•  
    Jusqu'au 14.02.2018
     

    Avant son procès le 14 février prochain, témoignez de votre solidarité à Martine Landry, militante d’Amnesty International France et de l'Anafé (association nationale d'assistance aux frontières pour les étrangers) qui est accusée d'avoir aidé deux jeunes migrants à rentrer sur le territoire français. Des poursuites injustes.

    Le 28 juillet 2017, la police italienne a renvoyé, à pied, deux mineurs étrangers isolés vers la France. Martine Landry les a récupérés au poste frontière Menton/Vintimille du côté français pour les accompagner à la Police aux frontières

    Les deux mineurs, tous deux âgés de 15 ans et d’origine guinéenne, ont par la suite été pris en charge par l’Aide sociale à l'enfance

     

    JE SOUTIENS MARTINE
     
      Engagée auprès d'Amnesty International France depuis 2002, Martine Landry est en charge pour notre organisation d’une mission de conseil juridique auprès des demandeurs d’asile et d’observation du respect de leurs droits à la frontière entre la France et l’Italie.
    >
    > Ensemble, nous pouvons changer les choses !
    >
    > Merci de votre soutien.
     
     
       
    Sylvie Brigot-Vilain
    > Directrice Générale d'Amnesty International
    > France

     

      Le 28 juillet 2017, la police italienne a renvoyé, à pied, deux mineurs non accompagnés vers la France. Martine Landry les a récupérés au poste frontière Menton/Vintimille du côté français pour les accompagner à la Police aux frontières.
    >
    > Ils ont, ensuite, été pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance.
    >
    > Pour avoir « facilité l’entrée de deux mineurs étrangers en situation irrégulière », Martine risque jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende.
    >
    > Avant son procès le 14 février prochain, adressez vos messages de solidarité à Martine Landry !
    >
    > Soutenir Martine, c’est soutenir les droits humains. Ensemble, nous pouvo changer les choses.

    votre commentaire
  • Face à la crise qui touche leur pays, les Grecs n'ont d'autres recours que la solidarité. Une solidarité qui dépasse désormais le cadre familial.

     https://www.francetvinfo.fr/monde/grece/grece-face-a-la-crise-la-solidarite_999915.html

     

    Résultat de recherche d'images pour "grece solidarité image"

    Notre priorité est-elle l’argent ou l’entraide ?

    Le peuple grec continue d'être écrasé sous la pression des clauses d’austérité. Les hôpitaux peuvent à peine dispenser les soins de base, avec une infirmière pour 40 patients [1]. Les salaires continuent de dégringoler. Les retraites ont été plusieurs fois réduites depuis 2010 [2]. Le chômage a plus que doublé [3].

    Et l’argent du plan de sauvetage était censé « aider » la Grèce à sortir de cette situation ? Les pays de la zone euro en ont tiré des milliards d’euros d'intérêts [4].

    Mais les ministres des finances européens ont le pouvoir de changer de cap. Ils viennent de se réunir à Bruxelles, et leur prochain rendez-vous est dans moins d’un mois. Si nous leur montrons que les Européens ne veulent pas profiter du désespoir de la Grèce, ils ne pourront plus agir à leur guise et en notre nom.

    Il ne s’agit pas d’argent – Il s’agit de savoir quel genre de peuple nous voulons être. Si nous sommes plus de 100 000 à signer la pétition, nous serons en mesure de faire parvenir notre message avant que les ministres prennent une décision. Ensemble, rappelons-leur : l’Europe doit d’abord être solidaire, pas lucrative !

    Les pays européens empochent des milliards d’euros de bénéfices sur la dette insoutenable de la Grèce, accablant un pays où le chômage explose et la moitié des enfants vit dans la pauvreté. Signez pour obtenir des pays de la zone euro qu’ils rendent les intérêts à la Grèce :

    Petition

    https://act.wemove.eu/campaigns/Solidarit%C3%A9-dans-la-crise-justice-pour-la-Gr%C3%A8ce

     

    Nous soutenons la Grèce, nous exigeons une action en faveur d’une reprise économique prenant vraiment en compte la vie et la dignité des gens. En commençant par leur rendre les intérêts générés par les bons du trésor grecs.

     

    Pourquoi c'est important?

    Le peuple grec s’est vu écrasé par la pression des clauses d’austérité. Les hôpitaux peuvent à peine dispenser les soins de base, avec une infirmière pour 40 patients [1]. Les salaires continuent de dégringoler. Les retraites ont été plusieurs fois réduites depuis 2010 [2]. Le chômage a plus que doublé [3].

     

    Et l’argent du plan de sauvetage était censé « aider » la Grèce à sortir de cette situation ? Les pays de la zone euro en ont tiré des milliards d’euros de bénéfices [4].

     Mais les ministres des finances européens ont le pouvoir de changer de cap. Si nous leur montrons que les Européens ne veulent pas profiter du désespoir de la Grèce, ils ne pourront plus agir à leur guise et en notre nom.

     La Banque Centrale Européenne a commencé à acheter des bons du trésor grecs en 2010, quand le pays a eu besoin d’un premier prêt. Si la BCE n’achetait pas les titres, la Grèce aurait été obligée de faire baisser leur prix. Mais la BCE a empêché la Grèce de le faire, par une condition incluse dans le plan d’aide. Chaque année, ces bons surévalués génèrent un profit colossal, auparavant reversé à la Grèce [5].

     Ça a changé en 2015, quand les Grecs ont voté contre les coupes budgétaires qui affectent leur vie quotidienne. Pour punir ce vote, la zone euro a décidé d’empocher les profits engendrés par les bons, au lieu de les reverser à la Grèce comme convenu au départ [6].

     Après des années d’austérité, douze augmentations successives des impôts et autant de réductions drastiques des services publics, le peuple grec ne peut plus être exploité. Les pays de la zone euro vont sûrement discuter des profits sur les bons dans moins d’un mois, et plus que jamais, le peuple grec a besoin de nous pour les soutenir.

     

    Unis, nous pouvons agir pour que ces titres soient rétrocédés à la Grèce, et exiger que la reprise économique d’un pays prenne en compte la vie et la dignité des gens. Ensemble, nous avons le pouvoir de montrer au peuple grec que nous les soutenons. Et aux gouvernements que nous attendons de la solidarité, pas de l’exploitation.

     

    REFERENCES

    [1] “'Dans les hôpitaux grecs, «des malades renoncent à se soigner»” Libération, 14 Juin 2017. http://www.liberation.fr/planete/2017/06/14/dans-les-hopitaux-grecs-des-malades-renoncent-a-se-soigner_1576853

    [2] “Grèce : les retraités en colère contre la 12ème baisse de leurs pensions” EuroNews, 4 Avril 2017. http://fr.euronews.com/2017/04/04/grece-les-retraites-en-colere-contre-la-12eme-baisse-de-leurs-pensions

    [3] “Grèce. Le taux de chômage a dépassé la barre des 25%” France Info, 11 Octobre 2012. https://www.francetvinfo.fr/monde/grece/grece-le-taux-de-chomage-a-depasse-la-barre-des-25_153761.html

    [4] “Comment la BCE a gagné « 7,8 milliards d’euros grâce à la dette grecque »” Le Monde, 26 October 2017. http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/10/26/comment-la-bce-a-gagne-7-8-milliards-d-euros-grace-a-la-dette-grecque_5206484_3234.html

    [5] “ECB to swap Greek bonds to avoid forced losses -sources,” Reuters, 16 February 2012. https://www.reuters.com/article/us-ecb-greece/ecb-to-swap-greek-bonds-to-avoid-forced-losses-sources-idUSTRE81F1EK20120216

    [6] “Depuis cinq ans, le malheur des Grecs fait les bénéfices… de l’Allemagne” Alternatives Economiques, 27 Aout 2015. https://blogs.alternatives-economiques.fr/gadrey/2015/08/27/depuis-cinq-ans-le-malheur-des-grecs-fait-les-benefices-de-l-allemagne


    votre commentaire
  • Anne Claire est une ancienne sdf qui a vécu l'enfer et qui se bat maintenant pour aider les femmes sdf à avoir des centres d'accueils réservés aux femmes.

    Elle ( et d'autres femmes que j'ai rencontré pendant mes maraudes) m'a inspiré cette pétition. Un grand merci à tous, vous pouvez tous être fiers de vous !

     

    https://www.change.org/p/12863316/u/22258297

     

     

     

     

     

    En lien

    (la pétition est en bas de la page)

    http://roda.eklablog.com/sdf-l-etat-a-la-rue-des-centres-d-accueil-pour-les-femmes-sdf-distribu-a135419702


    4 commentaires
  • En quelques semaines, plus de 500 000 réfugiés rohingyas ont fui au Bangladesh en raison de la répression du gouvernement du Myanmar. L'opération menée par l'armée dans l'État d'Arakan au Myanmar constitue un nettoyage ethnique et un ensemble de crimes contre l'humanité.

     

    Le calvaire d'une minorité musulmane qui ne fait que s'aggraver. Pour en savoir plus :

    Le sort des Rohingyas au Myanmar - Amnesty International France

     

    Vidéo réalisée en novembre 2017

     

    Commentaire de Nina Walch, chargée de campagne crises et conflits armés

     

    Interview : Tahir Hussain, témoin rohingya Gwenola Seroux, responsable de la cellule urgences, Médecins Sans Frontières Crédits images : © Amnesty International © Digital Globe © Deimos Imaging S.L.U 2017 © K M ASAD/AFP/Getty Images © ONUR COBAN / Anadolu Agency Musique : Audio Network

     

     
    Et plus ....
     
     
     
    Arabie Saoudite

    Raif Badawi et Waleed Abu al Khair doivent être libérés

    Il y a tout juste trois ans, le 9 janvier 2015, nous apprenions avec effroi que le blogueur saoudien Raif Badawi avait reçu 50 coups de fouet en public, devant une mosquée à Djedda. Si l’Arabie saoudite était déjà loin de briller pour son respect des droits humains, l’application de cette sentence sanglante a révélé au monde que le régime saoudien était désormais prêt à tout pour faire taire les voix critiques.

    Trois ans plus tard, malgré l’ampleur de la mobilisation pour demander la libération de Raif, ce dernier croupit toujours derrière les barreaux. Des rumeurs de pardon royal courent… Mais tant qu’il ne sera pas libéré, nous devons maintenir la pression sur les autorités saoudiennes. Ainsi, nous serons ce soir une nouvelle fois devant l’ambassade à Bruxelles. À votre façon, vous aussi, faites savoir au Roi Salman que vous n’oubliez pas Raif. Signez notre pétition.

    Signer la pétition
    Plus d'infos

    votre commentaire
  • Douches automatiques, picots, plans inclinés... en quelques semaines, plus de 220.000 personnes ont signé la pétition de Martine pour dénoncer ces dispositifs mis en place dans les villes pour empêcher les SDF de se mettre à l'abri des intempéries et du froid.  

    Grâce à la mobilisation des internautes sur les réseaux sociaux, la mairie de Paris a retiré des barrières qui empêchaient des sans-abri d'accéder à des grilles d'aération qui les réchauffaient. Une première victoire pour Martine qui demande au gouvernement l'interdiction totale de ces dispositifs partout en France

    Depuis des années, ces mobiliers hostiles aux plus précaires se multiplient. Aujourd'hui, vous pouvez agir pour mettre fin à ces dispositifs jugés inhumains. Cliquez ici pour signer la pétition de Martine. 

     

    Adressée à Emmanuel Macron

     

    Pour l'interdiction des dispositifs anti-SDF inhumains

    Pétition de Martine MAÇON
    Royan, France

     

     

     

    226 894
    Signates


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique