• Les mythes celtes peuvent nous aider à éclairer les racines profondes de notre identité mais aussi et surtout à mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons et les forces à l’œuvre en nous-mêmes.

    Ecouter

    Taranis avec éclair et roue  (Le Châtelet de Gourzon, Haute-Marne)Taranis avec éclair et roue (Le Châtelet de Gourzon, Haute-Marne) Crédits : PHGCOM

     

    Avec Patrice Lajoye, historien des religions, spécialiste du monde celte, qui a cofondé la revue Nouvelle Mythologie comparée, aux éditions Lingva et est secrétaire de rédaction des revues Gallia et Histoire des sociétés rurales.

     

    Il a publié chez CNRS éditions (collection Biblis), un ouvrage très savant intitulé L’arbre du monde : La cosmologie celte.

     

    Intervenants

    Bibliographie

    L'arbre du monde

    L'arbre du monde : la cosmologie celte CNRS éditions / Biblis , 2016 Patrice Laj


    votre commentaire
  • L’image contient peut-être : 1 personne

    LA PRIERE DE GERONIMO
     
    Ô Nature, ma Mère,

    Qu’ont il fait de notre Terre !

    A tort, ils se sont pris pour des Dieux,

    Leurs cœurs sont devenus haineux.

    Dominés et motivés par l’argent,

    Ils détruisent la pureté des Océans.

    Les rivières aujourd’hui troublées,

    Déversent dans la mer leurs amas de saletés.

    Ô Nature, ma Mère,

    Qu’ont il fait de notre Terre !

    Aveuglés par une technologie dévastatrice,

    Ils sont incapables de trouver les idées salvatrices.

    Des somptueuses Forêts Anciennes et Equilibrées,

    Il ne subsiste aujourd’hui que quelques morceaux éparpillés.

    L’air pur et frais que nos Ancêtres respiraient,

    Ne se trouve encore que sur les plus hauts sommets.

    Ô Nature, ma Mère,

    Qu’ont il fait de notre Terre !

     
    Du contrôle des Espèces ils se vantent,

    Afin que jamais le remord ne les hantent.

     
    De nombreux Animaux à jamais disparaissent,

    Afin que eux, en nombre et en bêtise, ils ne progressent.

     
    La Banquise d’Hier, sous son infinie blancheur,

    Ne reflète aujourd’hui plus aucune lueur.

     
    Ô Nature, ma Mère, je t’en conjure,

    Montre leur le chemin du futur.

     
    Je ne suis moi-même qu’un Homme comme les autres,

    Même si près de toi je me veux leur Apôtre.

     
    Capables d’Amours et de Compréhension, ils le sont j’en suis certain,

    Il leur suffit juste de comprendre que leur Avenir est incertain.

    Montre leur le chemin vers la Raison,

    Et ils s’ouvriront vers de nouveaux Horizons.

     
    Geronimo
     
     
    Partagé sur FB
    par
     

    votre commentaire
  • LE GRAND SENS (Satprem)

    Un texte plus que jamais d'actualité (voir sa date de publication à la fin. vous serez surpris !)

    LE GRAND SENS (Satprem)

     

     

    C'est le temps du Grand Sens.

     

    Nous regardons à droite ou à gauche, nous construisons des théories, réformons nos Eglises, inventons des super-machines, et nous descendons dans la rue pour briser la Machine qui nous étouffe, nous nous débattons dans le petit sens. Quand le bateau terrestre est en train de couler, est-ce qu'il importe que les pas­sagers coulent à droite ou à gauche, sous un drapeau noir ou rouge, ou bleu céleste? Nos Eglises ont déjà coulé: elles réforment leur poussière. Nos patries nous écrasent, nos machines nous écrasent, nos Ecoles nous écrasent, et nous construisons davantage de machines pour sortir de la Machine. Nous allons sur la lune, mais nous ne connaissons pas notre propre cœur ni notre destin ter­restre. Et nous voulons améliorer l'existant - mais ce n'est plus le temps d'améliorer l'existant : est-ce qu'on améliore la pourriture ? - C'est le temps d'AUTRE CHOSE. Autre chose, ce n'est pas la même chose avec des améliorations.

     

    Mais comment procéder?

    On nous prêche la violence, ou la non-violence. Mais ce sont les deux visages d'un même Mensonge, le oui et le non d'une même impuissance : les petits saints ont fait faillite avec le reste, et les autres veulent prendre le pouvoir - quel pouvoir ? Celui des hom­mes d'Etat ? Est-ce que nous allons nous battre pour détenir les clefs de la prison? Ou pour construire une autre prison? Ou est-ce que nous voulons en sortir vraiment ? le pouvoir ne sort pas de la poudre des fusils, pas plus que la liberté ne sort du ventre des morts - voilà trente millions d'années que nous bâtissons sur des cadavres, des guerres, des révolutions. On prend les mêmes et on recommence. Peut-être est-il temps de bâtir sur autre chose, et de trouver la clef du vrai Pouvoir ?

     

    Voici ce que dit le Grand Sens :
    Il dit que nous sommes nés il y a tant de millions d'années - une molécule, un gène, un morceau de plasma frétillant - et nous avons fabriqué un dinosaure, un crabe, un singe. Et si notre œil s'était arrêté en cours de route, nous aurions pu dire avec raison (!) que le Babouin était le sommet de la création, et qu'il n'y a rien de mieux à faire, ou peut-être à améliorer nos capacités de singes et à faire un Royaume Uni des Singes... Et peut-être commettons-nous la même erreur aujourd'hui dans notre forêt de béton. Nous avons inventé des moyens énormes au service de consciences microscopiques, des artifices splendides au service de la médiocrité, et davantage d'artifices pour guérir de l'Artifice... Mais l'homme est-il vraiment le but de tous ces millions d'années d'effort - le baccalauréat pour tous et la machine à laver ?

     

    Le Grand Sens, le Vrai Sens nous dit que l'homme n'est pas la fin. Ce n'est pas le triomphe de l'homme que nous voulons, pas l'amélioration du gnome intelligent - c'est un autre être sur la terre, une autre race parmi nous.

     

    Sri Aurobindo l'a dit : l'homme est un être de transition.


    Nous sommes en plein dans cette transition, elle craque de tous les côtés : au Biafra, en Israël, en Chine, sur le Boul'Mich'. L'homme est mal dans sa peau.

     Et le Grand Sens, le Vrai Sens nous dit que la seule chose à faire est de nous mettre au travail pour trouver le secret de la transition, le « grand passage » vers l'être nouveau - comme un jour nous avons trouvé le passage du singe à l'homme - et de collaborer à notre propre évolution au lieu de tourner en rond et de prendre les faux pouvoirs pour régner sur une fausse vie.

     

    Mais où est le levier de la Transmutation?

     Il est dedans.

    Il y a une Conscience dedans, il y a un Pouvoir dedans, celui-là même qui poussait dans le dinosaure, le crabe, le singe, l'homme - qui pousse encore, qui veut plus loin, qui se revêt d'une forme de plus en plus perfectionnée à mesure que son instrument grandit, qui crée sa propre forme. Si nous saisissons le levier de ce Pouvoir-là, c'est lui qui créera sa nouvelle forme, c'est lui le levier de la Transmutation. Au lieu de laisser l'évolution se dérouler à travers des millénaires de tentatives infructueuses, douloureuses, et de morts inutiles et de révolutions truquées qui ne révolutionnent rien, nous pouvons raccourcir le temps, nous pouvons faire de l'évolution concentrée - nous pouvons être les créateurs conscients de l'Etre nouveau.

     

    En vérité, c'est le temps de la Grande Aventure. Le monde est fermé, il n'y a plus d'aventures au-dehors : seuls les robots vont sur la lune et nos frontières sont partout gardées - à Rome ou à Rangoon, les mêmes fonctionnaires de la grande Mécanique nous surveillent, poinçonnent nos cartes, vérifient nos têtes et fouillent nos poches - il n'y a plus d'aventure au-dehors ! L'Aventure est Dedans - la Liberté est dedans, l'Espace est dedans, et la trans­formation de notre monde par le pouvoir de l'Esprit. Parce que, en vérité, ce Pouvoir était là depuis toujours, suprême, tout-puissant, poussant l'évolution : c'était l'Esprit caché qui grandissait pour devenir l'Esprit manifesté sur la terre, et si nous avons confiance, si nous voulons ce suprême Pouvoir, si nous avons le courage de descendre dans nos coeurs, tout est possible, parce que Dieu est en nous.

     

    SATPREM
    Pondichéry,
    le 27 juin 1969.

    Satprem

     
    Partage sur FB

    2 commentaires
  • https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/16426262_1235026813245541_3282448568781197423_n.jpg?oh=1fa07b210df192726d48060e68225e0a&oe=5917B229
     
    "Combien de gens se sont laissés mourir de chagrin ou se sont même suicidés à cause de calomnies, de lettres d’injures, d’articles de journaux venimeux ! Et combien d’artistes aussi à cause de mauvaises critiques et de moqueries !… S’ils ont succombé, c’est qu’ils ne connaissaient pas ce que la terre, elle, connaît très bien.
     
    Que fait-elle avec les déchets, les détritus qu’on lui jette ? Elle les prend comme un engrais, une matière très précieuse, et elle les fait participer à l’élaboration de tous les végétaux. C’est grâce à cet engrais que les fruits ont des couleurs, des parfums, du goût et toutes sortes de qualités nutritives.
     
    Alors, pourquoi l’être humain ne connaîtrait-il pas les secrets que connaît la terre ? Pourquoi doit-il succomber devant ces saletés que sont les critiques, les médisances, les calomnies ? Qu’il apprenne à les transformer et lui aussi donnera des fruits colorés, parfumés, savoureux et nourrissants. S’il arrive à ce degré de compréhension, il finira par être convaincu que, malgré les apparences, celui qui est injustement persécuté se trouve dans une meilleure situation que ses ennemis."
     
     
     
    D'autres pensées

    http://roselyne-83.spiritualite.over-blog.com/2017/02/pensee-du-jour-omraam-mikhael-aivanhov-mois-de-fevrier-2017.html


    2 commentaires
  • Afficher l'image d'origine

     

    Qui connaît aujourd'hui l'ancienne langue de la Lune ?

    Qui parle encore avec la Déesse ?

     

    Seules les pierres se souviennent encore de ce que la Lune nous a dit jadis, de ce que les arbres nous ont appris, de la voix de l'herbe et du parfum des fleurs..."

     

    Écoutez les paroles de la Grande Mère Qui fut appelée jadis Isis, Artemis, Astarte, Diane, Mélusine, Aphrodite, Cerridwen, Arionrhod, Bridgid et par de nombreux autres noms encore.

     

    « A tout moment, lorsque vous aurez besoin de quelque chose, une fois dans le mois, de préférence quand la lune est pleine, vous vous rassemblerez en un lieu secret et louerez l'Esprit qui émane de moi Reine de Sagesse.

     

    Alors, vous qui n'avez pas encore découvert mes secrets les plus profonds mais souhaitez apprendre la sorcellerie, à vous j'apprendrai ce qui est encore inconnu. Vous chanterez, jouerez de la musique, ferez la fête et l'amour en ma présence car je suis l'extase de l'esprit et toute joie sur terre est mienne.

     

    Ma loi est l'amour de toute la création. Gardez purs vos plus grands idéaux Efforcez-vous toujours de ne rien laissez vous arrêter ou vous en divertir.

     

    Mien est le Secret qui ouvre la porte de la jeunesse et à moi est la coupe du vin de la vie, le chaudron de Cerridwen, qui est le Saint-Graal de l'immortalité. Je suis la déesse emplie de grâce qui donne le don de jeunesse dans le coeur de l'humanité.

     

    Sur la terre, j'offre la connaissance de l'esprit éternel Au-delà de la mort, j'offre la paix, la liberté, ainsi que l'union avec ceux qui sont partis avant vous.

     

    Je ne demande cependant aucun sacrifice, car je suis la Mère de toutes choses et mon amour se répand partout sur la Terre. Écoutez les paroles de la Déesse des Étoiles. Elle, dont les pieds accueillent la poussière des cieux et dont le corps encercle l'Univers. Je suis la splendeur de la verte Terre et la lune immaculée parmi les étoiles et le mystère des eaux. Je vous appelle ; élevez-vous jusqu'à moi, Je suis l'âme de la Nature qui donne vie à l'Univers. De moi toute chose émane et vers moi toute chose retourne. Chérie des Dieux et des Hommes, laissez-moi rejoindre votre coeur.

     

    Réjouissez-vous, tous les actes d'amour et de plaisir sont mes rituels. Que s'expriment ainsi en vous, la beauté et la passion, la force et la compassion, l'honneur et l'humilité, la gaîté et le respect.

     

    Et pour vous qui me cherchez, sachez qu'à moins de connaître le mystère, si vous ne cherchez pas en vous, alors vous ne trouverez rien en dehors. Car j'ai été avec vous depuis le commencement et je me tiens au bout du désir. »

     

    http://www.radioarcadie.net/

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique