•  


    Engagez-vous pour que l'Etat réagisse face au fléau des maladies cardiovasculaires
      MERCI ! En signant la pétition " Engagez-vous pour que l'état réagisse face au fléau des maladies cardiovasculaires " lancée le 20 février dernier sur Change.org par la Fédération Française de Cardiologie, vous aidez l'association à démontrer aux pouvoirs publics que ce combat est majeur pour de nombreux Français !

    Pour que votre mobilisation ait le plus fort impact possible, l'engagement de vos proches, de vos amis, de vos voisins, de toutes les personnes sensibles à la lutte contre les maladies cardiovasculaires est primordial.


    Pour nous aider à faire connaitre la pétition :

    • Diffusez cet e-mail auprès de vos contacts
    •  
    •  
    • Partagez la pétition à l'aide des boutons réseaux sociaux présents sur la page de la pétition (https://www.change.org/plancoeur)

      

      

    Grâce à votre engagement, la Fédération Française de Cardiologie et ses 22 partenaires présenteront aux pouvoirs publics un Livre Blanc pour un Plan Cœur, propositions nées de nos rencontres avec les malades, les familles, les professionnels de santé et les élus, depuis deux ans et dans toute la France.

    Pour suivre les avancées de la pétition, retrouvez la Fédération Française de Cardiologie sur Facebook et sur Twitter.

    Merci pour votre soutien et vos nombreux témoignages.

    Association reconnue d'utilité publique, la Fédération Française de Cardiologie lutte depuis 50 ans contre les maladies cardiovasculaires.


    votre commentaire
  • Le droit de manifester
    menacé de disparition en Russie
    Alors qu'Amnesty International publiait un nouveau rapport sur le droit de manifester en Russie, un tribunal a confirmé le 20 juin dernier les condamnations des manifestants de la place Bolotnaïa à des peines allant jusqu'à plus de trois ans de prison.
    C'est un nouveau signal d'alarme pour toutes les voix critiques en Russie. Ces condamnations, au terme d'un procès spectacle à visée politique, visent depuis le début à dissuader toute initiative de manifestation critique du pouvoir.
    Amnesty International demande leur libération immédiate.
    Ensemble, appelons le Procureur de la fédération de Russie
    à faire libérer les prisonniers de Bolotnaïa.
    Signer la pétiton
    Enfants roms à Bobigny, France
    Le 6 mai 2012, des dizaines de milliers de personnes sont descendues sur la place Bolotnaïa de Moscou pour manifester contre des résultats électoraux largement contestés. Depuis cette date, de nouvelles lois ont été adoptées pour restreindre les manifestations critiques des autorités :
    • tous les rassemblements publics doivent être autorisés à l'avance, sauf s'ils se tiennent dans certains endroits isolés désignés par les autorités;
    • les rassemblements organisés par des personnes qui défendent des opinions critiques ne sont presque jamais autorisés à l'endroit demandé;
    • seules les manifestations d'une seule personne sont possibles sans autorisation, mais même ce type de protestation est aujourd'hui réprimé;
    • les rassemblements spontanés sont automatiquement considérés comme illégaux, couramment dispersés, souvent violemment.
    En février et en mars 2014, plus d'un millier de manifestants pacifiques ont été arrêtés et condamnés à de lourdes amendes, voire à plusieurs jours de détention. Sept rassemblements ont été arbitrairement dispersés.
    Le 1er juillet, venez en débattre au siège d'Amnesty International France à Paris avec le directeur d'Amnesty International en Russie et la sœur d'un prisonnier de Bolotnaïa.
    Merci de votre engagement à nos côtés.
    Stephan Oberreit, Directeur général d'Amnesty International France

    votre commentaire
  • Aide juridique : chronique d’une mort annoncée

     

    1. Pétition de

      Syndicat des avocats de France

    2.   

    Aide juridique : chronique d’une mort annoncée

    Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre de la justice, Garde des sceaux, Monsieur le Secrétaire d’Etat au budget,

    Lors de la discussion de la loi de finances en octobre 2013, la mobilisation des avocats avait permis la suspension d’une baisse sans précédent du budget de l’aide juridictionnelle. Constatant l’importance de « l'accès au juge et la reconnaissance des droits de ceux dont les revenus sont particulièrement bas », Madame la Garde des sceaux s’était alors engagée à proposer une réforme pérenne de l’aide juridictionnelle début mars 2014.

    Aujourd’hui, aucune proposition n’a été formulée, la réforme est enterrée, les arbitrages pour le budget 2015 prévoyant de remettre à l’ordre du jour la baisse budgétaire. La seule proposition faite pour assurer ce financement est de taxer les avocats eux même, ce qui reviendrait, par exemple, de demander à un assistant social d’être taxé sur ses revenus pour financer son propre salaire !

    Or, l’accès à la justice pour tous constitue, dans une société démocratique, une liberté fondamentale dont l’Etat doit assurer l’effectivité.

     

    La suite

    et Signer la pétition

      

    http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/monsieur-le-premier-ministre-aide-juridique-chronique-d-une-mort-annonc%C3%A9e-4?recruiter=64273570


    votre commentaire
  • Aux députés français: Votez pour l'amendement interdisant la pulvérisation de pesticides le long des habitations et des écoles!

    par Générations Futures
    ons en bray

    "Je suis une maman inquiète. Parfois, lorsque mes enfants marchent sur le trottoir pour aller à l'école, des tracteurs y épandent des pesticides qu'ils respirent à plein poumon, alors que les techniciens du tracteur, eux, portent des masques de protection."

    Nombreux sont les parents comme cette maman inquiets pour l'avenir de leurs enfants et leur santé, à cause de l'utilisation de pesticides à proximité des lieux de vie.

    Nous avons une occasion unique de demander la mise en place de plans de protection réelle des riverains exposés aux pesticides : ce mardi 24 juin à l'Assemblée Nationale aura lieu un débat sur la loi d'Avenir Agricole qui pourrait inclure ces mesures.

    Générations Futures œuvre depuis des années pour dénoncer l'impact des pesticides sur la santé et l'environnement. Notre association a recueilli depuis près de 10 ans des centaines de témoignages de riverains mais aussi de professionnels victimes de ces substances nocives (des exemples en ligne : http://victimespesticides.weebly.com/particuliers.html) .

    Comment tolérer pour ces populations qu'on impose des Zones non Traitées le long des cours d'eau mais qu'on ne le fasse pas pour protéger leurs enfants ? Qu'on recommande (voire oblige) les professionnels à porter des Equipements de protection individuelle du fait même du risque associé à l'exposition à ces pesticides, alors même que les riverains se retrouvent régulièrement "aspergés" entre mars et septembre par ces produits nocifs sans aucun moyen de protection ?

    Nous n'avons eu de cesse d'alerter sur les dangers – sous évalués – représentés par ces pesticides pour les populations riveraines de zones pulvérisées. Pendant des années, les services en charge des questions des pesticides au sein du Ministère de l'agriculture, nous faisaient savoir que ces produits étant évalués, il n'y avait pas de raison de s'inquiéter, et donc d'instaurer des Zones non Traitées (ZNT) le long des lieux de vie… oui mais ça c'était avant, avant que :

    >>> De nombreux professionnels (agriculteurs notamment) s'alarment du nombre croissant de malades dus à l'exposition aux pesticides ;

    >>> Des milliers de médecins s'inquiètent des conséquences pour la santé de leur patient d'une exposition à ces substances conçues pour être nocives;

    >>> Des scientifiques démontrent les risques que font courir ces pesticides aux personnes exposées;

    >>> Des parents et riverains déplorent non-respect de la réglementation et des faiblesses des pouvoirs régaliens en la matière ;

    >>> Des associations, au travers d'enquêtes, prouvent que de plus en plus de pesticides sont présents dans l'air et que les riverains de zones agricoles qui respirent ces pesticides sont contaminés par ces produits ;

    >>> Des élus s'étonnent de la faiblesse des règlementations en matière de protection des populations ;

    >>> Etc.

    L'agriculture est un maillon essentiel et structurant de notre pays mais elle ne peut se concevoir au mépris de la protection de l'environnement et du respect de la santé. Les souffrances endurées par les personnes vivant dans des zones pulvérisées par des pesticides sont réelles. Des dizaines de personnes ont d'ailleurs transmis aux instances compétentes la preuve de ces souffrances. Il faut maintenant, après les avoir niées pendant des années, les prendre en compte et mettre en place des mesures qui demain protégeront ces populations, notamment les plus vulnérables.

    Nous attendons donc de nos élus du courage pour ne pas céder face aux pressions auxquelles ils vont être soumis et qu'ils soutiennent l'amendement déposé dans le cadre de la loi d'Avenir Agricole lors de la 2ème lecture à l'Assemblée Nationale visant à mettre en place des Zones non Traitées le long des lieux de vie. L'absence de mesure risque d'envenimer des tensions dans les zones concernées, susceptibles de se transformer avec le temps en véritables zones de conflits à l'instar de ce qui se passe en Limousin et dans d'autres régions.

     

    Pour la mise en place de zones sans pesticides à proximité des lieux de vie, signez la pétition et partagez la autour de vous.


    votre commentaire
  •  MesOpinions.com
      
    Si ce message ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien
    MesOpinions.com  
    J'agis contre l'eau insalubre ! Signez ici
    J'agis contre l'eau insalubre
    3,6 millions de personnes meurent chaque année de causes liées à l'eau insalubre.
    Il est urgent de lutter plus efficacement contre ce fléau.
     

    Signez la pétition

    http://www.votregouttedeau.org/

     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique