•  11 novembre  : l'histoire de l'Armistice de 1918 et les origines du jour férié

     

     

    11 NOVEMBRE - D'où vient cette fête marquée par un jour férié ?

    Que vous reste-t-il à découvrir sur la date du 11 novembre 1918 et l'armistice ? Quels autres faits gravitent autour de cet événement ? Linternaute.com vous fait voyager dans le temps.

     

    En France, le 11 novembre marque un jour ferié et un éventuel pont, mais il s'agit surtout de célébrer la signature d'un traité historique, l'Armistice de 1918 entre forces alliées et Allemagne à Rethondes (Oise). Ce jour symbolise depuis 97 ans la paix, en tant que dénouement de la Première guerre mondiale (la Grande Guerre). L'"Armistice du 11 novembre 1918" traduit alors officiellement la victoire des alliés et la défaite allemande. Le même jour, l'empereur d'Autriche Charles Ier renonce au trône... mettant fin à plus de 600 ans de règne : celui des Habsbourg sur l'Autriche. Par ailleurs, le 11 novembre fait aussi référence à la fête de Martin, saint-patron des Francs depuis 507. Dans cet article, Linternaute.com vous informe sur la date du 11 novembre et tous les faits qui lui sont liés, leur origine, leur histoire et leur signification. 

     

    Sommaire

     

    Egalement appelé Jour du Souvenir, le 315e jour de l'année (316e en cas d'année bissextile comme c'est le cas en 2016) entraîne l'unique "pont" du mois de novembre, weekend prolongé à la clé pour les salariés comme pour les travailleurs indépendants. En 2016, le 11 novembre tombe un vendredi et non un mercredi comme en 2015. En 2017, le jour férié du 11 novembre n'en sera pas vraiment un puisqu'il tombera un samedi. L’année d'après, le 11 novembre sera un dimanche.  Si le 11 novembre célèbre l’anniversaire de 1918, cette journée rend aussi hommage à tous les morts pour la France en vertu de la loi du 28 février 2012. 

     

    11 novembre 1918 : histoire et origines 

    Si le traité de Brest-Litovsk a permis à l’Allemagne, en provoquant la reddition de la Russie, de concentrer son armée sur le front de l’Ouest, les offensives allemandes de juin et juillet 1918 sont un échec… et le renfort des alliés (Américains et Britanniques) lui sera fatal.

    Le recul des forces allemandes commence en août, avec de lourdes pertes sur tout le front franco-belge. Dès septembre, l’Etat-Major allemand fait savoir à l’empereur Guillaume II qu’il n’y a plus d’espoir de gagner la guerre.

    Mais ce dernier, ainsi que les chefs militaires, ne sont pas prêts à assumer la défaite : il faudra encore deux mois pour que l’Armistice soit "négociée" et signée. Mais ça sent la fin. En août 1918 débute une offensive franco-britannique qui ne s’arrêtera plus. Dans ses mémoires, Erich Ludendorff, alors général en chef des armées allemandes, parle de la date du 8 août comme d’un "jour de deuil de l’armée allemande" : il sait à ce moment-là que la guerre est perdue pour de bon. 
    Dès le début de l’automne, les armistices des fronts orientaux (le 29 septembre 1918 pour la Bulgarie ; le 30 octobre 1918 pour l’empire ottoman et le 3 novembre pour l’Autriche-Hongrie), bien que moins connus que celui du 11 novembre à Rethondes, auront de lourdes conséquences.

    Ils contribuent à la défaite de l’Allemagne et provoquent la chute de trois empires. Sans parler de la zizanie qu’ils créent entre nations vaincues, victorieuses (comme les Tchèques, Serbes, Roumains, Polonais) et celles qui, s’étant ralliées trop tard aux vainqueurs, ne bénéficient pas de l’indépendance (Ukrainiens, Slovaques…).

    Les armistices orientaux créent de toute façon une "brèche" que l’Allemagne ne sera pas en mesure de colmater. En octobre, Ludendorff démissionne et des mutineries éclatent outre-Rhin. En parallèle, le président américain Wilson est chargé de prendre en main le retour de la paix, dans la même veine que les 14 points qu’il avait proposés en janvier dans un discours choc.

    Des notes sont échangées avec les Allemands sur les modalités. Le 5 novembre, une demande officielle d’armistice de l’état-major allemand parvient à la France sous forme de message morse. La date historique est finalement fixée six jours plus tard. La fin de la guerre sera actée dans un wagon stationné non loin du front et du quartier général allié.

    -----------

    ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE - Comment le Président commémore-t-il l'armistice du 11 novembre 1918 cette année ? Quels sont ses enjeux à un an de la fin du centenaire ? Et ses polémiques ? 

    Eclairages et page spéciale.
     

    http://www.linternaute.com/actualite/societe/1256729-11-novembre-2015-l-histoire-de-l-armistice-de-1918-et-les-origines-du-jour-ferie/


    votre commentaire
  • Les 47 anciens salariés d'Ardennes-Forges (usine de fonte, spécialisée dans la production de pièces automobiles) se voient obligés, par décision de justice, de rembourser leurs indemnités de licenciement, des sommes allant de 12 000 à 20 000 euros.

    Pendant la lutte, en 2008.Pendant la lutte, en 2008. Crédits : Angel Garcia / Photo PQR / L'union de Reims - Maxppp

    Ils avaient attaqué leur ancien patron aux Prud'hommes il y a une dizaine d'années pour licenciement abusif et travail dissimulé. Ils avaient obtenu gain de cause.

    Jean-Michel PrusinowskiJean-Michel Prusinowski Crédits : Emilie Chaudet
     
    Fanny et Stéphane Cossardeaux
     
    Fanny et Stéphane Cossardeaux Crédits : Emilie Chaudet

    **Chanson de fin : "Puisse le jour" par Armelle Dumoulin Feat. Bertrand Belin - Album : "T'avoir connu" (2016) - Label : Le furieux.

    **

    • Reportage : Emilie Chaudet
    • Réalisation : Cécile Laffon

    votre commentaire
  • Les chiffres sont alarmants : un quart des salariés va travailler avec la boule au ventre, plus d'un tiers affirme avoir fait un burn-out et 43 % ressentent des douleurs à cause de leur métier. Derrière le succès de certaines grandes entreprises se cachent parfois des méthodes de management ravageuses.

    Lidl, enseigne majeure de la grande distribution, est sortie du hard-discount en bouleversant le fonctionnement des magasins comme des entrepôts.

     

    A quel prix ? Enquête chez Free, auprès des salariés employés dans les centres d'appels, les «ouvriers du XXIe siècle», selon Xavier Niel, son dirigeant. Présenté par Elise Lucet

     

    le 27 sept. 2017

     

    France 2 #cashinvestigation

     

    Toutes l'actualité de Cash Investigation http://www.francetvinfo.fr/replay-mag...

     

    https://www.facebook.com/cashinvestig...

     

    Twitter: @cashinvestigation

     

     Cash investigation - Salariés à prix cassé : le grand scandale / intégrale

     
     
    Cash investigation - Salariés à prix cassé : le grand scandale Depuis son instauration en 1996, la directive européenne 96/71/CE sur le détachement des travailleurs a bénéficié à plusieurs millions de salariés.
     
    En quinze ans, le recours à ces travailleurs n'a cessé d'augmenter. La fraude sociale des entreprises s'est, elle aussi, envolée.
     
    En 2010, en France, on estimait à 300 000 le nombre de travailleurs détachés non déclarés contre un peu plus de 200 000 «salariés légalement détachés».
     
    Soit un manque à gagner estimé à 380 millions d'euros pour le système de protection sociale. Le premier reportage de ce numéro de «Cash investigation» fait découvrir le chantier du terminal méthanier de Dunkerque, où des travailleurs détachés ont été exploités et dont la vie a parfois été mise en danger.
     
    Elise Lucet France 2 Le magazine d'enquête de France 2 revient à l'antenne avec encore de nombreuses révélations sur des dossiers brûlants Toutes l'actualité de Cash Investigation
     
     
    Twitter: @cashinvestigati
     
    Ajoutée le 23 mars 2016
     
     
     
     
     Abonnez-vous et retrouvez toutes nos émissions :
     
     
     
    Ils n'ont rien inventé,
    mais ça  s'est bien aggravé ...
     Résultat de recherche d'images pour "emoticone"
     

    votre commentaire
  • Alors que le gouvernement annonce la suppression de contrats aidés et la baisse des APL, que le Président de la République promet aussi de supprimer l’ISF, le Secours Populaire a publié jeudi dernier son baromètre des inégalités faisant état de 9 millions de pauvres en France.

    Un SDF dort sur une bouche d'aération de métro pour se tenir chaud devant une boutique d'achat et de vente d'or, à Paris le 29 janvier 2017

    Un SDF dort sur une bouche d'aération de métro pour se tenir chaud devant une boutique d'achat et de vente d'or, à Paris le 29 janvier 2017 Crédits : OLIVIER MORIN - AFP

    Alors qu’Emmanuel Macron déclarait également « ne rien vouloir céder aux fainéants », et que plus de deux tiers des français estiment que la lutte contre l’assistanat est une priorité, la représentation des pauvres dans la société française a-t-elle changée ?

    Quel regard portent les riches sur les pauvres ?

    Serge Paugam, vous êtes sociologue, directeur d'études et responsable de la formation doctorale Sociologie à l'EHESS. Vous publiez « Ce que les riches pensent des pauvres » avec Bruno Cousin, Camila Giorgetti et Jules Naudet, disponible à partir de demain, aux éditions du Seuil.

     

     


    votre commentaire
  • Revenu, patrimoine, école, genre, santé, territoire, université : sept graphiques accompagnent la journée spéciale de France Culture "Inégalités en France : comment établir une justice sociale ?"

     

    Paris, mars 2015 

    Paris, mars 2015 Crédits : KENZO TRIBOUILLARD - AFP

     

    Voici sept inégalités sociales qui font, et vont faire débat lors de ces mois de campagne électorale à venir :

     

    1- Inégalités de revenus

    Inégalités de revenus en FranceInégalités de revenus en France Crédits : Camille Renard - Radio France

     Depuis les années 1990, l'écart des revenus progresse entre les plus riches et plus pauvres. Plus précisément, depuis les années 2000, les plus riches s'enrichissent. Et depuis les années 2010, les inégalités ne progressent plus seulement par le haut : les 10% les plus pauvres s'appauvrissent. Entre 2003 et 2014, leur niveau de vie diminue d'environ 30 euros par mois. Pendant la même période, le niveau de vie des 10% les plus riches augmente de plus de 272 euros par mois.

     

    A écouter : "Cartographie des inégalités françaises", Les Matins du 9 janvier 2017, avec Daniel Cohen, économiste

     

    2- Inégalités de patrimoine

    Inégalités de patrimoine en FranceInégalités de patrimoine en France Crédits : Camille Renard - Radio France

     

    Les 10% les plus fortunés détiennent près de la moitié du patrimoine, les 1% les plus riches en détiennent 16%, alors que les 50% les moins riches en détiennent 6%. Les méthodes de calcul de l'Insee ont changé, ce qui empêche toute analyse d'une évolution fiable sur le temps long. Mais entre 2010 et 2015, les inégalités de patrimoine sont restées stables, notamment à cause de la stagnation des prix de l'immobilier. NB : Le patrimoine est égal à la somme de ce que possède un individu (logements, terrains, comptes bancaires, actions, obligations, assurance vie..) moins ses dettes.

     

    A écouter : "Inégalité, inégalités", conférence de Hélène Périvier, économiste et Patrick Savidan, philosophe

     

    3- Inégalités femmes - hommes

    Inégalités de salaire femmes-hommes en FranceInégalités de salaire femmes-hommes en France Crédits : Camille Renard - Radio France

    Ce chiffre recouvre entre autres celui de la répartition des emplois en temps partiel : 6% des hommes contre 30% des femmes. En 2015, 1,2 million de femmes salariées sont en situation de temps partiel subi, contre 471 000 hommes. Pour des temps complets, les femmes sont rémunérées 16,3 % de moins, et à poste et expérience équivalents, elles touchent 12,8 % de moins. Plus on monte dans la hiérarchie, plus les écarts se creusent : une femme cadre touche un quart de moins qu'un homme à poste équivalent. Encore largement défavorisées dans le monde professionnel, les femmes occupent plus souvent des emplois de mauvaise qualité à temps partiel, souvent subi, avec de moindres responsabilités.

     

    A écouter : "Le travail : aux sources des inégalités femme-homme", La Grande table, 2e partie, avec la sociologue Margaret Maruani

     

    4- Inégalités scolaires

    Inégalités scolaires en FranceInégalités scolaires en France Crédits : Camille Renard - Radio France

     

    Sur les 200 000 élèves qui "décrochent" de leurs études avant le bac, près de la moitié ont un père ouvrier, alors qu'ils ne sont qu'un tiers des non-décrocheurs. Parmi les raisons du décrochage, le non respect du choix d'orientation en première est majoritaire (38 %). Les enfants de diplômés sont ainsi favorisés dans un système académique et sélectif et dans une société qui continue à donner une grande importance au titre scolaire.

     

    A écouter : "L'école sur mesure pour 150.000 décrocheurs", Le Magazine de la Rédaction

     

    5- Inégalités des territoires

    Inégalité des territoires en FranceInégalité des territoires en France Crédits : Camille Renard - Radio France

    Les chiffres du chômage contrastent selon les territoires : du simple au double en France métropolitaine (6,5% de chômage en Lozère, 16% dans les Pyrénées orientales), à près du quintuple avec les départements d'outre-mer (29% à La Réunion). Ils masquent cependant un large faisceau de raisons : composition de la population, état de l'activité économique... Les jeunes Lozériens vont par exemple chercher du travail dans un département limitrophe comme l'Hérault, qui voit ainsi son taux de chômage s'accroître, du fait même de son dynamisme économique.

     

    A écouter : "Quelle égalité des territoires dans la France de demain ?", Planète Terre

     

    6- Inégalités de l'espérance de vie

    Inégalité de l'espérance de vie en FranceInégalité de l'espérance de vie en France Crédits : Camille Renard - Radio France

     

    A 35 ans, un homme cadre supérieur vit encore en moyenne 49 ans, et un ouvrier, 42 ans, soit six ans d’écart. Chez les femmes, la différence est divisée par deux. La qualité et l’accessibilité du système de soins jouent un rôle secondaire par rapport aux conditions et à la durée du travail, l’attention portée au corps, l’alimentation ou les modes de vie en général : consommation d’alcool ou de tabac, pratiques à risque...

     

    A écouter : "Accroissement des inégalités en santé", Révolutions médicales

     

    7- Inégalités dans l'enseignement supérieur

    Inégalités dans l'enseignement supérieur Inégalités dans l'enseignement supérieur Crédits : Camille Renard - Radio France

     

    Les jeunes issus de milieux ouvriers sont largement sous-représentés dans l'enseignement supérieur, toutes filières confondues, alors qu'ils représentent près de 30% de cette classe d'âge. Non seulement ils disparaissent au fil des années d'étude, mais dans les filières sélectives comme les classes préparatoires et les écoles d'ingénieurs, ils ne représentent que 6% des effectifs. C'est dans les Ecoles normales supérieures qu'ils sont les moins nombreux : les enfants de cadres sont 20 fois plus nombreux, alors que les enfants d'ouvriers ne représentent que 2,7% des effectifs.

     

    A écouter : "Cartographie des inégalités françaises", Les Matins du 9 janvier 2017, avec Monique Canto-Sperber, philosophe, auteure de "L’oligarchie de l’excellence" (PUF), et "Inégalités scolaires : l’éternel défi de l’école française", La Grande Table, 2e partie

     

    Sources : Observatoire des inégalités, Insee, Centre d'Observation de la société, ministère du Travail.

    Camille Renard

     

    Sur France Culture

    La suite :

    https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins-2eme-partie/cartographie-des-inegalites-francaises-2eme-partie


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique