• Interview, réalisée et montée par Diane Ermel et Marine Nozerand. Raphaëlle n’en revient pas : elle a été virée de son poste d’animatrice des écoles parce que son obésité ferait peur aux enfants !

    À Pôle Emploi, Raphaëlle est confiante : elle a un diplôme, une expérience professionnelle, tout va bien.

    Et pourtant, même discours frontal : aucune chance de retrouver un boulot si elle ne maigrit pas… « Pas question ! », s’indigne Raphaëlle.

    Mais la réalité la rattrape, sa situation se dégrade, et c’est un véritable combat que va devoir mener Raphaëlle : un combat pour sa survie et le droit d’être qui elle est. Fiction 90 min Réalisée par Murielle Magellan Écrite par Murielle Magellan et Sandrine Roudeix D'après le livre de Gabrielle Deydier

    On ne naît pas grosse aux Éditions Goutte d'Or

    Directrice littéraire Lolita Franchet Production Barjac Production Musique Bertrand Belin

    Une coproduction France Télévisions Avec : Juliette Katz (Raphaëlle), Julie Delarme (Judith),

    Antoine Duléry (Jacques) Évelyne Bouix (Monique), Camille Japy (Noémie), Christopher Bayemi (Désiré)...

     

     
     
     
     
     
    Chroniqueuse : Laura Tenoudji
     

    Télé Matin

    Grossophobie : victimes de préjugés à cause de leur poids - Ça commence aujourd'hui

     

    Abonnez-vous pour ne rien rater des nouveaux épisodes : http://bit.ly/YouTubeCCA

    Replay de l'émission "Ça commence aujourd’hui" diffusée le 22/09/2017 à 14h sur France 2

    . Retrouvez l'émission sur les réseaux sociaux : Facebook : http://bit.ly/FbCCA

    Twitter : https://twitter.com/CaCommenceAuj

     

     

    Ça commence aujourd'hui

     

     PSYCHO - 16%. C’est la proportion de personnes obèses que compte la France. Malgré ce chiffre, elles sont encore majoritairement absentes de l’espace public et la cible de moqueries et discriminations. C’est ce dont témoigne un téléfilm de Murielle Magellan intitulé “Moi, grosse”

     

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/lobesite-nest-pas-quune-question-dalimentation_fr_5cd98d0be4b0c388e584ff3ehttps://www.huffingtonpost.fr/entry/lobesite-nest-pas-quune-question-dalimentation_fr_5cd98d0be4b0c388e584ff3e


    votre commentaire
  • Un Français sur quatre vit aujourd’hui en zone inondable. Le changement climatique n'est pas seul en cause : depuis des dizaines d’années, on construit sur des zones à risque, et des surfaces naturelles sont "bétonnées", laissant l'eau ruisseler et se transformer en torrents meurtriers.

    Quinze morts et une centaine de blessés dans l’Aude en octobre 2018 après des pluies torrentielles ; 21 morts et 65 000 sinistrés sur la Côte d’Azur en 2015 ; et la Seine qui menace de paralyser Paris depuis plusieurs hivers…

    Ces catastrophes naturelles, qu’on pensait rarissimes, semblent se multiplier. 850 000 personnes sous la menace d'une crue de la Seine. Un Français sur quatre vit aujourd’hui en zone inondable, parfois sans le savoir.

    Dans la seule région parisienne, 850 000 personnes sont sous la menace d’une crue de la Seine. Certaines communes y sont même 100% inondables. Comment en est-on arrivé là ?

    Le changement climatique n’explique pas tout. Depuis des dizaines d’années, le béton coule à flot, des pavillons de plain-pied sont construits sur des zones à risque, des surfaces naturelles sont "bétonnées", laissant l'eau ruisseler et se transformer en torrents meurtriers. Un reportage d’Olivier Sibille, Mathieu Dreujou et Alexandra Kogan

     

    Envoyé Spécial


    votre commentaire
  • Musique: Le chant du départ!
     

    Le Chant du départ est un chant révolutionnaire et un hymne à la liberté contre toute forme de despotisme, écrit par Étienne Nicolas Méhul (pour la musique) et Marie-Joseph Chénier (pour les paroles) en 1794. Cet "Hymne" a été pour la toute première fois exécuté à Fleurus afin de célébrer la victoire sur les coalisés1. Le Comité de Salut Public demanda son exécution le 14 juillet 1794 pour célébrer l'anniversaire de la Prise de la Bastille2. Il fut utilisé lors de la Première Guerre mondiale pour exalter les soldats partant au front lors de la mobilisation (la « fleur au fusil )
     

    Ce chant fut appelé le « frère de La Marseillaise » par les soldats républicains. Composé le 14 juillet 1794, il est ensuite présenté à Robespierre, qui le qualifie de « poésie grandiose et républicaine qui dépasse tout ce qu'a fait ce girondin de Chénier » . Le chant est tout d'abord exécuté par l'orchestre et les chœurs de l'Institut national de musique le 14 juillet 1794.

      

    Il est immédiatement imprimé à près de 18 000 exemplaires et distribué aux 14 armées de la République. Le titre original est Hymne à la liberté

    (le nom fut changé par Robespierre)

     

     

    Le 14 juillet, histoire d'une Fête nationale

     
    Le 14 juillet est associé à la prise de la Bastille et à l'insurrection populaire de 1789. En le promulguant Fête nationale en 1880, la IIIe République choisit de retenir officiellement la date du 14 juillet 1790, jour de la fête de la Fédération. Dans les faits, les Français fêtent traditionnellement ces deux dates emblématiques de leur histoire associée à la République.
     

    https://www.gouvernement.fr/14-juillet


    votre commentaire
  •  

    Zango Média : http://zangomedia.fr

    Par un beau weekend de mai, au cœur de l’Ariège, nous sommes allés à la rencontre d’un personnage

    unique en son genre: Benjamin Lesage.

    Depuis quelques années, celui-ci s’attache à communiquer (conférences, rédactions d’articles, livres) sur le fait de vivre plus simplement, voire sans argent.

    Dans le cadre d’un travail universitaire il part accompagné de deux amis avec comme but de traverser l’atlantique sans un sou. A son retour, 2 ans plus tard, il n’a plus qu’une seule idée en tête; fonder sa communauté où aucun échange ne passe plus par l’argent. Zango Média vous propose de découvrir la vie de Benjamin Lesage.

    Dans les prochaines vidéos des Rencontres, vous rencontrerez d'autres acteurs du changement.

     


    votre commentaire
  •  11 novembre  : l'histoire de l'Armistice de 1918 et les origines du jour férié

     

     

    11 NOVEMBRE - D'où vient cette fête marquée par un jour férié ?

    Que vous reste-t-il à découvrir sur la date du 11 novembre 1918 et l'armistice ? Quels autres faits gravitent autour de cet événement ? Linternaute.com vous fait voyager dans le temps.

     

    En France, le 11 novembre marque un jour ferié et un éventuel pont, mais il s'agit surtout de célébrer la signature d'un traité historique, l'Armistice de 1918 entre forces alliées et Allemagne à Rethondes (Oise). Ce jour symbolise depuis 97 ans la paix, en tant que dénouement de la Première guerre mondiale (la Grande Guerre). L'"Armistice du 11 novembre 1918" traduit alors officiellement la victoire des alliés et la défaite allemande. Le même jour, l'empereur d'Autriche Charles Ier renonce au trône... mettant fin à plus de 600 ans de règne : celui des Habsbourg sur l'Autriche. Par ailleurs, le 11 novembre fait aussi référence à la fête de Martin, saint-patron des Francs depuis 507. Dans cet article, Linternaute.com vous informe sur la date du 11 novembre et tous les faits qui lui sont liés, leur origine, leur histoire et leur signification. 

     

    Sommaire

     

    Egalement appelé Jour du Souvenir, le 315e jour de l'année (316e en cas d'année bissextile comme c'est le cas en 2016) entraîne l'unique "pont" du mois de novembre, weekend prolongé à la clé pour les salariés comme pour les travailleurs indépendants. En 2016, le 11 novembre tombe un vendredi et non un mercredi comme en 2015. En 2017, le jour férié du 11 novembre n'en sera pas vraiment un puisqu'il tombera un samedi. L’année d'après, le 11 novembre sera un dimanche.  Si le 11 novembre célèbre l’anniversaire de 1918, cette journée rend aussi hommage à tous les morts pour la France en vertu de la loi du 28 février 2012. 

     

    11 novembre 1918 : histoire et origines 

    Si le traité de Brest-Litovsk a permis à l’Allemagne, en provoquant la reddition de la Russie, de concentrer son armée sur le front de l’Ouest, les offensives allemandes de juin et juillet 1918 sont un échec… et le renfort des alliés (Américains et Britanniques) lui sera fatal.

    Le recul des forces allemandes commence en août, avec de lourdes pertes sur tout le front franco-belge. Dès septembre, l’Etat-Major allemand fait savoir à l’empereur Guillaume II qu’il n’y a plus d’espoir de gagner la guerre.

    Mais ce dernier, ainsi que les chefs militaires, ne sont pas prêts à assumer la défaite : il faudra encore deux mois pour que l’Armistice soit "négociée" et signée. Mais ça sent la fin. En août 1918 débute une offensive franco-britannique qui ne s’arrêtera plus. Dans ses mémoires, Erich Ludendorff, alors général en chef des armées allemandes, parle de la date du 8 août comme d’un "jour de deuil de l’armée allemande" : il sait à ce moment-là que la guerre est perdue pour de bon. 
    Dès le début de l’automne, les armistices des fronts orientaux (le 29 septembre 1918 pour la Bulgarie ; le 30 octobre 1918 pour l’empire ottoman et le 3 novembre pour l’Autriche-Hongrie), bien que moins connus que celui du 11 novembre à Rethondes, auront de lourdes conséquences.

    Ils contribuent à la défaite de l’Allemagne et provoquent la chute de trois empires. Sans parler de la zizanie qu’ils créent entre nations vaincues, victorieuses (comme les Tchèques, Serbes, Roumains, Polonais) et celles qui, s’étant ralliées trop tard aux vainqueurs, ne bénéficient pas de l’indépendance (Ukrainiens, Slovaques…).

    Les armistices orientaux créent de toute façon une "brèche" que l’Allemagne ne sera pas en mesure de colmater. En octobre, Ludendorff démissionne et des mutineries éclatent outre-Rhin. En parallèle, le président américain Wilson est chargé de prendre en main le retour de la paix, dans la même veine que les 14 points qu’il avait proposés en janvier dans un discours choc.

    Des notes sont échangées avec les Allemands sur les modalités. Le 5 novembre, une demande officielle d’armistice de l’état-major allemand parvient à la France sous forme de message morse. La date historique est finalement fixée six jours plus tard. La fin de la guerre sera actée dans un wagon stationné non loin du front et du quartier général allié.

    -----------

    ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE - Comment le Président commémore-t-il l'armistice du 11 novembre 1918 cette année ? Quels sont ses enjeux à un an de la fin du centenaire ? Et ses polémiques ? 

    Eclairages et page spéciale.
     

    http://www.linternaute.com/actualite/societe/1256729-11-novembre-2015-l-histoire-de-l-armistice-de-1918-et-les-origines-du-jour-ferie/


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique