• John Lennon - Imagine

     

    Imagine (Imaginez)

    Imaginez qu'il n'y a aucun Paradis,

    C'est facile si vous essayez,

    Aucun enfer en dessous de nous,

    Au dessus de nous seulement le ciel,

    Imaginez tous les gens,
    .
    Vivant pour aujourd'hui...

    Imaginez qu'il n'y a aucun pays,

    Ce n'est pas dur à faire,

    Aucune cause pour laquelle tuer ou mourir,

    Aucune religion non plus,

    Imaginez tous les gens,

    Vivant leurs vies dans la paix...


    J'espère qu'un jour vous nous rejoindrez,

    Et que le monde vivra uni

    Imaginez aucunes possessions,

    Je me demande si vous le pouvez,

    Aucun besoin d'avidité ou de faim,

    Une fraternité humaine,

    Imaginez tous les gens,

    Partageant tout le monde...

     

    refrain

     

    Vous pouvez dire que je suis un rêveur,

    Mais je ne suis pas le seul,

     

    J'espère qu'un jour vous nous rejoindrez,

    Et que le monde vivra dans la Paix


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine
     
    Si nous faisions pour une fois circuler la
      paix....
     
     
    « Se résigner,
    c'est donner priorité à la violence,
    c'est tolérer l'intolérable,
    c'est se croiser les bras au lieu de réagir. » - Tenzin Gyatso
     
    Prendre position:
     
    La résignation est un état de résistance passive,
     un état de non-acceptation stérile qui nous gruge de l'intérieur sans faire avancer les choses.
     
    Afficher l'image d'origine
     
    Lien de l'image
     
     
    Nous pouvons choisir de faire la paix avec ce qui nous afflige
    ou nous pouvons choisir de combattre.
     
    Lorsque nous nous résignons,
    nous refusons simplement de nous engager dans une voie ou dans l'autre.
     
     
    Mon engagement aujourd'hui :
     
     
    J'accepte ce que je ne peux pas changer
    et je m'engage à agir sur le reste

    votre commentaire
  • www.festivalenfaveurdelapaix.com

    :


    Titre dédié au peuple du Népal, en espérant qu'un jour un soleil encore plus radieux puisse briller dans leur coeur et surtout dans leur quotidien.

     

    Crettex Nicolas

     

     

    Quelle est cette rumeur profonde,
    A quand la paix…
    Ces hurlements de par le monde,
    A quand la paix…


    Partout l’on rompt, gémit et souffre,
    A quand la paix…
    Dans les odeurs de feux, de soufre,
    A quand la paix…


    Depuis jamais les paysages,
    A quand la paix…
    Ont toujours fait plus que leurs âges,
    A quand la paix…


    Ils ont pris goût aux maléfices,
    A quand la paix…
    Ils en célèbrent les offices,
    A quand la paix…


    Le moindre calme ? Ils sont en manque,
    A quand la paix…
    L’humanité repart et banque,
    A quand la paix …


    Foin de tyrans, rois, d’oligarques ?
    A quand la paix…
    Qu’engendrent à souhait les Parques,
    A quand la paix…


    Mais le vrai germe de la chose,
    A quand la paix…
    Est une universelle cause,
    A quand la paix…


    Petits ou grands, noirs ou bien jaunes,
    A quand la paix…
    Pas moins les blancs, toutes leurs faunes,
    A quand la paix…


    Sont à la fois bourreaux, victimes,
    A quand la paix…
    Experts de riens, pas moins en crimes,
    A quand la paix…


    Pas un pour racheter ses frères,
    A quand la paix…
    Même le gnome a ses colères,
    A quand la paix…


    De plus en plus c’est la démence,
    A quand la paix…
    Et chacun va de son offense,
    A quand la paix…


    J’ai souvenir lorsqu’en primaire,
    A quand la paix…
    On se cognait, façon sommaire,
    A quand la paix…


    Lors surgissait quelque maîtresse,
    A quand la paix…
    Vilipendant à notre adresse,
    A quand la paix…


    Notre noire et naissante haine,
    A quand la paix…
    Déjà la coupe en était pleine,
    A quand la paix…


    Chacun de hurler à tue-tête,
    A quand la paix ?
    « Madam’ c’est elle qui m’embête… »
    A quand la paix…


    Pas moins « c’est lui ! » Ils sont en selle,
    A quand la paix…
    Et le garçon, la demoiselle,
    A quand la paix…


    Pour engendrer d’autres pagaïes,
    A quand la paix…
    Et bien plus tard d’autres batailles,
    A quand la paix…


    Toi qui me lis rentre en toi-même,
    A quand la paix…

     

    Et si tu veux le bien suprême :


    A quand ta paix ?


    claude gauthier©
     

    Source

    http://zodode.5.50megs.com/PD/poesiede.htm


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique