• Cette semaine, McDonald's a dévoilé la liste intégrale des ingrédients utilisés dans ses préparations et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n'est pas très ragoûtant.

    Pour ceux qui hésitaient à y aller par rapport aux apports caloriques ou au goût médiocre, ceci achèvera de les convaincre.

    On trouve des ingrédients chimiques cancérigènes, reprotoxiques, allergiques, neurotoxiques et j'en passe.

     

    http://metatv.org/mcdonald-s-devoile-tous-les-additifs-utilises-dans-ses-produits


    votre commentaire
  • Publicité Fondation contre le cancer

     Excellente publicité sur la lutte contre le cancer !
    Faites circuler, que ce soit au Québec, en Belgique, en Angleterre, le cancer est partout !
     

    N'oubliez pas de faire un don aux organismes dans votre régions.

    Tout droit d'auteur reviens à La fondation contre le cancer.

     

    Créée en 1918, la Ligue contre le cancer est une association loi 1901 à but non lucratif et reconnue d'utilité publique.

    Premier financeur associatif de la recherche contre le cancer en France, elle regroupe 103 Comités départementaux qui luttent dans trois directions complémentaires :

    la recherche ; l'information, la prévention et la promotion des dépistages ; et les actions pour les malades et leurs proches.

    Plus d'informations :

     

    http://www.ligue-cancer.net


    votre commentaire

    André Pochon est un agriculteur breton

    Il fut exploitant à Saint-Bihy, avant de prendre sa retraite en 1991.

      

    Il est connu pour être l'un des promoteurs de l'agriculture paysanne et de l'agriculture durable.

      

    Lien de la playlist, au cas où ça ne fonctionnerais pas !

      

    https://www.youtube.com/watch?v=VEBqdfvbASI&list=PLDFD4E01FD22A937F&index=1

      

    Pour en savoir + : http://pagesperso-orange.fr/vivre-ave...

     

     

    Yann Le Meur Yann Le Meur·


    votre commentaire
  •  Frédéric Bosqué à Genève le 27 mars 2013

    ------

      

    Pour la mise en place d'un revenu universel  

    Pour améliorer nos modèles sociaux, pour les sauver même, il y a bien mieux à faire que de se cramponner à ce qui existe. Il faut les restructurer de manière à permettre un va-et-vient plus souple, tout au long de l'existence, entre l'emploi, la formation et les activités bénévoles au sein de la famille et en dehors.

    Pour réussir cet assouplissement, il faudra réduire la focalisation de l'enseignement supérieur sur le bloc initial réservé aux jeunes adultes, réformer la législation du travail de manière à faciliter le temps partiel choisi, promouvoir un urbanisme convivial qui favorise la solidarité informelle dans les quartiers. Mais il faudra aussi glisser sous l'ensemble de la distribution des revenus un socle inconditionnel : un modeste revenu versé à chacun, travailleur, chômeur, retraité, étudiant, parent au foyer ou rien de tout cela.

    Ce revenu doit être universel – accordé aux riches comme aux pauvres – pour permettre de dire plus facilement oui à des activités pas ou peu rémunérées qui en valent la peine, en particulier des stages et des emplois dont la productivité nette immédiate est faible mais qui incluent une bonne dose de formation.

    Ce revenu doit aussi être inconditionnel – accordé aux chômeurs volontaires comme aux chômeurs involontaires – pour permettre de dire plus facilement non à des emplois de piètre qualité intrinsèque et peu prometteurs en termes de formation et de promotion.

    L'ÉPANOUISSEMENT DU CAPITAL HUMAIN

    Un tel revenu est au coeur d'une version émancipatrice de l'état social actif, une version qui mise intelligemment sur l'épanouissement du capital humain plutôt que sur l'astreinte d'un emploi non choisi. Mais son inconditionnalité ne le rend-il pas profondément injuste ? Notre générosité collective ne doit-elle pas être réservée par principe à qui voudrait travailler mais ne le peut pas ?

     

    Sans doute, si l'on ne conçoit la justice que sur le mode de la solidarité, de la couverture par tous des risques encourus par chacun. Mais la justice consiste, plus profondément, à distribuer équitablement les dons très inégaux que nous devons à l'interaction fortuite entre nos talents, notre origine familiale, le quartier et le pays où nous avons grandi et de multiples autres circonstances de la vie. Un modeste revenu inconditionnel constitue simplement une manière efficace de distribuer équitablement une part de ces dons.

     

    L'idée n'est pas neuve. Mais elle jouit aujourd'hui en Europe d'une popularité sans précédent. Après le dépôt, en octobre dernier, des 100 000 signatures requises, le gouvernement suisse est tenu d'organiser dans les deux ans un référendum national sur la proposition d'instaurer « un revenu de base inconditionnel qui doit permettre à l'ensemble de la population de mener une existence digne et de participer à la vie publique ».

     

    Parallèlement, une initiative citoyenne européenne (basicincome2013.eu) est l'occasion de débats d'une ampleur inédite dans la plupart des Etats membres de l'Union. Idée radicale néanmoins ? Sans doute. Mais pourtant essentielle pour rendre crédible l'espoir d'un modèle social qui réponde mieux à la fois aux exigences de la justice et au souci de l'efficacité.


    Philippe Van Parijs est notamment l’auteur de « L’Allocation universelle » (Paris 2005, avec Y. Vanderborght),
     

    « Just Democracy. The Rawls-Machiavelli Programme » (Colchester, 2011, non traduit en français).

     
    • Philippe Van Parijs (Philosophe et économiste belge)

      

    Source

    http://www.lemonde.fr/idees/


    1 commentaire
  •  

    Françoise Renaud Françoise Renaud 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique