•  

    EROS RAMAZZOTTI BACHATA MIX

     

    Colecciones Love Songs


    votre commentaire
  • Saez | Tous les gamins du monde

     

     

     

    On a prié pour toi On en a dessiné des croix A Ton Nom On en a brûlé des livres On a égorgé des enfants

    Juste de quoi tuer le temps

    Mais Toi T'as pris différents noms T'as choisi différents drapeaux

    Dis mais pourquoi ?

    Moi je me souviens de ma mère Qui me chantait cette chanson : Allelujah Allelujah, Inch' Allah

    On en a fait toute une histoire

    Où Tu redescendais nous voir

    Mais t'es pas venu

    Nos sanglots pour uniques armes

    A combattre pour que nos larmes

    Ne soient pas perdues De siècle en siècle De jour en nuit

    Et d'horreur en miséricorde

    On T'a attendu Mais l'Espoir n'est pas l'Eternel

    Et Mon Dieu que la nuit est belle Sur notre plaine perdue

     

    Allelujah... Inch' Allah

     

     

     Mix

    https://www.youtube.com/watch?v=gQAUswb3moY&list=RDxDg3cLXFt1M&index=3

     


    votre commentaire
  • « Je ne fais pas de la musique comme un musicien, c’est comme si mon domaine d’activité était ailleurs, et que je l’exprimais par la chanson. » Julien Doré

     

     

     

     

    Julien Doré aux Francofolies de La Rochelle en 2015Julien Doré aux Francofolies de La Rochelle en 2015 Crédits : XAVIER LEOTY - AFP

    Depuis la Nouvelle Star, Julien Doré s'est composé une oeuvre personnelle avec des albums à succès comme Ersatz, Bichon, Løve , &... Autant de chansons saluées par le public au moment de leur sortie. De quoi rêve un artiste au moment d'écrire une chanson ? Quels sont les livres et les images qui l'accompagnent dans le processus de composition ?

    lectures

    Roland Barthes, Fragments d’un discours amoureux, « Fading », Seuil, p.131, lu par Fabrice Lucchini

    Alessandro Baricco, Novecento : Pianiste, 1994, Mille et une Nuits, p.71-72 

    Extraits

    Archive : Jean d’Ormesson « Le Concert égoïste », 13 février 1977, France Musique

    Archive : Roland Barthes « Les Causeries du Savoir », 1952

    Chansons

    Mac Demarco, One more love song 

    Julien Doré, Eden

     

    Julien Doré à France Culture le 18 janvier 2018 
     Julien Doré à France Culture le 18 janvier 2018 Crédits :
    Adèle Van Reeth - Radio France
     
     
    Rubrique

    https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/saison-

    28-08-2017-08-07-2018

     

     

    LE LAC - Clip officiel Réalisé par Brice VDH & Julien Doré "Le Lac",

    single disponible : http://smarturl.it/JulienDoreLeLac

     

    http://smarturl.it/JDNouvelAlbum

     

    Retrouvez Julien Doré sur : http://www.juliendoreofficiel.com

     

    https://www.facebook.com/juliendoreof...

     

    https://twitter.com/jdoreofficiel

     

    http://www.instagram.com/jdoreofficiel

     


    votre commentaire
  • Adele Greatest Hits 2018 - Best Songs Of Adele - Adele

     

    Top Hits NEW Adele Greatest Hits 2018 - Best Songs Of Adele - Adele Top Hits NEW Adele Greatest Hits 2018 - Best Songs Of Adele - Adele Top Hits NEW

     

    Link Video: https://youtu.be/FE_2MpsT6ro

     


    votre commentaire
  •  Célèbre poème de Louis Aragon que Léo ferré avait mis en musique en 1960 et repris par de nombreux artistes comme P.Leotard ou C.Sauvage mais c'est B. Lavilliers qui apportera une autre touche ,un autre volume , un élan d'humanité supplementaire lié surement à sa personalité.... Cependant ce poème avait été réduit et remodelé aux volontés de Léo Ferré afin de structurer le texte à sa musique... Voici le poème dans sa globalité : Bierstube Magie allemande Et douces comme un lait d'amandes Mina Linda lèvres gourmandes qui tant souhaitent d'être crues A fredonner tout bas s'obstinent L'air Ach du lieber Augustin Qu'un passant siffle dans la rue Sofienstrasse

     
    Ma mémoire Retrouve la chambre et l'armoire L'eau qui chante dans la bouilloire Les phrases des coussins brodés L'abat-jour de fausse opaline Le Toteninsel de Boecklin Et le peignoir de mousseline qui s'ouvre en donnant des idées Au plaisir prise et toujours prête O Gaense-Liesel des défaites Tout à coup tu tournais la tête Et tu m'offrais comme cela La tentation de ta nuque Demoiselle de Sarrebrück Qui descendais faire le truc Pour un morceau de chocolat Et moi pour la juger que suis-je Pauvres bonheurs pauvres vertiges
     
    Il s'est tant perdu de prodiges Que je ne m'y reconnais plus Rencontres Partances hâtives
     
    Est-ce ainsi que les hommes vivent Et leurs baisers au loin les suivent Comme des soleils révolus Tout est affaire de décors Changer de lit changer de corps A quoi bon puisque c'est encore Moi qui moi-même me trahis Moi qui me traîne et m'éparpille
     
    Et mon ombre se déshabille Dans les bras semblables des filles Où j'ai cru trouver un pays Coeur léger coeur changeant coeur lourd Le temps de rêver est bien court Que faut-il faire de mes jours
     
    Que faut-il faire de mes nuits Je n'avais amour ni demeure Nulle part où je vive ou meure Je passais comme la rumeur je m'endormais comme le bruit C'était un temps déraisonnable On avait mis les morts à table On faisait des châteaux de sable On prenait les loups pour des chiens
     
    Tout changeait de pôle et d'épaule La pièce était-elle ou non drôle Moi si j'y tenait mal mon rôle C'était de n'y comprendre rien Dans le quartier Hohenzollern Entre la Sarre et les casernes Comme les fleurs de la luzerne Fleurissaient les seins de Lola
     
    Elle avait un coeur d'hirondelle Sur le canapé du bordel Je venais m'allonger près d'elle Dans les hoquets du pianola Elle était brune et pourtant blanche Ses cheveux tombaient sur ses hanches Et la semaine et le dimanche Elle ouvrait à tous ses bras nus
     
    Elle avait des yeux de faïence Et travaillait avec vaillance Pour un artilleur de Mayence Qui n'en est jamais revenu Il est d'autres soldats en ville E
    t la nuit montent les civils Remets du rimmel à tes cils Lola qui t'en iras bientôt Encore un verre de liqueur Ce fut en avril à cinq heures
     
    Au petit jour que dans ton coeur Un dragon plongea son couteau Le ciel était gris de nuages Il y volait des oies sauvages Qui criaient la mort au passage
     
    Au-dessus des maisons des quais Je les voyais par la fenêtre Leur chant triste entrait dans mon être
     
    Et je croyais y reconnaître Du Rainer Maria Rilke Il faut remettre ce poème dans le contexte auto-biographique de l'auteur : un moment de la vie d'Aragon, la guerre et ce qui s'en suivit (celle de 14-18), l'occupation en Allemagne, - un désenchantement, le vainqueur contemple les vaincus, évalue son humanité et la leur, le résultat est un grand gâchis pour les deux nations. Bierstube est le bar à filles, ce poème est plein de clichés qui vont tomber peu à peu, le fameux romantisme allemand ne résiste pas à l'autocritique du poète.
     
    Dans ce poème d'ambiance élégiaque, de nostalgie et de désillusion crue, Aragon évacue ses rêves d'universalité, n'est pas fier du repos du guerrier...... La dernière apparition publique de Léo Ferré a eu lieu à la Fête de l'Humanité en 1992 où l'avait invité Bernard Lavilliers, et avec qui il chante devant plusieurs milliers de personnes : est-ce ainsi que les hommes vivent ?
     
     
    ma petite playlist de nanard : https://www.youtube.com/playlist?list...
     
     
     
     
     
     
    Petite compo sans prétentions pour le défi de Janvier d'Acoustic comptoir...Miaou miaou ♪♫
     
     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique