• Chanson composée en 1964 par Bobbejaan Schoepen. En 1965, Richard Anthony l'adapte en l'interprétant magistralement et significativement avec des paroles combien émouvantes.

     

    JE ME SUIS SOUVENT DEMANDE

    Je me suis souvent demandé
    Comment il se fait qu’un maçon
    N’a presque jamais sa maison
     

    Je me suis souvent demandé
    Pourquoi les noirs eux n’avaient pas
    Comme les blancs les mêmes droits
     

    Je me suis souvent demandé
    Pourquoi les petits chiens pelés
    Un peu partout étaient traités
    A coup de pied
     

    Je me suis souvent demandé
    Pourquoi on laissait de côté
    Ces petits enfants qui sont nés
    Abandonnés
     

    Il faudrait pourtant y penser

     

    Je me suis souvent demandé
    Pourquoi les roses de l’été
    Étaient arrachées par millier
    Pourquoi les arbres étaient coupés
    Quand ils avaient mis tant d’années
    A grandir pour nous protéger
     

    Je me suis souvent demandé
    Pourquoi ceux qui étaient armés
    Finissaient toujours par tuer
    La vérité
     

    Pourquoi au nom d’égalité
    On finissait par enfermer
    Ceux qui avaient pourtant rêvé
    De liberté

     

    C’est à croire que tout est faussé

     

    Je me suis souvent demandé
    Pourquoi certains sont affamés
    Quand d’autre meurent de trop manger
     

    Je me suis souvent demandé
    Pourquoi on cherche à séparer
    Ceux qui se sont enfin trouvés
     

    Je me suis souvent demandé
    comment on pouvait dépenser
    Une fortune pour faire trembler le monde entier
    En oubliant de partager
    Tout cet amour qu’on a donné
    Pour essayer de racheter
    Tous nos péchés

     

    Mais un jour, il faudra payer ...  

    bis

     

    Mix  Je me suis souvent demandé - Richard Anthony

    https://www.youtube.com/watch?v=tQEQ7RgMsZQ&index=2&list=RDBRlDtDI1RUg


    votre commentaire
  •  

    Texte Michel Laplanche Composition, interprétation & arrangements Maurice P Batterie Farid Medjane Vidéo Michel Laplanche Titre disponible sur le Ep " Live Studio II "

     

    PENSÉES DOGMATIQUES ABJECTE IDÉE DE SUPPRIMER FLIRTER AVEC LE COMBLE ÉGOÏSME A SE DÉBARRASSER, NE PAS COMPRENDRE LES COLÈRES ET INJUSTICE DE CETTE TERRE AVOIR DES PENSÉES DOGMATIQUES SERAIT SE RENDRE UN PEU COMPLICE DE TOUTES CES DÉCISIONS VERROUILLÉES.

    ÊTRE SEIGNEUR SANS DIEU NI LOI, FIXER LE MIROIR, DEVENIR UNE PROIE PENSER FISSURE CÉRÉBRALE, RENIER LES FRACTURES SOCIALES, PRENDRE UN PASSEPORT POUR LE RSA. AVOIR DES PENSÉES DOGMATIQUES SERAIT SE RENDRE UN PEU COMPLICE AVOIR DES PENSÉES DOGMATIQUES SERAIT SE RENDRE UN PEU COMPLICE AVOIR DES PENSÉES DOGMATIQUES SERAIT SE RENDRE UN PEU COMPLICE  

     

    Retrouvez toute l'actualité de Maurice P sur https://www.facebook.com/Rock.MauriceP

     

    Maurice P

     

    Playlist

    https://www.youtube.com/watch?v=HldAwjSZsO0&list=PLUyp_oWbYGOTgftDN5ONAQ0IUJUEYTAsj

     


    votre commentaire
  • Song: San Francisco (Be Sure To Wear Flowers In Your Hair) Artist: Scott McKenzie - This video is purely fan made! I don't own anything. All rights belong to their respective owners. -

     

     

    Playlist Sixties Années 60

    https://www.youtube.com/watch?v=WANNqr-vcx0&list=PLA_aaXvpfrlf_ZNDrJSsmMa5lUT8Ln1lh&index=2


    votre commentaire
  •  

    Paroles de la chanson Hexagone par Renaud

     
     
    Ils s'embrassent au mois de janvier,
    car une nouvelle année commence,
    mais depuis des éternités
    l'a pas tell'ment changé la France.
    Passent les jours et les semaines,
    y'a qu'le décor qui évolue,
    la mentalité est la même,
    tous des tocards, tous des faux culs.

    Ils sont pas lourds en février,
    à se souvenir de Charonne,
    des matraqueurs assermentés
    qui fignolèrent leur besogne.
    La France est un pays' de flics,
    à tous les coins d'rue y'en a cent,
    pour faire régner l'ordre public
    ils assassinent impunément.

    Quand on exécute au mois d'mars,
    de l'autr'côté des Pyrénées,

    un anarchiste du Pays Basque,
    pour lui apprendre à s'révolter,
    ils crient, ils pleurent et ils s'indignent
    de cette immonde mise à mort,
    mais ils oublient qu'la guillotine
    chez nous aussi  ça  plait encore.

    Être né sous l'signe de l'hexagone,
    c'est pas c'qu'on fait de mieux en c'moment,
    et le roi des cons, sur son trône,
    j'parierais pas qu'il est allemand.

    On leur a dit, au mois d'avril,
    à la télé, dans les journaux,
    de pas se découvrir d'un fil,
    que l'printemps c'était pour bientôt,
    Les vieux principes du seizième siècle,
    et les vieilles traditions imbéciles,
    ils les appliquent tous à la lettre,
    y m'font pitié tous ces débiles.
     
    Ils se souviennent, au mois de mai,
    d'un sang qui coula rouge et noir,
    d'une révolution manquée
    qui faillit renverser l'histoire.  
     
    J'me souviens surtout d'ces moutons,
    effrayés par la liberté, s'en allant voter par millions
    pour l'ordre et la sécurité.

    Ils commémorent au mois de juin,
    un débarquement d'Normandie,
    ils pensent au brave soldat ricain
    qu'est v'nu se faire tuer loin d'chez lui.
    Ils oublient qu'à l'abri des bombes,
    les Français criaient : vive Pétain,
    qu'ils étaient bien planqués à Londres,
    qu'y'avait pas beaucoup d'Jean Moulin.

    Être né sous l'signe de l'hexagone,
    c'est pas la gloire en vérité
    et le roi des cons, sur son trône,
    me dites pas qu'il est portugais.

    Ils font la fête au mois d'juillet,
    en souv'nir d'une révolution
    qui n'a jamais éliminé
    la misère et l'exploitation.

    Ils s'abreuvent de bals populaires,
    d'feux d'artifice et de flonflons,
    ils pensent oublier dans la bière
    qu'ils sont gouvernés comme des cons.

    Au mois d'août c'est la libertén
    après une longue année d'usine,
    ils crient : vive les congés payés ;
    ils oublient un peu la machine. 
     
    En Espagne, en Grèce ou en France,
    ils vont polluer toutes les plages,
    et, par leur unique présence,
    abîmer tous les paysages.

    Lorsqu'en septembre on assassine
    un peuple et une liberté
    au coeur de l'Amérique latine,
    ils sont pas nombreux à gueuler. 
     
    Un ambassadeur se ramène,
    bras ouverts il est accueilli,
    le fascisme c'est la gangrène,
    à Santiago comme à Paris.

    Être né sous l'signe de l'hexagone,
    c'est vraiment pas une sinécure,
    et le roi des cons, sur son trône,
    il est français, ça j'en suis sûr.

    Finies les vendanges en octobre,
    le raisin fermente en tonneaux,
    ils sont très fiers de leurs vignobles,
    leurs côtes-du-rhône et leurs bordeaux.
     
     
    Ils exportent le sang de la terre
    un peu partout à l'étranger,
    leur pinard et leur camembert,
    c'est leur seule gloire, à ces tarés.

    En novembre, au Salon d'l'auto,
    ils vont admirer par milliers
    l'dernier modèle de chez Peugeot,
    qu'il pourront jamais se payer.

    La bagnole, la télé, l'tiercé,
    c'est l'opium du peuple de France,
    lui supprimer c'est le tuer,
    c'est une drogue à accoutumance.

    En décembre, c'est l'apothéose,
    la grande bouffe et les les p'tits cadeaux,
    ils sont toujours aussi moroses,
    mais y'a d'la joie dans les ghettos.
     
     
    La Terre peut s'arrêter d'tourner,
    ils rat'ront pas leur réveillon,
    moi j'voudrais tous les voir crever,
    étouffés de dinde aux marrons.

    Etre né sous l'signe de l'Hexagone,
    on peut pas dire qu'ça soit bandant.
    Si l'roi des cons perdait son trône,
    y'aurait cinquante millions de prétendants.
     
     

    Mix – hexagone renaud

    https://www.youtube.com/watch?v=2aRakmBRukQ&list=RD2aRakmBRukQ&t=79


    votre commentaire
  •  

    Mo Gi

     

    Sans connaître les raisons
    qui ont poussé cet homme à vivre
    dans une autre ville
    on l'estime


    comme quelqu'un de toujours poli
    qu'il soit heureux
    ou qu'il soit triste

    sans donner d'importance
    à la chance de voir cet homme, ce soir
    qui rentre un peu moins tard
    ses enfants aiment leur père avec une impatience

    qui le laissera vieillir
    juste après leur enfance

    il tourne sur le monde solitaire
    il court, il approche un autre siècle

    on se souviendra
    de ceux qui commettent un crime
    un jour
    de tous ces chasseurs de primes
    et puis
    d'oublier la vie
    d'un homme extraordinaire

    sans l'espoir d'apprendre
    à leur apprendre
    à ne pas compter les heures
    qui s'enroulent et qui meurent
    que leur dire ?
    qu'ils viennent sur terre juste pour y répandre
    un peu d'amour
    et quelques cendres

    on se souviendra
    de ceux qui commettent un crime
    un jour
    de tous ces chasseurs de primes
    et puis
    d'oublier la vie
    d'un homme extraordinaire

    sans connaître les raisons
    qui ont
    poussé cette femme à fuir
    encore une autre ville
    on la voit
    comme quelqu'un qui a bien réagi
    face à la mort
    et à l'oubli

    elle tourne sur le monde solitaire
    elle court, elle approche un autre siècle

    on se souviendra
    de ceux qui commettent un crime
    un jour
    de tous ces chasseurs de primes
    oh non, non pas de sa vie
    tombée dans l'oubli
    des villes sans mémoire
    qui se souviendra ?
    de ceux qui ont une histoire
    d'un jour
    d'un homme qui commence à boire
    la vie d'un homme sans nom
    un homme extraordinaire

     

    Un Homme Extraordinaire
    Les Innocents
    • Ce titre est extrait de l'album : Fous A Lier
    • Année de sortie : 1992
    • Label : Virgin

     

    Les Innocents (groupe) — Wikipédia

    Les Innocents - Site officiel

     

     

    Les Innocents " L'autre Finistère, Colore & Un Homme

    Extraordinaire " Concert Alcaline...

    https://www.youtube.com/watch?v=byWJdalgC88


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique