• Thoreau, philosophe, arpenteur, naturaliste, part s’installer deux années durant dans les bois. Reclus, géographe, communard, anarchiste, plusieurs fois exilé, parcourt le monde. En promenade dans le bois de Phénix en Dordogne, nous cheminons au fil des mots et des idées des deux écrivains.

    PhénixPhénix Crédits : François Teste

     

    Que signifie la beauté de la nature quand les hommes sont vils ? (…) Le souvenir de la bassesse des politiciens trouble mes promenades. Je nourris d’homicides pensées. En vain j’essaie d’observer la Nature. Involontairement, je me remets à conspirer. Tous les justes en feront autant, je l’espère. (Henry David Thoreau, Journal, Après-midi du 16 juin 1954)

     

    En promenade dans le bois de Phénix avec Joël Cornuault, écrivain, éditeur de textes d’Elisée Reclus et traducteur de textes de Thoreau. Nous cheminons sur les sentiers de Dordogne au fil des mots et des idées de ces deux savants et poètes bien loin des figures de spécialistes qui émergent au XIXe siècle dans les milieux académiques corsetés par la séparation des disciplines.

    On a l'impression à chaque fois d'une oeuvre vie. Dans l'écriture, la vie n'est pas indifférente, ou à côté, ou à part. Elle transparaît à chaque ligne. Ce sont des écrivains qui écrivent comme ils vivent. (Bertrand Guest)

     

    Le géographe anarchiste et le philosophe naturaliste, observateurs des arbres, des pierres et des rivières, tous deux doués d’un vif sentiment de la nature, veulent « dépouiller le vieil homme, abolir un dégradant esclavage. (…) Simplifier radicalement le mode de vie des civilisés » (J. cornuault).

    Avec : 

    • Joël Cornuault, écrivain, traducteur et éditeur
    • Bertrand Guest, maître de conférences en littérature à l’Université d’Angers
    • Johann Chapoutot, professeur d’histoire à l’Université Paris-Sorbonne 
    • Marc Cluet, professeur émérite au Département d'Etudes allemandes de l’Université de Strasbourg.

    Lectures : Régis Royer

    Enregistrements à Paris : Yanis Djoudad

    Merci à Joël et Nadine Cornuault, à Franck Lemonde et à France Bleu Dordogne

    Une série documentaire de Marie Chartron et François Teste 

    Bibliographie 

    Henry David Thoreau, Walden ou La vie dans les bois, Albin Michel, 2017  

    Elisée Reclus :  Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes, Premières Pierres, 2002 ; Histoire d’une montagne, Actes Sud, 1999 ; Histoire d’un ruisseau, Actes Sud, 2005 ; Ecrits sociaux, Héros-limite, 2012

    Joël Cornuault : Elisée Reclus- Six études en géographie sensible, Isolato, 2008 ; Elisée Reclus, géographe et poète, Fédérop, 2014 ; Thoreau, Dandy crotté, Editions du Sandre, 2013 ; Liberté belle, Isolato, 2015

    Bertrand Guest, Révolutions dans le cosmos : Essais de libération géographique : Humboldt, Thoreau, Reclus, Classiques Garnier, 2017

    Partenariat

    Image du film de Dominique Cabrera "Chronique d’une banlieue ordinaire"Image du film de Dominique Cabrera "Chronique d’une banlieue ordinaire" Crédits : ISKRA Productions - Radio France

    Cette semaine, LSD, La série documentaire est en partenariat avec Tënk,  la plateforme du documentaire d’auteur, qui vous permet de visionner  pendant deux semaines le film de Dominique Cabrera, intitulé Chronique d’une banlieue ordinaire, dont voici un résumé :

    Le 26 septembre 1992, quatre tours du quartier du Val Fourré, à  Mantes-la-Jolie, ont été détruites. Au printemps 1991, Dominique Cabrera  avait proposé à certains des anciens habitants de revenir sur leurs  pas. Ils parcourent leurs anciens logements en évoquant les souvenirs  des années passées. Toute la vie de la cité HLM ressurgit, conviviale,  et pour tout dire, heureuse.

    L'avis de Tënk

    En ouverture du film, quelques images d'archives témoignent pour le  Val-Fourré d'un enthousiasme publicitaire bien déroutant au regard de  ces tours HLM vouées à la destruction 25 ans seulement après leur  construction. C'est bien la marque de l'échec patent de tentatives  d'urbanisation dont ont souffert tant de banlieues françaises et il ne  serait pas aberrant de pointer la responsabilité des promoteurs et des  politiques publiques. Mais là n'est pas le propos de Dominique Cabrera  qui dans cette "Chronique d'une banlieue ordinaire" s'emploie avant tout  à montrer ce que les tours ont accueilli d'humanité. Les paroles et la  mémoire qu'elle rassemble sont d'autant plus touchantes qu'elles sont  simples, intimes et filmées avec beaucoup de délicatesse

     

    À découvrir

     
     
     
     
     
    Cliquez sur les images pour aller sur l'article ...
     
     
     4 expériences de retour à la nature (2/4) : Monte Verità, une réforme de la vie sur la montagne
    02/01/2018
    4 expériences de retour à la nature (2/4) : Monte Verità, une réforme de la vie sur la montagne
    LSD, La série documentaire

    Inspirés par le mouvement germanique de la Lebensreform (la réforme de la vie), six jeunes gens fondent en 1900 à Ascona la communauté Monte Verità qui...

    55min
     
    4 expériences de retour à la nature (3/4) : Les clairières libertaires, une vie communautaire d’anarchiste en 1900
    03/01/2018
     
    4 expériences de retour à la nature (3/4) : Les clairières libertaires, une vie communautaire d’anarchiste en 1900
    LSD, La série documentaire

    Fonder une communauté de vie et de travail hors du salariat pour montrer qu’une autre vie est possible : sans domination, reposant sur l’entraide et les...

    55min
    4 expériences de retour à la nature (4/4) : Longo Maï, l’utopie dure longtemps
    04/01/2018
     
    4 expériences de retour à la nature (4/4) : Longo Maï, l’utopie dure longtemps
    LSD, La série documentaire

    Dans le sillage de 1968, de jeunes militants allemands, suisses et autrichiens accompagnés de quelques Français désertent la ville pour créer un “ bastion...


    votre commentaire
  • Le Vortex Polaire vu de près : ou pourquoi fait-il si froid sur une grande partie de l'Amérique

     

    S'il fait anormalement froid sur une grande partie du continent Américain, c'est qu'il fait anormalement chaud en Arctique.

    C'est quoi le Vortex Polaire? "Le vortex polaire stratosphérique est une région d'air à grande échelle qui est contenu par un puissant courant-jet d'Ouest en Est et qui ceinture la région polaire.

    Le vortex polaire se forme lors de la nuit Arctique qui dure six mois aux pôles.

    Le vortex polaire (masse d'air cyclonique) s'étend de la tropopause, la ligne de démarcation entre la stratosphère et la troposphère (couche de l'atmosphère terrestre située au plus proche de la surface), traverse la stratosphère et s'étend jusque dans la mésosphère (au-dessus de 50 km). De faibles concentrations d'ozone et de basses températures sont associées à l'air à l'intérieur du vortex."

    Source : NASA

    Normalement, c'est-à-dire avant 1985, le Vortex polaire était d'une seule pièce et maintenu en place sur l’Arctique par le courant-jet. Mais le réchauffement climatique a affaibli le courant-jet et lui fait faire de fortes ondulations Nord-Sud (ondes de Rossby) qui parfois demeurent bloquées en place, ce qui permet à des systèmes météo de demeurer stationnaires.

    C'est ce qui se produit cet hiver et c'est aussi ce qui permet à d'autres systèmes météo de prolonger des sécheresses comme en Californie et au Portugal, ou encore, à d'autres systèmes météo de déverser des quantités jamais vues de pluie. Vortex polaire vu à environ 31 km d'altitude (10hPa) au-dessus de l'Arctique).

    Notez la distorsion et la boucle en formation dans la zone supérieure gauche. Source : Earth Nullschool à 10 hPa Cette carte en date du 2 janvier 2018 représente les anomalies de température à 2 mètres d'altitude basée sur la moyenne de 1979 à 2000, et non pas la moyenne de base des GIEC et COP de 1880 à 1910.

    Par rapport à cette moyenne de 1880-1910, nous sommes actuellement à un peu de 1°C de réchauffement global moyen que les scientifiques, pas les économistes, jugeaient dangereux même dans les années 1980. C'est au moins 2°C en Arctique selon des estimations très conservatrices et c'est suffisant pour faire fondre la presque totalité de l'inlandsis Groenland. "Les courants-jet polaires sont les principaux moteurs météo."

    Source : Wikipedia

    Ça fait quelques semaines que ces zones de températures (systèmes météo) n'ont presque pas bougé. Cela veut dire que les ondes de Rossby du courant-jet sont bloquées en place. On pourrait y superposer la carte du courant-jet pour expliquer le tout en un clin-d'oeil. C'est tout de suite évident au-dessus de la Californie et de la Colombie-Britannique par exemple Ce qui se passe en Arctique ne reste pas en Arctique (Il a même neigé en Floride)

     

    L'article complet

    http://leclimatoblogue.blogspot.fr/2018/01/le-vortex-polaire-vu-de-pres-ou.html

     


    votre commentaire
  •  

    votre commentaire

  • Journée Mondiale du Climat

    Y'a plus d'saisons ma bonne dame... à l'initiative de plusieurs associations écologiques de France et de Belgique, nous fêtons, le 8 décembre, la journée mondiale du climat (ou journée mondiale contre le changement climatique).

    Réchauffement climatique

    Il ne se passe plus une semaine sans qu'on nous parle du réchauffement climatique et des conséquences qu'il fait peser sur l'avenir de la planète. Il n'est pas dans notre propops de prendre le contre-pieds de cette thèse "officielle", mais notre indépendance éditoriale nous oblige à signaler que la communauté scientifique n'est pas unanime et que les nombreux sites internet qui relayent ces "vérités" préfabriquées ne démontrent pas grand chose... à les écouter, il "suffirait" de réduire de façon draconienne la consommation d'énergie sur la planète... les faits sont souvent plus complexes et l'histoire de la planète s'inscrit dans une longue alternance de périodes chaudes et glaciaires.

     

    Nous avons donc recherché des sites environnementaux qui nous paraissaient donner des informations plus fiables et nous vous proposons de les visiter (leurs contenus restant sous la responsabilité de leurs auteurs) .

     

     

    Nous vous proposons aussi de découvrir les propositions peu conformistes de l'ancien ministre Claude Allègre... qui prend le contre-pieds des lobbies écolos. Même si vous n'êtes pas en accord avec les thèses qu'il défend, vous ne pourrez que reconnaître qu'il nous oblige à nous poser de bonnes questions et qu'il est toujours bon de trouver des chercheurs qui ne se sentent pas obligés de bêler avec l'ensemble du troupeau !

     

     

    1 contribution

    Vos remarques concernant le réchauffement climatique manquent d'objectivité.
    Plus personne ne conteste à l'heure actuelle le réchauffement climatique.
    Les "climato-sceptiques" qui représentent moins de 3% de la communauté des climatologues contestent uniquement l'origine humaine (c.à.d. la production de CO2) de ce réchauffement.
    Quant aux chercheurs qui bêlent avec le troupeau, c'est parfaitement insultant pour cette communauté qui nous montre nos errements.
    Cordialement


    votre commentaire
  •  Un projet européen, baptisé GoJelly, entend nettoyer l'eau de mer polluée par des microplastiques grâce aux propriétés des méduses, qui n'ont jamais été aussi présentes dans les océans. Explication en vidéo.

    Par L'Obs

    Les méduses, c'est beau à voir dans un aquarium, en plongée sous-marine, ou sur un écran de cinéma. Sur les rivages des vacances, en revanche, elles peuvent être de véritables plaies. Elles encombrent également les filets de pêche et certaines années elles pullulent sans qu'on ne sache exactement pourquoi.

     

    Contrairement à d'autres animaux marins, les méduses ne sont pas menacées par l'humanité et le changement climatique, au contraire. Le réchauffement de certains océans étend leur territoire, et la pêche intensive, même si elle en capture beaucoup dans ses filets, élimine nombre de ses prédateurs. Globalement, leurs populations s'accroissent.

     

    Aujourd'hui, un projet de recherche soutenu par l'European Science Foundation envisage les façons dont les méduses (un nom générique qui regroupe plusieurs espèces aquatiques à l'aspect gélatineux) pourraient être utiles aux humains et à la planète

    Jusque dans l'eau du robinet

    Une étude avait déjà montré qu'en dessalant quelques tonnes de méduses, en les séchant et en les réduisant en poudre on obtenait non seulement un bon engrais pour le riz, mais qu'en plus cela éliminait la plupart des mauvaises herbes sans qu'il soit nécessaire d'utiliser des pesticides.

     

    Le projet européen GoJelly, lui, a d'autres pistes. Des études ont montré que les sécrétions de méduses peuvent capturer les microplastiques, qui polluent les océans de la planète et que l'on retrouve jusque dans l'eau du robinet.

     

    Les chercheurs espèrent donc fabriquer des filtres à microplastiques à partir de méduses. "Ces biofiltres pourraient alors être utilisés dans les stations d'épurations ou dans les usines où l'on fabrique du microplastique," expliquent les chercheurs.

     

    Bien sûr, on peut aussi mettre les méduses au menu, comme c'est le cas dans certains pays... Mais ça, ce sera peut-être plus difficile à avaler.

     

    Texte et vidéo : Jean-Paul Fritz

     

    Autre sur l'Obs

     

    http://tempsreel.nouvelobs.com/videos/

    http://tempsreel.nouvelobs.com/photo/


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique