• "La sédentarité et l'inactivité physique", favorisées par le confinement pour freiner l'épidémie de Covid-19, "conduisent à un risque augmenté de surpoids et d'obésité pendant l'adolescence", détaille Irène Margaritis, cheffe de l'unité d'évaluation des risques liés à la nutrition de l'agence sanitaire (Anses).

    Un jeune homme joue à la console de jeu. Image d'illustration.Un jeune homme joue à la console de jeu. Image d'illustration. © AFP / heshphoto / Image Source

    C'est sans doute l'un des effets du confinement et des restriction de circulation chez les jeunes. Trop d'écrans, pas assez de sport ou d'activité physique ; l'Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation et de l'environnement alerte sur la sédentarité. Le temps passé devant les écrans, sans aucune activité physique, provoque en effet des risques importants qui concernent aujourd'hui deux tiers des jeunes en France. 

    66% des ados concernés

    C'est une grosse majorité, 66% des adolescents de 11 à 17 ans, qui reste plus de deux heures par jour sédentaires, le plus souvent devant des écrans. Un premier risque, cumulé avec un second : l'activité physique quotidienne est inférieure à une heure. "Une chose est sûre, la sédentarité et l'inactivité physique conduisent à un risque augmenté de surpoids et d'obésité pendant l'adolescence", détaille Irène Margaritis, cheffe de l'unité d'évaluation des risques liés à la nutrition de l'agence sanitaire. 

    "Très souvent, ces jeunes, qui sont insuffisamment actifs ou sédentaires, vont pérenniser ces comportements-là pour avoir le même type à l'âge adulte, ce qui va les exposer à des risques cardiovasculaires, des risques de certains cancers", poursuit-elle. 

    Un cours de sport d'une classe de 6e au collège Jules Verne, à Rosières-en-Santerre  À écouter  -   Info La sédentarité, mal de la jeunesse actuelle et future "bombe sanitaire"

    4 min

    Se déplacer à vélo ou à pied

    Il y a même une explosion de sédentarité chez 17% de ces adolescents, qui passent 4 heures 30 par jour devant un écran, avec moins de 20 minutes d'activité physique. "Il faut se dire que la sédentarité et l'inactivité physique sont des facteurs de risques en tant que tels. Ce n'est pas forcément le modèle qu'on a en tête : on se dit que, finalement, l'inactivité physique, c'est bien si on en fait plus mais que si on n'en fait pas trop, ce n'est pas trop grave. Mais ce n'est pas comme ça qu'on devrait voir les choses puisque, aujourd'hui, on arrive à un niveau d'inactivité physique qui expose à des risques sanitaires." 

    L'Anses le souligne : il faut repenser nos modes de vie, l'urbanisme des villes par exemple, qui doit inciter à davantage de déplacements à vélo ou à pied.


    votre commentaire
  •  

    Ils surveillent les autoroutes avec un drone Suivez nous sur les réseaux :
     
     
     
     

     

     

     

    votre commentaire
  •  11 novembre  : l'histoire de l'Armistice de 1918 et les origines du jour férié

     

     

    11 NOVEMBRE - D'où vient cette fête marquée par un jour férié ?

    Que vous reste-t-il à découvrir sur la date du 11 novembre 1918 et l'armistice ? Quels autres faits gravitent autour de cet événement ? Linternaute.com vous fait voyager dans le temps.

     

    En France, le 11 novembre marque un jour ferié et un éventuel pont, mais il s'agit surtout de célébrer la signature d'un traité historique, l'Armistice de 1918 entre forces alliées et Allemagne à Rethondes (Oise). Ce jour symbolise depuis 97 ans la paix, en tant que dénouement de la Première guerre mondiale (la Grande Guerre). L'"Armistice du 11 novembre 1918" traduit alors officiellement la victoire des alliés et la défaite allemande. Le même jour, l'empereur d'Autriche Charles Ier renonce au trône... mettant fin à plus de 600 ans de règne : celui des Habsbourg sur l'Autriche. Par ailleurs, le 11 novembre fait aussi référence à la fête de Martin, saint-patron des Francs depuis 507. Dans cet article, Linternaute.com vous informe sur la date du 11 novembre et tous les faits qui lui sont liés, leur origine, leur histoire et leur signification. 

     

    Sommaire

     

    Egalement appelé Jour du Souvenir, le 315e jour de l'année (316e en cas d'année bissextile comme c'est le cas en 2016) entraîne l'unique "pont" du mois de novembre, weekend prolongé à la clé pour les salariés comme pour les travailleurs indépendants. En 2016, le 11 novembre tombe un vendredi et non un mercredi comme en 2015. En 2017, le jour férié du 11 novembre n'en sera pas vraiment un puisqu'il tombera un samedi. L’année d'après, le 11 novembre sera un dimanche.  Si le 11 novembre célèbre l’anniversaire de 1918, cette journée rend aussi hommage à tous les morts pour la France en vertu de la loi du 28 février 2012. 

     

    11 novembre 1918 : histoire et origines 

    Si le traité de Brest-Litovsk a permis à l’Allemagne, en provoquant la reddition de la Russie, de concentrer son armée sur le front de l’Ouest, les offensives allemandes de juin et juillet 1918 sont un échec… et le renfort des alliés (Américains et Britanniques) lui sera fatal.

    Le recul des forces allemandes commence en août, avec de lourdes pertes sur tout le front franco-belge. Dès septembre, l’Etat-Major allemand fait savoir à l’empereur Guillaume II qu’il n’y a plus d’espoir de gagner la guerre.

    Mais ce dernier, ainsi que les chefs militaires, ne sont pas prêts à assumer la défaite : il faudra encore deux mois pour que l’Armistice soit "négociée" et signée. Mais ça sent la fin. En août 1918 débute une offensive franco-britannique qui ne s’arrêtera plus. Dans ses mémoires, Erich Ludendorff, alors général en chef des armées allemandes, parle de la date du 8 août comme d’un "jour de deuil de l’armée allemande" : il sait à ce moment-là que la guerre est perdue pour de bon. 
    Dès le début de l’automne, les armistices des fronts orientaux (le 29 septembre 1918 pour la Bulgarie ; le 30 octobre 1918 pour l’empire ottoman et le 3 novembre pour l’Autriche-Hongrie), bien que moins connus que celui du 11 novembre à Rethondes, auront de lourdes conséquences.

    Ils contribuent à la défaite de l’Allemagne et provoquent la chute de trois empires. Sans parler de la zizanie qu’ils créent entre nations vaincues, victorieuses (comme les Tchèques, Serbes, Roumains, Polonais) et celles qui, s’étant ralliées trop tard aux vainqueurs, ne bénéficient pas de l’indépendance (Ukrainiens, Slovaques…).

    Les armistices orientaux créent de toute façon une "brèche" que l’Allemagne ne sera pas en mesure de colmater. En octobre, Ludendorff démissionne et des mutineries éclatent outre-Rhin. En parallèle, le président américain Wilson est chargé de prendre en main le retour de la paix, dans la même veine que les 14 points qu’il avait proposés en janvier dans un discours choc.

    Des notes sont échangées avec les Allemands sur les modalités. Le 5 novembre, une demande officielle d’armistice de l’état-major allemand parvient à la France sous forme de message morse. La date historique est finalement fixée six jours plus tard. La fin de la guerre sera actée dans un wagon stationné non loin du front et du quartier général allié.

    -----------

    ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE - Comment le Président commémore-t-il l'armistice du 11 novembre 1918 cette année ?

    https://www.linternaute.com/sortir/guide-des-loisirs/1256729-11-novembre-2020-les-ceremonies-de-l-armistice-sans-public-le-programme/

     


    votre commentaire
  •  

    En 2018, en France, les actes antisémites ont augmenté de 74%. Il y a les événements spectaculaires, mais aussi un antisémitisme banalisé mais tout aussi terrifiant : agressions, insultes, menaces, tags, courriers… Pour "Envoyé spécial", des victimes témoignent. En 2018, en France, les actes antisémites ont augmenté de 74%, suscitant indignation et stupeur. Il y a les actes spectaculaires comme la profanation du cimetière juif de Quatzenheim, dans le Bas-Rhin, ou ces croix gammées sur le portrait de Simone Veil à Paris, en février 2019. Il y a aussi ces actes du quotidien : agressions, insultes, menaces, tags, courriers. Menacés, harcelés, humiliés... Pour "Envoyé spécial", ce père de famille raconte un antisémitisme permanent, banalisé mais tout aussi terrifiant : il a vu la porte de son appartement taguée et a reçu une lettre menaçant sa famille.

    C’est le récit de ce couple de retraités cambriolé, ligoté et frappé dans son pavillon. C’est le témoignage de cette étudiante humiliée et harcelée par les camarades de son université… Une enquête d'Elise Menand et Kristian Autain

     

     

    Antisémitismes (replay)

    disponible jusqu'au 27.02.20

    Ce documentaire retrace l'histoire de l'antisémitisme dans une France quittée par un nombre croissant de juifs en proie à l'insécurité.

    70 ans après la Shoah, les actes antisémites sont de retour sous les feux de l'actualité et dépassent les simples graffitis nauséabonds. L'antisémitisme tue encore et ce film retrace à travers des faits marquants comme l’Affaire Dreyfus ou le meurtre de Mireille Knoll l’an dernier, les mutations de l’antisémitisme mais aussi ses constantes. Il démontre la manière dont les vieilles haines sont instrumentalisées pour en alimenter de nouvelles en France et en Europe bien plus complexes. La recrudescence de l'antisémitisme et les attaques djihadistes contre les « croisés et les juifs» relance également le débat sur les forces sociales qui entretiennent ce mouvement. Comment les traditions et stéréotypes antijuifs médiévaux ont alimenté un mouvement antisémite moderne bien plus complexe et plus meurtrier ? Le documentaire sera etayé par des propos de l'essayiste Delphine Horvilleur, du journaliste Michel Wieviorka et des historiens Philippe Oriol, Denis Chabrot et Grégoire Kauffmann.

    réalisé par : Ilan Ziv

     

    Chronique d'un antisémitisme d'aujourd'hui

    disponible jusqu'au 05.02.20

    Ce film prend Toulouse pour laboratoire de la dérive de la société française qui assiste à des répétitions de violences contre les citoyens juifs et la montée d'un climat délétère. Après plusieurs siècles d'intégration, l'antisémitisme pousse les juifs à s'installer dans un exil intérieur, dernière étape avant le «judaïsme clandestin». Depuis l'attentat de l'école Ozar Hatorah, qui a coûté la vie à trois enfants et à un professeur en 2012, la communauté juive vit au quotidien dans une inquiètude sourde. Ce film tente de démontrer que l'hostilité et le ressentiment que suscitent les juifs doit être un problème qui concerne tous les Français.

    réalisé par : Georges Benayoun

    https://www.france.tv/documentaires/societe/1150889-chronique-d-un-antisemitisme-d-aujourd-hui.html

     

    Ne composez jamais avec l'extrémisme, le racisme, l'antisémitisme ou le rejet de l'autre. Dans notre histoire, l'extrémisme a déjà failli nous conduire à l'abîme.

    C'est un poison. Il divise. Il pervertit, il détruit.

    Tout dans l'âme de la France dit non à l'extrémisme.

    Jacques Chirac

    Déclaration du chef de l'Etat

    communiqué par l'Elysée, dimanche 11 mars 2007

     


    votre commentaire
  • Interview, réalisée et montée par Diane Ermel et Marine Nozerand. Raphaëlle n’en revient pas : elle a été virée de son poste d’animatrice des écoles parce que son obésité ferait peur aux enfants !

    À Pôle Emploi, Raphaëlle est confiante : elle a un diplôme, une expérience professionnelle, tout va bien.

    Et pourtant, même discours frontal : aucune chance de retrouver un boulot si elle ne maigrit pas… « Pas question ! », s’indigne Raphaëlle.

    Mais la réalité la rattrape, sa situation se dégrade, et c’est un véritable combat que va devoir mener Raphaëlle : un combat pour sa survie et le droit d’être qui elle est. Fiction 90 min Réalisée par Murielle Magellan Écrite par Murielle Magellan et Sandrine Roudeix D'après le livre de Gabrielle Deydier

    On ne naît pas grosse aux Éditions Goutte d'Or

    Directrice littéraire Lolita Franchet Production Barjac Production Musique Bertrand Belin

    Une coproduction France Télévisions Avec : Juliette Katz (Raphaëlle), Julie Delarme (Judith),

    Antoine Duléry (Jacques) Évelyne Bouix (Monique), Camille Japy (Noémie), Christopher Bayemi (Désiré)...

     

     
     
     
     
     
    Chroniqueuse : Laura Tenoudji
     

    Télé Matin

    Grossophobie : victimes de préjugés à cause de leur poids - Ça commence aujourd'hui

     

    Abonnez-vous pour ne rien rater des nouveaux épisodes : http://bit.ly/YouTubeCCA

    Replay de l'émission "Ça commence aujourd’hui" diffusée le 22/09/2017 à 14h sur France 2

    . Retrouvez l'émission sur les réseaux sociaux : Facebook : http://bit.ly/FbCCA

    Twitter : https://twitter.com/CaCommenceAuj

     

     

    Ça commence aujourd'hui

     

     PSYCHO - 16%. C’est la proportion de personnes obèses que compte la France. Malgré ce chiffre, elles sont encore majoritairement absentes de l’espace public et la cible de moqueries et discriminations. C’est ce dont témoigne un téléfilm de Murielle Magellan intitulé “Moi, grosse”

     

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/lobesite-nest-pas-quune-question-dalimentation_fr_5cd98d0be4b0c388e584ff3ehttps://www.huffingtonpost.fr/entry/lobesite-nest-pas-quune-question-dalimentation_fr_5cd98d0be4b0c388e584ff3e


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique