révélé être une avancée décisive dans l’histoire de celle-ci. Et les deux informaticiens de ce centre de recherche suisse n’avaient probablement pas conscience de l’ampleur planétaire qu’allait prendre leur projet. Qui sait, peut-être est-ce demain que sera faite la prochaine invention qui changera la face de l’humanité ?

    http://www.lesaviezvous.net/

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique