• Les modifications dans le courant océanique atlantique prédisent des  changements climatiques brusques quatre siècles plutôt | Terra Projects

     

    Source de l'image :

     

    https://www.laterredufutur.com/accueil/les-changements-dans-le-courant-oceanique-atlantique-predisent-des-changements-climatiques-brusques-quatre-siecles-plutot/

     


     

    La circulation méridienne de retournement atlantique (Amoc) est l'un des principaux systèmes de circulation océanique de la Terre. Elle redistribue la chaleur sur la planète avec un impact majeur sur notre climat. Et aujourd'hui, c'est justement le réchauffement climatique en cours qui semble affaiblir ce courant.

    La circulation méridienne de retournement atlantique, aussi connue sous le nom de Amoc, transporte chaque seconde des millions de mètres cubes d'eau de surface chaude de l'équateur vers le nord et d'eau profonde froide et à faible salinité dans le sens inverse. Et des chercheurs du Potsdam institute for climate impact research (Allemagne) montrent aujourd'hui qu'après avoir connu une certaine stabilité, ce courant océanique s'affaiblit de façon marquée depuis le milieu du XXe siècle.

    Les relevés sur l'Amoc n'ayant commencé qu'en 2004, les chercheurs ont combiné diverses informations indirectes pour donner une image de l'évolution de ce courant océanique au cours des 1.600 dernières années. Cernes d'arbres, carottes de glace, sédiments océaniques, coraux et même journaux de bord de marins. Le tout mis en relation avec les modèles de température dans l'océan Atlantique, les propriétés de la masse d'eau et la taille des sédiments dans les grands fonds.

    Article complet :

     

    https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/meteorologie-ce-courant-oceanique-majeur-atlantique-bord-point-basculement-36004/#xtor=EPR-17-[HEBDO]-20210308-[ACTU-Ce-courant-oceanique-majeur-en-Atlantique-est-au-bord-du-point-de-basculement]


    2 commentaires
  •  

    Depuis le 1er janvier, plus de 400 dauphins se sont échoués sur le littoral français. Du jamais vu. En cause ? Les pêcheurs, qui les capturent accidentellement. Face à l’« hécatombe », les mesures mises en place — observateurs embarqués, répulsifs acoustiques… — ne satisfont pas biologistes et associations de défense animale.

     

    En déposant des carcasses de dauphins devant l’Assemblée nationale, l’association Sea Sheperd a une nouvelle fois choisi un mode d’action spectaculaire pour alerter l’opinion publique, mardi 2 février. « Des milliers de dauphins sont massacrés pour que vous mangiez du poisson », pouvait-on lire sur la banderole déployée par les militants antispécistes pour accompagner cette action en plein cœur de Paris. Lamya Essemlali, présidente de Sea Sheperd France déplorait « l’inaction du gouvernement français pour éviter les captures de cétacés dans les filets de pêche, malgré les recommandations européennes ».

     

    La suite

     

    https://reporterre.net/Malgre-de-nouvelles-mesures-la-peche-continue-de-tuer-les-dauphins-en-grand-nombre?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_quotidienne

     


    votre commentaire
  • aurelien barrau

     

     

    Sans faire la morale ni culpabiliser, Aurélien Barrau nous dresse le bilan de notre civilisation actuelle et de la catastrophe qui est à nos portes. Il le précise lui-même, il est astrophysicien et non écologue. Son discours et son dernier opus « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité » n’a nullement prétention à la rigueur universitaire. C’est en tant qu’habitant de le Terre et membre de la tribu des vivants qu’il tente ce cri d’alerte, parmi tant d’autres plus savants et plus approfondis.

     


    votre commentaire
  • Non loin de Norilsk, ville arctique du Grand Nord russe, l’effondrement le 29 mai d’un réservoir de carburant d’une centrale thermique a provoqué la fuite de 21.000 tonnes d’hydrocarbures, provoquant une marée noire d’une ampleur inédite. Les autorités russes ont tardé à réagir, aggravant la pollution.

    - Moscou, correspondance

    Non loin de Norilsk, ville arctique du Grand Nord russe, l’effondrement le 29 mai d’un réservoir de carburant d’une centrale thermique a provoqué la fuite de 21.000 tonnes d’hydrocarbures dans l’environnement, provoquant un désastre écologique.

    Des images de la rivière Ambarnaïa et des nombreux cours d’eau alentour – colorés de rouge du fait de la contamination – ont rapidement fait le tour des réseaux sociaux, suscitant la colère et l’incompréhension des internautes russes. Des réactions d’autant plus vives que les responsables de la centrale ont tenté durant les deux premiers jours de cacher l’incident, avant d’être dépassés par l’ampleur de la catastrophe. L’état d’urgence de niveau fédéral a été décrété le 3 juin.

     

    Article complet

    https://reporterre.net/Desastre-ecologique-en-Arctique-les-autorites-russes-ont-reagi-trop-tard

     


    votre commentaire

  •  
    Journée Mondiale de l'environnement

    7 contributions

     

    05 juin 2020

     

    Cette journée a été promulguée par le PNUE, comprenez le Programme des Nations Unies pour l'Environnement. Elle est célébrée depuis de nombreuses années et soulève régulièrement les questions essentielles de la protection de l'environnement et ses conséquences sur la qualité de vie des populations et la survie de notre planète.

    Le PNUE a établi une liste de points noirs sur lesquels un effort important doit être entrepris de toute urgence.

    • lutte contre la destruction de la couche d'ozone
    • lutte contre la déforestation
    • préservation de la qualité des réserves d'eau
    • lutte contre la désertification et la sécheresse

    Le constat du PNUE est sévère car peu de ces objectifs ont été atteints et le cri d'alarme lancé à l'occasion de la conférence RIO + 20 paraît désespéré !

    Economie verte, en faisons-nous partie ?

    Le développement économique est souvent pointé du doigt par les instances internationales qui tentent de promouvoir un développement raisonné respectueux de la planète. Notre fameux développement durable...

    Le décalage entre les pays dits développés et les pays en voie de développement est criant. Si les économies européennes prennent de plus en plus en compte ces problématiques dans leur développement, que dire d'une économie US encore très en retrait sur toutes ces questions et celle de certains pays du sud-est asiatique où ces recommandations sont surtout l'expression de l'égoïsme des pays riches.

    Message d'espoir

    Le message envoyée par Irina Bokova, la directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée mondiale de l'environnement 2012, est riche de promesses :  "Nous voulons un avenir où nous pourrons vivre dans un environnement sain en entretenant des liens solides avec la nature et des relations sociales riches et diversifiées. Pour cela, nous devons créer un environnement florissant. Nous devons créer des économies vertes".     

    Un site à visiter : fr.unesco.org

     

    Cette journée a été promulguée par le PNUE, comprenez le Programme des Nations Unies pour l'Environnement. Elle est célébrée depuis de nombreuses années et soulève régulièrement les questions essentielles de la protection de l'environnement et ses conséquences sur la qualité de vie des populations et la survie de notre planète.

    Le PNUE a établi une liste de points noirs sur lesquels un effort important doit être entrepris de toute urgence.

    • lutte contre la destruction de la couche d'ozone
    • lutte contre la déforestation
    • préservation de la qualité des réserves d'eau
    • lutte contre la désertification et la sécheresse

    Le constat du PNUE est sévère car peu de ces objectifs ont été atteints et le cri d'alarme lancé à l'occasion de la conférence RIO + 20 paraît désespéré !

    Economie verte, en faisons-nous partie ?

    Le développement économique est souvent pointé du doigt par les instances internationales qui tentent de promouvoir un développement raisonné respectueux de la planète. Notre fameux développement durable...

    Le décalage entre les pays dits développés et les pays en voie de développement est criant. Si les économies européennes prennent de plus en plus en compte ces problématiques dans leur développement, que dire d'une économie US encore très en retrait sur toutes ces questions et celle de certains pays du sud-est asiatique où ces recommandations sont surtout l'expression de l'égoïsme des pays riches.

    Message d'espoir

    Le message envoyée par Irina Bokova, la directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée mondiale de l'environnement 2012, est riche de promesses :  "Nous voulons un avenir où nous pourrons vivre dans un environnement sain en entretenant des liens solides avec la nature et des relations sociales riches et diversifiées. Pour cela, nous devons créer un environnement florissant. Nous devons créer des économies vertes".     

    Un site à visiter : fr.unesco.org

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique