• Libérez Meriam Yehya Ibrahim, jeune soudanaise

    condamnée à mort en raison de sa religion

    Un tribunal soudanais vient de condamner à mort une soudanaise chrétienne pour « apostasie » et à une peine de flagellation pour « adultère ».

      

    Meriam Yehya Ibrahim, enceinte de huit mois, est actuellement maintenue en détention avec son fils de 20 mois. Cette jeune soudanaise a été accusée d’adultère pour s’être mariée avec un chrétien du Soudan du Sud. Le tribunal a ajouté l’apostasie comme chef d’inculpation, lorsque Meriam Yehya Ibrahim, élevée dans la foi orthodoxe (sa mère était chrétienne et son père musulman a été absent pendant son enfance), a déclaré qu’elle était chrétienne et non musulmane.

      

    Prisonnière d’opinion

    Amnesty International considère Meriam comme une prisonnière d’opinion, déclarée coupable en raison uniquement de ses convictions et de son identité religieuses.

      

    La peine de mort au Soudan

    Au moins 21 exécutions ont eu lieu au Soudan en 2013. Vingt-neuf condamnations à mort ont été signalées, mais on estime que le nombre réel est supérieur à 100. Les autorités soudanaises continuent de recourir à la peine de mort pour réprimer les activités des opposants, réels ou supposés, de groupes politiques d’opposition.

      

    En savoir plus :

    "Soudan : condamnation à mort d’une femme enceinte en raison de sa religion"

     

    La page :

    http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Violences/Peine-de-mort/Actions/Liberez-Meriam-Yehya-Ibrahim-jeune-soudanaise-condamnee-mort-en-raison-de-sa-religion-11710?utm_source=emailing-action&utm_medium=email&utm_campaign=2014-05-19-PDM-Soudan&utm_term=bouton-main


    votre commentaire
  •  

    Le Soudan du Sud sombre dans la violence, mais nous pouvons arrêter ce cycle épouvantable. En touchant les chefs de chaque faction là où ça fait mal – le portefeuille – ils pourraient bien calmer la vague de terreur. L'ONU envisage en ce moment-même des sanctions ainsi qu'une mission de protection. Exhortons-la à empêcher ce qui pourrait devenir un génocide.


    signez la petition
     
     
    Des femmes et des enfants arrachés des écoles et des hôpitaux puis massacrés sur le bord de la route, une propagande haineuse envahissant les ondes – le Rwanda il y a 20 ans? Non, cela se passe maintenant au Soudan du Sud, mais nous pouvons l'arrêter.

    Deux hommes sont à l'origine des violences: le Président Salva Kiir et son ancien vice-Président Riek Machar. Pris dans une lutte de pouvoir sans merci, ils attisent les tensions entre des groupes ethniques qui ont vécu en paix pendant des décennies. Tous deux ont des biens et de la famille à l'étranger. Si nous touchons Kiir et Machar là où ça fait mal – le portefeuille– nous pouvons empêcher ce cauchemar de devenir un génocide.

    Les pourparlers de paix reprennent lentement. Les États-Unis et la France ont appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à imposer des sanctions et à déployer davantage de casques bleus pour protéger les civils. Certes, la Russie pourrait tenter de maintenir le statu quo, mais même la Chine ne veut pas voir ce pays riche en pétrole glisser vers le chaos. Nous pouvons donc réussir – à condition d'agir vite.Soyons un million à exiger des dirigeants-clés qu'ils imposent des sanctions et déploient une mission plus robuste pour protéger le peuple du Soudan du Sud:

    https://secure.avaaz.org/fr/ceasefire_in_south_sudan_fr_cp/?bfLYWab&v=39562

    C'est tellement triste – et révoltant. Plus d'un million de personnes sur les onze millions d'habitants du Soudan du Sud ont fui leur domicile, des dizaines de milliers sont mortes et le pays est au bord d'une famine généralisée. Pendant ce temps, les délégations des 2 camps ont passé des mois dans des hôtels de luxe en Éthiopie, faisant très peu d'efforts et encore moins de progrès dans les négociations de paix.

    Nous pouvons arrêter cette folie. Des sanctions, le gel des avoirs et l'interdiction de voyager, empêcheraient directement Kiir et Machar d'accéder à leurs biens et de rendre visite à leurs proches et amis à l'étranger. Même si nous ne gagnons pas au Conseil de sécurité, des sanctions unilatérales prises par plusieurs pays pourraient avoir un impact conséquent.

    Renforcer la force de protection de l'ONU est aussi primordial. L'ONU a pour la première fois ouvert ses propres bases pour héberger 85 000 civils qui fuyaient les massacres. Mais il y a moins de 9000 soldats pour protéger un pays de la taille de la France. Une base des Nations-Unies a déjà été attaquée ouvertement, et le gouvernement menace d'expulser l'ONU hors du pays. Nous avons urgemment besoin d'une mission de protection plus grande et plus forte.

    Nous avons échoué à enrayer la spirale de la violence en Syrie il y a trois ans, mais ce conflit est nouveau et il peut encore être contenu.Ne laissons pas tomber le Soudan du Sud. Signez et diffusez largement cet appel:

    https://secure.avaaz.org/fr/ceasefire_in_south_sudan_fr_cp/?bfLYWab&v=39562

    Le Soudan du Sud est la plus jeune nation du monde, et elle est née de plusieurs décennies de résistance contre la brutalité génocidaire du régime soudanais. Mais comme dans beaucoup d'autres pays qui existent depuis bien plus longtemps que lui, il y a un fossé entre les dirigeants et le peuple. C'est tragique, car les motivations du Président Salva Kiir passaient pour être sincères. Il semble que Kiir et Riek Machar soient maintenant aveuglés par la colère, la peur et la soif de pouvoir. Tenons-nous aux côtés du peuple du Soudan du Sud et aidons-le à réfréner ses dirigeants, afin qu'il retrouve la paix pour laquelle il a tant souffert.

    Avec espoir,

    Jeremy, Mary, Mathias, Jooyea, Sayeeda, Patri, Luis, Ricken et toute l'équipe d'Avaaz

    Pour plus d'informations:

    L'ONU promet d'empêcher le Soudan du Sud de devenir "un autre Rwanda" (Jeune Afrique)
     
    http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20140501092610/onu-guerre-civile-riek-machar-navi-pillay-s...

    L'ONU inquiète du risque de génocide au Soudan du Sud (Le Monde)
     
    http://www.liberation.fr/monde/2014/04/25/massacres-au-soudan-du-sud-l-onu-tonne_1004721

    Soudan du Sud: des crimes de guerre commis par les deux camps (Human Rights Watch)
    Soudan du Sud: la spirale des tueries à caractère ethnique (Human Rights Watch, en anglais)
    Prise de Bentiu au Soudan du Sud : un massacre ethnique selon l’ONU (France 24)

    votre commentaire
  •  

    Procter & Gamble acceptera l’huile de palme issue de la déforestation jusqu'en 2020 (photomontage : iStock / Rettet den Regenwald)

     

    Chers ami(e)s de la forêt tropicale,

    La multinationale Procter & Gamble, ce sont les marques Head & Shoulders, Mr Propre, Ariel ou Gillette. Suite à la publication par Greenpeace d’un rapport accablant sur les activités de ses fournisseurs en huile de palme en Indonésie, l’entreprise a lancé une vaste campagne de communication. Sa promesse : ne plus utiliser d’huile de palme provenant de la déforestation… mais seulement à partir de 2020 !

    Procter & Gamble (P&G) approuve ainsi 6 années de déforestation supplémentaires tout en omettant de mentionner la volonté de l’Indonésie de doubler sa production d’huile de palme d’ici à 2020 ! Au rythme effréné de la déforestation actuelle, les forêts de nombreuses régions indonésiennes auront complètement disparu d’ici là.

    Nous ne voulons pas de discours mais des actes concrets et immédiats pour mettre fin à la déforestation. C’est à P&G d’innover pour bannir l’huile de palme de ses produits !

    Merci de signer et de nous aider à diffuser notre pétition adressée au PDG de Procter & Gamble Alan G. Lafley :

    PÉTITION

     

    En vous remerciant de votre attention,

    Sylvain Harmat

    Sauvons la forêt


    votre commentaire
  •  

    Procter & Gamble acceptera l’huile de palme issue de la déforestation jusqu'en 2020 (photomontage : iStock / Rettet den Regenwald)

     

    Chers ami(e)s de la forêt tropicale,

    La multinationale Procter & Gamble, ce sont les marques Head & Shoulders, Mr Propre, Ariel ou Gillette. Suite à la publication par Greenpeace d’un rapport accablant sur les activités de ses fournisseurs en huile de palme en Indonésie, l’entreprise a lancé une vaste campagne de communication. Sa promesse : ne plus utiliser d’huile de palme provenant de la déforestation… mais seulement à partir de 2020 !

    Procter & Gamble (P&G) approuve ainsi 6 années de déforestation supplémentaires tout en omettant de mentionner la volonté de l’Indonésie de doubler sa production d’huile de palme d’ici à 2020 ! Au rythme effréné de la déforestation actuelle, les forêts de nombreuses régions indonésiennes auront complètement disparu d’ici là.

    Nous ne voulons pas de discours mais des actes concrets et immédiats pour mettre fin à la déforestation. C’est à P&G d’innover pour bannir l’huile de palme de ses produits !

    Merci de signer et de nous aider à diffuser notre pétition adressée au PDG de Procter & Gamble Alan G. Lafley :

    PÉTITION

     

    En vous remerciant de votre attention,

    Sylvain Harmat

    Sauvons la forêt


    votre commentaire
  •  

    Pétition  de soutien à la commune de Laguiole pour que celle-ci retrouve la propriété de son nom.

    signer la pétition "Sauvons Laguiole"

     

     

    lancée par Benjamin, fils d'Émile de Lassagne qui fût à l'origine de l'Appellation d'Origine Contrôlée "Laguiole".

    Pourquoi cette pétition ? La marque "Laguiole" a été déposée par un industriel de la région parisienne et les acteurs économiques locaux ne peuvent plus utiliser sans restriction le nom de leur propre village. Benjamin a donc lancé cette initiative pour montrer le soutien des français à ce nom emblématique de notre patrimoine national et pour que la commune retrouve le droit d'utiliser ce nom afin de valoriser sonsavoir-faire local.

    En quelques jours, ce sont plus de 35.000 personnes qui ont signé et la presse s'est faite l'écho de cette manifestation numérique inédite.

    Vous voulez rejoindre le mouvement ? Cliquez ici pour signer la pétition.

      


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique