• PAR POIGNÉES DE SILENCE


    Souvent je voudrais échapper à l’enfant que j’étais
    mais il arrive toujours un moment où elle regagne le terrain perdu
    j’ai beau accélérer pour qu’elle s’essouffle,
    creuser la distance pour ne plus l’entendre,
    elle finit chaque fois par me rejoindre
    et moi par la reprendre
    sans doute parce qu’elle n’est pas finie,
    que quelque chose très tôt s’est brisé,
    a freiné la courbe et l’élan.



    Je voudrais que le barrage cède
    je voudrais pleurer un bon coup

    j’écris simplement là où je voudrais pleurer.

    J’écris où le sang s’écoule,
    ruisselle le long des cuisses
    j’écris du fond de l’enfance et du creux de mon ventre
    j’écris pour me rapprocher du point de vertige

    J’écris sur l’ourlet brûlant de la bouche de l’enfant
    j’écris parce que j’ai décidé de perdre la mémoire
    J’écris où il me faut sans cesse revenir
    J’écris avec toujours ce mouvement de la mer
    qui berce et gronde,
    monte et redescend,
    se jette pour mieux s’éloigner



    j’écris lorsque les vagues sont trop grandes
    j’écris pour être moins terrifiée
    j’écris parce que tu ne m’as pas dévorée entièrement

    j’écris depuis l’intérieur du labyrinthe
    j’écris du fond de mes poches trouées
    par poignées de silence

    j’écris sur la trame usée du jean
    ou l’encre bleue pâlit.

    J’écris parce-que je suis mal faite
    qu’il y a des vices de forme
    un défaut d’origine.



    © Céline Renoux

    http://lafilledesastres.com/

     

    appelle-moi poésie

     

    Appelle-Moi Poésie est un programme de poésie vivante.
    C'est une sélection originale de textes percutants mis en voix

    par les meilleurs poètes-performeurs actuels.
     

     

    Découvre la poésie autrement un mardi sur deux à 18h.
    Si l'idée te plaît, suis-nous et abonne-toi !

     

    http://www.appellemoipoesie.com

     

    Résultat de recherche d'images pour "Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton. [Proverbe italien]"


    votre commentaire
  • L’image contient peut-être : arbre, plante, plein air et nature

    Que ton poème
    Soit le fruit de la terre
    Qu'il célèbre le plein jour
    Comme chevreuil bondissant
    Surgi de la forêt de ton pas

     
    Qu'il soit vif comme une danse
    Léger comme éclat d’aile
    Impatient de rejoindre
    En secret
    Un plus vaste silence

     
    Qu'il laisse vibrer sans un mot
    La mélodie du fond de toutes choses

     
    Que la nature soit son viatique
    Son sauf-conduit
    Son talisman

     
    Qu'il te soit grâce et repos
    Murmure qui monte d’un désert
    Souffle reçu où ta vie s'abandonne

     
    Grand oui qui acquiesce à midi !

     
     
     

    2 commentaires
  • L’image contient peut-être : 1 personne, sur scène, danse, chaussures et plein air

    Amis soyons debout
    Dans les veines du vent
    Brandissons nos mains nues
    Pour nous désaltérer

    Ayons soif de l’azur
    Et des nuits recouvrées
    N’allons pas front baissé
    Mais allongeons nos pas
    Dans les rais du soleil

    Quand la souffrance est là
    Ne la méprisons pas
    Et quand la mort s’approche
    Sachons compter sur elle

    Elle nous montre la voie
    Pour vivre intensément
    Et déployer nos ailes

    Si le temps est compté
    Arrêtons donc les heures
    Pour en faire un festin

    Si nous sommes d’ici
    Le jour est vertical
    Il n’est qu’à demeurer

    Là où le ciel accourt
    Le soleil va germer.

    Jean Lavoué


    www.enfancedesarbres.com


    2 commentaires
  • Cette vidéo se veut modeste en rapport des lieux, mais j'ai la chance d'habiter un endroit où quand se révèle un arc en ciel, je suis aux premières loges... J'en ai photographié quelques uns, mais jusqu'à présent il manquait des images... Les dernières photos prises ont révélées un arc en ciel sur un ciel rose orangé... J'ai écrit ce texte il y a un moment déjà...
     

    Musique : Lovely Evening
    -Thors-
     

    (For Your Heart: Beautiful Relaxation Music)

    Un jour surgit un arc en ciel
    Un jour, une fin d’après mis,
    Alors que doucement tombait la pluie,
    Qu’avaient cessés les éclairs,
    Que disparaissait un orage,
    Laissant dans sa trace, de lourds nuages,
    Que partout dans le ciel,
    Rien n'était pareil,
    Sourdement au loin, continuèrent,
    Les grondements du tonnerre,
    Vers l’horizon se tourna mon regard,
    Et sans trop le voir,
    Parmi des nuages orageux,
    Traversés de rayons lumineux,
    Le soleil se couchait…

     

    Soudain, dans le ciel,
    Étincelant, s’accrocha un arc en ciel…
    Il était fascinant à voir,
    Avec ses couleurs multicolores…
    Son apparition, modifia la nature,
    Qui s’illumina de ses plus belles couleurs,
    Alors se transformèrent,
    Dans l’air les senteurs,
    Et tomba une certaine fraicheur.
    Gardant les yeux fixés sur le ciel,
    Avec toutes ses précipitations,
    La beauté de l’arc en ciel,
    Provoqua un temps d’admiration,
    Avec une impression,
    De suspendre le temps,
    Juste un court instant…

     

    Un arc-en-ciel n'a pas d'existence matérielle,
    Il est provoqué,
    Par, un effet purement optique,
    Et météorologique.
    Il se décèle,
    Quand le soleil est dans le dos,
    Et que sa lumière,
    Traverse les gouttelettes d’eau,
    En suspension et en mouvement dans le ciel.
    Plus bas sera le soleil,
    Plus haut s’affichera un arc en ciel…

     

    Le temps d’une réflexion,
    Dans un moment d’observation,
    Furtivement, l'arc en ciel est reparti,
    S’espacent les nuages,
    Après qu’ait disparu l’orage,
    Annonçant une accalmie,
    Ramenant au ciel sa luminosité…
    On pourrait presque regretter,
    De le voir s’en aller,
    Mais il est éphémère,
    Comme tout sur cette terre…

    Pourquoi captive-t-il autant,
    Petits et grands,
    Et que l’on dit,
    Qu’il est un pont flottant du ciel ?
    Parce qu’il relie,
    La terre au ciel,
    Qu’il fait l’Alliance,
    Entre Dieu et la terre…

     

    Ne dit-on pas,
    Que lorsque l’on observe un arc -en ciel,
    C’est que l’âme à soif de beauté, et d’espoir ?
    Qu’il allie, le naturel,
    Au spirituel,
    Qui se marient,
    dans le cours ordinaire de la vie.
    Qu’il est signe d’alliance, d’union,
    De réconciliation ?
    Quand un arc en ciel,
    Colore le ciel,

    Ne faudrait-t-il pas faire un vœu,
    Pour demander d'être heureux ?

    DanyAngel

     

     


    votre commentaire
  • L’image contient peut-être : une personne ou plus, arbre, plante, plein air et nature

    C'est un matin peut-être
    Où les arbres te montrent
    Impatients le chemin,

     

    Un matin où marcher
    A des allures d'enfance,
    Même de premiers pas,
    De sève trouvant sa voie,
    Sa ligne de vie chanceuse,
    Dans l'azur éclaté,

     

    Un matin où les bruits,
    Toutes les rumeurs du monde,
    Montent puissants vers toi
    En échos sans pareil,
    En gestes assourdissants,
    En retraits silencieux,
    En signes qui ne trompent,
    Un matin sans mépris
    Où ne pas triompher
    Mais rejoindre à tout prix
    L'aire fertile du soleil.

     

    C'est un matin d'amour
    Où nul ne peut gagner
    Ni s'emparer du sceau
    Sans reconnaître en soi
    L'ombre de chaque frère.

     

    C'est un calme horizon
    Que nous n'atteindrons pas
    Sans laisser place à l'autre,
    Un feu dans les remises
    Un brasier sous les combles,
    Une tempête logée sous l'écorce des mots,
    Un silence refoulé
    Dont on pressent les cris.

     

    C'est un matin fiévreux
    Pour dire la justice
    Et la bonté exacte
    Sous les branches de vivre,
    Un jour pour n’ignorer
    Tout ce qu’il reste à faire
    Afin que l'homme en nous,
    Son Chant et ses racines,
    En toutes leurs agonies,
    Partout soient secourus.

     

    Jean Lavoué
     

    www.enfancedesarbres.com


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique