• Pluton ne fait plus partie des planètes du Système solaire. Crédit photo : Pixabay, skeeze

    ne petite Irlandaise passionnée d’astronomie, Cara Lucy O’Connor, avec l’aide de son institutrice a demandé la réhabilitation de Pluton parmi les planètes du Système solaire dans une lettre envoyé à la NASA. Cette dernière avait été déclassée au niveau de planète naine en 2006 par l’Union astronomique internationale.

    La demande de Cara

    Âgée de 6 ans, la petite Cara est très en colère face au retrait de Pluton des planètes. Elle est passionnée d’astronomie et dit avoir écouté une chanson qui se terminait par « ramenez Pluton ». Elle a donc écrit à la NASA au cours de l’an passé avec l’assistance de sa maîtresse pour demander la réhabilitation de Pluton.

    Même comparé à la Terre, Pluton est une planète naine. Crédit photo : Pixabay, sumanley

     

    Pour ceux qui ne le savaient pas, Pluton n’est plus classé comme la 9e planète, étant une « planète naine ». Cette décision est due à sa taille qui est insuffisante pour lui permettre de nettoyer son orbite tout en dégageant son voisinage rempli d’objets présents dans la ceinture de Kuiper. Malgré ces arguments scientifiques, la petite Irlandaise est loin d’être convaincue. Sa mignonne lettre comprend des informations très précises sur un anneau localisé après l’orbite de Neptune, où les planètes naines sont cataloguées.

    La réponse de la NASA

    Pour le directeur de division des planètes à la NASA, James Green, s’il est vrai que Pluton est cool, la question ne repose pas sur le fait de savoir si c’est une planète naine ou non. L’important est de noter que c’est un endroit fascinant qu’il faut continuer à étudier.

    Carly Howett, une scientifique participant à la mission New Horizons de la NASA, ayant suivi l’histoire, a aussi apporté une réponsé à la petite fille en ces termes : « Pluton est très importante, mais elle se moque probablement de savoir comment les gens stupides sur Terre l’appellent ». Cet échange est paru dans le magazine Astronomy Ireland, Cara ne baisse pas les bras pour autant, elle souhaite découvrir une nouvelle planète et la baptiser Licorne.

     
    Source

    Francetvinfo

     

    Trouvé dans "Vivre demain"

     


    votre commentaire
  • Ce matin balade radiophonique dans l'exposition "Météorites entre ciel et terre" jusqu’au 18 juin à la Grande Galerie de l’évolution

    Chute du bolide du 14 mai 1864 Chute du bolide du 14 mai 1864 Crédits : @MNHN_ Jc Domenech - AFP

    Troisième temps de notre semaine consacrée à l'Histoire du ciel.

    Aujourd'hui visite et balade dans l'exposition de la Grande Galerie de l'évolution à Paris pour découvrir les météorites.

    En compagnie du commissaire Matthieu Gounelle.

    Intervenants

    • Professeur du Muséum d’Histoire Naturelle et chargé de conservation de la collection de météorites Membre de l'Institut Universitaire de France

    votre commentaire
  • Une brève histoire de l’IA

    Au commencement étaient les ordinateurs. Puis Alan Turing invente le test qui porte son nom. En 1956, le séminaire du Darmouth College marque les débuts de la recherche en intelligence artificielle. Voici les principales étapes d’une marche en avant qui n’est pas achevée.

    1943



    Vous avez dit IA ?

    L’intelligence artificielle tient le haut du pavé depuis quelques mois.
    Mais que recouvre exactement cette expression ?
    Où en est-on de ses progrès ?

    C’était la vedette de la deuxième édition du salon Viva Technology, en juin 2017 à Paris : l’intelligence artificielle. Pas surprenant car, comme l’a noté Stéphane Richard, le PDG d’Orange, lors d’un « keynote », « l’intelligence artificielle est entrée dans une nouvelle dimension, grâce aux progrès du deep learning (apprentissage profond) qui lui ont permis de devenir une technologie beaucoup plus fiable ». Et d’illustrer son propos par deux chiffres : 75 %, c’était en 2011 le taux de reconnaissance d’objets dans une image ; on est aujourd’hui à 97 %, « même si la lumière est pauvre ou l’image floue ». Comme Stéphane Richard l’a souligné, « cette tâche est réalisée par l’IA avec un résultat bien meilleur et une rapidité supérieure à ce que peut effectuer n’importe quel opérateur humain ». Pour le patron d’Orange, « nous sommes à un moment décisif de l’histoire en termes de rythme d’innovation et de potentiel disruptif dans tous les secteurs ».

    Une brève histoire de l’IA

    Au commencement étaient les ordinateurs. Puis Alan Turing invente le test qui porte son nom. En 1956, le séminaire du Darmouth College marque les débuts de la recherche en intelligence artificielle. Voici les principales étapes d’une marche en avant qui n’est pas achevée.

     

    1943

    La naissance des ordinateurs

    Les premiers ordinateurs voient le jour. Construits avec des technologies qui précédaient les circuits intégrés (tubes à vide, relais électromécaniques), ils sont peu performants.

     

    1950

    Le test de Turing

    Le mathématicien britannique Alan Turing publie son article "Computing Machinery and Intelligence" et met au point son test à l’aveugle pour déterminer qui est l’humain ou l’ordinateur.

     

    1950

    La première machine capable d’apprendre

    Claude Shannon développe Theseus, une souris électromécanique capable d’apprendre à trouver la sortie d’un labyrinthe. Avant même l’apparition du terme "intelligence artificielle", il s’agissait de la première démonstration effective d’une machine capable d’apprendre.

     

    1956

    Le séminaire du Dartmouth College

    Le séminaire du Dartmouth College, aux Etats-Unis, invente le terme d'Intelligence Artificielle (IA) et aboutit à la création de concepts qui marquent les débuts de la recherche en IA.

     

    1958

    Le "list processing"

    John McCarthy, co-organisateur du séminaire du Dartmouth College, créé le langage informatique LISP (mot forgé à partir de l’anglais "list processing") qui permet de faciliter la programmation d’IA.

     

    1959

    Le "General Problem Solver"

    Herbert Simon et Allen Newell inventent le General Problem Solver, une stratégie de résolution de problèmes largement utilisée dans le domaine de l'intelligence artificielle.

     

    1965

    Le programme Eliza

    Eliza est un programme informatique écrit par Joseph Weizenbaum, capable de dialoguer en anglais en incarnant le rôle d’une psychologue.

     

    1974

    Le système MYCIN

    MYCIN est un système expert utilisant l’IA pour identifier des bactéries causant des infections sévères et recommander des antibiotiques en adaptant le dosage au poids des patients.

     

    1996

    La victoire de Deep Blue

    Le champion d’échecs Garry Kasparov est battu par le superordinateur Deep Blue d’IBM. Un événement qui démontre que l’IA est plus performante que l’homme dans certains domaines précis.

     

    2005

    Le robot Stanley

    En 2005, Stanley, un robot construit à l’université Stanford, remporte le "DARPA Grand Challenge" en conduisant de manière autonome pendant 131 miles sur une piste de désert sans avoir fait de reconnaissance préalable.

     

    2011

    Le programme Watson

    Le programme d’IA Watson d’IBM surclasse les meilleurs joueurs du jeu télévisé américain de questions réponses Jeopardy !

     

    2017

    L’AlphaGo

    En mars 2016, le programme d’IA de Google AlphaGo bat un des meilleurs joueurs mondiaux de jeu de go, puis le 27 mai 2017, il bat le champion du monde Ke Jie qui annonce sa retraite.

     

    Vous avez dit IA ?

    L’intelligence artificielle tient le haut du pavé depuis quelques mois.
    Mais que recouvre exactement cette expression ?
    Où en est-on de ses progrès ?

    C’était la vedette de la deuxième édition du salon Viva Technology, en juin 2017 à Paris : l’intelligence artificielle. Pas surprenant car, comme l’a noté Stéphane Richard, le PDG d’Orange, lors d’un « keynote », « l’intelligence artificielle est entrée dans une nouvelle dimension, grâce aux progrès du deep learning (apprentissage profond) qui lui ont permis de devenir une technologie beaucoup plus fiable ». Et d’illustrer son propos par deux chiffres : 75 %, c’était en 2011 le taux de reconnaissance d’objets dans une image ; on est aujourd’hui à 97 %, « même si la lumière est pauvre ou l’image floue ». Comme Stéphane Richard l’a souligné, « cette tâche est réalisée par l’IA avec un résultat bien meilleur et une rapidité supérieure à ce que peut effectuer n’importe quel opérateur humain ». Pour le patron d’Orange, « nous sommes à un moment décisif de l’histoire en termes de rythme d’innovation et de potentiel disruptif dans tous les secteurs ».

    « Nous sommes à un moment décisif de l’histoire en termes de rythme d’innovation et de potentiel disruptif dans tous les secteurs »

    Stéphane Richard, PDG d'Orange

    Mais qu’est-ce donc que cette IA qui fait les gros titres et suscite autant d’interrogations que d’espoirs ou d’inquiétudes ? Nicolas Demassieux, directeur de la recherche d’Orange, plante le décor : « l’IA cherche à reproduire les capacités cognitives de l’être humain avec des algorithmes et des ordinateurs ». Selon Jean-Gabriel Ganascia, enseignant à l’université Pierre et Marie-Curie et chercheur au CNRS, qui intervenait lors du dernier festival Futur en Seine, en juin 2017, « le terme a été introduit en 1956 par deux jeunes mathématiciens qui ont eu l’idée d’étudier l’intelligence avec les ordinateurs, apparus dix ans auparavant. Leur but : décomposer l’intelligence en fonctions élémentaires et simuler chaque fonction avec un ordinateur. Par exemple : le raisonnement, la reconnaissance des objets sur des images, le langage naturel, etc ».

    Deep learning et machine learning.

    Ces deux jeunes chercheurs sont John McCarthy du Dartmouth College et Marvin Minsky de Harvard. Avec Nathaniel Rochester d’IBM et Claude Shannon de Bell Telephone Laboratories, ils organisent cette année-là un séminaire au Dartmouth College, université privée du New-Hampshire (États-Unis). C’est le début des recherches en intelligence artificielle. « Nous tenterons de découvrir comment une machine pourrait utiliser le langage, créer des abstractions et des concepts, s’améliorer elle-même, résoudre des problèmes qui sont aujourd’hui l’apanage de l’intelligence humaine », écrivait à l’époque John McCarthy.

    Avant ce séminaire fondateur, le mathématicien anglais Alan Turing avait mis au point son célèbre

    décrit dans une publication fondatrice1 . Il s’agissait de faire converser un humain avec d’autres personnes et un ordinateur. Si la personne n’était pas capable de différencier les hommes de la machine, celle-ci avait réussi le test.

    L’apparition récente des techniques d’apprentissage profond et l’apprentissage automatique font bondir les performances des algorithmes

    Mais durant plusieurs décennies, les recherches stagnent sans découvertes majeures. Jusqu’à l’accélération récente des techniques d’apprentissage automatique, ou « machine learning », vers des techniques d’apprentissage profond, « deep learning », qui a fait bondir les performances des algorithmes et leur a permis de s’attaquer à des tâches bien plus complexes.

    Le deep learning utilise la notion de réseaux de neurones formels, soit la représentation mathématique et informatique d’un neurone biologique, née en 1943. Le machine learning, lui, permet à une machine d’adapter ses comportements en se fondant sur l’analyse des données à sa disposition. Un robot peut ainsi apprendre à marcher en commençant par des mouvements aléatoires, puis en sélectionnant les mouvements lui permettant d’avancer.

    « Depuis cinq ans, on observe une accélération indubitable des performances de l’IA. Par exemple, la reconnaissance de formes ou d’objets dans les images. Sur cette tâche précise, on peut affirmer que l’IA est meilleure que l’homme », décrit Nicolas Demassieux, qui travaille sur l’intelligence artificielle depuis les années 1980. « Le français Yann Le Cun, responsable du programme IA de Facebook, a démontré en 2010 que, sur d’immenses quantités d’images, il obtenait de meilleures performances avec l’IA qu’avec les autres techniques », ajoute Jean-Gabriel Ganascia. Même efficacité de l’intelligence artificielle pour la détection d’un cancer de la peau à partir d’une coupe histologique (tranche d’un organe suffisamment fine pour pouvoir être observée au microscope), qu’a réussi récemment le programme Watson d’IBM.

    Le domaine médical est un des secteurs clefs de l’IA.

    IA faible, IA forte.

    Mais si les progrès de l’IA sont réels, celle-ci est toujours qualifiée de

    , en opposition à l’IA

    et consciente d’elle-même que prédisent les transhumanistes. Vous applaudissez le superordinateur Deep Blue d’IBM qui a battu le champion d’échecs Garry Kasparov dès 1997 ? Vous saluez le programme informatique AlphaGo de Google DeepMind qui a vaincu le champion du monde de jeu de go l’année dernière ? Désolé, mais ce sont des IA faibles ! De même que les chatbots, ces logiciels de conversation automatique qu’on trouve de plus en plus dans les services de relation client, comme Watson pour Orange Bank. Ou encore des assistants personnels présents dans nos smartphones ou couplés à des enceintes connectées, comme Siri d’Apple, Cortana de Microsoft, Alexa d’Amazon et Djingo d’Orange. « Un jour, nous pourrons dialoguer avec ces assistants de manière naturelle, mais ce n’est pas encore le cas », constate Luc Julia, « père » de Siri d’Apple et désormais vice-président innovation de Samsung.

    Faibles, certes, « ces IA sont très efficaces pour remplir une tâche spécialisée », précise Nicolas Demassieux. Le patron de la recherche d’Orange ajoute : « L’intelligence humaine, elle, peut faire énormément de choses : raisonner, communiquer, manipuler des concepts, etc. Une IA qui reconnaît un chat dans une image ne maîtrise pas le concept de chat. L’IA faible actuelle est encore très très loin de ce que peut réaliser un humain ».

    La manière dont « pense » l’IA est l’un des problèmes que ne savent pas encore résoudre les chercheurs. C’est ce qu’on appelle le phénomène de la boîte noire.

    Pour l’instant, les systèmes d’intelligence artificielle fonctionnent en étant abreuvés de masses de données par des opérateurs humains. « Mais il nous manque encore un moyen de faire réfléchir la machine », explique Luc Julia. La manière dont « pense » l’IA est d’ailleurs un des problèmes que ne savent pas encore résoudre les chercheurs. C’est ce qu’on appelle le phénomène de la boîte noire : l’IA répond parfaitement à une tâche une fois entraînée, mais ne sait pas expliquer comment elle est arrivée à ce résultat. « L’expérience de l’IA n’est pas transmissible à l’humain et elle ne sait pas décrire son raisonnement », note Nicolas Demassieux.

     

    La singularité ? Une supercherie.

    L’IA actuelle est donc pour l’instant un ensemble de techniques qui s’améliorent peu à peu, mais encore très éloignées de l’androïde conscient et immortel des films de science-fiction. Jean-Gabriel Ganascia, auteur du Mythe de la Singularité 2 , pense que l’arrivée prochaine – Raymond Kurzweil évoque 2030 – d’une IA omnisciente et dangereuse est « une supercherie ».

    Ray Kurzweil au « Stanford Singularity Summit »

    « La singularité se base sur deux arguments, explique-t-il. Un : la loi de Moore, définie en 1964 par le fondateur d’Intel, qui établit que la puissance des processeurs double tous les 18 mois. Or, la technologie du silicium qui compose ces puces a des limites physiques. Deuxième argument : le machine learning permet aux IA de s’auto enseigner. Là encore, cet apprentissage a des limites. Quand on apprend, il faut à un moment introduire des notions totalement nouvelles comme l’ont fait Galilée ou Einstein. On ne sait pas comment une machine peut d’elle même établir ces nouveaux paradigmes. »

    Cette technologie perfectible a pourtant commencé à bouleverser nos modes de vie, et va continuer à le faire dans le futur, avec l’arrivée programmée des

    , des robots chirurgiens, des algorithmes avocats ou des majordomes virtuels. A Viva Technology, Stéphane Richard a rappelé que « l’intelligence artificielle offre un potentiel certain de croissance, à la fois pour l’économie comme pour l’humanité. Les innovations dérivées de l’IA vont devenir le centre névralgique des entreprises et de la société en général, et tous les acteurs doivent s’y préparer intellectuellement, politiquement, socialement ».

     Tout voir

    https://hellofuture.orange.com/fr/grand-format/intelligence-artificielle-entre-espoirs-et-dangers-pour-homme/?utm_source=Adyoulike&utm_medium=Espoirs-IBMWatson&utm_campaign=HelloFuture

     

     8 changements de l’IA

    dans nos vies

    Smartphones, automobiles, maison, commerce, relation client, santé et même justice, l’intelligence artificielle est une réalité dans bien des aspects de

    • Jusqu'à présent, tout va bien. La mise à feu statique d9 reports successifs !). Mais qui dit "mise à feu statique", dit fusée qui reste verrouillée au plancher des vaches. Le vrai décollage est prévu pour le 6 février 2018. Si ce jour-là la nouvelle fusée de SpaceX décolle sans encombre, elle deviendra le plus puissant lanceur en service. Avec une poussée maximale de 2500 tonnes délivrée par 27 moteurs Merlin - l'équivalent de 18 Boeing 747-, elle sera capable de mettre jusqu'à 63,8 tonnes en orbite basse, 26,7 tonnes en orbite de transfert géostationnaire, 16,8 tonnes vers Mars et 3,5 tonnes vers Pluton. Seule la fusée américaine Saturn V, qui a lancé les sondes du programme Apollo avant d'être retirée en 1973, a livré plus de charge utile en orbite.

    Sur le même sujet

    Progrès ou cauchemar ? Certains s’inquiètent de l’arrivée de robots intelligents destructeurs d’emplois, voire d’une IA consciente qui remplacerait l’humanité. D’autres y voient au contraire un nouveau champ de progrès pour l’Homme. Décryptage, entre fantasme et réalité.

    Les progrès rapides de l’intelligence artificielle (IA) annoncent une nouvelle ère, celle des machines capables d’apprendre par elles–mêmes
    (

    ) et de mimer les réseaux de neurones du cerveau humain pour un apprentissage profond ( ). Certes, aujourd’hui, l’IA est encore limitée. Les algorithmes d’IA sont très performants pour certains types de tâches bien précises, mais sont loin d’égaler les capacités cognitives très diversifiées d’un petit enfant. Et les type Djingo d’Orange ou Alexa d’Amazon ne peuvent pas encore répondre aux questions en langage naturel. Mais dans un futur plus ou moins proche, nous pourrions assister à la naissance de la machine consciente ou

    .

    Demain, Matrix ? Selon Raymond Kurzweil, pape du

    qui travaille chez Google, cette IA dotée de son propre libre arbitre dépassera l’homme et pourra fabriquer des machines encore plus intelligentes. Une perspective effrayante qui rappelle le film « Matrix » ou le Skynet de la saga « Terminator ».

    Néanmoins, la plupart des scientifiques restent sceptiques face à ces prévisions apocalyptiques, même si certaines figures respectées de la sphère technologique (Stephen Hawking, Elon Musk, Bill Gates) ont exprimé leur inquiétude.

    D’autres, au contraire, mettent en avant les nombreux services que vont rendre l’IA dans la santé (prédiction des cancers, génétique), le transport (voiture autonome, drones), l’éducation (apprentissage automatisé), le spatial (robots sur Mars ou d’autres planètes), la banque (robo-advisor), les services clients () ou le marketing (assistants personnels).

    Entre fascination et répulsion, l’intelligence artificielle ne laisse personne indifférent.

    Les autorités scientifiques, les chercheurs et les chefs d’entreprise se saisissent de cette question, à l’instar d’Orange qui voit cette révolution riche de promesses mais qui doit bénéficier au plus grand nombre.

     

     https://hellofuture.orange.com/fr/grand-format/intelligence-artificielle-entre-espoirs-et-dangers-pour-homme/?utm_source=Adyoulike&utm_medium=Espoirs-IBMWatson&utm_campaign=HelloFuture

     
     
     
    SOURCE

    https://www.sciencesetavenir.fr/ource


    votre commentaire
  • Après de nombreux retardements, « Falcon Heavy », le lanceur de l’agence spatiale SpaceX fondée par Elon Musk s'est enfin élancé dans l'espace mardi dernier. Cette réussite ouvre la voie à des perspectives commerciales, et selon l’ambition de son propriétaire Elon Musk, à des vols habités vers Mars

    Le mannequin Starman à bord de la Tesla rouge emportée dans la charge utile du Falcon Heavy 

    Le mannequin Starman à bord de la Tesla rouge emportée dans la charge utile du Falcon Heavy Crédits : HO / SPACEX - AFP

     

    Après de nombreux retardements, « Falcon Heavy », le lanceur de l’agence spatiale SpaceX fondée par Elon Musk s'est enfin élancé dans l'espace mardi dernier, devenant la fusée la plus puissante du monde aérospatiale actuellement. 

     
     
     

    Initialement conçue pour envoyer des hommes dans l’espace, elle n’a finalement emporté qu’un mannequin installé dans une voiture Tesla rouge, offrant néanmoins à des millions de spectateurs terrestres, des images dignes des meilleurs récits de science-fiction. Cette réussite ouvre la voie à de nouvelles perspectives commerciales, et même, selon l’ambition de son propriétaire Elon Musk, à des vols habités vers Mars. 

    Sommes-nous dans une nouvelle ère de la conquête spatiale avec la réussite des acteurs privés dans l’aérospatiale ? L’Agence Spatiale Européenne peut-elle rivaliser avec les lanceurs américains ? Quelles seront les prochaines étapes pour la conquête de Mars ?

     en savoir plus  Pari réussi pour la Falcon Heavy de SpaceX, lanceur ultra-puissant qui ouvre la voie à de nouvelles perspectives commerciales voire, selon son propriétaire milliardaire Elon Musk, à des voyages vers Mars

     Pour en parler dans les Matins, nous recevons Isabelle Sourbès-Verger géographe, chargée de recherche au CNRS, spécialiste de l’étude comparée des politiques spatiales dans leurs dimensions technologiques et politiques, auteure notamment de Un empire très céleste. La Chine à la conquête de l'espace (Dunod, 2008). 

     

     

    Isabelle Sourbès-Verger : " l'activité minière dans l'espace pose des problèmes de droit spatial. Aujourd'hui c'est le Luxembourg qui est à la pointe pour abriter les futurs entreprises qui voudront explorer ce marché "

     

    Elle sera rejointe en seconde partie d’émission par François Forget, directeur de recherche au CNRS,  à l'Institut Pierre Simon Laplace, auteur de La planète Mars, histoire d’un autre monde (Belin, 2006).

     

      Matins FranceCulture @Lesmatinsfcult

    François Forget : "l'ordre de grandeur d'un budget pour aller sur Mars, c'est entre 100 et 200 milliards d'euros."

    Conquête spatiale : Mars, ça repart ?
    09/02/2018
     
     

    Après de nombreux retardements, « Falcon Heavy », le lanceur de l’agence spatiale SpaceX fondée par Elon Musk s'est enfin élancé dans l'espace mardi dernier. Cette réussite ouvre la voie à des perspectives commerciales, et selon l’ambition de son propriétaire Elon Musk, à des vols habités vers Mars

    Le mannequin Starman à bord de la Tesla rouge emportée dans la charge utile du Falcon HeavyLe mannequin Starman à bord de la Tesla rouge emportée dans la charge utile du Falcon Heavy Crédits : HO / SPACEX - AFP

    Après de nombreux retardements, « Falcon Heavy », le lanceur de l’agence spatiale SpaceX fondée par Elon Musk s'est enfin élancé dans l'espace mardi dernier, devenant la fusée la plus puissante du monde aérospatiale actuellement. 

    Initialement conçue pour envoyer des hommes dans l’espace, elle n’a finalement emporté qu’un mannequin installé dans une voiture Tesla rouge, offrant néanmoins à des millions de spectateurs terrestres, des images dignes des meilleurs récits de science-fiction. Cette réussite ouvre la voie à de nouvelles perspectives commerciales, et même, selon l’ambition de son propriétaire Elon Musk, à des vols habités vers Mars. 

    Sommes-nous dans une nouvelle ère de la conquête spatiale avec la réussite des acteurs privés dans l’aérospatiale ? L’Agence Spatiale Européenne peut-elle rivaliser avec les lanceurs américains ? Quelles seront les prochaines étapes pour la conquête de Mars ?

    Pour en parler dans les Matins, nous recevons Isabelle Sourbès-Verger géographe, chargée de recherche au CNRS, spécialiste de l’étude comparée des politiques spatiales dans leurs dimensions technologiques et politiques, auteure notamment de Un empire très céleste. La Chine à la conquête de l'espace (Dunod, 2008). 

    Elle sera rejointe en seconde partie d’émission par François Forget, directeur de recherche au CNRS,  à l'Institut Pierre Simon Laplace, auteur de La planète Mars, histoire d’un autre monde (Belin, 2006).

    Intervenants

    • géographe, chargée de recherche au CNRS Centre Alexandre Koyré, spécialiste des questions de géopolitique de l'espace et des politiques spatiales

     

     

    L'Invité des Matins par Guillaume Erner

    du lundi au vendredi de 7h40 à 8h

    votre commentaire
  • Comment le superamas de galaxies Laniakea a-t-il été découvert et dans quel contexte? Quelles sont les nouvelles connaissances qu'elle nous a permis de mettre en évidence ? Quid des forces répulsives et attractives provenant d’entités lointaines exercées sur notre galaxie ?

    La Nébuleuse du HomardLa Nébuleuse du Homard Crédits : CC0

    Elle est notre deuxième grande exploratrice de la semaine : exploratrice au sens géographique du terme, ou plutôt cosmographique car grâce à ses travaux, nous savons un peu mieux où nous nous situons dans l’Univers, à des distances assez vertigineuses. En effet, après le système solaire, il y a notre galaxie, la Voie Lactée, incluse dans un Groupe Local, lui-même compris dans un ensemble d’environ 1 milliers d’autres galaxies, le superamas de la Vierge, qui est lui-même inclus, depuis sa découverte par notre invitée en 2014, dans un superamas encore plus vaste, nommé Laniakea. Cette découverte lui a valu d’être classée dans la liste des 50 personnalités les plus influentes de France :

    Hélène Courtois est notre invitée pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode Scientifique

    Le reportage du jour

    Rencontre avec Gary Mamon, astrophysicien à l’Institut d’astrophysique de Paris et spécialiste des amas de galaxies. Par Antoine Beauchamp : 

    Écouter
     
    LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Reportage "Les amas galaxies" avec Gary Mamon
    [réécoute] 
     

    Les références musicales

    Le titre du jour : "Laniakea" par Thomas Williams Hil

    Générique du début : "Music to watch space girls by" par Leonard Nimoy

    Générique de fin : "Bergschrund" par DJ Shadow

    Intervenants

    •  
    • Astrophysicienne spécialisée en cosmographie à l’Institut de physique nucléaire de Lyon

     

     

    La Méthode scientifique par Nicolas Martin

     

    Voir aussi :

    Regard d'une astrophysicienne | Télescope géant européen‎


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique