• tous les enfants du monde se tiennent la mains aidons les à comprendre

    diablessess

     

    Tous les enfants du monde


    Tous les enfants du monde
    Quand vient le marchand de sable
    S'enferment dans leurs songes
    Rêvent des mêmes bateaux
    Tous les enfants du monde
    Ne savent pas quand ils dorment
    Que sous leurs têtes blondes
    Sont les pays les plus beaux.

     

    Pendant que l'amour sur toute la terre
    Va céder la place à d'autres colères
    Dans tous les pays
    Les petits enfants des hommes
    En fermant les yeux
    Découvrent un pays pour être heureux.

     

    Tous les enfants du monde
    Quand vient le marchand de sable
    S'enferment dans leurs songes
    Rêvent des mêmes bateaux
    Tous les enfants du monde
    Ne savent pas quand ils dorment
    Que sous leurs têtes blondes
    Sont les pays les plus beaux.

     

    tous les enfants du monde

     

    Une très belle chanson originellement interprété par Sylvain Lelièvre. Cette chanson est tirée de la compilation «Moi c'est Ginette» vol.3-4.

    Mathieu Bonin Pilote


    2 commentaires

  •  
    Femmes et violence
     
    Femmes et violence Crédits : Gisela Sotomayor / EyeEm - Getty
     

    Les Agendas du Politique (LabEx TEPSIS & Editions EHESS) :

    "Femmes victimes de violences" 

    En écho à l'exposition Go de nuit, Abidjan les belles retrouvées, soutenue par le LabEx TEPSIS, des chercheuses questionneront ce que Véronique Nahoum-Grappe appelle "la nuit du social", cette nuit qui s'étend sur les femmes violées comme sur celles qui vendent leur sexe à tous. Alors que des hommes cèdent à leurs "pulsions irrépressibles et licites" (François Héritier), ce sont les femmes qui subissent la honte, la souillure et le déshonneur qui s'étend aux leurs.

    Intervenantes :


    - Catherine Deschamps (co-auteur avec Christophe Broqua de L'échange économico-sexuel, Éditions de l'EHESS, à paraître)
    - Éliane de Latour (IRIS/EHESS)
    - Véronique Nahoum-Grappe (anthropologue, Centre Edgar Morin/EHESS)

    Modératrice :
    - Françoise Héritier (anthropologue, professeure honoraire au Collège de France)

     

    Labex TEPSIS

     

    Qui exerce ces violences à l'encontre des femmes ? Françoise Héritier tient à clarifier cette question.

    Lorsque nous parlons de la violence, des violences exercées à l’encontre des femmes, il ne vient à l’idée de personne de dire par qui… Mais les violences exercées à l’encontre des femmes, et bien il faut le reconnaître, dans toute l’histoire de l’Humanité et encore maintenant, ce sont des violences exercées par l’autre moitié sexuée de l’Humanité. Bien sûr il y a des femmes qui exercent des violences contre d’autres femmes (…) mais généralement ce sont des violences masculines.

    Est-ce dans la nature de l'homme d'être violent ? La réponse sans équivoque de Françoise Héritier.

    On nous parle d’une nature, d’une nature qui serait plus violente chez les hommes, qui serait fondamentalement dominatrice, et on nous parle aussi d’accès de bestialité. Dans tous les cas, on a tout faux ! Ce n’est pas une nature, c’est une culture ! C’est justement parce que les humains sont capables de penser, qu’ils ont érigé un système, qui est un système de valences différentielles du sexe. Et cela s’est passé il y a fort longtemps.

    Nous sommes ainsi les seuls parmi les espèces où les mâles tuent les femelles. Ce n’est donc pas une question de bestialité, de nature, et parce que ce n’est qu’une question de pensée, de culture, de construction mentale, nous pouvons penser que la lutte peut changer cet état de fait.

    Un débat enregistré en 2014.

    Catherine Deschamps, co-auteur avec Christophe Broqua de "L'échange économico-sexuel"

    Éliane de Latour, IRIS/EHESS

    Véronique Nahoum-Grappe, anthropologue, Centre Edgar Morin/EHESS

    Françoise Héritier, anthropologue, professeure honoraire au Collège de France.

     

    Sur France Culture

    https://www.franceculture.fr/


    votre commentaire
  • Journée Mondiale contre le travail des enfants

    En ratifiant la convention n° 182 de l'Organisation Internationale du Travail, les pays signataires se sontengagés à agir immédiatement pour interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants. Cette convention a été la plus rapidement ratifiée de l'histoire de l'OIT depuis sa création en 1919.

    Parallèlement, la convention n° 138 de l'OIT a également été ratifiée par un nombre croissant de pays. Son objectif est long terme est d'obtenir l'abolition effective du travail des enfants. Au niveau des signatures, la mobilisation contre le travail des enfants ne cesse donc d'augmenter, mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres et le travail des enfants reste une réalité quotidienne dans de nombreux pays !

    On estimait en effet en 2002 que le travail des enfants concernait 246 millions d'enfants entre 5 ans et 17 ans, soit un enfant sur six à l'échelle de la planète, essentiellement dans l'agriculture. Selon un rapport de l'OIT, 73 % de ces jeunes - environ 179 millions, soit un enfant sur 8 - sont soumis aux "pires formes de travail", qui mettent en péril leur bien-être moral, mental ou physique ­ et 8,4 millions sont assujettis à des activités "intrinsèquement condamnables" - esclavage, servitude pour dettes, enrôlement dans des forces armées, prostitution ou pornographie.

    Le cri d'alarme de l'Organisation internationale du travail

    Les chiffres montrent que l'esclavage n'a pas disparu, puisque quelque 5,7 millions de jeunes sont asservis ou sont forcés de travailler. Ces enfants ont souvent beaucoup de problèmes pour obtenir de l'aide, non seulement parce qu'ils sont jeunes, mais aussi parce qu'ils ne possèdent aucun certificat de naissance ou papiers officiels et qu'ils sont donc "invisibles" aux yeux des autorités.

    "Les formes les plus dangereuses de travail des enfants dépassent largement nos estimations précédentes", s'alarme l'OIT. Sept enfants sur dix travaillent dans des exploitations agricoles, souvent pour une production locale destinée à leur propre famille. Mais environ 10 millions d'enfants (en Asie, en Afrique, en Amérique du Sud) travailleraient pour une activité d'exportation, c'est-à-dire, in fine, pour des entreprises occidentales. Les secteurs les plus exposés à ce genre de pratique sont le textile, la fabrication des tapis, la récolte de tabac ou de cacao à destination des grands groupes internationaux.

    Le travail des enfants concerne également les pays développés : 2,5 millions d'enfants y travailleraient. Ce phénomène touche surtout l'agriculture aux Etats-Unis, les services à la personne en Grande-Bretagne et le textile et le bâtiment en Europe du Sud...

    Un site à visiter : www.ilo.org

     

    Chers citoyens du monde,

    Le travail des enfants est une réalité au Burundi : plus de 70% des employés des maisons sont des enfants !

    A l'occasion de la journée mondiale contre le travail des enfants, l'organisation "The young english club (tyec)" voudrait interpeller tous les gouvernements ayant ratifié - ou non - la convention relative aux droits des enfants et qui les enjoint à s'engager activement dans la lutte contre le travail des enfants.

     

    Travail des Enfants

    Le travail des enfants dans le monde

    Aujourd’hui, près de 250 millions d’enfants travaillent dans le monde, dont plus de 150 millions dans des conditions dangereuses. Par ailleurs, chaque année, plus d’1 million de ces enfants seraient victimes de la traite d’êtres humains.

    Définition du travail des enfants

    Le travail des enfants fait référence à tout travail ou activité qui les prive de leur enfance. En effet, ce sont des activités qui portent préjudice à la santé physique et mentale des enfants et qui entravent leur bon développement.

    http://www.humanium.org/fr/wp-content/uploads/UNESCO-H-Anwar.jpg

     

     


    votre commentaire
  •  

     



    Je voulais vous faire part d'une très bonne nouvelle : Livio, 5 ans et atteint d'autisme, va retrouver Sandrine son Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS) pour continuer sa scolarité dans de bonnes conditions.

    Comme de nombreux enfants en France, Livio risquait de perdre l'accompagnement de son AVS dont le contrat arrivait à échéance. Mais grâce à la mobilisation de ses parents et de leurs 31.000 signataires sur Change.org, l'Académie de Grenoble vient de titulariser Sandrine !

    C'est un immense soulagement pour les parents de Livio pour qui la relation entre une AVS et un enfant autiste est primordiale pour sa progression. Cette victoire montre combien votre mobilisation est utile et nous avons donc décidé de redoubler d'efforts pour aider les familles qui sont confrontées au même problème que les parents de Livio.

    Découvrez ici toutes les pétitions portant sur des cas similaires et qui ont besoin de votre signature.

    Notre équipe va mener une série d'actions pour faire aboutir le plus grand nombre de ces campagnes : diffusion des pétitions auprès du public et des décideurs; accompagnement des personnes qui ont lancé ces appels et qui ont souvent besoin d'aide et de conseils. Mais nous ne pourrons pas faire tout cela sans vous. Avec votre soutien financier, nous pourrons mener à bien ce plan d'actions.

    Cliquez ici pour devenir Soutien de Change.org et nous permettre d'agir aux côtés des familles.

    Merci d'agir pour le changement,

    Benjamin et toute l'équipe de Change.org en France

    PS: retrouvez ici le texte des parents de Livio annonçant la victoire sur leur pétition.


    votre commentaire
  • Une équipe internationale a découvert des restes fossiles de l'"Homo sapiens" vieux de 300 000 ans, donc 100 000 ans de plus que ce que l'on pensait, à Jebel Irhoud au Maroc.

     

    Les différents fossiles retrouvés par les anthropologues entre 2004 et 2016, à Jebel Irhoud, au Maroc. 

    Les différents fossiles retrouvés par les anthropologues entre 2004 et 2016, à Jebel Irhoud, au Maroc. Crédits : Bruno Rougier - Radio France

    C'est une découverte capitale sur l'origine de l'homme. Publiée hier soir dans la revue Nature, des ossements d'homo sapiens datant de 300.000 ans ont été retrouvés au Maroc. Découverte capitale, car jusqu’ici une majorité de spécialistes considéraient que nous descendions d’une population qui vivait en Afrique de l’Est, il y a environ 200 000 ans. Explications d'Hélène Chevallier.

     

    la suite et écouter 

    https://www.franceculture.fr/emissions/journal-de-7h30/une-decouverte-qui-bouleverse-lhistoire-de-lhomo-sapiens#xtor=EPR-2-[LaLettre08062017]

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique