• Résultat de recherche d'images pour "Eurodéputés: considérez les perturbateurs endocriniens avec le même sérieux que les cancérogènes et rejetez le texte de la Commission européenne!"

    C’est notre dernière chance pour que soient réellement interdits les perturbateurs endocriniens (PE) et bloquer les manoeuvres des géants du toxique comme Bayer, Monsanto et BASF qui sont sur le point de gagner dans ce dossier.

    Un vote crucial aura lieu le 3 octobre au Parlement européen
     ce qui nous laisse très peu de temps pour agir.


    Dites aux eurodéputés de réclamer une interdiction totale des PE en rejetant le texte permissif et dangereux de la Commission européenne!

     

     

    Un véritable permis d'intoxiquer est sur le point d'être offert par l'UE aux multinationales du toxiques comme Monsanto, Bayer et BASF.

    Le 4 juillet dernier, la France a capitulé devant les lobbies à Bruxelles en acceptant une proposition législative de la Commission européenne sur les perturbateurs endocriniens qui ne nous protégera pas de ces substances toxiques qui touchent particulièrement les enfants et les femmes enceintes.

    En capitulant, la France a aussi permis à la Commission de faire adopter cette proposition dangereuse qui risque maintenant de faire loi dans toute l'UE.

    Mais tout n’est pas perdu! 

    Nous pouvons encore agir car la proposition de la Commission doit désormais être approuvée par le Parlement européen le 3 octobre prochain. 


    Près 500.000 membres de SumOfUs comme vous avaient signé notre pétition contre la proposition de la Commission européenne. Soyons aussi nombreux à rappeler aux eurodéputés des quatre coins de l’UE qu’ils ne représentent pas le lobby agrochimique de Bayer et Monsanto mais bien la population: des citoyens et citoyennes comme vous!

    Eurodéputés: bloquez la définition permissive de la Commission européenne au sujet des perturbateurs endocriniens.

    Les perturbateurs endocriniens, ce sont notamment le bisphénol A et les phtalates. On les trouve dans nombre de plastiques, de cosmétiques et de pesticides. Ils sont mis en cause dans beaucoup de cas de cancers, d’infertilité, de malformations, d’obésité et leur coût pour la société est évalué à au moins 157 milliards d’euros par an en Europe. 

    Pas étonnant que selon un sondage, 90% des français veulent en finir avec ces substances toxiques que l'on retrouve P.A.R.T.O.U.T. 


    Or le texte proposé par la Commission exige un niveau de preuve beaucoup trop élevé avant de pouvoir interdire une substance et prévoit de nombreuses dérogations.

    Une intense bataille se joue en ce moment même à Bruxelles
    . L’industrie agro-chimique y a envoyé une armée de lobbyistes défendre ses profits. Ces lobbys gagneront si nous ne nous mobilisons pas massivement en interpellant les eurodéputés.


    Dites aux eurodéputés d’écouter la population plutôt que les lobbys et de nous protéger des réels dangers que représentent les perturbateurs endocriniens.

    Nous ne sommes pas les seuls à nous inquiéter: trois sociétés d’endocrinologues ont signé une lettre le 11 juillet pour dénoncer les critères adoptés et les disparités avec le système d’identification des cancérogènes.


    Le vote décisif se tiendra au Parlement européen dans les prochaines semaines et nous pouvons encore gagner pour nous protéger des innombrables maladies engendrés par les perturbateurs endocriniens.

    Les membres de SumOfUs ont déjà remporté des victoires très importantes dans la lutte contre les produits toxiques sur la scène européenne. C’est grâce à notre mobilisation collective que le renouvellement de l’homologation du glyphosate est encore et toujours repoussée. C’est aussi grâce à la mise en commun de nos efforts que les néonicotinoïdes qui tuent les abeilles appartiendrons au passé dès 2020 en France.

    Il est temps maintenant de rappeler aux eurodéputés que nous tenons à ce qu’il fasse passer notre santé avant les profits des multinationales.

    Appelez les eurodéputés à se ranger dans le camp de la science et de rejeter la proposition de la Commission concernant les perturbateurs endocriniens!

    Merci pour tout ce que vous faites,

    Nabil, Fatah, Marie et le reste de l'équipe SumOfUs

     


    Plus d'information:

    SumOfUs est un mouvement mondial de personnes comme vous, qui travaillent ensemble afin de responsabiliser les entreprises et de tracer une nouvelle voie durable pour l’économie mondiale. Aidez SumOfUs à renforcer ses campagnes en faisant un don de 4 € .


    votre commentaire
  • Pétition : Retraités, CSG : non à la stigmatisation, non à la régression... Revalorisez les pensions !

    Retraités, CSG : non à la stigmatisation, non à la régression... Revalorisez les pensions !

    Mise à jour de la pétition

    À l'attention : de Monsieur le Président de la République

    Retraités et hausse de la CSG : Non aux mensonges stigmatisants, oui à l’égalité de traitement ! Monsieur le Président, revalorisez les pensions de 3,15%.


    Voici les mensonges propagés par les écrivaillons de 95% des titres de la presse, papier ou électronique :

    Un effort va être demandé aux plus aisés des plus aisés des retraités de la génération dorée. La réforme de la CSG du nouveau président Macron va transférer la pression fiscale des classes moyennes aux retraités les plus riches. Seuls les 60% de retraités les plus aisés qui paient une CSG à taux plein subiront la hausse de cet impôt. C’est une mesure de justice redistributive, imbibée du principe d’égalité.

     La vérité est tout autre :

    La hausse de la CSG de 1,7% concerne les retraités dès que leur revenu fiscal annuel atteint ou dépasse 14375€ pour une personne seule, 22051€ pour un couple. Elle peut donc s’appliquer même à des retraites inférieures à 1000€ net mensuels !!!

    Alors que pour les salariés, la hausse de la CSG doit être compensée par une suppression de leurs cotisations d’assurance maladie (0,75%) et de chômage (2,4%), et que des compensations sont envisagées pour les indépendants, rien de tel n’est prévu pour les retraités. Si rien ne change, ils seront donc victimes d’une politique discriminatoire, clairement inégalitaire (que ne saura adoucir le projet de suppression de la taxe d’habitation sous des conditions de ressources semblables pour les contribuables de tout âge, et dont ils ne bénéficieront donc pas davantage que les autres).


    Cette discrimination serait d’autant plus choquante que :

    - le salaire moyen net est en 2016 de 2002€, alors que la pension moyenne nette de retraite (de la « génération dorée ») se situe autour de 1300€ (1376€ bruts, fin 2015 d’après la Drees) ;

    - la hausse de la CSG pénaliserait de nouveau  les pensions de retraite de base et complémentaires, qui ont subi déjà des baisses en 2014, 2015 et 2016 (taux de revalorisation de 0%) et dont de nouveaux grignotages sont programmés pour les secondes jusqu’en 2018 inclus.

    Au nom de l’égalité de traitement s’impose donc la nécessité de compenser pour les retraités la hausse de la CSG, exactement comme pour les salariés. C’est pourquoi, nous vous demandons, Monsieur le Président, de prévoir concomitamment une revalorisation des pensions de base et complémentaires de 3,15% et de veiller à leur indexation, au minimum, sur l’inflation.
     

    votre commentaire
  •  

    Signez la pétition : https://stop-energies-fossiles.fnh.org/

    Alors que les effets du dérèglement climatique se font déjà fait ressentir, certains dirigeants bloquent toute action ou s’obstinent à faire la part belle aux énergies fossiles qui en sont l’une des causes:
    • Le président Donald Trump a décidé la sortie des USA de l’Accord de Paris sur le climat.
    • Le gouvernement canadien a annoncé vouloir augmenter de 53% sa production de pétrole issu des sables bitumineux d’ici 2030, alors qu’ils sont une fois et demi plus émetteurs de gaz à effet de serre que les pétroles conventionnels !

    Aujourd’hui, nous devons nous mobiliser massivement pour montrer l’exemple et faire barrage aux énergies fossiles qui détruisent notre planète! Interdire l’importation du pétrole issu des sables bitumineux et des gaz du schiste serait un premier geste fort qui assoirait les ambitions affichées du Président Macron.

    La France interdit l’extraction de ces énergies fossiles sur son territoire mais en importe en grandes quantités pour alimenter nos chaudières, nos gazinières ou encore faire avancer nos voitures. C’est un non sens qui montre que nous avons encore beaucoup à faire pour tenir la promesse faite en signant l’Accord de Paris, il y a près d’un an et demi. Nous demandons de l’exemplarité et de la la cohérence !
     

    Signez la pétition : https://stop-energies-fossiles.fnh.org/

    Je dis non aux sables bitumeux et gaz de schiste

     


    votre commentaire
  • Vivre son homosexualité en Albanie, « où afficher sa différence demande beaucoup de courage » (Reportage/VIDEO)

    Article,  Le 19 juillet 2017

     

    De nombreux Albanais refusent certaines valeurs telles que la tolérance ou les droits de l’homme. Bien que l’homosexualité soit depuis peu protégée par la loi, gays et lesbiennes se heurtent ainsi chaque jour à l’homophobie d'une partie de la population.

    Deux militants LGBT, pionniers du mouvement dans le pays, ont accepté de témoigner pour ARTE Regards.

     

     

    https://www.stophomophobie.com/vivre-son-homosexualite-en-albanie-ou-afficher-sa-difference-demande-beaucoup-de-courage-reportagevideo/

     

     

    Parce que chacun à le droit de vivre à sa façon,

    et que dans certains pays,

    les différences ne sont pas acceptées  ....

     

     

    Naît-on ou devient-on homo ? | Psychologies.com

     

     

    Pétition

    http://www.mesopinions.com/petition/social/stop-aux-barbaries-anti-lgbt-defendons/31555

     


    votre commentaire
  • Article correspondant à l'image

    http://www.armenews.com/article.php3?id_article=144233

     

     

     Les choses ont pris un tournant dramatique. Il y a quelques heures, notre collègue, Idil Eser, directrice d’Amnesty International en Turquie, a été inculpée avec neuf autres militants… pour avoir défendu les droits humains. Nous vous avons écrit la semaine dernière pour vous alerter sur l’arrestation de ces 9 défenseurs des droits humains, honteusement accusés d’appartenance à une organisation terroriste.
     

     

    Aujourd’hui, ces 10 militants sont officiellement inculpés, et 6 d’entre eux, dont Idil Eser, maintenus en détention sur des motifs absurdes, et purement politiques visant à faire taire toute voix critique. La directrice d’Amnesty en Turquie rejoint donc le président Taner Kilic, lui aussi détenu depuis le 9 juin dernier. Dans l’histoire d’Amnesty, l’arrestation de deux de nos dirigeants dans un pays est sans précédent.
     

     

    Désormais, tous risquent des peines d’emprisonnement de plusieurs années.
     

     

    En tant que mouvement, nous ne pouvons laisser cette attaque sans réponse. L’indignation n’est pas suffisante.
    Nous avons besoin de vous maintenant.
     

     

    Agissez pour exiger leur libération.

     
     

     

     

    Mise à jour 18/07/2017 : la justice turque a placé 6 défenseurs des droits humains, dont Idil Eser, en détention provisoire dans l’attente de leur procès. Les 4 autres ont été placés en liberté conditionnelle. Tous sont inculpés sans fondement de « commission d’un crime au nom d’une organisation terroriste sans en être membre ».

     

    Mise à jour 11/07/2017 : La garde à vue d'Idil et des 9 autres personnes a été prolongée d'une semaine

     

    La police a arrêté le deuxième dirigeant d’Amnesty International Turquie en l’espace d’un mois.

    Au matin du mercredi 5 juillet, la police a arrêté 10 défenseurs des droits humains et deux formateurs qui participaient à un séminaire à Istanbul.

    Durant plus de 24 heures, ils ont été privés de contact avec leur famille ou avec un avocat, et personne ne savait où ils se trouvaient.

    Idil et les autres ne faisaient rien de mal. Ils ont pourtant tous été inculpés de « commission d’un crime au nom d’une organisation terroriste sans en être membre ». Des accusations grotesques et scandaleuses.

     

    Ce type d’attaque contre les défenseurs des droits humains devient de plus en plus courant. Le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan abuse de son pouvoir, et transforme délibérément le pays en un lieu hostile pour toutes les personnes qui défendent les droits humains.

     

    La suite et signez

    (je l'ai fait, me suivrez vous ? )

     

    https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/petitions/liberte-pour-la-directrice-damnesty-turquie-et-9-autres-personnes


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique