• Fin des contrats aidés = euthanasie
    Fin des contrats aidés = euthanasie

    La suppression des contrats aidés touche de nombreuses associations.
    *

    Pour cette SPA, supprimer les contrats aidés, c'est donner la mort à plus de 200 chiens et 200 chats.
     

    Sauvons ces animaux qui ont déjà tant souffert.


    Pétition : Fin des contrats aidés = euthanasie

    À l'attention : de Monsieur le Président de la République, Emmanuel Macron.

    Bénévole depuis plus de 3 ans au refuge SPA de l'Angoumois situé à Mornac, je viens d'avoir la confirmation par la presse (voir l'article Charente libre) que le refuge est en danger suite à la décision de la suppression des contrats aidés, la souffrance animale n'étant pas une priorité du gouvernement.
    Que cache cette décision ? Cliquez sur le lien ci-après, vous comprendrez les conséquences insoutenables de cette fin annoncée ! 

    Comme l'explique Sophie Barrière, présidente du refuge, outre la mise au chômage du personnel de l'association, ce sont 200 chiens et 200 chats qui risquent d'être euthanasiés ! 200 chats et 200 chiens dont s'occupent salariés et  bénévoles chaque jour, toutes les semaines, durant toute l'année. 200 chiens, 200 chats qu'ils soignent avec amour, car on ne vient pas au refuge si on n'aime pas les animaux, c'est une passion qui permet de donner le meilleur de soi-même à ceux qui ont tout perdu -abandonnés, maltraités, rejetés, mal aimés- ou qui n'ont jamais connu la douceur d'une caresse comme les trop nombreux chatons qui ont été recueillis cette année.
    200 chiens et 200 chats qui attendent tout de l'Homme, mais certainement pas une mort programmée. On euthanasie un animal qui souffre physiquement et pour lequel aucune guérison n'est prévue. Mais dans le cas du refuge, ce sont 200 chats et 200 chiens en bonne santé, que l'on a sauvés parfois de blessures graves, qui devraient être euthanasiés ? Je dis NON, NON, NON ! Ce n'est pas possible ! On ne peut pas laisser faire cela.

    Transférez les animaux ailleurs, dans d'autres refuges ? Monsieur le Président, vous savez bien qu'ils sont tous en accueil maximal et ne peuvent qu'assurer les abandons ou les cas de maltraitances, mais en aucun cas supporter 400 animaux supplémentaires !
    Choisir les animaux les plus âgés et les euthanasier en priorité ? Monsieur le Président, vous n'avez pas croisé le regard de vieux chiens qui se retrouvent au refuge et qui ne comprennent pas ce qu'ils font là ! Vous n'avez pas  caressé un vieux chat qui, méfiant vis à vis de l'Homme, ne se met à ronronner que lorsqu'il sent que vous l'aimez !

    La France est un pays européen qui a le plus grand nombre d'animaux domestiques, il est aussi celui qui est le plus performant dans les abandons et maltraitances de tous genres ! 

    La loi reconnaît l'animal comme être sensible, un long chemin reste encore à parcourir pour qu'il soit aussi protégé, défendu.
    Alors Monsieur le Président, quand il trouve refuge dans un lieu où il est nourri, soigné, protégé et aimé, faites en sorte qu'il puisse y rester, jusqu'à ce qu'il trouve un foyer qui l'accueillera et le gardera jusqu'à sa mort.

    Monsieur le Président, un dernier mot : "Comment va le chien que vous avez adopté dans un refuge ? "

     

     

    La SPA menacé de fermeture


    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "pollinis"

    POLLINIS a besoin de votre mobilisation, de toute urgence, pour empêcher les lobbies de l’agrochimie de saboter l’interdiction des tueurs d’abeilles que nous sommes en passe d’obtenir à Bruxelles.

     

     

    Si ce n’est pas déjà fait, SVP signez sans attendre la pétition aux députés européens, et transférez ce message le plus largement possible autour de vous.

     

    Il a fallu des années de bataille, les cris d’alarme répétés des apiculteurs qui voient année après année leurs cheptels se réduire, les rapports inquiétants des scientifiques qui dénoncent sans détours les effets mortels des pesticides néonicotinoïdes sur les colonies d’abeilles…

     

    … la mobilisation répétée de centaines de milliers de citoyens qui refusent qu’on sacrifie les abeilles, et avec elles l’alimentation et la santé de toute la population, pour servir les intérêts à court terme de quelques multinationales influentes…

     

    … et le travail au corps-à-corps mené par nos équipes auprès des parlementaires, rendez-vous après rendez-vous, pour les convaincre de prendre des décisions fortes et sans appel pour une interdiction définitive de tous les tueurs d’abeilles en Europe !

     

    Le mois dernier, tout ce travail a porté ses fruits : une députée courageuse, Mme Maria Lidia Senra Rodriguez, a déposé nos amendements pour l’interdiction des néonicotinoïdes lors d’un projet d’initiative sur l’apiculture (1)(2).

     

    Dans quelques jours – le 22 novembre exactement – ces amendements seront soumis au vote des quelques députés qui composent la Commission Agriculture du Parlement européen. Et s’ils passent ce cap, c’est l’ensemble des députés qui devront voter le texte en janvier 2018.

     

    Je dis bien « s’ils passent le cap » : car en ce moment même, tous les lobbies des tenants du tout-chimique en agriculture se sont ligués pour tirer à boulets rouge sur nos amendements, et s’assurer qu’ils seront retoqués par les députés de la Commission Agriculture !

     

    C’est pour ça que je fais appel à vous de toute urgence, pour nous aider à peser plus fort dans la balance que leurs chantages aux licenciements et leurs menaces de délocalisation.

     

    Nous avons déjà réuni 157 000 signataires à notre pétition aux députés européens : aidez-nous à doubler ce chiffre dans les jours qui viennent en :

     

    - signant vous-même, si ce n’est pas déjà fait, la pétition

     

    - transférant ce message à tout votre carnet d’adresses

     

    Expliquez bien à vos amis que, tant qu’on n’aura pas réussi à faire interdire l’ensemble des substances néonicotinoïdes tueuses d’abeilles au niveau européen, les scandales comme celui qu’on vient d’essuyer, en France, avec la mise sur le marché de deux produits contenant du Sulfoxaflor, un néonicotinoïde nouvelle génération qui va encore accélérer le déclin des abeilles et des pollinisateurs sauvages (3)…

     

    …continueront à être monnaie courante, sans que les autorités françaises ne puissent, sur le long terme, s’y opposer.

     

    La preuve : face à la mobilisation immédiate des citoyens et des apiculteurs, le gouvernement n’a pu négocier que… 3 mois de sursis, avant la vente effective du nouveau tueur d’abeilles (4) !

     

    C’est au niveau européen qu’il faut maintenant obtenir cette interdiction salutaire pour les abeilles et notre avenir alimentaire. Et pour ça, il n’y a pas de meilleur espoir que le vote de l’amendement que nous avons arraché de haute lutte - et qui, sans votre aide, sera torpillé sans merci par les lobbies de l’agrochimie.

     

    Il n’y a plus une minute à perdre :

     

    Une étude spectaculaire menée à grande échelle en Allemagne pendant 27 ans vient de révéler que 76 % au moins des insectes volants auraient disparu depuis 1989. Et les chercheurs pensent que ces résultats auraient été les mêmes dans les autres pays européens ! (5)

     

    Ces chiffres sont effrayants :

     

    Les abeilles ne sont que la face émergée de l’iceberg. Leur déclin est visible par les apiculteurs qui s’occupent d’elles au quotidien. Mais avec elles, ce sont également des milliers de papillons, bourdons, bombyles ou syrphes qui succombent en silence : les chercheurs commencent à peine à lever le voile sur les effets des pesticides néonicotinoïdes sur les pollinisateurs sauvages – et ce qu’ils trouvent fait froid dans le dos

     

    Les pollinisateurs sont essentiels à la qualité, la quantité et la diversité de notre alimentation, et assurent la reproduction de plus de 80% des fruits, légumes et plantes à fleurs (6).

     

    Les tomates par exemple, ne peuvent être pollinisées efficacement que par les bourdons, les seuls à pouvoir faire vibrer ces fleurs pour qu’elles libèrent leur pollen (7). Or près de la moitié (46%) des espèces de bourdons d’Europe sont en déclin (8)…

     

    Selon une étude publiée en Décembre 2016 dans la revue Nature, l’augmentation du nombre de maladies qui résulteraient de la disparition de certains pollinisateurs majeurs pourrait engendrer 1,4 million de décès supplémentaires chaque année dans le monde (9).

     

    Face à ces chiffres apocalyptiques, il n’y a pas à tergiverser. Et pourtant : certains députés se laissent encore tenter par les arguments court-termistes de l’industrie agrochimique…

     

    Montrez-leur que leurs électeurs n’acceptent pas qu’ils sacrifient une seconde de plus les abeilles et les pollinisateurs !

     

    PHASE 2 Je signe la pétition

     

    De notre côté, nous continuons à multiplier les rendez-vous au Parlement européen, pour convaincre les députés de voter nos amendements salutaires pour les abeilles.

     

    Si notre démarche est soutenue par plusieurs centaines de milliers de citoyens européens, croyez-moi, même les plus réfractaires d’entre eux y verront une menace à leur réélection, et seront forcés de se ranger de notre côté.

     

    Nous sommes en passe de gagner cette bataille : il ne faut que 2 petites minutes de votre temps pour faire pencher la balance.

     

    SVP, cliquez sur ce lien pour signer la pétition, et diffusez ce message le plus largement possible autour de vous – en le transférant à vos amis par email, ou en partageant cette action sur les réseaux sociaux.

     

     Facebook  Twitter  G  

     

    Un grand merci par avance pour votre engagement dans cette bataille cruciale pour l’avenir des abeilles et de tout l’environnement qui en dépend !

     

    Bien cordialement,

     

    Nicolas Laarman

     

    Délégué général

     

    ____

     

    Références :

     

    (1) 2017/2115(INI) Perspectives et défis pour le secteur apicole de l'Union européenne

     

    (2) Amendements n°176, 187, 188, 194, 195, 394

     

    (3) Nouveaux pesticides : pourquoi l’Anses doit revoir sa copie - Séverin Husson, La Croix, 22/10/2017

     

    (4) Communiqué du Ministère de la Transition Ecologique

     

    (5) More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas, Caspar A. Hallmann , Martin Sorg, Eelke Jongejans, Henk Siepel, Nick Hofland, Heinz Schwan, Werner Stenmans, Andreas Müller, Hubert Sumser, Thomas Hörren, Dave Goulson, Hans de Kroon - PLOS Published: October 18, 2017

     

    (6) Abeilles domestiques, pollinisation et biodiversité végétale – site du projet FlorAbeilles

     

    (7) Elevage, comportement de butinage et utilisation du bourdon terrestre pour la pollinisation, D. Lefebvre, P. Aupinel, S. Le Cun, J. Pierre Inra/Ensar UMR

     

    (8) European Red List of Bees, Nieto, A., Roberts, S.P.M., Kemp, J., Rasmont, P., Kuhlmann, M., García Criado, M., Biesmeijer, J.C., Bogusch, P., Dathe, H.H., De la Rúa, P., De Meulemeester, T., Dehon, M., Dewulf, A., Ortiz-Sánchez, F.J., Lhomme, P., Pauly, A., Potts, S.G., Praz, C., Quaranta, M., Radchenko, V.G., Scheuchl, E., Smit, J., Straka, J., Terzo, M., Tomozii, B., Window, J. and Michez, D. 2014. European Red List of bees. Luxembourg: Publication Office of the European Union.

     

    (9) Safeguarding pollinators and their values to human well-being, Simon G. Potts, Vera Imperatriz-Fonseca, Hien T. Ngo, Marcelo A. Aizen, Jacobus C. Biesmeijer, Thomas D. Breeze, Lynn V. Dicks, Lucas A. Garibaldi, Rosemary Hill, Josef Settele & Adam J. Vanbergen 540, 220–229 (08 December 2016) doi:10.1038/nature20588

     


    votre commentaire
  •  Résultat de recherche d'images pour "abeilles"

    Signez la pétition

    https://actions.sumofus.org/a/tous-les-pesticides-neonicotinoides-tueurs-d-abeilles-doivent-etre-interdits

     

    L’annonce a fait l’effet d’une bombe chez les apiculteurs et a stupéfié toute l’équipe de SumOfUs: le sulfoxaflor, un pesticide néonicotinoïde tueur d’abeilles, vient d’être autorisé en France!

    Il s’agit là d’un coup de force inouï des multinationales du toxique alors même que la France a décidé d’interdire ces pesticides à partir de 2018 et qu’une étude alarmante vient tout juste d’être publiée démontrant que les pesticides - en particulier les néonicotinoïdes - seraient responsables de la disparition de 80% des insectes en Europe en moins de trente ans.


    Il n’est heureusement pas trop tard pour agir Roselyne, à condition de faire front en masse et vite, très vite!

    Le ministre de l’Environnement, Nicolas Hulot (qui est aussi ministre d’Etat), est en mesure de monter au créneau et de peser de tout son poids pour mettre son veto contre cette manoeuvre des lobbys en incluant le sulfoxaflor dans le décret d’application de la loi interdisant les néonicotinoïdes qui doit être publié incessamment sous peu.  

    Soyons nombreux à l'interpeller pour bloquer immédiatement l’autorisation de ce pesticide et de tous ceux* qui exterminent les abeilles avant qu’il ne soit trop tard!


    Dites à Nicolas Hulot de mettre immédiatement son veto contre l’autorisation de tout pesticide tueur d’abeilles!

    L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) vient en effet de donner son feu vert à la commercialisation du sulfoxaflor, un pesticide développé par le géant américain du toxique, Dow Chemical.


    Ce pesticide tueur d’abeilles est récent et, selon Greenpeace, les géants de l’industrie toxique cherchent sournoisement à le garder en dehors de la catégorie des néonicotinoïdes qui seront bientôt interdits en France.

    Car ne nous y trompons pas: il s’agit bien là d’une manoeuvre perfide de l’industrie du toxique pour torpiller l’interdiction des néonicotinoïdes qui a été obtenue de haute lutte l’année dernière. 

    La déclaration du président de l'Unaf, Gilles Lanio, résume parfaitement ce véritable tour de passe-passe: «on va remplacer les néonicotinoïdes qu'on va supprimer par un nouveau néonicotinoïde !»

    Une étude de nos partenaires de PAN Europe l’a en effet démontré: il ne fait absolument aucun de doute que le sulfoxaflor est belle et bien un pesticide néonicotinoïde. Et c’est pourquoi il a été classé comme tel par un tribunal aux Etats-Unis.


    Il est donc temps de nous mobiliser et d’envoyer un puissant message au ministre de l’Ecologie: nous voulons que TOUS les néonicotinoïdes – y compris le sulfoxaflor – fassent partie du décret d’application de la loi interdisant les pesticides tueurs d’abeilles. C’est aussi simple que cela.

     

    Dites à Nicolas Hulot de mettre immédiatement son veto contre l’autorisation de tout pesticide tueur d’abeilles!

    https://actions.sumofus.org/a/tous-les-pesticides-neonicotinoides-tueurs-d-abeilles-doivent-etre-interdit

     

     

    L'année dernière, plus de 550.000 membres SumOfUs comme vous s'étaient fantastiquement mobilisés avec succès pour obtenir l'interdiction des néonicotinoïdes lors de l'adoption de la loi biodiversité. 

    Soyons encore plus nombreux à nous unir cette fois-ci contre ce gigantesque coup de force des lobbys de l'industrie phytosanitaire. Ne les laissons pas avoir le feu vert pour exterminer les abeilles.  

    Merci pour tout ce que vous faites,
    Nabil, Fatah et le reste de l'équipe SumOfUs


    *Le flupyradifurone, un autre nouveau pesticide néonicotinoïde tueur d'abeilles doit être aussi interdit! 


    Plus d'informations : 

     

     


    votre commentaire
  •  Pétition : Mise en place d'un grand plan national de moralisation de la cause animale

    À l'attention : de E.Macron, Président de la République, N. Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, S. Travert, ministre de l'Agriculture.

    Parce que la moralisation de la vie française c'est aussi : moraliser la cause animale.

    Eux ne peuvent ni manifester, ni se plaindre mais doivent en revanche subir !

    La sensibilité des animaux en fait des individus qu’il faut cesser d’exploiter et de considérer comme des objets. Nous devons adopter une vision politique claire afin d’inscrire la logique animale dans l’évolution des sociétés.

    Une des grande absente de la campagne présidentielle était cette cause de la vie animale.

    Parce que les citoyens et les élus doivent prendre leurs responsabilités devant les horreurs, les massacres, la maltraitance, l'absence de règles de droit.



    Les animaux ne s'expriment pas mais souffrent en silence.

    Ils sont dépecés pour nos besoins humains, maltraités dans les abattoirs encore et encore.

    La souffrance animale doit être prise en compte et nos habitudes à revoir entièrement...

    Au nom de quoi une vache aurait moins de considération qu'un chat ?

    Qu'un hamster serait mieux considéré qu'un taureau qui lui terminera dans une arène soumis à la vindicte humaine hurlant sa mise à mort ou bien d'un cochon qui terminera à l'abattoir torturé ?

    Pourquoi devrions nous considérer la souffrance de certains et non de tous ?

    C'est du specifisme animal, de la barbarie !

    Oui la société va mal , il y a beaucoup de choses à changer mais les animaux n'ont pas la parole et doivent être entièrement reconsidérés.


    Aussi nous attendons du nouveau président un véritable programme nationale de moralisation de la cause animale ...

    L'ÉGALITÉ DE VIE DOIT ÊTRE LA MÊME POUR TOUS HUMAINS ET ANIMAUX !

    Nous devons de toutes évidences revoir nos habitudes alimentaires facteurs de maladies et de milliers de décès . Les enjeux liés à la Santé doivent intégrer le paramètre de :" la moralisation de la vie animale"

    La politique c'est aussi cela.

    Ce plan de moralisation comprendra par exemple :

    --- Une commission consultative et participative citoyenne afin que politique et citoyen trouvent ensemble des solutions adaptées à leurs régions.

    --- Des décisions de justice rapides et exemplaires face aux actes de barbaries : comparutions immédiates , lourdes amendes , sanctions sévères.

    --- Mise en place de campagnes nationales de sensibilisations.

    --- Plan de lutte contre l'utilisation des fourrures animales type convention de Washington

    --- Substitution progressive de l'utilisation de cuir animal dans le secteur industriel

    --- Interdiction d'expérimentations animales en laboratoire.

    --- Programme de politique de réorientation des zoos : les zoos devront être la pour aider et participer à la sauvegarde des espèces et à leurs réimplantations dans le milieu naturel. Fini de les capturer pour les encager....

    --- Une position claire de l'état pour en terminer avec les corridas, cette pratique d'outre temps.

    Nous invitons les associations qui défendent le droit des animaux à participer.

     

    Thierry Paul Valette

    Fondateur de l'égalité NATIONALE

     

    Signature

    https://www.mesopinions.com/petition/animaux/mise-place-grand-plan-national-moralisation/34958


    votre commentaire
  •  

    Madame, Monsieur,   CAF, Sécu, caisse de retraite, Préfecture, voire même la Mairie et les Hôpitaux dans certaines villes… Pour joindre tous ces services par téléphone, il faut désormais la plupart du temps passer à la caisse.


    Difficile de passer outre les numéros surtaxés ! De 6 cts la minute pour la plupart des services, on monte à 15 cts quand on veut joindre la Préfecture ou l'Hôpital. Et vu les temps d'attente interminables, la facture devient vite salée…

    De quel droit l'Etat nous fait-il payer une deuxième fois un service que nous avons déjà payé via nos impôts ? Nos dirigeants croient-ils que c'est par plaisir que nous appelons l'Hôpital quand nous sommes souffrants, ou essayons de joindre un proche hospitalisé ? Que c'est pour nous distraire que nous composons le numéro de la CPAM parce que nous avons un énième problème avec la Carte Vitale ?...

    Ce service est partie intégrante du service public, et ne devrait pas constituer un coût supplémentaire pour le contribuable… d'autant plus que toutes ces démarches sont gratuites sur internet !

    Alors oui, je comprends bien que pour réduire les coûts administratifs on pousse la population à effectuer elle-même ses démarches en ligne. C'est même très sain de chercher ainsi à réduire les coûts de fonctionnement d'un système autrement très onéreux.

    Mais qu'en est-il des personnes âgées qui n'ont même pas d'ordinateur ? De toutes celles et ceux qui ne sont pas en mesure d'utiliser internet, de fournir une adresse mail pour ouvrir un compte sur chaque portail de service, de se souvenir de mots de passe différents pour chacun, selon si le webmaster a requis 12 caractères, des chiffres, des majuscules, des minuscules, des ! ou des @...
    Pour certains, c'est facile voire même inné. Pour d'autres, c'est un véritable travail de bénédictin – et il n'y a aucune raison qu'on les oblige à passer par ce dur labeur pour accomplir une formalité qu'un simple coup de fil, au bon interlocuteur, pourrait solder en quelques minutes.

    Et attendre toutes ces personnes au tournant pour les détrousser de quelques euros à chaque fois qu'ils ont l'outrecuidance de solliciter l'administration par téléphone, c'est proprement honteux !
    Le site internet du service public pose lui-même l'égalité devant le service public comme un principe inébranlable :

    Il signifie que toute personne a un droit égal à l'accès au service, participe de manière égale aux charges financières résultant du service (égalité tarifaire sauf pour les services facultatifs, tels que les écoles de musique, par exemple), et enfin doit être traitée de la même façon que tout autre usager du service. »

    Vie-publique.fr

    Demandons donc l'application de ce principe, et l'abolition des numéros surtaxés dans le service public : rejoignez ma pétition au Premier Ministre, Edouard Philippe.

    Merci
    Jacques

    JE SIGNE LA PÉTITION


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique