•  

    Adresse de la vidéo de 74' lisible sur le net jusqu'au mardi 29 avril 2014 avant 20h50 depuis la France uniquement en recopiant dans votre moteur de recherche l'adresse suivante :

     

    www.arte.tv/guide/fr/046598-000/le-sable?vid=046598-000_PLUS7-F

      

    ou en cliquant sur le lien suivant sous réserve qu'il fonctionne :

    arte.tv

    .

    Depuis l'étranger, Maroc - Canada - Suisse - Belgique, vous pourrez voir la rediffusion directement sur la chaîne de télévision franco-allemande ARTE, si vous la captez, le samedi 26 avril 2014.

    .

    Descriptif

    De Bombay à la Bretagne en passant par Dubaï, Tanger ou les Maldives, cette passionnante enquête en forme de thriller dévoile une urgence planétaire : la menace qui pèse sur le sable, ressource vitale dont le pillage s'accélère.

    On le trouve dans le béton, qui alimente, au rythme de deux tonnes par an et par être humain, un boom immobilier ininterrompu. Mais aussi dans les puces électroniques, le papier, le plastique, les peintures, les détergents, les cosmétiques…

      

    Ce sable que nous aimons fouler du pied ou laisser filer entre nos doigts s’est glissé à notre insu dans tous les interstices de notre quotidien. L’industrie le consomme en quantités croissantes, plus encore que le pétrole. Peut-être parce que, contrairement à l’or noir, cette matière première perçue comme inépuisable est restée à ce jour pratiquement gratuite. Alors que le sable des déserts est impropre à la construction, les groupes du bâtiment ont longtemps exploité les rivières et les carrières.

      

    Puis ils se sont tournés vers la mer, provoquant ce qui est en train de devenir une véritable bombe écologique.

      

    Car le sable joue un rôle essentiel dans la protection des côtes et l’équilibre des écosystèmes marins.

      

    Les conséquences de cette surexploitation apparaissent peu à peu au grand jour. Petit à petit, les appétits économiques ont grignoté au moins 75 % des plages du monde, et englouti des îles entières, en Indonésie et aux Maldives, tandis que Singapour ou Dubaï ne cessaient d’étendre leur territoire en important, parfois frauduleusement, du sable.

      

    Disparition des poissons, impact aggravé de l’érosion et des tempêtes, bords de mer devenus lunaires … :

    face aux timides régulations adoptées pour tenter de limiter le pillage, la « ruée vers le sable » s’est en réalité accélérée, sous l’égide de grandes entreprises multinationales et de mafias locales.

      

    Marchands de sable

    Par le biais d’une investigation méticuleuse, Denis Delestrac parvient à montrer une réalité connue jusqu’ici des seuls spécialistes scientifiques et défenseurs de l’environnement, mais aussi des professionnels des travaux publics – dont les explications accompagnent de saisissantes séquences tournées dans le monde entier.

      

    Ici, ce sont les "petites mains" des trafiquants de sable, qui prélèvent leur butin, au vu et au su de tous, sur les plages de Tanger ou en plongeant dans l’eau transparente des Maldives, tandis que des marchands de sable réunis en congrès spéculent sur les juteux profits qu’ils vont engranger, grâce à une ressource qui appartient à tous.

      

    Là, c’est l’État de Floride, qui, à grand renfort de dragueuses offshore et de bulldozers, renfloue ses plages en voie de disparition, contribuant ainsi à déséquilibrer davantage l’écosystème maritime qui a fait sa renommée touristique. De leur côté, les élus et la population des Côtes d’Armor, en Bretagne, se mobilisent contre un nouveau projet de dragage.

      

    Une exception. S’il n’est pas trop tard pour agir, plaident les chercheurs et les militants écologistes, l’opinion publique, dont le soutien est indispensable pour infléchir la tendance, reste largement inconsciente du phénomène.

      

     

    Auteur

    • Arte Tv

      

      

      

     Ecouter, sur Choix et Réalité   

    http://www.choix-realite.org/7184/le-sable-enquete-sur-une-disparition-edifiant-visionnable-jusquau-290414-en-france 


    votre commentaire
  • Agriculteur, écrivain et penseur français d'origine algérienne, Pierre Rabhi est un des pionniers de l'agriculture biologique et l'inventeur du concept "Oasis en tous lieux".

     

    Il défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous et notamment aux plus démunis, tout en préservant les patrimoines nourriciers.

     

    Depuis 1981, il transmet son savoir-faire dans les pays arides d'Afrique, en France et en Europe, cherchant à redonner leur autonomie alimentaire aux populations.

     

    Il est aujourd'hui reconnu expert international pour la sécurité alimentaire et a participé à l'élaboration de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification.

     

    Il est l'initiateur du Mouvement pour la Terre et l'Humanisme. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Paroles de Terre, du Sahara aux Cévennes, Conscience et Environnement ou Graines de Possibles, co-signé avec Nicolas Hulot. 

     

    Françoise Renaud   Françoise Renaud 


    votre commentaire
  • Lien de l'image

     

    http://www.33.assoligue.org/developpement-durable

     

    La Semaine du développement durable se déroule du 1er au 7 avril 2014.

      

    Elle est l'occasion d'un rappel des bonnes pratiques et d'une découverte des initiatives en faveur du développement durable.

    Cette semaine est pilotée par le ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie.

      

    À cette occasion, les écoles et les établissements scolaires peuvent valoriser les projets de développement durable mis en œuvre par les élèves et la communauté éducative.

     

    Qu’est-ce que la Semaine du développement durable ?

      

    La suite

     

    http://www.education.gouv.fr/cid59672/semaine-du-developpement-durable.html

     

    http://www.developpement-durable.gouv.fr/-La-Semaine-du-developpement,6917-.html

     

     


     

    Economie circulaire et écologie industrielle... par developpement-durable

      

    Plus de vidéos

     

    http://www.dailymotion.com/developpement-durable

     

     


    votre commentaire
  • http://www.kokopelli-semences.fr

     

    Kokopelli,

    Pour la Libération de la Semence et de l'Humus

      

    Voir aussi

    http://roselyne.musicblog.fr/3430077/kokopelli-pour-la-liberation-de-la-semence-et-de-l-humus/  


    votre commentaire
  • Message filmé du Cacique Raoni - POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
    Mis en ligne le 29 août 2013 par

    www.raoni.com / association Planète Amazone.  

    Le 10 juillet 2013, le Cacique Raoni, célèbre dans le monde entier pour sa lutte en faveur de la préservation de la forêt amazonienne, était enfin reçu, après plusieurs annulations, avec une délégation de représentants indigènes par la présidente du Brésil Dilma Rousseff, à l'origine de la reprise, sous la présidence de Lula Da Silva, du projet de barrage de Belo Monte.

    Un texte a été remis ce jour-là par le Cacique et la délégation à la chef de l'état brésilien (la traduction intégrale du document est disponible sur www.raoni.com : http://raoni.com/actualites-751.php).

    Les principales violations des droits des indigènes y sont rappelées et il y est fait état de leur très forte inquiétude à propos de dispositifs législatifs, proposés, votés ou sur le point de l'être sous la présidence de Dilma Rousseff, ceux-ci visant à revoir à la baisse leurs droits fondamentaux, à réviser les frontières de leurs territoires, fussent-ils démarqués et à faciliter la possibilité de développer des projets miniers ou énergétiques (grands barrages) en terre indigène sans consultation préalable.

    La présidente du Brésil a apposé sa signature au document et affirmé qu'elle soutenait les indiens dans leur lutte pour la préservation de leurs droits et de la forêt amazonienne. Toutefois le Cacique Raoni n'est pas dupe, les paroles n'étant pas suivi des actes depuis le début des trois années de gouvernance de Dilma Rousseff.

    Les signaux envoyés pendant les 1000 premiers jours par cette administration (autorisation illégale de début de travaux pour le barrage de Belo Monte, révision du code forestier...) ont au contraire démontré que sa vision de l'expansion économique du Brésil passait obligatoirement par une exploitation forcenée et irraisonnée de la forêt amazonienne, sans souci des dommages collatéraux irréversibles (destruction de la biodiversité, ethnocides, violations aux droits de l'Homme...).

    Un scandale humanitaire et écologique est en marche. Le Cacique Raoni en ayant conscience, a tenu à saisir l'opportunité de cette rencontre marquée par la signature du document par la présidente pour enregistrer, quelques jours plus tard, sur une crête surplombant à l'entrée de son village le fleuve Xingú tant menacé; un message filmé à destination des dirigeants du monde entier.

    Les citoyens de tous pays sont en effet directement concernés par le sort de la forêt amazonienne. Si celle-ci venait à disparaître les conséquences en seraient effroyables et la vie de chacun d'eux s'en trouverait bouleversée, à jamais. Le Cacique Raoni garde l'espoir qu'ils se sentiront également concernés par le devenir de son peuple, et de tous les peuples indigènes d'Amazonie menacés, car ils sont les garants de la préservation du plus grand "poumon vert" de la planète...

      

    planeteamazone

    planeteamazone 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique