• Jean Jacob, chercheur en science politique et grand connaisseur des mouvements écologistes, revient pour Actu-environnement sur les fondements théoriques de la protection de la nature et sur la montée en puissance de la notion de biodiversité.

    "Désormais, on est incité à protéger la nature parce que sa dégradation a un coût pour les sociétés humaines"

     

    Actu-environnement : Comment définiriez-vous les grandes tendances de la préservation de l'environnement ?

     

    Jean Jacob : Dans le rapport à la nature et au vivant, deux registres différents existent : le naturalisme et l'approche écologique. Cette distinction n'est pas propre à la France.

     

    Dans le registre naturaliste, que l'on retrouve aux travers des nombreuses associations de naturalistes de terrain rattachées à France Nature Environnement (FNE), domine l'idée qu'il faut protéger la nature parce qu'elle est digne en soi d'être protégée. Sans être aussi extrême, on se rapproche de la deep ecology , car il faut protéger telle ou telle espèce indépendamment de son utilité. C'est la logique portée par certains militants en faveur de la protection de l'ours, du loup ou du lynx.

     

    Le registre écologique se base pour sa part sur la notion scientifique d'écologie, c'est-à-dire sur une prise en compte des interactions entre différents êtres vivants. D'emblée avec ce registre, on prend en compte l'ensemble des composantes d'un écosystème en équilibre, plutôt que le droit de chacune des parties de l'ensemble à être protégée.

     

    La suite

     

     

    http://www.actu-environnement.com/ae/dossiers/biodiversite/jean-jacob-chercheur-mouvement-ecologiste-protection-nature-biodiversite.php

     

       

    votre commentaire
  • Il n'y a que peu de temps que les scientifique ce sont mis d'accord pour admettre que les animaux étaient tous dotés d'une conscience; c'est-à-dire ressentant la douleur et capable d'émotions. Depuis, beaucoup de points sont soulevés, notamment concernant leur place et rôles sur notre planète mais aussi sur la manière dont ils sont exploités par la main de l'homme. Mais qu'en est-il des plantes?

    Les scientifiques ont de plus en plus tendance à montrer que l’intelligence des plantes, est désormais une réalité de la nature. De nombreux biologistes ont découvert des choses étonnantes : les plantes bougent, entendent, éprouvent des sensations, communiquent et possèderaient même de la mémoire. Elles ont même l’esprit de famille. Le monde végétal se sert des animaux pour accomplir sa sexualité, et même de nous, peut-être, pour voyager.

    Naked World


    votre commentaire
  • Musique: 'Autumn Leaves' by Trasfondo (Jamendo)

      

    Annemeraude


    votre commentaire
  • Healing meditation...
    Select the optimal resolution 720p

     

    Thank you all for viewing and comments! All the best!

     

    http://www.youtube.com/user/TBluedream

     

    http://www.youtube.com/user/bluesensa...

     

    https://www.facebook.com/pages/Tatian...

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    Zapati Na Zapati Na

     

    --------------------

    Au cours des dernières années, les agriculteurs ont remarqué que suite à l'exposition de musique sur leurs plantes le volume de leurs plantations a évolué de façon exponentielle. Ce qui leur a permis d'avoir des tomates, des courgettes, des haricots ainsi que toutes sortes de fruits et de légumes d'une taille quasi double de leur volume habituel.

    Afin de démontrer que la musique a un effet sur les plantes, une expérience a été réalisée consistant à faire pousser pendant 1 semaine et demi une plantation de haricots suivant trois cas différents :

    -Le premier cas sera une expérience témoin où on n'exposera pas les plantes à de la musique.

    -Le deuxième cas sera celui où on expose les plantes à1 min de musique par jour.

    -Le troisième cas est celui où on expose les plantes à 5 min de musique par jour :

    Les résultats observés sont les suivant :

    image-5.jpg

     

    On peut observer dans le premier cas que les plants ont grandi en moyenne de 11.8 cm pendant 1 semaine et demi.

    Dans le deuxième cas, les plants exposés à 1 min de musique par jour, on grandi en moyenne de 13.6 cm pendant 1 semaine et demi.

    Dans le troisième cas, les plants exposés à 5 min de musique par jour, on grandi en moyenne de 20.5 cm pendant 1 semaine et demi.

    Cette expérience nous permet de déclarer qu’un plant exposé à la musique est d'une taille supérieure à la normale. En effet, nous pouvons remarquer qu’un plant exposé à la musique ne serait-ce qu’une minute par jour est 1.5 fois supérieur à un plant de haricot non exposé à la musique (de11.8 cm de moyenne, nous passons à 13.6 cm de moyenne).

    Ce résultat est faible par rapport à l'exposition d'un plant de haricot pendant 5 min à la musique par jour. (nous passons de 11.8 cm de moyenne à 20.5cm de moyenne). La pousse a quasiment doublé de taille (1.7 fois supérieure à la taille du plant témoin).

     

    L'article  

    http://tpe-effet-musique.e-monsite.com/pages/les-dangers-de-l-ecoute-de-la-musique.html


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique