• L'Île au trésor

    « Profitant de ce répit, je rechargeai sans plus attendre l’amorce de mon pistolet qui avait raté, et lorsque celui-ci fut en état, pour plus de sécurité je me mis à vider l’autre et à le recharger entièrement de frais.

    En présence de ma nouvelle occupation, Hands demeura tout ébaubi : il commençait à s’apercevoir que la chance tournait contre lui ; et après une hésitation visible, lui aussi se hissa pesamment dans les haubans et, le poignard entre les dents, se mit à monter avec lenteur et maladresse. Cela lui coûta un temps infini et maint grognement, de tirer après lui sa jambe blessée ; et j’avais achevé en paix mes préparatifs, qu’il n’avait pas encore dépassé le tiers du trajet. À ce moment, un pistolet dans chaque main, je l’interpellai :
    - Un pas de plus, maître Hands, et je vous fais sauter la cervelle !… Les morts ne mordent pas, vous savez bien, ajoutai-je avec un ricanement. »

    Dans L’Île au Trésor, Stevenson montre son immense talent de narrateur : il sait trouver l’exact équilibre entre le réalisme et le romanesque, et les aventures du jeune Jim Hawkins sont palpitantes tout en restant ancrées dans une réalité toujours crédible.
    Stevenson sait aussi peupler son univers de personnages réalistes, toujours complexes et ambivalents… Et puis surtout il y a Long John Silver !

    Traduction : Déodat Serval (1878-1938).

    Un immense merci aux Cap Horniers de Quimper, qui m’ont autorisé à utiliser leur interprétation de Quinze Marins, la chanson de Michel Tonnerre qui est une adaptation française de la célèbre chanson des pirates de L’Île au trésor. Merci également aux enfants de Michel Tonnerre pour leur autorisation.

    Illustration pour la première édition française de L’Île au trésor (Hetzel, 1885), par George Roux (1850-1929).

    Vous pouvez aussi suivre les aventures de Jim Hawkins sur la carte de l’île au trésor, dessinée par Stevenson.

    > Écouter un extrait : Chapitre 01.

    Voir tous les chapitres :

    http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/stevenson-robert-louis-lile-au-tresor-version-2.html


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    John Charles Dollman - Mowgli made leader of the Bandar Log (1903)

     Qui ne connaît Mowgli, Akéla, Baloo et Shere Khan ?
    Quel enfant de 7 à 10 ans ne connaît pas la loi de la jungle,

    et cette histoire d’un petit garçon sachant

    à peine marcher, perdu dans la jungle, puis recueilli

    par une famille de loups, élevé par eux, obéissant à la loi de la jungle ?

     

    Ce très célèbre roman a inspiré plusieurs films, le plus célèbre a été réalisé par Walt Disney et il est projeté régulièrement dans les salles, des animations à la télévision, une comédie musicale, une bande dessinée

     

    Traduction : Louis Fabulet (1862-1933) et Robert d’Humières (1868-1915).

     

    Le Livre de la jungle (The Jungle Book) est un recueil de nouvelles écrit par Rudyard Kipling lors d’un séjour de quatre années dans le Vermont, aux États-Unis. Kipling avait auparavant vécu pendant plus de six ans en Inde, d’où est puisée l’inspiration de la majorité de ses nouvelles. Le Livre de la jungle est son ouvrage le plus célèbre.

     

    Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 4h 30min | Genre : Contes

     

    La suite et écouter

    http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/kipling-rudyard-le-livre-de-la-jungle.html


    votre commentaire
  • Donneur de voix : Gauthier Manesse

    | Durée : 4h |

    Genre : Philosophie

    Rene Descartes

     Les Principes de la philosophie se composent de quatre parties. Dans la première partie, portant sur « les principes de la connaissance humaine », Descartes commence par reprendre le doute méthodique qui a déjà été exposé dans les Méditations métaphysiques.

     

     

    Il en vient à l’idée que la première connaissance certaine est « je pense donc je suis », et définit la pensée comme « tout ce qui se fait en nous de telle sorte que nous l’apercevons immédiatement par nous-mêmes », ce qui est historiquement la première grande définition de la conscience.

     

    Il insiste ensuite sur les capacités et les infirmités de la raison humaine.

     

    Notre pensée est « finie », ce qui implique que nous ne pourrons jamais comprendre l’infini, par exemple nous ne pourrons jamais comprendre que l’univers n’ait pas de limites.

     

    Nous ne pouvons pas non plus comprendre dans quel but Dieu a créé le monde.

     

    Descartes insiste encore sur la possibilité que nous avons de ne jamais tomber dans l’erreur, si nous nous retenons volontairement de juger des choses que nous ne connaissons pas de manière claire et distincte.

     

    Il remarque également que les humains font l’expérience de leur liberté, et que cette liberté les rend responsables, contrairement aux autres choses existantes.

     

    À la fin du livre 1 il expose les principales causes des préjugés des hommes, et insiste sur les préjugés issus de l’enfance. Dans la deuxième partie, Descartes étudie les principes des choses matérielles. Il propose de rompre avec l’étude aristotélicienne du monde, fondée sur la considération de « formes substantielles », et soutient qu’il faut étudier le monde de façon purement mécaniste.

     

    Il propose aussi à cette occasion la première exposition claire du principe d’inertie. Dans les parties 3 et 4, il applique ces principes à l’étude des cieux et de la Terre, en accordant toujours une attention particulière à la méthode qu’il faut employer pour user au mieux de la raison.

    Traduction : Claude Picot, dit l’abbé Picot (1614-1668). La traduction a été revue par Descartes.

     
     Écouter un extrait : 01. Lettre-préface.
    (Cliquez sur le lien pour écouter )

     

    Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

    Principes de la philosophie (Sélection).zip

     

    Télécharger ce livre audio par chapitres :

    01 Lettre-preface.mp3

    02 Livre 01.mp3

    03. Extraits des Livres 02, 03 et 04.mp3

    (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)

     


    > Références musicales :

    Claudio Monteverdi, Lamento della ninfa, SV 163, interprété par Anna Simboli (domaine public).

    Consulter la version texte de ce livre audio.

     

    Source :

    http://www.litteratureaudio.com/


    votre commentaire
  • Jules Renard - Histoires naturelles, illustrées par Toulouse-Lautrec

    Jules Renard a épinglé plus de 80 grandes et petites bêtes dans leur environnement en des raccourcis pleins d’humour.

     

    Un florilège en est publié dans une édition de luxe en 1899, illustrée de vingt-deux lithographies de Henri de Toulouse-Lautrec.

     

    Tiré à l’époque à cent exemplaires, très recherché depuis, ce bestiaire réunit l’auteur de Poil de Carotte et le portraitiste de La Goulue, qui s’admiraient réciproquement. L’écrivain l’avait dédicacé à son ami Lucien Guitry, qui appréciait les Histoires naturelles au point de les déclamer en public. Sacha Guitry conserva jalousement ce précieux cadeau offert à son père.

     

    Livre audio

    Donneuse de voix : Pomme | Durée : 2h 16min | Genre : Contes

    Ecouter

     

    http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/renard-jules-histoires-naturelles.htmlBlog de roselyne : Humanité, Nature, Amour et lumière, RENARD, Jules – Histoires naturelles - livre audio - Lien vidéo Ma Demeure éternelle (Michel Pépé)


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    – Où commence l'aube ?

    J'avais tout juste dix ans lorsque, bravant ma timidité maladive, je posai cette question.

     

    Le professeur de sciences se retourna, l'air abattu, haussa les épaules et continua de recopier le devoir du jour sur le tableau noir, comme si je n'avais pas existé.

     

    Je baissai la tête vers mon pupitre d'écolier, feignant d'ignorer les regards cruels et moqueurs de mes camarades qui n'étaient pourtant pas plus instruits que moi sur la question.

     

    Où commence l'aube ?

    Où s'achève le jour ?

    Pourquoi des millions d'étoiles illuminent-elles la voûte céleste sans que nous ne puissions voir ou connaître les mondes auxquels elles appartiennent ?

     

    Comment tout a commencé ?

     

    «Nous sommes tous des poussières d'étoiles.»

    André BRAHIC

     

    Un étrange objet trouvé dans un volcan éteint va révolutionner tout ce qu’on croit savoir de la naissance du monde.

    Il est astrophysicien, elle est archéologue. Ensemble, ils vont vivre une aventure qui va changer le cours de leur vie et de la nôtre...

     

    Marc Levy - Le Premier jour .pdf - Google Drive - Google Docs


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique