• Si l'arbre ne devient pas la mesure de ton pas
    S'il n'oriente en toi l’espace et le chemin
    Si son écorce ne t'épaule en marchant
    Si ses bourgeons tout en haut ne t'allègent

    Si son tronc vertigineux ne t'envoûte
    Si son chant immobile ne te foudroie
    Si sa danse ne t'emporte vers le ciel
    Si son ombre sacrée ne te recouvre

    Si ses feuillages en toi ne respirent
    Si ses mousses sont trop froides pour toi
    S'il tend en vain l'or de ses lichens
    Si sa vie silencieuse ne t'abrite

    Si sa sève ne s'accorde à ton sang
    Si tu restes aveugle au feu de son vitrail
    Si tu ne sens monter sa fièvre végétale
    S’il n’éclaire la forêt de ton pas

    S'il ne démêle en toi tes pauvretés inutiles
    Si tu ne le perçois qu’au tumulte qui t'agite
    Si tu n'entends sourdre l'orchestre de ses racines
    Si tu ne suis la partition allègre de ses bois

    S'il ne t'enivre d’aventures promises
    S'il ne creuse en toi des sillons inconnus
    S'il ne ruisselle en toi de forces contenues
    S'il n'ouvre à fonds perdus les trésors de ta joie

    Alors vaine est ta course
    Infertile ta solitude
    Infructueux ton poème
    Stérile le sentier parcouru

    Jean Lavoué

    www.enfancedesarbres.com


    2 commentaires
  • Près de 19 ans après sa disparition dans les eaux du Mississippi le 29 mai 1997, un morceau inédit de Jeff Buckley a été publié : « I Know It’s Over » qui est une reprise des Smiths. Jeff Buckley sublime la chanson, d’une voix tremblante de sincérité et d’émotion. Le titre s’accompagne également d’un clip réalisé par la portraitiste Amanda Demme (voir ci-dessus).

     

    • Article complet

    http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/you-and-i-le-nouvel-album-posthume-178352

     

     

    ------

    France Culture

    La sortie de bandes inédites de Jeff Buckley, chansons reprises de Dylan, Sly & The Family Stone ou encore The Smiths suscite l'émotion

    par leur nudité crue.

     

    Jeff Buckley - You And I (Columbia)

    « Parfois j’ai raison, mais je peux avoir tort, mes croyances sont dans mes chansons » les paroles de Sly & The Family Stone (Everyday people) réappropriées ici par Jeff Buckley. Qu’est-ce qui fait de vous un auteur de chansons ? Peut-être déjà la capacité à interpréter celles des autres, à savoir choisir pour soi. Qualités manifestes chez Jeff Buckley, dont la version d’Hallelujah éclipse presque (en terme de notoriété) celle Leonard Cohen.

     

    De son vivant Jeff Buckley n’a publié qu’un seul album, Grace (1994). Mais depuis sa mort à l’âge de 30 ans au cours d’une baignade dans le Mississipi, l’exploitation de tous les enregistrements possibles, entre album posthume inachevé (Sketches for My Sweetheart the Drunk -1998) différents concerts (Live at Chicago, à l’Olympia, at Sin-é) ou compilation de fonds de tiroir (Songs to No One) ont épuisé l’intérêt des fans comme du grand public. La parution ce mois-ci de bandes inédites peut en laisser certains dubitatifs, le disque mérite pourtant de s’y arrêter. Essentiellement pour ces reprises, que l’on croit ré-entendre (paradoxe) pour la première fois. Comme la chanson Calling You (de Bob Telson) pour le film Bagdad Café, soudainement vierge d’images.

     

    En février 1993 alors qu’il n’a toujours pas réalisé son premier album, Jeff Buckley enregistre pendant trois jours au Shelter Island studio à New York, pour rassurer la maison de disque Columbia. Des reprises et quelques maquettes. Enregistrement quasi-brut où les imperfections, les mots d’intentions ont été conservés, et c’est ce qui fait tout le prix de ces sessions d’enregistrement, on voit littéralement la musique en train de se faire. Jeff Buckley s’adresse à l'ingénieur du son Steve Addabbo, à propos d’une chanson entendue dans un rêve… et l’on entend Dream of You and I, simplement bouleversante.

     

    Il faut aussi écouter l'écart entre des versions comme celle  de « Just Like a Woman » de Dylan (un rien outrée) et « Don't let the sun catch you cryin' » (chanson de Gerry and the Pacemakers) dont Jeff Buckley avoue à la fin qu’il ne sait même pas qui l’a écrite, qu’il ne connaît que les versions de Ray Charles et d’autres, qu’elle le touche à chaque fois… Un duo d’auteur revient par deux fois, et la rencontre vaut à elle seule de s’arrêter sur ces bandes : Morrissey et Johnny Marr (The Smiths) dont Buckley reprend l’hymne déchirant « I know it's over ».

     

    Extraits diffusés :

    Everyday People (Sly and the Family Stone)

    Calling You (B.Telson)

    Dream of You and I (J.Buckley)

    I know it's over (Morrissey/ J.Marr)

    Album : Jeff Buckley « You and I » (label : Columbia)

    Intervenants

     

    -------

     

     Ecoutez un extrait de l’album inédit avec la reprise de Everyday People de Sly & The Family Stone

     

    De Bagdad Café aux Smiths

    Nous sommes en février 1993, dans les petits studios Shelter Island sous la houlette du propriétaire des lieux, Steve Addabbo (Suzanne Vega, Loudon Wainwright III…). Avant de découvrir la vraie vie de studio, sur la fabrication longue et bousculée de Grace, Jeff Buckley est alors envoyé par son label Columbia s’aguerrir aux techniques et conditions d’enregistrement, sans obligation de résultat, sans but, sans contraintes. Pour s’étalonner, le prodige choisit surtout des reprises – Sly & The Family Stone, la BO de Bagdad Café, Led Zep ou les Smiths, en masse –, sur lesquelles son effarante musicalité prend déjà le dessus sur les facéties. Ça ne l’empêche pas de déjà révéler aux quelques chanceux présents sa musicalité extrême, sur deux originaux (Grace et Dream of You & I).

     

    Jamais publiées dans leur intégralité, ces bandes très révélatrices et passionnantes en tant que telles, seront commercialisées, sous le nom de You & I, le 11 mars 2016. On les a entendues, et les larmes ont inondé le clavier de l’ordinateur. L’hiver sera long, avant que l’on entende à nouveau Jeff Buckley reprendre le poignant I Know It’s Over des Smiths.

    album Jeff Buckley You & I (sortie le 11 mars 2016)

     

    Article complet

    http://www.lesinrocks.com/2015/11/12/musique/un-album-inedit-de-jeff-buckley-avec-des-reprises-de-led-zeppelin-et-des-smiths-11787202/


    votre commentaire
  • A quoi ressemble une séance de ménage chez Julie Frédérique, fée du logis 100% écolo ? Réponse en vidéo avec ses bonnes astuces naturelles à base de citron.

    Grâce au citron, cet agrume malin et utile, Julie Frédérique vous dévoile dans cette vidéo comment :


    - Ressusciter une éponge
    - Nettoyer des taches de café
    - Nettoyer des bijoux
    - Décaper et nettoyer le calcaire
    - Nettoyer le four micro-ondes

     

    Pas de doute, le citron, cet expert antiseptique, est un tueur de bactéries au parfum frais et acidulé. Si vous aussi vous voulez vous lancer dans le ménage écologique, feuilletez le Ménage Malin aux Editions Leduc

     


    votre commentaire
  • Le chroniqueur gastronomique Jean-Pierre Coffe, célèbre pour ses coups de gueule contre la malbouffe, est mort à l'âge de 78 ans.

    Jean-Pierre Coffe est mort à l'âge de 78 ans

    Jean-Pierre Coffe est mort à l'âge de 78 ans. (Sipa)

     Il avait fêté ses 78 ans la semaine dernière. Le chroniqueur gastronomique Jean-Pierre Coffe, célèbre pour ses coups de gueule contre la malbouffe, est décédé. Selon plusieurs médias, il s'est éteint dans la nuit de lundi à mardi dans sa maison de Lanneray, en Eure-et-Loir dans des circonstances qui n'ont pas été divulguées.

     

    La suite

    http://www.lejdd.fr/Medias/Jean-Pierre-Coffe-chroniqueur-gastronomique-et-anti-malbouffe-est-mort-779081

     

     

     Ses amis de la télé lui rendent hommage

    (vidéo)

    http://www.programme-tv.net/news/tv/82723-deces-de-jean-pierre-coffe-ses-amis-de-la-tele-lui-rendent-hommage-video/

     

    Condoléances à ses proches


    votre commentaire
  •  Ma voix est loin d'égaler l'artiste qui a chanté ce morceau, mais je vous partage,  en tant que mon modeste hommage à toutes mes soeurs de coeur, mes amies,

    et aussi pour mes amis très masculins,

     qui ont aussi un côté féminin, à développer ou à accepter, en tout cas, à traiter avec "amour" 

     

    Elle


    a la peau couleur du soleil

    Elle a le secret des abeilles
    Elle sait comment faire des enfants
    Elle, c'est un avion blanc dans le ciel
    Elle a déjà brûlé ses ailes
    Elle est née dans un ouragan

    Elle, je l'ai croquée comme une pomme
    Elle n'en veut parler à personne
    Elle a les yeux de l'océan
    Elle, moitié Venise et moitié Rome
    Elle a déjà aimé des hommes
    Elle a le cœur comme un diamant

    Elle, c'est un loup, une tourterelle
    C'est un animal étonnant
    Elle moitié velours, moitié dentelle
    Toujours cruelle et cependant
    C'est une lady lady elle
    C'est une femme tout simplement

    Elle, je connais ses chapeaux de paille
    Elle a grandi à la campagne
    Elle a le sourire de ces gens
    Elle, en toutes ces soirées de ville
    Elle a le feeling et le style
    Elle fait tout ça naturellement

    Elle, c'est un loup, une tourterelle
    C'est un animal étonnant
    Elle moitié velours, moitié dentelle
    Toujours cruelle et cependant
    C'est une lady lady elle
    C'est une femme tout simplement

    Elle a la peau couleur du soleil
    Elle a des larmes au goût de miel
    Elle pleure comme pleure les enfants
    Elle, c'est le plus violent des poèmes
    Elle n'a pas peur de dire je t'aime
    Elle fait l'amour exclusivement

    Elle, c'est un loup, une tourterelle
    C'est un animal étonnant
    Elle moitié velours, moitié dentelle
    Toujours cruelle et cependant
    C'est une lady lady elle
    C'est une femme tout simplement

     

    Sources : Didier Barbelivien
     

    http://www.barbelivien.com/


    Ma voix n'a rien à voir avec la sienne, mais mon coeur est sincère.

    Un hommage à toutes les femmes

     

    roda8358


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires