• le film LA PLANETE BLEU réalisé par Alastair Fothergill et Andy Byatt est une invitation à la découverte de la faune marine, nous faisant rêver et prendre conscience de la fragilité de ce milieu. Bien que les mers recouvrent plus de deux tiers de notre planète, nous estimons notre connaissance de la faune marine a seulement 5%.

    Dans ce film on passe par la naissance des crabes, la lutte des bancs de sardines contre les prédateurs de la mer et des airs, les réunions incongrues des manchots, les jeux cruels des orques, les ballets des dauphins ou les balades majestueuses des baleines en voie d'extinction mais aussi certaines espèces inconnues vivant à des profondeurs rarement atteintes par l'homme.

    La morale de ce film est que le progrès technologique doit tenir en compte du coût écologique en même temps que des aspects de la vie humaine.

    Il est absurde de vouloir arrêter le progrès, ce qu'il faut c'est réaliser un équilibre entre développement et respect de la nature.

    Partie2 : http://www.dailymotion.com/video/x6aepx_la-planete-bleu-25_animals
     

    Partie3 : http://www.dailymotion.com/video/x6afcp_la-planete-bleu-35_animals
     

    Partie4 : http://www.dailymotion.com/video/x6aeje_la-planete-bleu-45_animals
     

    Partie5 : http://www.dailymotion.com/video/x6aecr_la-planete-bleu-55_animals

     

    houtta28

    houtta28

     

    https://www.dailymotion.com/video/x6aeww


    votre commentaire
  • 13502124_1336455933034189_8328290324179036027_n

    On peut encore réhabiliter les haies...
    ... que ce soit dans notre jardin (une haie fournie et un peu sauvage, non taillée à outrance) ou dans nos champs.

     

    L'importance des haies dans nos champs est une richesse écologique car elles abritent une faune sauvage que l'on se doit de préserver.
    Site pour la faune et pour la flore, elles nourrissent le vivant, c'est un espace de reproduction pour tous, un refuge...

     

    Les haies sont fréquentées par les mammifères, les oiseaux, les amphibiens, les insectes...

     

    La haie constitue le moyen le plus efficace pour sauvegarder les sols, empêcher l'érosion lors de grandes pluies ou de sècheresse.

     

     

    http://www.humanite-biodiversite.fr/

     

    Mine de rien des petits micro-climats existent au travers d'une haie. En fait, elles sont indispensables au bon fonctionnement de la terre.

    Native de Picardie, j'ai constaté dans certains endroits la disparition totale des haies.

    Alors, particuliers et agriculteurs sensés, n'oubliez pas de planter des haies. Très utiles et même vitales...


    votre commentaire
  • Matières à penser avec Dominique Rousset par Dominique Rousset

    le mercredi de 22h15 à 23h00
     

    Quels sont les enjeux de la monétarisation des espaces naturels ?

    Vue panoramique de la face sud du Grand Canyon,  Grand Canyon National Park, Arizona, USA, 13/02/2017 
     
    Vue panoramique de la face sud du Grand Canyon, Grand Canyon National Park, Arizona, USA, 13/02/2017 Crédits : RHONA WISE / AFP - AFP
     

     

    Notre invitée s'interroge sur la monétarisation des espaces naturels. Donner une valeur à la nature, utiliser les instruments économiques à disposition pour la protéger : principe du pollueur-payeur, permis d’émettre, marché du carbone, vignette écologique. Et en inventer d’autres. 

     

     

    Les exemples ne manquent pas.  La nature, comme d’autres biens, mise sur le marché : une voie privilégiée pour assurer sa sauvegarde ?  Ou une dérive qu’il faut interdire absolument, car la nature a une valeur intrinsèque, qui exclut toute évaluation économique ?  Question compliquée. Notre invitée l’a explorée avec soin, examinant toutes les solutions offertes, leurs risques et leurs avantages  et elle y répond comme on effeuille une marguerite : on peut le faire un peu, on peut le faire parfois, on peut le faire exceptionnellement ou on ne peut pas le faire du tout !

     

    Debout ! Blog de Jean Gadrey

     

    Institut Veblen

     

    Références musicales : "Le juste prix", Les Rita Mitsouko 

     

    Bibliographie

    Faut-il donner un prix à la nature ?

     

    Faut-il donner un prix à la nature ?

    Les petits matins, 2015

    Transition écologique, mode d'emploi

    Transition écologique, mode d'emploiLes petits matins, 2014

    Intervenants

    •  
    • Économiste
    • et co-directrice de l’Institut Veblen

    votre commentaire
  • Quels sont les comportements d’adaptation et d'interaction du monde végétal ?

    Comment ces découvertes changent notre conception des plantes ?

    Est-ce qu’on peut identifier une forme d’intelligence chez les plantes ?

    Quelles sont les caractéristiques de cette forme d’intelligence ?

    Les plantes qui sentent le vent arrêtent de croître en hauteur et augmentent leur croissance en diamètre ainsi que leurs ramifications racinaires ." Bruno MouliaLes plantes qui sentent le vent arrêtent de croître en hauteur et augmentent leur croissance en diamètre ainsi que leurs ramifications racinaires .

    " Bruno Moulia Crédits CC

     Nous parlions vendredi dernier d’émotion animale. Puisqu’il est désormais acquis que les animaux sont doués d’intelligence, à divers degrés et même d’émotions, n’est-il pas tout aussi légitime de s’intéresser au monde végétal.

    Certes, les plantes n’ont pas de système nerveux, il n’en reste pas moins que l’étude de la cognition végétale nous montre que les arbres communiquent entre eux, que la forêt est un ensemble vivant capable d’entraide, de mémoire, de nouer un lien entre génération et que certaines plantes seraient même en mesure d’apprendre. Mais comment penser une intelligence végétale qui serait, par nature, si différente de la nôtre ? 

    Monde végétal, une  intelligence en germe : c’est le programme qui va être celui de La Méthode scientifique pour l’heure qui vient.

     

    Et pour évoquer cette épineuse question, au sens propre comme au figuré, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Jacques Tassin, chercheur en écologie végétale au CIRAD, le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement), auteur de « A quoi pensent les plantes ? », chez Odile Jacob, et en duplex, depuis studios France Bleu Saint-Etienne Loire, Bruno Moulia, directeur de recherche à l’INRA de Clermont Ferrand, de l’Unité Mixte de Recherche Physique et Physiologie Intégratives de l’Arbre en Environnement Fluctuant (PIAF).

    Le reportage du jour

    Soizic Prado est professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle. Tout son travail d’écologie chimique consiste à déterminer la structure et le rôle écologique de médiateurs chimiques dans des écosystèmes, en s’intéressant plus particulièrement aux interactions entre plantes et micro-organismes. Par Antoine Beauchamp :

    Écouter

    LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage "Les interactions chimiques des plantes" Soizic Prado

     

    L'article complet 

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-lundi-22-janvier-2018


    votre commentaire
  • Pollinis

    Accueil :

    http://www.pollinis.org/

     

     

    À lire absolument dans le bulletin de liaison :

    Des décisions vitales pour le sort des abeilles et de tous les pollinisateurs doivent être prises d'ici 15 jours à Bruxelles. Nous avons besoin de réunir un maximum de monde dans les jours qui viennent pour arracher une nouvelle victoire contre les lobbies de l'agrochimie !

    Le 22 janvier prochain, les amendements Stop Neonics que nous avons réussi à faire passer en "Commission Agriculture" du Parlement européen - grâce à votre engagement sans faille et à la pression énorme que nous avons exercée tous ensemble sur les députés de la Commission ! - vont être débattus par les députés spécialisés sur ces questions au Parlement européen.

    Nous devons absolument, vous et moi, et tous les citoyens engagés aux côtés de POLLINIS, les convaincre de soumettre au plus vite nos amendements au vote de TOUS les députés européens - Étape indispensable pour que le Parlement se prononce massivement en faveur d'une interdiction totale et définitive des pesticides tueurs-d'abeilles qui continuent à décimer massivement les abeilles dans toute l’Europe !

    Même en France, ces pesticides vont continuer à être utilisés dans les champs et faire des ravages irrattrapables sur les pollinisateurs et l’environnement jusqu’en 2020, malgré l'interdiction historique que nous avons arrachée tous ensemble de haute lutte.

    Nous avons besoin de toutes les énergies de ceux qui sont prêts à se battre. Et le plus vite possible :

    Les lobbies de l'agrochimie sont vent debout contre les amendements que nous arrivons à pousser patiemment, malgré toute la panoplie de moyens dont ils disposent pour s'y opposer. Nos efforts portent leurs fruits, mais tout est encore fragile, et nous allons relancer la mobilisation générale dans les jours qui viennent.

    Pareil pour le sauvetage des abeilles locales menacées - à lire dans votre bulletin de liaison :

    POLLINIS a réuni à ce jour 38 organisations européennes engagées dans la conservation des races locales, pour demander d'urgence la protection juridiques des conservatoires et des différentes races d'abeilles européennes menacées par les importations massives d'abeilles moins bien adaptées à nos climats et aux ressources florales de nos régions.

    Encouragés par une mobilisation massive des citoyens engagés aux côtés de POLLINIS, nous demandons aux élus européens de soutenir les amendements que nous avons proposés, aujourd'hui portés par la députée européenne espagnole, Mme Maria Lidia Senra Rodriguez.

    Toutes ces actions, détaillées dans votre bulletin de liaison, nous ne pouvons les mener à bien que grâce à l'engagement et au soutien de chaque instant des citoyens qui soutiennent financièrement le travail de POLLINIS, et qui ont bien compris que si personne n'aide rapidement ceux qui se battent pour sauvegarder nos abeilles locales, elles disparaîtront dans l'indifférence générale...

    ...perdant ainsi pour toujours un maillon-clé de notre chaîne alimentaire, et de l'incroyable diversité des plantes à fleurs et du monde vivant.

    Si vous souhaitez, vous aussi, apporter votre pierre à l’édifice, et commencer l’année par une « bonne action » qui permettra de soutenir le sauvetage des abeilles locales, vous pouvez faire un don à POLLINIS en utilisant notre formulaire de don sécurisé : pour y accéder, cliquez ici.

    Vous pouvez soutenir vos actions de protection et préservation des abeilles et pollinisateurs par un don de 15 euros, 30 euros, 50 euros, 100 euros, ou tout autre montant que vous jugerez approprié.

    Je vous remercie par avance pour votre aide, et vous souhaite une bonne lecture de votre bulletin de liaison !

    Bien cordialement,

    Nicolas Laarman

    Délégué général POLLINIS

     

    A lire absolument :

    https://info.pollinis.org/bulletin-hiver-2018/

     

     

    POUR ACCÉDER AU BULLETIN DE LIAISON, CLIQUEZ ICI


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique